• slider1
  • slider2
  • slider3
  • slider4
  • slider5
  • slider6
  • slider7

Homélies, réflexions et spiritualité

Filtrer les éléments par date : décembre 2019
dimanche, 08 décembre 2019 15:25

Quelqu'un a dit:

La mort, c'est la vie qui fleurit dans un éternel rayon de l'AMOUR infini.

La communauté chrétienne que nous sommes invités à bâtir est une république des amis où tous s'aiment au-delà des différences et des divisions.

Une des caractéristiques de notre société d'aujourd'hui est que nous passons de la théorie professorale à la communication et à la communion. C'est pourquoi notre théologie doit être en constante évolution parce que Dieu est Vie et que la vie est un perpétuel mouvement. Tout mouvement est Dieu en devenir.

 

Publié dans Spiritualité
dimanche, 08 décembre 2019 01:38

Un bon moment à savourer.

Ce soir, une émission de télé le vrai monde m'a ramené des souvenirs délicieux que je ne peux m'empêcher de partager. Grégory charles pésentait des étrangers venus travailler ou vivre ici et il y avait des vietnamiens. Et je suis retourné 35 ans en arrière. J'avais accueilli au presbytère des soldats vietnamiens qui avaient fuit l'armée au temps ou leur pays était envahi par les communistes. On les applait les "boot people".

Je les vois encore descendre de l'avion à l'aéroport de Mont-Joli; ils n'ont pour seul bagage que le linge qu'ils portent: une chemise mince, un pantlaon et des souliers pas de bas. Pour nous la température était bonne, mais eux grelottaient comme feuille au vent d'automne. Nous sommes arrêtés en route pour leur acheter des vêtements chauds afin qu'ils soient confortables.  Un stagiaire vietnamien qui se préparait à devenir prêtre logeait au presbytère et cette présence m'a facilité les premiers jours d'apprentissage.

L'un est demeuré un an avec moi et l'autre deux ans. Les cours de français à l'école des adultes leur a permis de se débrouiller rapidement. Ils nous racontaient des choses vécues dans l'armée communiste. Un soir qu'ils étaeint en route vers le Laos, l'armée avait compé en forêt près des frontières du Laos et ils entedaient les cris des prisonniers vietnamiens que l'on dépeçaient vivants afin d'apeurer les autres et qu'ils rebroussent chemin. Ils se disaient: demain, ce sera peut-être notre tour.  L'armée les poussait toujurs en avant. ALors en faveur de la nuit, ils ont fuit l'armée vers un camp de réfugies en Thaïlande. C'est de là qu'ils sont arrivés au Canada.

Un jour, l'un D'eux reçoit une lettre du Viet Nam, il dit: c'est ma  mère. Il disparait dans sa chambre. Il n'avait pas reçu de nouvelles de sa famille depuis cinq ans et il ne savait pas ce que cette lettre lui réservait comme nouvelle. Mais tout était bien chez lui. L'un est parti à Vancouver chez des amis pour travailler et l'autre est allé à Montréal pour travailler avec des amis vietnamiens.

J'ai gardé de cet événemenmt deux leçons importantes. D'abord la joie dans les yeux de ces jeunes qui se sont sentis libres et aimés. Réalités qu'ils avaient perdues depuis l'invasion communiste de leur pays. Je les ai aimés comme s'ils étaient ma propre famille. Une deuxième leçon fut la grande générosité des gens d'ici qui m'ont aidé financièrement.  Des marchands de vêtements les ont habillés pour l'hiver. Ce fut un moment de bonne rigolade quand ils se sont vus dans le miroir habilés pour le pôle nord. Un matin, j'étais dehors près du presbytère, une voiture s'arrête et le monsieur me donne une enveloppe: C'est pour t'aider à prendre soin de tes garçons, me dit-il. Et il repart. J'ouvre l'enveloppe, elle contenait dix billets de cent dollars. Cette générosité des gens d'ici, j'en ai été témoin et même profité très souvent dans ma vie en paroisse.

Quand ces souvenirs remontent en moi, c'est l'occasion d'un moment d'action de grâce. Le Seigneur m'a comblé et j'ai mieux compris qu'il y a plus de joie à donner qu'à recevoir. Accueillir des gens d'ailleurs, c'est difficile à la fois pour nous et pour eux. La seule voie possible est d'accepter la différence et de nous aimer comme ça. Un vieux proverbe disait: Il est plus facile de sortir un gars de la campagne que de sortir la campagne du gars. La même chose est vraie pour un vietnamien, un africain.... Mes vietnamiens ont du apprendre à vivre en québécois mais ils sont restés vietnamiens.

 

Publié dans Textes de réflexion
vendredi, 06 décembre 2019 14:27

L'Évangile féminin.

Ce matin, six décembre, où le souvenir du drame de la polytechnique revient nous hanter, je me permets de méditer une page d'Évangile qui me nourrit depuis quelques jours. Elle est inspirée du livre du Père Arnold: Dieu derrière la pote, P.177 ss.

Nous parlons beaucoup de l'option de Jésus pour les pauvres et les mal gommés de la société. Cependant Jésus a fait  une option fondamentale pour la place des femmes dans la société, il a bousculé les traditions patriarcales de son temps et nous n'en parlons presque pas. L'Évangile de Luc est un exemple percutant à ce niveau. Le drame de la polytechnique serait peut être une occasion pour se tourner vers ces passages de l'Évangile.

Le texte de l'Annonciaiton dans Luc est percutant. Marie décide seule devant la parole de l'ange d'accepter le projet de Dieu. Elle est fiancée, mais ne s'occupe pas de Joseph. Il est peinturé dans le coin. Ceci est inconcevable dans leur tradition, c'est briser une tradition patriarcale séculaire. Si nous clignotons vers Mathieu, c'est Joseph qui est mis en évidence et Marie est la petite soumise. La décision de Marie en Luc devrait provoquer  pour elle l'exclusion sociale et religieuse et même la mort. Cette décision de Marie l'élève au même  rang de dignité que les hommes. elle devient servante du Seigneur comme le furent Abraham et Moïse ... Ceci nous conduit à une nouvelle conception du féminin et empêche de réduire la femme au foyer pour élever des enfants. elle n'est pas seulement  épouse et mère, elle est FEMME d'abord, elle est une personne humaine créée à l'image de Dieu. Nous avons sans doute trop réduit Marie à un rôle de priante, les mains jointes et les yeux fermées. Elle est la femme forte de l'Évangile qui brise les tabous du patriarchat et secoue dans sa base même le préjugé masculin.

L'épisode de la "prostituée" qui entre chez Simon pour baigner les pieds de Jésus, Lc 7, 36, nous questionne aussi. Nous avons mis l'accent sur le pardon que Jésus accorde à cette femme. Pourquoi n'y verrions-nous pas une amante qui vient briser les tabous masculins. elle est un témoin de l'amour qui se permet de briser les traditions patriarcales pour nous enseigner notre relation avec le Seigneur. Là où les hommes voient une prostituée, Jésus voit une amante qui dit son amour sans gêne et nous conduit sur ce même chemin. Jésus accueille cette femme et lui redonne sa dignité de femme et de personne humaine et Il nous dira le jeudi saint: Faites ceci en mémoire de moi. 

Une autre occasion forte est la présence des femmes au tombeau le matin de Pâques. Alors que les disciples sont enfermés à Jérusalem comme un groupe d'adolescents peureux, les femmes vont au tombeau découvrir et révéler la résurrection face au scepticisme de ces messieurs possesseurs de la vérité. Lc 24, 22-23. Écoutons-les: "Certaines femmes qui sont des nôtres sont venues nous dire que des anges leur avaient dit que Jésus Était ressuscité." Mais peut -on se fier à des paroles de femmes? Jésus a pris une option fondamentale pour la place de la femme dans l'Église et la société ....

La visite de Jésus chez Marthe et Marie en est un autre exemple significatif.  Marie est assise au pied de Jésus. C'est la place et l'attitude du disciple pas celle des femmes mais celle de l'homme. la place des femmes est celle de Marthe qui prépare le repas et fait le service. Marthe veut rester à la sacristie pour préparer la liturgie alors que Marie devient disciple et témoin du Christ. Jésus veut redonner la dignité de disciple à cette femme et à toutes les autres après elle. La meilleure part que Jésus annonce est cette dignité de disciple inaugurée par Jésus de Nazareth.  Cette dignité de disciple n'était réservée qu'aux hommes.

Si nous apprenons à lire l'Évangile dans cette optique, nos mentalités pourraient chager, du moins je le souhaite. J'ai eu une femme comme mère; dans mon ministère, j'ai été marqué par des présences de femmes comme compagne de travail, J'ai découvert un intérêt pour la Bible grâce au travail de biblistes féminins qui ont ouvert des chemins nourrisants et motivants. Quand je relie des écrits contemporains dans la société et dans l'Église, je suis un peu gêné pour toutes ces femmes. Si je regarde ce qui se passe aujourd'hui encore dans notre monde, dernièrement nous avons suivit un reportage sur Mme Casgrain la première députée au Québec, le souvenir du six décembre 1989, sont encore des questions posées à notre mentalité ecclésiale. Où est passé le message de Jésus?

 

Publié dans Textes de réflexion
jeudi, 05 décembre 2019 18:26

Que dire sur Dieu?

"Dieu n'aime pas que l'on parle officiellement de lui: Il préfère qu'on le suggère, qu'on l'évoque, qu'on l'éveille dasns les choses et les êtres où il se cache, sous le pommier où il dort. Moine François Cassingena.

 

Publié dans Spiritualité
jeudi, 05 décembre 2019 15:41

Merci.

Hier soir, à ue émission télé, une jeune femme est venue porter témoignage de son vécu. Enfant de la DPJ, elle a vécu une enfance difficile, maintenant guérie de ses blessures, elle vient s'engager pour aider les enfants malheureux à vivre une enfance plus souriante. Elle s'est engagée avec une fondation  à côté des services communautaires à donner de l'amour aux enfants  malheureux. Elle sait de quoi elle parle quand elle affirme que les enfants on d'abord besoin d'amour. Abandonnée à la DPJ, alors qu'elle criait maman, celle-ci lui répond: Je ne suis plus ta mère. Comment un coeur d'enfant peut recevoir une telle sentence. Ce matin, je veux dire MERCI à l'esprit Saint de susciter de ces pasteures et pasteurs dans notre société pour panser les coeurs endoloris. Quand je prie pour les vocations, c'est pour celles-là que je prie d'abord. Cette dame, hier soir, est un exemple parmi tant d'autres qui surgissent aujourd'hui dans notre monde et dont on ne parle jamais.

Ce matin, c'est la grande guignolée des médias. Ce grand mouvement de solidarité à la veille de Noël avec les familles dans le besoin est aussi un signe que l'amour et la ccompassion sont toujours bien vivantes au coeur de notre monde. Là aussi je dis MERCI à l'Esprit Saint de faire naitre ces coeurs généreux qui vont poser des étoiles dans les yeux des enfants à Noël.

Cependant, je n'ai pu m'empêcher de me regarder dans le miroir. J'ai été un peu gêné. Comme prêtres, nous sommes obligés de mettre l'accent sur l'argent pour chauffer nos églises. Les paroissiens se divisent souvent face aux regroupements des fabriques. Comme retraité, j'entends rarement parler du soutien des familles endolories par la pauvreté, la souffrance, les deuils. Nous parlons beaucoup plus des rites à respecter. Quand je vois tout ce qui se fait dans la société pour améliorer la qualité de vie des gens, je me pose des questions sur notre présence ecclésiale. Est-ce que le fait que nous sommes célibataires logés dans de beaux édifices ne nous  a pas éloignés et rendus  étangers à la vie des familles? Le Pape François invite à écouter le cri des pauvres, à être contemplatifs du monde; quand j'entends la dame hier soir, je me dis: c'est cela qu'elle fait. Elle le fait parce qu'elle  connait le problème.  Pour moi, elle et tous ceux et celles qui lui ressemblent,  vivent l'Eucharistie et la mission donnée par le Christ le jeudi saint au soir, alors que moi, je me contente de l'adorer et de la célébrer.   Si je suis un retraité qui s'amuse à vieillir, je suis aussi un retraité fortemant questionné par notre vie d'Église et je crois, que nous prêtres,   avons peur d'aborder les vrais problèmes.

Je suis là ce matin dans mes mercis et mes questions.

Publié dans Textes de réflexion
mardi, 03 décembre 2019 19:46

Dieu, derrière la porte.

Simon-Pierre Arnold: Dieu derrière la porte. Ed. Paulines. L'auteur, moine bénédictin blege, apporte une réflexion nourrissante sur la vie de notre Église aujourd'hui. Il aborde des questions importantes comme les signes des temps, l'acceptation des différences, la communauté de Jésus, la place de la femme dans l'Évangile. Il aborde ces questions dans un langage clair et courageux, il dira par exemple que nous n'avons pas besoin de nous débarrasser de Dieu parce qu'il n'est plus signifiant ou utile dans notre monde d'aujourd'hui. Il parlera beaucoup de spiritualité. Bonne lecture.

Publié dans Nouvelles
mardi, 03 décembre 2019 14:49

Appelés à la conversion. Mth 3, 1-12.

Dimanche dernier, nous étions appelés à renaitre à un monde nouveau. Aujourd'hui notre liturgie nous invite à un mouvement de conversion pour accueillir et bâtir ensemble ce monde nouveau, cette Église nouvelle. Écoutons Jean Baptiste.

Jean Baptiste crie dans le désert: Convertissez-vous car le Seigneur arrive avec un enseignement nouveau qui va vous déranger, qui vous demandera des deuils à vivre, des sécurités à abandonner, pour prendre la route de l'Évangile qu'il annonce. Nous sommes aujourd'hui invités à  passer de la pratique sacramentelle à l'évangélisation. Évangéliser c'est faire des disciples, rassembler en communautés pour célébrer ensemble dans la foi notre vécu chrétien. Nous devons passer des connaissances sur Jésus Christ, sur Dieu à une expérience de vie au quotidien. Nous nous demandons encore comment faire pour intéresser les gens à la messe et à la célébration des sacrements. Le monde nouveau que Jésus nous anonce aujourd'hui n'est pas un monde de connaissances intellectuelles ou de pratiques sacramentelles, mais un monde d'expérience du coeur. Nous sommes invités sur ce chemin de conversion.

Jean Baptiste nous propose un baptême de conversion. Il le propose au monde de son temps afin de préparer leur coeur à l'accueil de celui qui vient. Pour nous, Jésus est là. Il nous faut découvrir et vivre cette réalité. Notre baptême est devenu un baptême de convertit et non de conversion. Nous avons à redécouvrir la force, la puissance de notre baptême qui nous permet de vivre notre réalité d'enfant bien-aimé du Père. Là aussi nous avons des deuils à vivre pour cheminer sur la route de cette découverte nouvelle de notre baptême et passer du baptême de Jean à celui de Jésus.

Pour bien vivre cette conversion, allons nous asseoir chez Monsieur Isaïe et écoutons-le. Un rejeton sortira de la souche de Jessé et l'Esprit du Seigneur reposera sur lui.  L'Esprit du Seigneur reposera sur nous. Le Seigneur a déposé en nous son Esprit, nous sommes tatoués de l'Esprit même de Dieu. Qu'est-ce à dire? Souvent il nous arrive de rencontrer qu«lqu'un et de se dire, il est le fils d'un tel; il a l'Esprit de famille. Avoir l'esprit de famille, c'est pensé et voir comme sa famille. Avoir l'Esprit de Dieu, c'est regardé le monde avec les yeux de Dieu, parler avec les paroles de Dieu. Marche avec Dieu comme avec un ami, il te fera voir le monde à sa façon. Roger Robert. Cette conversion du coeur n'est pas notre oeuvre à nous seul, mais avec la présence et la force de l'Esprit de Dieu qui nous habite. L'Esprit de Dieu ne juge pas aux apparences, ni sur des rumeurs, il va au coeur.

Quel est ce projet de conversion qui m'est demandé? Le loup habitera avec l'agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira, la vache et l'ours auront même pâturage, leurs petits auront même gite. Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra. Voila le projet de Dieu avec nous. L'Esprit du Seigneur viendra me faire découvrir et guérir les difficultés que je vis et qui m'empêche de vivre ce projet du Seigneur. C'est l'amour et le respect des personnes qui sont au coeur de ce projet. Ce sont souvent des blessures héritages de mon passé qui conditionnent mon agir et me font manquer ma cible. Notre monde contient aujourd'hui beaucoup de petits lionceaux, tigres ou ours qui détruisent les relations humaines. Nous sommes invités sur la route de la conversion et de la guérison du coeur. J'insiste sur guérison parce que c'est une grande nécessité aujourd'hui. Nous jugeons trop sur les apparences. Nous en avons fait souvent l'expérience dans les rencontres individuelles du sacrement du pardon. Ces rencontres apparaissent de plus en plus capitales mais pas au confessionnal ou dans des célébrations communautaires. Là aussi il y a sans doute un chemin de conversion à vivre. Je l'ai souvent expérimenter. Une question se pose aujourd'hui: Y a-t-il dans notre monde, dans nos communautés des Isaïe, des Jean Baptiste qui conteste le statu quo et les routines pour cheminer vers la conversin des coeurs? 

Que naissent dans nos communautés chrétiennes des témoins authentiques du Christ ressuscité, de ces témoins qui donnent le goût de suivre le Christ.

Que naissent dans nos communautés chrétiennes des noyaux de partage évangéliques pour nuorrir la foi et le témoignage chrétien.

Que nos familles deviennent de plus en plus des Église domestiques où il fait bon se retrouver pour partager et vivre ensemble. Un grand père disait dernièrement à ses enfants venus diner avec eux le dimanche, rassembler autour de la table: N'avez-vous pas l'impression que nous faisons eucharistie, que nous faisons Église aujourd'hui? Un jour, peut être, l'entendrons-nous un peu plus souvent dans nos familles. Et que ces petites Églises domestiques fassent une communion d'Églises dans un plus grand ensemble. Il est toujours permis de rêver.

Publié dans Homélies
dimanche, 01 décembre 2019 22:52

Je crois ...

J'ai suggéré à un groupe de composer un petit credo pour une célébration vécue ensemble. voici la merveilleuse trouvaille de l'Esprit.

Je crois en toi le Divin. Toi qui a pris corps de la vierge Marie.

Ta mère et la mère de tous les croyants. Elle est un  modèle pour toutes les mères.

Je crois en toi, Jésus, qui crut et a défendu l'égalité des femmes, Toi qui es tout puissant, toi, qui est l'esprit au plus profond de mon être, Toi qui est source devie dans tout ce je vis de bon et de moins bon.

Merci à toi la vie de me faire connaitre ce qu'il y a de plus grand.

Je crois en toi, Père, parce que tu n'es qu'AMOUR.

Publié dans Spiritualité