nouvelles2

Homélies, réflexions et spiritualité

Nouvelles

vendredi, 27 mai 2016 14:12

Un projet

Écrit par

Nous sommes dans l'année de la miséricorde. Le tisonnier à sa dernière réunion a voulu manifester de quelle façon la miséricorde est vécue au quotidien dans notre milieu de Haute-Gaspésie. Les membres ont décidé, en accord avec le Centre d'Action Bénévole,  de faire connaitre tous les services caritatifs offerts dans le milieu. Chaque semaine dans les bulletins paroissiaux, une personne présente un service et à la fin  nous tirerons une leçon.

Notre objectif était d'abord de faire connaitre ces services à la population, de reconnaitre le travail et la générosité des personnes qui s'y dévouent, de montrer que depuis au-delà de vingt ans, chaque matin des bénévoles ouvrent la porte de la miséricorde pour accueillir et aider des personnes dans le besoin. Enfin nous voulons faire découvrir aussi que si la pratique sacramentelle est diminuée considérablement, la pratique de la charité au quotidien est toujours bien vivante. Des hommes et des femmes exercent au quotidien le diaconat de la charité.Des sceptiqeus me diront: ces gens ne le font pas au nom de leur foi ou de Jésus Christ. Je leur répondrai:"Quand, Seigneur, nous est-il arrivé de t'avoir donné à manger, à boire, visiter en prison? Chaque fois que vous l'avez fait à un de ces petits d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait." Mth 25, 45. Même s'ils ne le savait pas.

Dans ce projet le tisonnier a voulu montrer qu'après avoir goûté la miséricorde du Père, il fallait la vivre sur le terrain. Nous ne voulions pas que la miséricorde reste dans le temple au niveau de la liturgie et de la prière. Comme me disait quelqu'un, "notre Église est très vivante, mais elle est ailleurs." C'est peut être l'Église de type Marie dont j'ai parlé dans un article dans la case "Nouvelles". le meilleur est à venir.

vendredi, 27 mai 2016 13:39

J'ai retrouvé

Écrit par

En sirotant mon café, ce matin, je tombe sur un petit volume écrit en 1999: Une Église qui s'appauvrit, drame ou ouverture d'avenir? par Marc Girard, René Guay, Emmetts Johns et Denise Lamarche. Ce livre date de plusieurs années et semble obsolète, mais en y plongeant, il m'apparait d'une très grande actualité. J'y retrouve la comparaison entre une Église de type Zacharie, dans le temple et devenue muette,   ou de type Marie, sur le terrain et missionnaire. J'y côtoie les défis annoncés pour notre Église du 21e siècle. Une Église de type table ouverte et l'option du Christ pour les pauvres. Les grands défis présentés à notre Église sont encore là: L'urgence de faire de l'annonce de la Parole une priorité, La nécessité de bâtir des communautés et de faire la communion, la redécouverte du sacerdoce baptismal et son déploiement dans la communauté dans l'engagement des chrétiens au coeur des ministères; redéfinir la dimension missionnaire de l'Église au coeur de notre monde.

Seulement prendre le temps de s'arrêter pour se demander ensemble dans quelle Église nous sommes? Celle de Zacharie ou de Marie? Ou encore de quel baptême nous sommes? Celui de Jean ou de Jésus? Ce serait un pas excellent. Notre Évêque Mgr Gagnon dans sa lettre sur l'avenir des communautés chrétiennes au no 8 avait suggérer un discernement profond sur la situation et les défis de notre Église. A ma connaissance, cette partie de la lettre est restée sur les tablettes. Avec la mise en route des secteurs nous avions mis comme objectif: l'engagement responsable des chrétiens au niveau de leur baptême dans le service pastoral en paroisse. C'est demeuré un rêve.  Discerner ce que l'Évangile vient nous révéler dans notre monde d'aujourd'hui. Une Église qui s'appauvrit est une Église qui retrouve l'essentiel. Travailler à partir de ce petit bouquin pourrait être une source de rajeunissement. Le meilleur est à venir.

jeudi, 26 mai 2016 20:35

Ombres et lumières

Écrit par

Patrick Vinay: Ombres et lumières sur la fin de vie. Médiaspaul. Une petite brochure sur la fin de vie. Dans le débat actuel que provoque mourir dans la dignité, ce petit livre donne des orientations et des explications de nature à éclairer les personnes qui accompagnent en fin de vie ou les familles devant des décisions difficiles. L'auteur part de faits concrêts pour éclairer la situation et donner des explications appropriées. C'est une lecture facile et enrichissante.Bonne lecture. 26 mai 2016.

samedi, 23 avril 2016 14:57

J'ai lu

Écrit par

Yves Gingras: L'impossible dialogue, sciences et religions. Boréal. 2016. L'auteur, professuer à L'UQUAM, étudie la façon laborieuse et pas toujours édifiante dont s'est fait le dialogue entre les religions et la science. Il évoque le temps de l'inquisition, de l'index et des condamnations; L'époque de Galilée, Darwin, Copernic et les autres. Cela nous rappelle aussi l'époque d'avant Concile avec les Pères Chenu, Congar et compagnie. Cette lecture nous fait comprendre des choses. Je retiens que la science et la religion ne travaillent pas sur les mêmes réalités et qu'ils doivent apprendre à se respecter; j'y découvre aussi l'évolution de la vision de l'Église sur ces réalités que la science nous fait découvrir. La pensée de certains scientifiques a éclairé et même purifié ma vision de Dieu. La montée actuelle de la pensée intégriste nous invite à approfondir ces valeurs de base que nous propose la science concernant l'univers, la création et qui ouvrent la pensée sur des champs de liberté.

Bonne Lecture.  

mercredi, 13 avril 2016 23:05

L'humain en devenir

Écrit par

Jean-Luc Hetu: L'humain en devenir. Une approche profane de la spiritualité. Fides. Dans un temps où nous parlons beaucoup de spiritualité et des valeurs spirituelles, ce livre nous apporte un éclairage intéressant sur cette question. Il expose les 7 axes de la croissance spirituelle et fait appel à l'éclairage de la spychologie pour alimenter sa réflexion. A l'aide de plusieurs exemples tirées du quotidien, l'auteur présente des pistes de réflexion intéressantes sur la vie spirituelle et pose des jalons de réflexion entre spiritualité  et religion. Bonne lecture. (13 avril 21013).

vendredi, 08 avril 2016 19:34

Un rêve.

Écrit par

Michel-Marie Zanotti-Sorkine: Lettre ouverte à l'Église du troisième millénaire. Ed. Robert Lafond. L'auteur d'abord artiste fut ordonné prêtre à 40 ans et conitnue sa carrière d'écivain avec son ministère de prêtre. Il écrit une lettre à Madame l'Église dans une forme littéraire intéressante et alerte. Il exprime le rêve qu'il fait de l'Église pour aujourd'hui et demain. C'est une lecture intéressante qui exprime ce que bien des chrétiens pensent mais n'osent exprimer. C'est fait avec poésie, parfois avec humour et ça vient nourrir nos propres rêves. Un exemple: "Je rêve d'une Église dont les pasteurs se considéreraient apôtres à la Saint Paul, travaillant à la naissance de la foi autant qu'à sa croissance."  Une lecture brève mais Bonne.

 

mardi, 05 avril 2016 14:28

Invités à la messe.

Écrit par

Les employés de St-Hubert à la suite de la vente de l'entreprise sont inquiets de leur avenir. La situation est changée et l'avenir leur apparait plus incertain. C'est ce que vivait les apôtres au matin de Pâques. Jésus est mort, leur projet est foutu, ils sont sur le chômage. Ils retournent à leur métier: la pêche, mais leur filet reste vide. Notons que c'est la nuit. Il fait noir au dehors comme dans leur coeur découragés. Il faudra attendre la lumière du jour, lumière du ressuscité pour remplir les filets. Pauvres disciples, ils n'ont rien compris de la mission donnée par Jésus le jeudi saint et ils retournent à leur barque.

Jésus arrive et leur dit: "Jetez le filet à droite. Jetez le filet là où il y a du poisson. Mais Jésus veut aussi et surtout leur faire comprendre que lamission donnée n'est pas la leur mais la sienne et que c'est avec Lui qu'ils la réaliseront. Bâtir le royaume du Père est l'oeuvre du ressuscité avec nous et nous avec lui. Le Christ nous a donné cette misssion et il est demeuré présent pour la réaliser avec nous.

Nous vivons aujourd'hui en Église une situaiton semblable à celle des apôtres de l'Évangile. Nos églises se vident -nos filets sont vides-, les gens sont indifférents aux célébrations, le poisson ne mord plus à l'hameçon qu'on présente. Les personnes engagées se découragent. Jésus se présente et nous dit: jetez le fielt à droite là où il y a du poisson. Allez vers vos frères et soeurs pour les écouter et savoir quel genre de filets les intéresse. Nous voulons que les chrétiens adhèrent à nos façons de voir et de célébrer mais les chrétiens nous invitent à changer de filets pour répondre à leurs besoins spirituels.

Notons que dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jean reconnait le Seigneur et non Pierre. L'expérience du Christ ressuscité se fait au niveau du coeur. Jean est le disciple bien-aimé alors que Pierre est plus au niveau de la raison. Nos filets se rempliront si nous descendons au niveau du coeur, au niveau de l'amour, au niveau de la spiritualité. Jeter le filet à droite, c'est sortir de nos sécurités, nos façons de faire, nos façons de célébrer pour rejoindre le chrétien de la rue et nourrir sa foi et sa vie chrétienne. Vos filets se rempliront si vous vous placez d'abord à mon école, si comme Piere vous courrez vous placer près du maitre pour apprendre la liberté et l'amour. Être près du maitre, c'est se placer à l'écoute de sa Parole, méditer sa façon d'accueillir et d'accompagner la vie autour de lui. Le disciple du maitre n'a pas nécessairement un diplôme de l'université, mais il a un coeur diplômé.

Le disciple comme le témoin du ressuscité est un compagnon de route du Christ au quotidien dans la prière et la méditation de la parole de Dieu. La Parole va changer notre coeur et nous conduire à la prière. Nous sommes habitués à faire des prières, nous devons aussi apprendre la prière. Ce que Jésus fait avec ses disciples, c'est qu'il les invite à la messe. MESSE  vient de "mittere" qui signifie envoyé. Nous sommes envoyés à la messe sur le monde et dans le monde. Nous sommes envoyés au coeur de la vie quotidienne remplir les filets et les conduire à Jésus. Le Pape François nous envoie à cette messe sur le monde durant l'année de la miséricorde.

Alors dans notre quotidien, près de lieux où se vit la miséricorde, où le Christ ressuscité se révèle auprès des pauvres, des mal gommés de la société, des femmes et des enfants victimes  de violence et d'injustice, auprès de malades et des personnes seules ... nous puissions dire comme saint Jean: C'EST LE SEIGNEUR. 

 

vendredi, 01 avril 2016 15:49

Il aimait ...

Écrit par

Depuis la catastrophe aérienne des Iles de la Medeleine où Jean Lapierre a périt, sur les lèvres des commentateurs, une phrase revient toujours: "Il aimait les gens et les gens l'aimaient." En écoutant ces commentaires, j'entendais l'Abbé Pierre à qui on demandait comment il définissait le prêtre, il avait répondu: "C'est quelqu'un qui aime les gens et sait se faire aimer."

Jean Lapierre n'avait-il pas un charisme de pasteur? Un homme au franc parler, un homme vrai, un homme passionné. C'est le type du pasteur. Ne serait-ce pas ce type de pasteur dont nous avons besoin? Un homme de terrain qui serre les mains, nourrit les coeurs, rassemble autour de Jésus Christ. Nous pourrions méditer en ce sens en vue du dimanche des vocations qui s'en vient. M'est avis aujourd'hui que les pasteurs dont les chrétiens ont besoin ne sont pas seulement ou d'abord dans les grands séminaires. Nous y reviendrons.

mardi, 29 mars 2016 14:59

chercher Dieu.

Écrit par

Julie Saint Bris: Quête de soi, quête de Dieu? Presse de la renaissance. L'auteure fait une étude la psychologie jungienne et de la spiritualié chrétienne. Nous cherchons Dieu trop souvent là où Il n'est pas comme les gens au matin de Pâques. Nous avons connu une spiritualité descendante, qui vient de Dieu passe par le Pape et la hiérarchie pour arriver jsuqu'à nous. Alors que Dieu a révélé par les prophètes: j'inscrirai ma loi au fond de leur coeur. Notre spiritualité est ascendante. Elle part de nous pour nous monter en action de grâce. Dieu je le découvre d'abord dans la nature, dans ma vie, dans la vie autour de moi. Plus je me connais, plus je découvre la nature, le cosmos, plus je découvre la grandeur et l'amour de Dieu. C'est au coeur de ma vie que je dois faire l'expérience du sacré, que je dois découvrir que tout est sacré pour un croyant. Une grosse question nous poursuit: comment rejoindre et répondre à la quête de spirituelle de l'homme d'aujourd'hui parce que c'est là que nous découvrirons Dieu. Ce livre est d'une lecture parfois difficile, mais combien importante pour la vie aujourd'hui. bonne lecture à vous.

mercredi, 23 mars 2016 19:46

Faut lire!

Écrit par

Desmond Tutu: Dieu fait un rêve. Desclée de Brouwer. "Comme le révérend Luther King avant lui, l'archevêque Desmond Tutu nous propose une lumineuse vision d'amour et d'espoir." L'auteur nous parle du rêve de Dieu, du silence, de la foi de Dieu en l'homme, de voir avec les yeux du coeur, etc ... Ce sont de courts chapitres remplis d'amour et de profondeur. C'est libérant de vivre ces moments de communion avec Mgr tutu, Bonne lecture.

Page 5 sur 7