Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

mardi, 06 décembre 2022 14:23

Est-ce bien toi, Jésus? Mth 11, 1-19.

L'ami Jean est en prison et il entend des récits de l'aventure de Jésus. Ces récits ne correspondent pas du tout à ce qu'il a annoncé et il doute, est-ce bien celui que j'ai annoncé? Alors il envoie des disciples poer la question à Jésus: Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? Jésus n'a pas le langage de l'organisation humaine. Il n'a pas le langage du système mais le langage de l'être humain.

Jean nous ressemble beaucoup, nous nous posons aussi de nombreuses questions: Si Dieu existait, il n'y aurait pas autant de violence, de meurtres, d'injustice. Nous aussi nous voulons un Jésus tricoté à notre mesure comme l'ont fait Adam et Eve et beaucoup d'autres à leur suite. Nous voulons un Dieu à notre service trop souvent. Arrêtons-nous à bien méditer la réponse de Jésus. Il ne répond pas avec des théories, de longues tirades d'explications ou de doctrine. Il dit simplement: Regardez ce qui se passe, les boiteux marchent, les aveuglent voient, les sourds entendent, etc.. Jésus répond avec par un agir. Dieu ne se révèle pas à travers des données spéculatives, mais dans des faits en faveur des gens.

Aux personnes qui nous posent la même question aujourd'hui,  quelle est notre réponse? Oui, Jésus existe et vivant au milieu de nous, allez voir les banques alimentaires et le nombre de bénévoles qui donnent à manger à ceux qui ont faim, allez voir les fondations de toutes sortes avec leur bénévoles qui apportent du bonheur aux enfants blessés dans leur corps ou leur coeur, aux malades seuls, allez voir les gens de la rue et le nombre de personnes qui leur viennent en aide, allez voir les parents qui pendanr de longues années s'occupent d'un enfant malade, toutes ces personnes âgées qui rcitent leur chapelet avec ferveur dans le silence de leur maison, etc.. La réponse que Jésus a donné aux envoyés de Jean elle est là sous nos yeux tous les jours. Si Jésus n'étaient pas ressuscité et vivant au coeur de nos vies, ces donneurs de vie seraient moins nombreux.

C'est en lisant notre histoire que nous décelons la présence du Ressuscité.   Jésus n'est pas dans les systèmes, les théories ou les doctrines, il est au coeur de la vie des femmes et des hommes qui luttent, travaillent et prient. Ce qui manque sans doute à notre monde, ce sont des pasteures et pasteurs pour faire découvrir à notre monde cette présence amoureuse au coeur de leur vie. Nous nous sommes tricoté un Dieu à notre taille qui répond à nos besoins immédiats au lieu de bien concevoir le Dieu qui se révèle à nous. Ce qui fait que nous sommes souvent comme Jean a nous demander si Jésus est bien le Messie.

L'Évangile d'aujourd'hui nous renvoie à la vérité de notre être comme la vérité de l'être du Christ ressuscité. Il ne s'agit plus de s'inventer un Jésus à notre taille, mais d'accueillir et de nous laisser imprégner par celui qui se révèle au quotidien de nos vies. Quad Jésus répond aux envoyés de Jean, il le fait avec la vérité de son être et non par des théories. alors notre foi se base sur des faits, des réalités, non des preuves, mais des signes. C'est ce que le prophète Isaïe nous redit aujourd'hu: La terre aride deviendra fleurissante, les mains faibles retrouveront la force ... Notre Dieu se révèle par un agir et non dans des énoncés théoriques. C'est là aussi que retentit la parole de Jean: Convertissez-vous, redressez le chemin du Seigneur.... 

Dans notre Eucharistie aujourd'hui, nous allons communier à ce Jésus présent dans mon agir chrétien. Communier n'est pas seulement recevoir une hostie. Nous ne sommes pas des mangeurs d'hosties, mais des communiants. Communier à Jésus c'est d'abord voir la bonté de l'autre à côté de nous avant ses défauts qui sont trop souvent des blessures, c'est donner un sourire ou un geste de bonté à la personne qui me critique ou me dédaigne. Voulez-vous savoir si Jésus existe? Regarder les chrétien vivre ensemble dans la joie, l'harmonie, regardez les pasteures et pasteurs ouvrir leur coeur à la misère sous toutes ses formes. Jésus Christ se révèle à travers nous dans un agir évangélique et non suelement dans des théories. Bon Dimanche.

lundi, 05 décembre 2022 15:30

Saluons Monsieur Isaïe.

Notre ami Isaïe, ce matin, nous trace des lignes d'évangélisation pour aujourd'hui et demain. Les champs arides vont fleurir. Fortifiez les mains fragiles, affermissez les genous qui fléchisent, dites aux gens qui s'affolent: Soyez forts. ouvrez les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Isaïe nous ouvre une route d'évangélisation.

Que vient-il nous dire ce bon monsieur à travers ces images? Le premier mouvement est d'écouter, de regarder pour bien connaitre le champ que nous devons fertiliser, car si nous donnons le mauvais engrais nous raterons l'objectif et nous travaillerons pour rien. De quoi nos voisins ont-ils besoin  pour vivre en chrétiens? Il nous faut partir de l'humain pour les conduire au spirituel. Nous avons trop longtemps ignoré la dimension humaine dans la personne. J'ai expérimenté cette dimension lorsque j'arrivais comme pasteur dans une nouvelle paroisse. Il me falleit presque deux ans pour bine connaitre le milieu et être en mesure de donner la nourriture nécessaire et adéquate à la population.

Beaucoup de personnes à la télé nous fournissent des éléments importants. Hier soir à Tout le monde en parle, les participants se sont présentés comem de vrais évangélisateurs sans le savoir. Deux dames nous ont parlé de la lutte contre la violence faite aux femmes et de leur droit d'être reconnues commes de sêtres humains égaux avec l'homme, d'autres ont parlé de la nature ou de l'usage des boissons alcoolisées. On voulait comme di Isaïe, rendre fertile les champs arides, affermir le genoux flanchissant, etc ... Évangéliser, ce n'est pas d'abord partir de nous pour dire ce que l'on sait, mais partir de la personne pour lui faire découvrir ce qu'elle est. Nous ne sommes pas des enseignants mais des accompagnateurs. Il nous reste encore un bon bout de chamin à faire. 

 

dimanche, 04 décembre 2022 15:17

Convertissez-vous.

Convertissez-vous. Ce cri de Jean le Baptiste retentit encore aujourd'hui au coeur de nos vies. Que signifie-t-il pour nous dans notre monde boulversé? Le premier mouvement à mes yeux est de se convertir à ce que nous sommes vraiment: Des êtres humains créés à l'image et ressemblance du Créateur. Avons-nous pris conscience de cette grande réalité? Je ne crois pas. Jean Vanier disait: "Si tu ne peux pas t'agenouiller devant les blessés de la vie, tu ne peux pas t'agenouiller en vérité devant le grand blessé." Se convertir ne serait-ce pas reconnaitre d'abord la dignité de l'être humain enfant de Dieu et fait à son image. Pensons à toutes ces personnes mérpisées, violentées et souillées, blessées et en prison, victimes d'injustices, ces enfants mal aimés et abandonnés ...  Notre monde s'est fait un dieu de l'argent et de la résussite au détriment de l'être humain.

Nous avons un grand bout de chemin à parcourir pour apprendre à accueillir et relever l'être humain bafoué et méprisé. Ne serait-ce pas cela se convertir come l edemande Jean le Baptiste? Notre foi s'incarne dans un monde précis. Jésus est venu pour rencontrer ce monde et l'accompagner pour le faire grandir. Toujours dans notre histoire, des femmes et des hommes se sont levés pour vivre l'Évangile et défendre les personnes et ils s'en lèvera encore pourssés par l'Esprit Saint. L'ange a dit à Joseph: "Ce qui est en train de naitre vient de Dieu." Cette parole jaillit encore aujourd'hui, ce qui est en train de naitre autour de nous de différent  vient de Dieu. J'ai le sentiment personnellement que de belles choses sont en train de naitre dans notre monde et notre Église, des femmes et des hommes comme des jeunes se lèvent contre l'injustice, la violence, la guerre, l'oppression, l'intimidation. C'est un surgissement timide de l'Évangile mais très prometteur. Nous sommes habitués à vivre des rites à l'église, mais n'avons-nous pas oublié de vivre l'Eucharistie au quotidien? N'oublions pas que renconter et aider l'être humain à grandir comme enfant de Dieu, c'est rencontrer Dieu.

mardi, 29 novembre 2022 14:45

Envoyer guérir le monde. Mth 3, 1-12.

Je participais un jour à une réunion d'un mouvement où j'avais voulu donner quelques idées spirituelles et j'avais voulu susciter une dicussion. Ce fut le silence complet. À la suite un membre se leva pour parler de la place des dignitaires dans les processions. Ce fut un temps de dicussion enflammée. C'était leur centre d'intérêt. Ce souvenir est monté en moi à la lecture du livre d'Isaïe 11, 1-10 de notre dimanche.

Nous sommes au premier dimanche de l'Avent. Comme chrétien où sont nos priorités? Nous sommes une Église  de liturgie et le temps de l'Avent nous invite sur la route avec les chrétiens de nos commun autés paroisslaes pour une guérison intérieure. Nous sommes envoyés en mission. Isaïe nous dit le plan de Dieu avec nous. "Le loup habitera avec l'agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourrir ensemble ..."  Le loup ce sont les puissants de ce monde qui écrasent le petit, ce sont des individus ou des entreprises; dans le plan de Dieu, le pauvre, le petit de la société s'assois à la même table que le millionnaire ... Dans le plan de Dieu, il n'y a que des personnes qui vivent des situations différents, mais l'Inportance n'est pas l'épaisseur du porte-monnaie, mais la personne humaine. Nos sociétés sont organisées en système avec des dignités, des titres d'honneur qui créent des fossés entre les personnes et nous avons brisé le plan du Seigneur avec l'être humain. Nous sommes envoyés guérir ce monde.

Le fils de David est venu il y a  2000 ans remettre ce monde à l'endroit. Et pourtant notre monde est encore au prise avec la violence, l'injustice, la torture, l'intimidation, les frustrations de toutes sortes qui provoquent la colère et les émeutes. Dans ce mnde d'aujourd'hui une voix crie dans le désert comme à l'époque de Jean Baptiste. Cessez vos injustices,  évoutez et respectez les personnes,  ayez soin du petit et du pauvre sans voix. Convertissez-vous, passez du pouvoir à l'autorité, passez du pouvoir au service. Le peuple chrétien n'est plus dans les églises mais sur la route de la vie et nous attend sur cett emême route. C'est là que le cri de Jean Baptiste nos rejoint: convertissez-vous. Le Pape François est une de ces voix qui crie dans le désert; Une Église en sortie, une Église missionnaire. 

Notre monde souffre et a besoin de guérison, besoin d'amour, d'écoute, d'accueil et d'accompagnement. Bon nombre de théologiens nous invitent sur la route de la conversion. Durant ce temps de l'Avent, il s'agit moins de préparer la venue du christ, mais de découvrir là où il nait aujourd'hui dans notre monde et de le faire advenir. Jésus continue de naitre chaque jour dans notre vie personnelle et dans la société autour de nous, il s'agit pour nous  de le reconnaitte et de le nommer. Joseph a reconnut venant de Dieu ce qui devait naitre de Marie et lui donna le nom de Jésus. Comme lui nous sommes invités à reconnaitre ce qui nait aujourd'hui au coeur de nos communautés et de le nommer. Convertissez-vous nous dit Jen Baptiste. Ouvrons nos déserts à cet appel du Seigneur. Nos Eucharisties sont des moments privilégiés pour ceuillir la force de sortir de nos sentiers battus pour aller au coeur du monde nommer Jésus christ.  Tu lui donnera le nom de Jésus, Emmanuel Dieu avec nous. Dieu en nous.

 

lundi, 28 novembre 2022 15:46

Tu l'appelleras Jésus.

Joseph fait un rêve dans lequel on lui dit: Accueille ce qui va naitre de Marie et tu le nommeras: JÉSUS. IL reçoit une mission, donner le nom à Jésus, Dieu avec nous ou EN nous. À partir de Joseph, nous sommes tous investit de cette mission de nommer Jésus dans ce qui se vit autour de nous. Nommer Jésus dans les événements de la vie, c'est reconnaitre sa présence et son action dans notre monde.

Pour ma part, quand je vois tout le dévouement qui se donne dans nos milieux tant pour les personnes blessées dans leur intelligence et dans leur coeur, pour les personnes âgées seules, les banques alimentaires, et combien d'autres services, je vois, je sens la présence et l'action du Christ ressuscité et de son Esprit dans notre monde. Personne ne le nomme publiquement, tous en vivent sans le savoir parfois et sans le nommer. Souvent on se dit que les gens ne savent plus reconnaitre Jésus dans leur vie, cependant quand les gens ont demandé à Jésus: Quand avons-nous fait quelque chose pour toi?" Jésus leur  a dit: "Tout ce que vous faites aux plus petits d'entre les miens, c'est à moi que vous le fairtes." Mth. 25, 40.  Aujourd'hui encore beaucoup rendent service à Jésus sans le savoir, mais qu'importe l'action est là.

Parce que les gens ont délaissé la pratique religieuse, nous sommes enclins à être négatifs et nous ignorons l'action du christ ressuscité qui continue sa présence discrète dans le monde. L'image que nous avons trop souvent du christ nous empêche de voir sa présence agissante au coeur du monde auprès des personnes blessées et mal aimées. Nous avons à devenir plus chrétiens,  plus à l'écoute de la vie. Le Christ est en nous comme une force de vie. Il est difficile dans notre monde de nommer Jésus, ne serait-il pas plus important de le faire découvrir par les gens au coeur de la vie. Découvrir cette présence, c'est cela évangéliser. Nous sommes davantage porter à dire et imposer une conviction et non à prmettre aux gens de faire l'expérience. La relation au Seigneur n'est pas au niveau de la tête, mais du oceur.  

 

samedi, 26 novembre 2022 15:27

Le temps de l'Avent

L'année litrugique commence demain avec le temps de l'Avent. Ce temps représente le temps de préparation à la naissance de Jésus. Cette année nous cheminerons avec l'évangéliste Mathieu. Mathieu a sa façon à lui de présenter la venue de Jésus.  Je trouve dommage que la liturgie des dimanches ne suive pas cet Évangile pas à pas.

Mathieu commence avec la généalogie de Jésus. Il le situe dans le monde présent non dans un monde imaginaire ou irréel. Dans cette généalogie les nom de quatre femmes apparaissent et elles sont toutes de sprostituées. Dès le point de départ, Jésus est présenté comme celui qui vient pour les exclus, les mal aimés, les pauvres a tout point de vue. Sa mission nous est présentée. Une cinquième femme est nommée: Marie. Celle-ci conduit à Dieu avec la naissance de Jésus. Jésus est venu s'inscrire dans le monde réel pour lui faire découvrir le projet du Père et le conduire dans la voie de ce projet d'amour. Le généalogie de Jésus commence avec David et Abraham pour se terminer avec Joseph et Marie qui donnèrent naissance à Jésus.

Ce cheminement de Mathieu est extraordinaire. Jésus prend le monde tel qu'il est pour le conduire ailleurs. Il s'inscrit dans un monde en difficulté de croissance pour le développer jusqu'au projet d'amour de Dieu avec lui. Jésus ne condamne pas, il éduque, perfectionne  et conduit le monde à son terme.  Jésus n'exclut personne. C'est le questionnement qu'il pose à notre façon d'agir en ce début d'Avent. Il nous indique aussi une voie d'évangélisation. Ce qui est premier pour Jésus est la personne. l'important est le vécu chrétien et donc profondément humain de la personne. Jésus s'inscrit au coeur de nos vies pour faire découvrir notre richesse intérieure afin d'en vivre. 

Notons que le texte emploie le tremr "engendrer" pour toutes le sgénérations, alors que pour Jésus il écrit: "Joseph e tMarie desquels est né Jésus qu'on appelle Christ." 1, 10. Le terme engendrer signifie que l'on donne son image, on peut reconnaitre la personne à partir de la ressemblance avec la famille. Il ne pouvait en être ainsi de Jésus. Ni Marie ni Joseph ne pouvait engendrer Jésus à leur image. C'est ainsi que Mathieu emploie le terme "naitre."

Durant ce temps de l'Avent nous sommes invités à faire naitre Jésus dans nos vies et notre monde tel qu'il est pour que le Christ ressuscité le transforme et le conduise au Père.  Amen 

 

samedi, 26 novembre 2022 15:06

Lire et méditer.

Qui fera du neuf? Novalis. Sous la direstion de Gilles Routhier et Bertrand Roy. Plusieurs auteurs comme Mgr Alan Fabert, évêque auxiliaire de MontréaL, Gilles Routhier, théologien, Mgr Pierre Gouidreault, évêque de la Pocatière, Sr Évangéline Plamondon, Québec, et Bertrand Roy, ptre des Missions étrangères. Ces auteurs brossent un petit tableau de la situation de l'Église au Québec dans une perspective d'évangélisation. Cet ouvrage présente un urgent besoin d'évangélisation et de la nécessité de former des évangélisateurs, évangélisatrices. Deux attitudes en découlent; d'abord la nécessité de bien connaitre la société devant laquelle nous sommes placés afin de mieux ajuster notre présence, et l'évangélisateur a besoin de vivre une expérience spirituelle, expérience forte de la présence du Christ au coeur de la vie. On ne s'improvise pas évangélisateurs.  Nous sommes invités à une action positive afin que le "tournant missionnaire de l'Église" ne soit pas seulement un slogan. Bonne lecture...

 

vendredi, 25 novembre 2022 17:52

Pourquoi es-tu là?

Pourquoi es-tu là? C'est la question que l'on m'a posée, pourquoi suis-je prêtre encore à mon âge? Être prêtre ordonné à mes yeux, c'est une mission au service de mes soeurs et frères en humanité. Je ne suis pas prêtre pour moi, je suis envoyé par Jésus Christ et je suis a cette mission tant que j'en aurai la capacité. Au cours des années, cette mission change de figure. C'est toujours la même mission mais sa façon de la réaliser change à cause du contexte de la société, de la capacité physique et des défis qui nous sont présentés.

Le monde dans lequel je m'insère aujourd'hui a besoin de sens à la vie, besoin d'amour et de paix. Ma façon de remplir ma mission doit s'ajuster à ces nouveaux besoins. J'ai été longtemsp un faiseur de sacrements et un bâtissers d'équipes; aujourd'hui je crois ces choses dépassées, il faut aller au cour de la vie présenter un Dieu à la recherche de l'être humain, qui veut vivre une relation d'amour avec nous au-delà des structures mais au coeur de notre vie. Ma mission est d'annoncer un Dieu qui nous aime, qui habite au coeur de notre vie quotidienne et nous accompagne vers une éternité de bonheur. Un Dieu qui vit avec nous et fête avec nous. De sorte que nos célébrations ne seront un geste posé par obligation sous peine de péché, mais un geste d'amour en réponse à un Amour.

Si je suis là aujourd'hui encore, c'est que je crois que notre monde a de plus en plus besoin de pasteurs et ma prière quotidienne est que je sois mieux le pasteur dont mes frères et soeurs ont besoin et qui répond à mes capacités du présent.  être prêtre est une mission au coeur du monde et cette mission s'arrête avec la mort. 

 

mercredi, 23 novembre 2022 17:16

Les signes des temps. Mth 24, 37-41

L'Évangile de notre dimanche, nu sfait rencontrer notre Grand-Père Noé. Il a vu venir les dangers de la nature et pour éviter de se laisser submerger et de périr comme tant d'autres, il fabriqua une arche et cela lui permit de flotter sur les eaux et d'éviter le nauffrage.

Aujourd'hui encore, je risque moi-même d'être submerger par le débordement de fléaux de la vie. On dirait que tout va de travers: le système de santé soouffre d'anémie, le système d'éducation soouffre d'ignorance, le coût de la vie souffre de haute tension, nous aurons sans doute besoin, comme notre grand-père Noé, d'une arche pour ne pas nous laisser submerger par les flots de la vie.

Alors, il nous faudra donc méditer ensemble sur la construction de notre arche pour éviter que la vie nous accable. Il me semble que la première arche à construire est celle de la connaissance de soi-même. Se connaitre soi-même avec ses forces, ses qualités et ses limites. Se connaitre soi-même avec ses habiltés et ses faiblesses, ses talents et ses charismes. Se connaitre soi-même comme rempli du  Divin qui nous rend fort Il est important de ne pas seulement compter sur les autres, nous avon en nous une tonne de capacités pour vaincre l'arrogance de la vie.

Pour nous chrétiens, nous devons construire en nous l'arche de la Parole de Dieu. Il nous est de plius en plus urgent de mieux connaitre le message de Jésus. Nous sommes souvent submerger de lois, d'obligations, de commandements à apprendre et à respecter que notre liberté souffre d'insuffisance cardiaque. La Parole de notre Dieu vient nous permettred e lire les signes des temps et de pouvoir les affronter avec force. La parole de notre Dieu est une nourriture qui fait échec à la montée des denrées, ¸a ne coûte pas cher et c'est efficace.

Nous avons aussi à mieux redéfinir l'arche de notre foi. La foi est l'adhésion au Christ, à son message de paix t d'amour afinde mettre nos pas dans les siens, de prendre la même route que Lui. La foi qui nous permet de dire comme Mathias: Mon Seigneur et mon Dieu. La foi n'est pas des croyances. La foi nous fait entrer en copmmunion avec le Christ. La foi s'adresse à  une personne non à des vérités ou des théories.  

Il nous faut aussi construire l'arche de la charité qui est le ciment de la vie chrétienne et de la vie en communauté écclésiale. La chatié est l'amour de Dieu qui nous met en amour le suns avec les autres, qui nous fait dépasser nos différences, nos rivalités, notre égoïsme pour nous faire vivre en communion. "Sans la charité, je ne suis rien," nous dit Saint Paul. Nous sommes des êtres de relations et la charité est le ciment de ces relations. Ceci nous conduira aussi à construire l'arche de la prière, de la vigilance, de l'amour ...

Ce temps d el'avent qui commence aujourd'hui est un temps de naissance et Mathieu nous indique  comment lui, un bon juif, il a prévu ce temps. IL est intéressant de suivre l'Évangile de Mathieu de la première ligne  aux suivantes dans ses deux premiers chapitres. Ce temps préparatoire à NOël est un temps de nouveautés, de naissances dans un monde en perpétuel changement. Et Mathieu s'inscrit dans ce renouveau. C'est un temps pour mieux comprendre la situation de notre Église et d'en assurer la renaissance tous les jours. Une phrase nous y invite, à Joseph l'ange dit: Prends chez toi ce qui vient de Dieu. Le renouveau de notre Église voulu par les changements de société viennent aussi de Dieu. Il nous faut apprendre à lire les signes des temps comme Noé a su les lire et construire l'arche dont nous avons besoin pour surnager et atterrir au mont ararat. Amen.

lundi, 21 novembre 2022 15:02

La parenté.

Jésus lève la main vers chacun de nous et dit: Voici mes soeurs, mes frères. ma mère. Nous sommes la famille de Jésus. La famille de Jésus ce sont ceux qui écoutent sa parole et la mettent en pratique. L'enseignement de Jésus  est son corps, sa vie, c'est Lui. Jésus nous l'a donnée pour transformer notre vie et devenir ses témoins au quotidien. La grande pauvreté de notre Église est ce manque de témoin sur le terrain.     La méconnaissance de l'enseignement de Jésus est une grande faiblesse pour notre vie chrétienne. Nous adorons un Dieu-Roi comme dans la liturgie d'hier et nous oublions que Jésus est d'abord et seulement un pasteur, un frère qui nous accompagne au cours de notre vie. Cette réalités e découvre par expérience et non pas des connaissances. Notre premeir travail d'évangélisation est d'être témoin et de susciter des expériences profondes de vie au quotidien. Notre population n'est pas à la catéchèse, mais au kérigme, c'est à dire à la première annonce et expérience du Christ. La catéchèse vient à la suite expliquer cette expérience. Il nous faut descendre de la tête au coeur.

 

Page 1 sur 227