Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

dimanche, 12 juillet 2020 13:39

Un terrain mal préparé.

Les paroles sont tombées sur un sol pierreux, où il n'y avait pas beaoucoup de terre; elles ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s'étant levé, elles ont brûlées et, faute de racine, elles sont séchées. Mth. 3,1-20. Voila une terre mal préparée a recevoir la semence. Si nous voulons que la parole de Dieu germe et porte du fruit, la terre doit être préparée en conséquence. Nous avons semé sans nous occuper de bien préparer la terre, c'est ma conviction. Nous avons grandi au Québec comme ailleurs dans une société de dévotion et de croyances. Nous avons mis l'accent sur la pratique sacramentelle et pas assez sur la préparation de la terre. Le confinement nous a mis en présence de cette réalité avec acuité. Nous vivons dans une société malade qui n'a pas de racines spirituelle et humaine et dès que la pratique religieuse diminue, le vide apparait. Nous avons vécu des drames dans les maisons de soins pour personnes âgées durant le confinement et cette semaine un drame épouvantable a fait la UNE des journaux. Nous n'avons pas de racines spirituelles et humaines, quand les difficultés de la vie arrivent notre vie sèche faute de racines.

Nous nous occupons trop des conséquences et oublions les causes des problèmes. Pourquoi tant de souffrances dans notre monde,. pourquoi tant de violence? Les psychologues nous le redisent à tous les jours. Le médecin qui a parlé à l'émission "Y du monde a messe" nous l'a bien expliqué et nous a donné une belle démarche pour corriger la situation. Magnifique démarche d'évangélisation pour nous chrétiens si nous savons écouté le monde.  Les  êtres humains sont blessés, et les réponses ne sont pas suffisantes. Nous devons retrouver la force des sacrements; retrouve rla force de l'Eucharistie comme puissance de communion en nous et avec le Seigneur, force que nous avons ensevelis dans des rites; retrouver la table de la communion. Nous devons retrouver la puissance de guérison du sacrement du pardon dans une rencontre personnelle vraie qui nous fait voir les causes de notre agir et qui refuse de s'arrêter seulement aux conséquences. Nous devons prendre le temps de nous arrêter pour épierrer notre terrain afin que la parole de vie puisse germer. Ce que nous appelons péché est d'abord une maladie de l'âme, une maladie spirituelle qui a des causes. L'aveu dans la rencontre sacramentelle est le point de départ qui nous conduit à la cause de notre agir et c'est là que le Seigneur agit pour nous guérir. Tant que nous nous occuperons que de la plante qui ne poussee pas sans s'ocucper de bien préparer notre terre, l'avenir n'est pas assuré.

Alors ma rencontre eucharistique d'aujourd'hui sera une rencontre de guérisons. Je m'arrêterai à regarder mes pierres pour bien préparer ma terre intérieure à la mission. Aujourd'hui au lieu d'aller à la messe, j'irai esarter mon terrain pour que la force de la communion avec mes frères et soeurs et avec le Seigneur fasse de moi un être nouveau, un être de communion et de mission. 

samedi, 11 juillet 2020 14:23

Qui enverrai-je?

Qui enverra-ije? Et j'ai répondu: Me voici: envoie-moi! Is. 6,8. C'est le cri que nous pourirons entendre encore aujourd'hui devant la situation des communautés chrétiennes: Qui enverrai-je? C'est la question que nous nous sommes posés un jour devant une situation difficile dasn des paroisses: Qui enverrons-nous pour rassembler ces gens et refaire les liens de confiance? Dans des sirtuations de conflits, c'est toujours la question que l'on se pose. Dans la situaiton de la vie chrétienne aujourd'hui, c'est aussi la question dans nos communautés chrétiennes: Qui enverrons-nous sur le terrain rassembler dans l'amour et l'unité, qui enverrons-nous évangéliser? Dans chaque communauté, le Seigneur  dépose des femmes et des hommes capables de remplir cette mission. Dansd chaque communauté l'Esprit fait naitre des pasteurs pour animer la vie chrétienne. Le problème est de les détecter, de les accompagner parce qu'ils ne sont pas toujours à notre taille et ne répondent pas toujours `à nos critères d'évaluation. J'ai fait cette expérience souvent dans ma présence en paroisse. Ceci nous rappelle le choix de David, le peitit garçon qui gardait le troupeau et que le propète envoie chercher pour le oindre comme pasteur du peuple. Il n'avait pas fait son Grand Séminaire le pauvre. L e plus important n'est pas ce que nous avons entre les deux oreilles, mais en bas des deux épaules. C'est la qualité du coeur. Bonne journée à vous.

samedi, 11 juillet 2020 13:58

Vivre en cohérence.

Quand nous entrons en communication avec quelqu'un, parfois on se dit: Il n'a pas besoin de parler, je sais ce qu'il va dire avant d'ouvrir la bouche. Souvent des persones m'appellent et me disent: Je sais que ce que je vais te dire, tu ne seras pas d'accord, c'est pas ta vision d'Église. Nos valeurs, ce qui fait notre vie profonde, c'est ce que nous laissons paraitre et que nous défendons. Nous savons de quel bois il se chauffe, entendons nous souvent. Parfois aussi on se dit: Lui ou elle, faut pas trop se fier à ce qu'ils disent, ils faussent la réalité, ils ne disent pas toujours ce qu'ils pensent.

Hier soir à l'émission:" Y a du monde à messe" des invités nous ont dit l'importance qu'ils portent à dire ce qu'ls vivent et pensent. N'oublions pas que notre parole est alignées sur nos valeurs, notre idéal et nos convictions. Si je suis un être de structures et de lois, je vais placer l'importance sur ces réalités et souvent au détriment des personnes et de la vie, si je suis un être de relation, mon discours le dégagera. "Nous sommes le reflet de nos pensées, nous devenons le fruit de nos convictions. Notre vie est le résultat de notre discours intérieur." Vivre en cohérence, c'est accorder notre discours et notre vie sur nos valeurs et nos convictions.  D'où l'importance de se bien connaitre pour être fidèle à ce que nous sommes. Être fisèle à ce que nous sommes et non à ce que les autres voudraient que nous soyons.

N'oublions jamais que nous sommes une merveille de la nature, nous sommes le plus grand miracle du monde et c'est parce que j'y crois et que je vous aime que chaque jour je vous rends visite avec ce moment de réflexion. Bonne journée.

 

vendredi, 10 juillet 2020 13:25

Osez.

Par la bouche d'Osée, le Seigneur nous dit: Je les guérirai de leur indifélité, je les aimerai d'un amour gratuit.  Sr Catherine Aubin a écrit un magnifique livre: "Sept maladies spirituelles" où elle met l'acent moins sur le péché à corriger que sur une maladie qu'il faut guérir. C'est ce que le Seigneur nous dit aujourd'hui par la bouche d'Osée. Jésus est venu guérir nos blessures et nous établir dans une relation d'amour et de confiance avec Lui.  Nous mettons l'accent beaucoup sur le péché et oublions que l'homme est souvent un être blessé que nous devons aider à guérir. Nous avons de la difficuté à accepter l'amour gratuit de Dieu, il nous faut toujours le gagner par des bonnes actions, des sacrifices, nous devons le mériter alors que Jésus nous dit qu'il nous l'a donné. À la suite du prophète Osée, OSONS vivre l'Amour gratuit de Dieu et laissons-nous guérir de nos blessures intérieures. Magnifique journée à vous.

vendredi, 10 juillet 2020 12:56

Avance en eau profonde.

C'est à l'endroit où l'eau est la plus profonde qu'elle est la plus calme. William shakespear. C'est une invitation que nous adresse ce bon William à descendre en nous, dans nos valeurs intérieures pour trouver le calme et la paix. Nous vivons dans un monde agité où tout va vite et nous perdons souvent notre calme intérieur. Nous vivons trop souvent à la surface de nous  même et le moindre petit vent contraire nous déboussole et nous fait perdre le nord. Le confinement nous donne le temps de descendre en nous, de nous retoruver face à nous-même sans peur parce qu'en dedans même s'il y a des blessures, il y a de la beauté et de la grandeur. Dieu dit: Je vous ai fait à mon image et ressemblance. Et plus tard il ajoute: J'ai mis ma loi et mon amour au fond de votre coeur. Il ne dit pas, je l'ai écrit sur votre front, mais au fond de votre coeur. C'est en dedans que nous devons aller la trouver.

C'est dans le calme au fond du coeur que nous trouverons la paix intérieure et au lieu de vivre accablé par le poids des péchés sous le regard d'un Dieu qui surveille pour nous punir, nous apprendrons à découvrir notre merveille intérieure et notre vie deviendra un dialogue et une marche avec Jésus christ dans l'Esprit Saint nous laissant regarder par l'Amour qui libère et fait vivre. Avance en eau profonde nous dit Jésus, ne reste pas sur le bord du rivage, ne reste pas à la surface de toi-même pour entrer dsns une nouvelle connaissance de toi-même, celle de la présence de Dieu au plus profond de ta vie. "Si on prenait le temps d'écouter, de regarder et d'aimer, renaitrait l'homme nouveau" dit la chanson. Aujourd'hui donnons-nous des temps de silence intérieur pour trouver le sens même et profond de ce que nous sommes. Découvrons que nous sommes des MERVEILLES.  

 

jeudi, 09 juillet 2020 13:59

Osée 11, 1-9.

Notre bon ami Monsieur Osée continue ce matin de nous interpeller. Le Seigneur met dans sa bouche une parole de foi et d'espérance. Parlant au peuple, le Seigneur dit: "C'est moi qui leur apprenais à marcher, en les souteant de mes bras, il n'a pas compris. Je les traitais comme un nourrisson qu'on soulève contre sa joue. (...) Je suis Dieu et non pas homme et je ne viens pas pour exterminer." En lisant ce texte, je pensais à notre vie en Église où nous ne savons plus où nous allons. Ne serait-ce pas la main de Dieu qui nous guide sur un autre chemin? le peuple  a l'époque des prophètes vivaient une situation difficile, l'avenir semblait boqué, mais le Seigneur guidait son peuple. Il guide encore aujourd'hui le peuple chrétien sur son propre chemin avons-nous assez de foi pour mettre nos pas dans ceux de Dieu pour avancer avec confiance.  Le Seigneur ne vient pas exterminer,  ne vient pas abolir la loi mais la conduire à sa perfection. Il vient transformer pour nous conduire à l'essentiel. Magnifique journée à vous. 

 

jeudi, 09 juillet 2020 13:26

"Choisir la charité"

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'éditorial de la revue des Chevaliers de Colomb qui parle de l'option fondamentale du fondateur pour la charité. Devant l'épidémie d'actes racistes dans la société actuellement, ce texte nous rappelle des valeurs fondamentales prônées par l'Abbé McGivney, valeurs fodamentales de base pour toute vie en société. L'article fait référence à l'objectif d'une publication des chevaliers: L'Élévation morale et sociale de nos membres.  Relever le niveau humain et spiriuel du milieu, dirait une communauté religieuse bien connue. Une rencontre fut tenue entre différents responsables d'Églises et les chevaliers pour s'entendre sur une voie commune contre le racisme. C'est intéressant de voir qu'on se rassemble au niveau de la vie et des personnes, c'est le message de l'Évangile qui passe. Il nous faut remplacer les jugements, les divisions, la haine et la violence par l'accueil, le respect de l'autre dans ses différences, le pardon et la justice.  "Nous avons plus que jamais besoin de témoignage de charité, d'unité et fraternité. Paul V1 disait: Les jeunes ne suivent plus les maitres, mais les témoins. Le monde n'a pas besoin de haut-parleurs qui laissent passer des doctrines, mais il a un urgent besoin de témoins. "Si nous voulons bâtir la civilisation de l'amour, nous devons choisir le chemin de la charité."  Nous avons là un défi présenté aux chevaliers: être témoins de la charité du Christ sur le terrain.  La chevalerie est une école qui nous aide à vivre le message de l'Évangile au quotidien. Nous ne sommes pas un club social, mais une école où nous apprenons ensemble à vivre un témoignage "de communioon fraternelle qui devienne attrayant et lumineux. (C. Anderson). Que tous puissent admirer comment vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encourager mutuellement et comment vous vous accompagnez. Pape François." Ce défi ne s'adresse pas seulement aux Chevaliers mais à nous tous et toutes qui nous disons chrétiens. Choisir la charité au lieu du jugement.    

  

 

mercredi, 08 juillet 2020 16:54

Il y a 80 ans.

En avril 1940, le gouvernement du Québec votait le droit de vote pour les femmes au Québec. Je suis allé relire cette histoire de la lutte des femmes chez nous, C'est assez pénible pour ne pas dire scandaleux. Nos grands hommes politiques et religieux on tenus des propos assez peu dignes de gens qui se prétendaient catholiques. Même nos évêques n'ont pas échappé à ces style scandaleux. Je n'écrirai pas de citations par respect pour ma mère qui était une femme à ce que je sache. Est-ce que la mentalité s'est améliorée, j'en doute.  Je lisais que l'Archevêque de Libreville au Gabon vient de se lever contre la levée de la loi condamnant l'homoséxualité. Ses propos sont assez gênants.  Nous interdisons l'accès au sacerdoce pour un homme qui se révélerait homo avant l'ordination, est-ce mieux? Est-ce que le Seigneur réserve son appel selon le sexe ou l'orientation sexuelle? Je ne veux pas partir de polémique, mais simplement dire mon indignation et inviter à la réflexion. Je crois que nous avons encore un long chemin à parcourir.

 

mercredi, 08 juillet 2020 15:00

Osée: 10, 1-12.

Le peuple crie au prophète Osée qu'ils n'ont plus de roi, le peuple est déemparé. Aujourd'hui nous disons: Nous n'avons plus de monde dans nos églises, nous n'avons plus de prêtres québécois, nos fabriques n'ont plus d'argent, etc ..Toute la litanie de ce que nous avons perdu comme si hier était la seule façon de vivre en Église. Le Seigneur dit par la bouche du prophèrte: Défricchez vos terres, faites des semailles. L'heure n'est pas aux lamentations, mais au défrichement. "Le Seigneur renversera ses autels, les stèles, il les détruira." Le Seigneur viendra répandre une pluie de justice. Après la pandémie, les gens reviennent à l.'essentiel, beaucoup reviennent à la campagne retrouver le calme. Dans notre vie spirituelle, le Seigneur nous invite à revenir en bas, à la terre de nos valeurs intérieures, Le Seigneur nous invite à défricher cette terre pour en recueillir les fruits de charité d'amour, de paix, de respect des personnes.   Le Royaume de Dieu est en nous, l'Église est en nous, ne cherchons pas à l'extérieur et ne comptons pas sur les autrres, défrichons nos terres, faisons les semailles et les fruits viendront. 

 

mercredi, 08 juillet 2020 14:39

A méditer.

Le sage Lao Tseu disait: Si tu as tendance à être anxieux, c'est parce que tu vis dans le futur. Si tu as tendance à être dépressif, c'est que tu vis dans le passé. Si tu as tendance à être en paix, c'est parce que tu vis le moment présent. Voila une clé importante pour nous qui vivons agités et toujours tendu vers l'avenir. Le meilleur moyen de bâtir l'avenir est de bien vivre le moment présent. La peur de l'avenir, la nostalgie du passé nous empêchent de bien vivre l'aujourd'hui de Dieu. Le moment le plus important de ma journée est le moment présent où devant mon ordinateur je m'entretiens avec vous. Le meilleur moyen d'assurer l'avenir de notre Église et des vocations est de bien vivre le moment d'aujourd'hui, de bien répondre aux besoins spirituels des chrétiens aujourd'hui.  le temps de confinement nous a appris cette sagesse. Est-ce que j'ai vécu ce temps dans l'attente que les églises ouvrent pour avoir ma messe ou si je l'ai vécu comme un temps riche de découverte spirituelle, de redécouverte de la prière comme moment de communion et non seulement de paroles, comme un moment pour redécouvrir mes valeurs intérieures? Nous avons peur de l'avenir parce que nous ne retrouverons pas ce que nous avons vécu, nous regrettons le passé parce que ce n'est plus pareil et nous oublions de voir les beautés, les richesses de ce qui se vit aujourd'hui. Nous devons retrouver et admirer la vie chrétienne en 2020 et non plus en 1950. VIVONS BIEN LE MOMENT PRÉSENT ET NOUS SERONS HEUREUX. C'est comme cela que la vie est belle.    

Page 13 sur 156