Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

vendredi, 03 mai 2019 13:51

Rite ou Mission.

La liturgie, de ce temps pascal, nous fait méditer le texte des Actes des Apôtres. A cause du contexte où les apôtres se trouvaient, ils mirent l'accent dans leur prédication sur la résurrection du Christ et la mission du Christ s'est trouvé mis un peu en veilleuse. Mgr Durocher écrit:"La Bonne Nouvelle du règne de Dieu qui approche a cédé la place à la Bonne Nouvelle que le Christ est ressuscité." Ceci a marqué toute la vie de l'Église de sorte que l'accent fut mis sur le rite liturgique qui a mis la valeur des sacrements un peu en veilleuse.  Ainsi nous avons catéchisé, sacramentalisé,  ritualisé et lors de l'évolution des sociétés, le peuple délaissant ces pratiques se retoruve devant un vide spirituel profond. L'important est que le rite liturgique soit bien fait. Nous avons développé des dévotions et le culte eucharistique et la mission du Christ fut oublié.

L'Eucharistie est devenue une célébration et quand la célébration est terminée, on entre chez soi jusqu'au dimanche suivant. Je l'ai vécu longtemps de cette façon. On ne  part pas de l'église parce que la messe est terminée, mais parce que la messe commence.  Jésus nous a donné une misison a réalisée. Devant les enfants qui meurent martyrs, ou de faim, devant les vieillards seuls devant la fin de vie, devant les jeunes découragés pour qui le suicide parait la seule issue, je me pose de réelle questions sur ma  façon de vivre et annoncer la mission du Christ. Quelle fut la passion de Jésus? Qu'est-ce qui la fait vivre et conduit à la mort? On met l'accent sur la passion du vendredi, mais celle de chaque jour de sa vie terrestre? Je renocntrais un dame qui depuis 17 ans, chaque matin, va servir les petits déjeuners à l'école aux enfants qui arrivent le ventre vide. Les chrétiens sont là sur le terrain, mais je constate que mon Église n'est plus là. J'ai mal à mon Église. Pourquoi notre Église n'est-elle plus présente aux problèmes quotidiens du monde? Nous avons rencontré le Christ dans le tabernacle devant lequel nous fléchissons les genoux, mais avons-nous rencontré le Christ ressuscité et blessé du quotidien. Je pense au chant: Que restera-t-il de toi? Il restera ce que tu as semé, donné. ...   Derrière une église qui ferme, il y a une communauté qui a soif et faim de sens à la vie et de spiritualité ... Marie gardait ces événements dans son coeur ...

 

mercredi, 01 mai 2019 14:27

Pauvr'sainte Anne.

Me baladant hier, je passai devant mon église et deux personnes âgées discutaient un peu triste. Je m'arrête pour écouter dsicrètement. Quelle affaire, disaient-ils, notre statue de Sainte Anne sur l'église est brisée, il a fallut la descendre et nous n'avons pas l'argent pour la réparer. Les jeunes ne croient plus à rien. Ils ne veulent pas nous aider. C'est bien triste.

Passe alors un jeune adolescent qui leur dit: Je rammasse des sous pour aider la croix rouge en vue des sinistrés  des inondations. Pauvre garçon, qu'on lui répond, on n'a pas d'argent pour ça, le gouvernement va les aider, nous, on s'ocucpe de sainte Anne.

Un autre jeune passe tout triste, sans un mot. Les personnes l'interpellent: tu as l'air bien triste. Il leur répond: Mon père avait une maladie rare et le médicament pour le soigner n'était pas couvert par l'assurance-maladie, comme nous n'avions pas l'argent, il est mort ce matin. C'est bien triste pour toi, mais nous on s'ocucpe de notre sainte Anne. Pauvr'Sainte Anne.

 

mardi, 30 avril 2019 13:49

Notre filet est vide. Jn 21, 1-19.

Jésus avait dit aux apôtres: Je ferai de vous des pêcheurs d'hommes, et voila que  leur filet est vide. Le poisson ne mord pas à leur demande. Je suis déjà aller à la pêche avec un ami et le soir, mon filet était encore vide, c'est décevant. Comme curé, il m'est arrivé aussi que mon filet restait vide devant l'annonce d'un projet. Il s'agit simplement de se poser la question: Pourquoi? Pourquoi le poisson ne mord plus. Suivons l'Évangile d'aujourd'hui.

Le message de l'Évangile est tout simple. Les apôtres avaient pêché toute la nuit sans rien pendre et voila qu'au lever du jour, Jésus leur dit: Jetez le filet à droite et le filet se rempli. La droite est le lieu de la conscience, le lieu de l'écoute. Le poisson est le symbole de nos valeurs, de ce qui nous fait vivre. Quand je vais évangéliser et que les gens ne mordent pas, posons-nous la question: Qelles sont les valeurs qui me font agir ansi? Si mes valeurs sont de ramener les gens à l'église et à la pratique sacramentelle, il y a de gros risques que je revienne les mains vides. Si mes valeurs sont d'abord de créer des relations humaines riches et nourrissantes, si mes valeurs sont l'amour, le pardon, la joie, la fraternité que je veux vivre avec ma communauté, il y a sans doute des chances que mes filets se remplissent.

Nos églises se vident, les chrétiens et chrétiennes n'écoutent plus la parole et s'éloignent de la pratique, il n'y a plus de pasteurs   issus du milieu; qu'est-ce que nous proposons pour que nos filets demeurent vides? Le Seigneur dit: "Je connais mes brebis et elles me connaissent, elles suivront ma voix." En ce temps d'évangélisation proposé par nos Évêques à la suite de notre Pasteur François, le Seigneur nous invite à jeter le filet à droite. Il nous invite à écouter sa Parole, à nous mettre a`son école pour vivre son projet et non le nôtre.Nous avons besoin d'un temps de discernement, sortir de nos sentiers battus pour découvrir le projet du Seigneur sur notre monde d'aujourd'hui.

Notons également que les apôtres reconnaissent le Seigneur dans un geste de communion: le partage du repas. Tout comme les disciples D'Emmaüs ont fait l'expérience de sa présence de Vivant dans un geste de communion et de partage. Le Christ ressuscité ne se reconnait pas dans des idées ou des théories, mais dans un moment de communion, dans une relation vraie. C'est une expérience de vie.  Découvrir le Ressuscité est une affaire de coeur et non de tête. L'important n'est pas de faire entendre des choses, mais de faire rencontrer quelqu'un.

Pierre était nu. Il a découvert l'inutilité de ses efforts sans l'écoute de l'Esprit qui l'accompagne. Comme Pierre nous nous retrouvons souvent nus dans notre propre vie spirituelle comme dans  la vie de nos communautés chrétiennes; nous réalisons notre impuissance. Jésus nous dit: "Jetez le filet à droite", cessez de raisonner, mettez-vous à l'écoute de l'Esprit que je vous ai donné et avancez. Pierre a revêtu un vêtement pour s'approcher du Christ. Il a pris le vêtement de la foi, le vêtement de la confiance, le vêtement de l'amour. Arrivés à terre, il trouve un feu qui réchauffe, rassemble et met de la joie au coeur. Souhaitons aujourd'hui que les gens de chez nous trouve dans notre Église un feu qui les réchauffe, les rassemble dans l'amour et la joie. Souhaitons aussi que notre vie chrétienne fasse découvrir quelqu'un qui donne le goût du rassemblement et remplisse nos filet. Le Seigneur nous invite à la pêche et pour que le poisson morde, il faut lui donner la nourriture dont il a besoin qui n'est pas nécessairement la nôtre. JETONS NOTRE FILET A DROITE.

 

lundi, 29 avril 2019 14:50

Une inondation.

Nous vivons présentement au Québec une période difficile qui cause des torts considérables tant finansiers qu'humains. les inondations détruisent des années de travail et de sueurs. L'entraide et la charité. sont au rendez-vous et montrent que la nature humaine est encore vivante avec ses valeurs profondes. Actuellement, l'urgence nous fait travailler sur les conséquences, mais un jour faudra bien s'attaquer aux causes. Quand quelqu'un est souffrant, on lui donne un médicament pour soulager sa douleur et par la suite on s'attaque à la cause du mal pour le guérir.

Nous avons vécu dans notre Église un autre genre d'inondation qui ne semble pas terminée. Nous avons découvert un genre de tsunami de scandales sexuels qui inonde le monde entier. Actuellement l'urgence nous fait travailler sur les conséquences dans le soin des victimes et même des abuseurs qui sont d'une certaine façon des victimes. Un jour faudra bien s'attaquer aux causes. tout agir à une cause. Spinoza écrivait au 17e sieècle: Il faut chercher à comprendre et à expliquer. Dans les comportements humains: plutôt que de s'en moquer, de les juger, de s'en plaindre ou de les haïr, cherchons à les décrypter, à en comprendre les causes, à les analyser en se référant aux lois immuables de la nature. Une colère s'explique aussi bien qu'une tornade, et la jalousie à des causes aussi rationnelles qu'une éclypse de soleil. Il ne suffit pas à mon humble avis de s'occuper seulement des conséquences et ou bien d'ignorer les causes ou de les projeter sur la société ou les autres.

Ceci me fait faire un clin d'oeil au sacrement du pardon qui dans sa formule actuelle s'occupe plus des conséqences que des causes. Le sacrement du pardon est d'abord, selon ce que certans biblistes et théolgiens nous ont appris,   un sacrement de guérison et de libération. Si nous voulons libérer quelqu'un de son péché, il nous faut voir les causes et non seulement  les conséquences. C'est ainsi qu'a la suite  de rencontres individuelles vraies, beaucoup de péchés sont disparus dans la vie de chrétiens et chrétiennes. Je l'ai vécu dans ma propre vie personnelle et dans l'exercice du ministère avec mes frères et soeurs dans la foi. Le Seigneur nous dit: ceux que vous aurez libéres et guéris de leurs péchés le seront pour l'éternité.  Est-ce que le terme péché que l'on traduit de la bible a le sens pécamineux qu'on lui donne ... Je réfléchis, je me questionne sur le fait que des personnes se confessent pendant des années des mêmes péchés sans que rien ne change. Pourtant Jésus nous a dit guérir et de libérer..... 

vendredi, 26 avril 2019 21:53

Appelé par mon nom.

Paul-André durocher: Appalé par mon nom. envoyé en son nom. Causeries sur l'Église en sortie. Novalis, 2019. Dans cette série de cuaseries, Mgr Durocher   dans un langage simple et vigoureux donne sa vision de l'évangéliation et des pistes de travail dans l'Église d'aujoourd'hui. Il élabore des chemin de conversion où nous devons passés pour faire connaitre Jésus Christ aujourd'hui. Ce livre médité peut nous ouvre à nous prêtres et vieux chrétiens du dimanche des avenues où nous devons marcher pour porter la Bonne Nouvelle aujourd'hui.  Je définirais l'Église qu'il nous présente comme une communion de personnes autour du projet d'alliance de Jésus Christ, toujours en mouvement donc missionnaire, au coeur de laquelle des pasteurs sont au service du sacerdoce commun des fidèles pour les accompagner et nourrir leur foi. Bonne Lecture.

 

jeudi, 25 avril 2019 14:26

Changer le monde?

Toutes les époques ont connu de grandes personnes qui ont influencé et changé le monde. Nous en connaissons encore aujourd'hui. Ces personnages qui ont marqué le monde avait compris que le révolution véritable est intérieure et que c'est en se transformant soi-même qu'on changera le monde. Gandhi, Martin luther King. l'abbé Pierre et combien d'autres dont les valeurs influencent encore aujourd'hui. Jésus  n'est-il pas aussi un de ceux-là? Nous voudrions bien changer le monde, mais nous oublions de nous changer nous-même. Ce n'est pas par le pouvoir ou les structures que nous allons améliorer la vie; mais en semant des valeurs de partage, d'amour, d'entraide et de respect des autres. Le Christ est ressuscité pour nous accompagner dans cette démarche. Et Jésus nous répète encore aujourd'hui: Je vous ai donné l'exemple pour que vous fassiez de même. Jésus Christ nous a donné une mission à vivre et non d'abord des rites à faire.

 

mercredi, 24 avril 2019 15:16

Qui marche avec moi?

Jésus rejoint deux disciples sur la route et marche avec eux. Quand Jésus marche avec quelqu'un, c'est qu'il va le conduire plus loin dans sa foi. les deux disciples avaient tourné le dos à la mission donné par le Christ. Jésus les rejoint sur leur route et les remet sur sa route. Et Jésus a cette belle question: De quoi discutiez-vous en chemin? Qu'est-ce qui vous intéresse, vous intrigue, vous questionne? Où êtes-vous rendu dans votre compréhension de la résurrection? Et Jésus les évangélise. L'attitude du Bon Pasteur qui accompagne et convertit. Aujourd'hui plus que jamais cette attitude de Jésus est essentielle dans notre vie d'Église. Nous avons un urgent besoin de ces pasteurs capables de marcher avec nous au lieu de décider pour nous. Méditons bien ces attitudes de Jésus.

 

mercredi, 24 avril 2019 15:02

Si j'étais ...

En lisant l'Évangile de Jean 20, 19-31, où Jésus rencontre l'ami Thomas qui demande des preuves de la résurrection, je me suis posé la question: Si j'étais à la place de Jésus, comment réagirais-je? Thomas est la perosnne que nous rencontrons souvent sur notre route et qui nous dit: vos messes et commandements, je n'y crois pas, ça ne me dit rien.  Ce Thomas est peut être mon voisin, un  de mes enfants, un ami, comment je réagis aujourd'hui? Suis capable de provoquer une réponse de foi, ou un plus grand éloignement? Nos contemporains ont quitté la pratique religieuse et deviennent indifférents devant notre façon de présenter Jésus Christ et la foi. Nous sommes souvent dépourvus et au lieu de vivre ensemble une expérience de foi, nous essayons avec des théories et des enseignements  à provoquer une adhésion. Méditons bien l'attitude de Jésus. Nous voulons évangéliser, les Évangiles de la résurrection nous enseigne une formidable pédagogie à la condition de se placer à l'école de Jésus. 

 

Il faisait nuit dans la salle où les apôtres étaient réunis. Il faisait nuit  aussi dans  leur coeur à la suite de la mort de Jésus. Marie Madeleine est allé au tombeau au lever du jour. la lumière doucement se levait sur le monde et dans le coeur de la femme, alors que pour les apôtres, il faisait nuit. L'expression de Thomas est l'exemple de cette nuit qui les envahit: Si je n'ai pas de preuve, je ne croirai pas à la résurrection. C'est le raisonneur qui ne veut pas avaler n'importe quoi.

Penchons-nous avec respect devant l'attitude de Jésus qui m'enseigne l'attitude du Pasteur. Jésus avait dit:"Je suis le bon Pasteur, je connais mes brebis." Jn 10, 14. Oui, Jésus connait son Thomas, il sait ce qu'il y a de bon en son coeur. Alors au lieu de réprimander Thomas, Jésus lui dit: Mets ton doigt dans mes plaies, sois croyant. Jésus lui fait découvrir sa résurrection en s'abaissant vers Thomas au niveau de son doute pour faire jaillir une réponse de foi. Souvenons-nous que Jésus s'était abaissé près de la femme accusée d'adultère pour la relver, il s'était abaissé devant ses apôtres pour leur laver les pieds. Jésus ne reste pas à hauteur du pouvoir, il descend au niveau du service de l'autorité. Et il dira: "Je vous ai donné l'exemple pour que vous fasssiez de même." Jn 13, 15. Voila le Bon Pasteur qui éduque les siens à être pasteur à sa suite.

Dans notre société et Église aujourd'hui, nous naviguons entre les sentiments d'agressivité, de déception, d'indifférence et de questionnements. C'est dans ce milieu que nous avons à dire Jésus ressuscité. Jésus nous donne un exemple aujourd'hui: aller rejoindre les personnes sur leur terrain, les écouter, les comprendre et leur donner la parole dont ils ont besoin d'entendre pour exprimer une réponse de foi. Jésus nous enseigne l'attitude du pasteur.  Le Pape François nous invite à cette attitude de Jésus Christ.

Pour reconnaitre le Christ ressucité en nous et autour de nous, il nous faut un mouvement de conversion: sortir de nos façons de faire pour adopter celles de Jésus. Nous sommes invités à être des contemplatifs du Christ pour le faire passer dans notre agir. Depuis les changements dans notre société, les besoins sont autre, les édfis sont différents, notre attitude et priorité pastorales doivent s'ajuster à ces nouveaux besoins. Je vous ai donné l'exemple pour que vous fassiez de même.

Devant le vide du tombeau et de leur coeur, les apôtres ont fait l'expérience du Resuscité. Le vide leur a permis de découvrir la présence spirituelle du Christ. Nous sommes un peu dans cette situation. Le vide de nos églises, comme souvent l'absence du spirituel dans la vie sera aussi pour nous l'occasion  de toucher les plaies de Jésus pour dégager une parole de foi. La foi, la résurrectin du Christ est une affaire d'expérience et non de raisonnement, une affiaire de coeur et non de pratiques ou de théories. Jésus nous invite à travers le personnage de Thomas à une attitude d'écoute, de respect, de rencontre et de conversion  pour nous d'abord et pour en être témoin.

Nous sommes invités à ce moment de contemplation qui nous fera dire à la suite de Thomas: Mon Seigneur et mon Dieu. Nous sommes invités à l'exemple de Jésus à avoir cette attitude du Bon Pasteur qui s'abaise au niveau des gens pour les comprendre et susciter cette réponse de Thomas: Mon Seigneur et mon Dieu. Le Seigneur nous attend dans le coeur des chrétiens autour de nous pour les aider à faire l'expérience du Ressuscité et faire jailler ce cri de foi avec Thomas: MON SEIGNEUR ET MON DIEU. Au lieu de rabrouer les gens parce qu'ils ne sont pas à l'église, allons nous asseoir avec eux our leur faire découvrir la beauté et l'amour du Ressuscité dans leur vie.

 

lundi, 22 avril 2019 20:01

Un pensez-y bien.

Si tu parles, tu ne répète que ce tu sais. Si tu écoutes, tu apprends des choses nouvelles. Sénèque.

 

Page 7 sur 100