Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

jeudi, 19 novembre 2020 15:29

Et puis après ...

Je suis allé à la mess ce matin, et puis après ... Je vais à la messe tous les dimanches, et puis après ... Je ne vais plus à la messe, et puis après ... Je lisais un texte sur la vie de l'Abbé McGivney, le fondateur du mouvement des Chevaliers de Colomb, où on disait qu'après avoir présidé l'Euharistie son ministère commençait. Pour lui, l'Euchariste était une source de force pour réaliser sa mission au coeur de sa communauté. Pour nous qu'est devenue l'Eucharistie? Une fin ou un début? N'avons-nous pas à redécouvrir le sens profond de l'Eucharistie dans nos vies quotidiennes? Quand la célébration finit, la messe commence. Jésus nous a donné une mission, SA MISSION à réaliser en nous autour de nous. Notre célébration devrait être centrée sur la misison.

Dans la célébration actuelle de l'Eucharistie, il y a trois tables.

D'abord la table de la Paole: nous fait méditer le message du Christ qui nous convertit, nous évangélise et nous prépare à l'Eucharistie. 

Puis la table de l'Eucharistie où le christ se donne en nourriture, comme force en vue de la mission, où le Christ nous prend avec Lui pour devenir nourriture pour les autres au quotidien.

Enfin la table de la mission où nous sommes envoyés vivre la mission du christ fort de sa présence en nous. Allez témoigner de celui que vous avez rencontré.

Toute la démarche de la célébration est orientée sur cette envoie en misison. Christifiés dans l'Eucharistie nouis devenons BON PAIN comme le Christ au coeur de notre vie quotidienne. La messe n'est pas un bon petit repas avant de fiare la sieste, c'est un dynamisme pour la mission. Si notre rencontre est vraie dans l'Eucharistie, nous devenons des témoins de l'amour, de l'accueil, de la paix, de la miséricorde du Christ au quotidien. Demandons-nous si la coutme de la messe quotidiene et l'obligaiton de la messe dominicale n'a pas vidé l'Eucharistie de son sens et de sa force. Je suis aléé `la mese et puis après ....

mercredi, 18 novembre 2020 15:13

Faut que ça change!

Hier, je visionnais une vidéo où quelqu'un racontait qu'un jour, il était dans une église avec un groupe en prière et partage de la Parole, au sortir de l'église, trois jeunes leur demandent à manger. Tout le monde s'en va en se saluant amicalement et il reste seul avec les jeunes. Il se dit: ça n'a pas de bpn sens, ce n'est pas cela l'Église, FAUT QUE ÇA CHANGE.  Cet homme est devenu prêtre et dans ses paroisses il est le prêtre de la rue avec les jeunes et les gens en difficulté. Ce cri "Faut que ça change," m'a interpellé beaucoup.  

J'ai pensé au temps de l'avent et de Noël qui sont à nos portes et j'ai réfléchi. Depuis un certai nombre d'années, Noël, pour moi, n'est pas d'abord la fête de l'anniversaire de la naissance de Jésus; l'Avent est devenu pour moi ce temps où j'apprends comment faire naitre Jésus aujourd'hui dans notre monde. On me dit souvent que les gens ne connaissent pas Jésus Christ, que les gens sont à la recherche de spiritualité et de sens à la vie; pourquoi ce temps de l'Avent ne serait-il pas ce temps où on accepte de faire naitre Jésus aujourd'hui? Nous savons que Jésus n'est pas né à Bethléem ni dans une étable; ce sont des symboles qui trannsportent un message. Ce serait intéressant d'entrer dans ces symboles pour y faire naitre Jésus, entrer dans notre Bethléem (maison du pain) et dans notre étable ((lieu de la pauvreté) pour y faire naitre Jésus. Une dame a écrit dans une revue: Consentir à l'incarnation.  J'ai pensé que ce serait un beau ministère pour moi cette année parce la pandémie ne me permet pas de célébrer dans les paroisses. Alors ensemble, chaque jour nous allons essayer de faire naitre Jésus dans notre coeur et notre monde. FAUT QYE ÇA CHANGE. Nous y reviendrons.

 

mardi, 17 novembre 2020 16:43

Chahuteur d'amour. Mth 25, 31-46

Le premier sens du mot chahuteur est danseur. Le Seigneur nous apprend à danser l'amour et la tendresse. À la suite de la lecture de l'Évangile de ce dimanche, j'ai fait une drôle d'expérience. En me rasant la barbe devant mon miroir ce texte m'est revenu et je me suis dit: Je suis le visage du Christ. Si ce que nous faisons aux autres, c'est à Jésus que nous le faisons, c'est que le Christ est présent en nous: Nous sommes visage du Christ.  Le visage reflète notre identité intérieure, nos sentiments que les mots ne disent pas. L'expression du visage reflète ce que nous vivons intérieurement très souvent.  Quand nous chantons que nous sommes visage du Christ, ce n'est pas de simples mots. Ces mots pour être vrais doivent s'enraciner dans notre expérience profonde du Christ en nous. Il me semble que c'est le message que Jésus nous adresse aujourd'hui.

Le Christ-Roi est surtout un Christ-pasteur présent au coeur de nos vies. Il nous identifie à lui et il s'identifie à chacun et chacune de nous. Ce roi pasteur est venu nous convaincre non de péché mais d'amour.  C'est ainsi qu'il devient pour nous un danseur, un chahuteur,  de tendresse et d'amour. Ce roi pasteur vient nous rappeler que la vie chrétienne ne se joue pas dans l'extraordinaire ou l'exceptionnel, mais la vie quotidienne. C'est intéressant de faire de grandes actions qui font la manchette dans les quotidiens, comme aller servir le repas des pauvres sous l'oeil des caméras à Noël,  mais ce n'est pas là que le Seigneur nous attend. Il nous attend avec le verre d'eau pour celui qui a soif, ou la beurrée pour celui qui a faim.  Dans tous ces pettis gestes que nous faisons à l'égard de l'autre à côté de nous Jésus est présent.

Mais nous avons besoin de contempler le visage du Christ à travers les Écritures pour se laisser baigner par cette présence. L'évangéliste Jean nous le présente dans son chapitre 10: "Je suis le bon pasteur, je connais mes brebis, elles écouteront ma voix et me suivront." Le roi pasteur nous invite à être discile et témoin et non de beaux parleurs et qui énoncent de belels théories, il brise le tabou du sabbat en guérissant des malades; il est celui qui fait passer les personnes avant les lois et les coutumes ce qui lui permet de replacer les personnes exclus par les lois dans leur rôle au coeur des communauté. Le roi pasteur ne voit pas le mal, le péché mais la perosnne à aimer et à guérir.

Ce roi pasteur est passé au milieu des siens pour les instruire, ensuite il est parti leur laissant, nous laissant, la responsabilité de vivre ce message dans le monde. Parfois nous pensons que Jésus est sourd parce qu'IL ne répond pas de suite à nos demandes, c'est comme s'il disait: Je vous ai donné tout ce dont vous avez besoin, prenez  vos responsabilités.  Et la façon dont Jésus nous invite à prendre nos responsabilités est la façon dont nous accueillons et aidons l'autre près de nous et dans le besoin.  Si Dieu parait silencieux, c'est que trop souvnet nous ne sommespas là où il nous attend pour répondre à misère de cekui qui crie sa souffance. Nous sommes parfois responsables du silence de Dieu. Notre bénédicité avant le repas nous met dans cette direction: "Donne du pain à ceux qui n'en n'ont pas." Et pourtant Jésus avait dit: "Donnez-leur vous même à manger."  

Un exemple du roi pasteur nous a été donné par une actrice face à son fils vivant dans la rue. Elle nous  a dit: Je l'aime toujours, il est mon fils, nous avons tout fait pour l'aider mais il n'est pas capable sa blessure est trop profonde.  Jésus a dit la même chose au jeune homme riche qui n'était pas capable d'aller plus loin: Il l'aima. Jésus veut nous apprendre à dépasser l'extérieur pour prendre conscience des blessures qui empêchent les gens d'avancer. J'entendais aussi Claude Paradis ou Jean-Marie Lapointe dans les rues de Momntréal. C'est là un premier chemin d'évangélisation. "C'est par le biais de ce type de chahut que le Seigneur vit en nous et se fait reconnaitre.  C'est ça aussi l'Eucharistie de Jésus que nous vivons d'abord sur le terrain pour ensuite célébrer en communauté. 

Jésus, pour te suivre tu nous invitea à lâcher prise et à se laisser déranger, à être à l'écoute de ceux et celles qui ont faim de tout. Toi, l'homme libre l'être de relations, tu nous apprends à devenir des êtres de bien et de vérité, à être des êtres de désir, à tout attendre de toi,  dans l'amour. Tu nous apprends à être des chahuteurs de l'amour et de la tendresse. Amen.

 

mardi, 17 novembre 2020 15:26

Entendre.

Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises.  Apoc. de Jean 4, 22. Jésus va utiliser cette expression, que celui qui a des oreilles pour entendre qu'il entende. Écouter parler l'Esprit Saint au coeur de ma vie, au coeur de la vie. L'Esprit habite au coeur de chacun de nous, nous sommes tatoués de l'Esprit du Seigneur et il nous parle à l'oreille; nous devons apprendre à l'écouter. Mais le problème est de découvrir comment et quand il nous parle. Il n'est pas un professeur d'université qui parle du haut de sa tribune. Ni un beau parleur qui harangue les foules comme un bon politicien. Il parle surtout par des événements, il est au ras de la vie. Nous découvrons souvent le message de l'Esprit à travers notre vécu. La vie nous fait subir un coup dur et nous avons la force de le vivre sans se laisser écraser parce que la force de l'Esprit nous habite. Nous avons une décision difficle à prendre, et souvent une lumière nous arrive et ça va bien, l'Esprit du Seigneur éclaire ma route. Souvenons-nous que lorsque Moïse à demander à Ddieu: Quel est ton nom? Il répondit: Regardez-moi agir avec vous et vous saurez qui je suis. Nos Églises sont aujourd'hui devant des problèmes difficiles et des décisions par faciles à prendre. N'ayexz crainte, l'Esprit es là pour éclairer la route, laissons-nous guider. "Mes pensées ne sont pas vos pensées, mes chemins ne sot pas vos chemins." Notre  prière: Donne-moi d'écouter ta parole afin de prendre la décision la meilleure pour ma vie et la vie de ma communauté. Nous sommes appelés à un esprit d'abandon mais un abandon actif. Bonne journée.  

 

lundi, 16 novembre 2020 14:45

j'AI MAL.

j'ai mal, voila le cri qu'a lancé un humoriste, d'origine arabe, hier soir à l'émission "tout le Monde en Parle." Il faisait écho à toutes les personnes qui réagissent aux mots racistes prononcé en public faisant allusion à ce qui s'est passé à l'Université d'Ottawa dernièrement. Si les gens réagissent si fortement, c'est qu'ils ont mal. La blessure ouverte par le rejet dans le passé est encore saignante et devient facilement douloureuse. Avantr d'être un cri de condamnation, c'est un cri de souffance. J'ai mal. 

C'est le cri des enfnats mal aimés et mourant de faim, c'est le cri des femmes violentées et soumis à un état inférieur, c'est le cri du pauvre dans la rue qui chercche à manger: J'ai mal. Ce cri a retentit il y a 2000 ans sur une colline de Jérusalem: J'ai soif, j'ai mal. J'ai mal parce qu'un peuple que j'aime me crucifie, ils attendaient un être puissant et vengeur et j'ai enseigné le service et le pardon; Ils attendaient un roi vêtu de pourpre monté sur de fiers chevaux et j'ai enseigné le chemin du pèlerin monté sur un âne. Ce cri du vendredi saint continue de résonner au coeur de notre monde à travers le cri du pauvre et de l'orphelin. Ce cri de l'humanité nous a été lancé hier soir, sera-t-il entendu? 

C'est aussi le cri du chrétien qui a quitté l'Église, qui vit ses funérailles dans les salons funéraires,  qui se sent souvent abandonné comme nous l''ont dit les participants du documentaire "L'heureux naufrage."  Ils sont partis  à la recherche d'une guérison pour leur mal. C'est une façon pour eux de nous dire: J'ai mal.  Le Pape François nous invite à écouter ce cri de notre monde.  C'est aussi une question majeure pour nos Église. En ce temps de confinement, nos frères et soeurs ont besoin d'une écoute plus attentive que jamais, ils ont besoin d'une parole nourrissante, d'une présence réconfortante et souvent nous leur offrons une messe. J'ai mal. J'ai soif, Voila le cri de notre monde.

dimanche, 15 novembre 2020 15:07

Une expérience

À partir de mon expérience je réalise aujourd'hui que les petits groupes de partage d'É.vangile sont comme le levain dans la pâte dont parle Jésus. Après plus de dix ans d'accompagneemt de ces petits gorupes, je peux toucher du doigt les changements opérés tant chez les personnes que dans les familles et dans les petite communautés paroissiales. la vision de la vie chrétienen a changé, la vision de l'Eucharistie a changé et se développe le goût de se rassembler en communauté non pas d'abord pour la messe mais pour une vie communautaire. Ceci conduira un jou rà l avraie célébration de l'Eucharistie qui est envoie en mission. 

La Parole de Dieu, c'est quelqu'un qui me parle avec qui j'entre en relation. Quand je lis unelettre qui m'arive de quelqu'un soit un enfant, un f`rère ou une soeur, ce ne osntpas suelement des mots, une personne me parle et je suis en renaltion avec elle.  Il en est ainsi de la parole de Dieu. La Parole qui est communication me fait passer à la communion. Elle fait lever en moi ma pâte humaine pour la transforme vers une pâte divine. Elle est un levain qui transforme une pâte humaine en pain rempli de divin. Pour lever, la pâte a besoin de temps, de chaleur, il faut respecter ses conditions sinon le pain sera "immangeable". C'est vrai dans la communauté chrétienne, après dix ans de partage nous commençons  a voir des changements. Il faut du temps. Nous devons mettre l'accent et développer le goût de ces partages de la Parole de Dieu et moins sur les sacrements dans notre contexte de société.  Il y a là un vide qu'l nous faut combler avant de célébrer. L'Eucharistie est une célébration d'action de grâce avec un peuple rassemblé par la Parole et dont la fin est la mission. La communion au Christ est une force que Jésus nous donne pour vivre sa mission et non la fin de l'Eucharistie. L'Eucharistie,   fait d'une assemblée communauté en vue d'une mission au quotidien. 

Nous sommes actuellement à découvrir la puissance du levain qui doucement est en train de faire lever la pâte humaiane vers une pâte divine. Donnons-lui le temps de lever, respectons ses besoins, donnons-lui  la chaleur l'amour et de la tendresse de Dieu afin d'avoir du bon pain pour célébrer. D'où pour moi l'importance des petits gorupes d e partage. Continuons de méditer et de partager.

 

samedi, 14 novembre 2020 18:32

Amour quand tu me tiens.

Un excellent moyen de vaincre le racisme, l'intimidation, le rejet, la colère, etc, c'est l'amour. Une des caractéristique essentielle de tout chrétien et de toute communauté chrétienne est l'exercice de la charité au quotidien. On ne peut résister longtemps à la force de l'amour. J'écoutais Mme Ruelle hier soir à la télé qui nous a donné un témoignage émouvant de l'amour maternelle, je dirais de l'amour de Dieu. J'avais l'impression d'entendre Saint Paul: "Si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien." Quand on aime sans condition, on découvre rapidement à la fois la détresse de l'autre et son grand besoin d'être reconnu et accepté tel qu'il est. Les gens de la rue sont pour la plupart des assoiffés d'amour et de reconnaissance; et ceux qui travaillent dans la rue auprès d'eux sont des marchands de bonheur et des témoins de l'AMOUR. La mission donner par le Christ est celle d'aimer.  le temps de confinement nous met constamment sous les yeux ces témoins de l'amour de Dieu. Dieu ne voit pas le mal, pour lui le mal n'existe pas, il voit un enfant bien-aimé blessé par la vie et qui a soif d'être aimé. Aimer sans condition, accueillir avec joie et amour, c'est le "Faits ceci en mémoire de moi."  Je ne crois pas que ce mot de Jésus se résume à être prononcer sur un morceau de pain. C'est plus fort que cela. L'amour ne passera jamais.

 

samedi, 14 novembre 2020 14:26

Réparer.

Hier soir, à l'émission "Y du monde à messe," le lien qui unissait les invités était RÉPARER. Chaque invité à exprimer à la fin ce qui devait être réparer collectivement auourd'hui. Leur réponse m'a inspiré une bonne méditation que je partage avec vous.

D'abord réparer notre surdité collective devant les cris de notre société. Il y a des suicides, de l'agressivité, de la violence, de l'intimidation et du racisme, et bien d'autres, ce sont des cris lancés par notre monde et nous entedons difficilement ces cris. Nous sommesplus portés à brimer avec la force policière qu'à réparer. Comme chrétiens, comme prêtres, comme Église, des cris nous lancés: nos églises se vident, la parole officielle de l'Église ne passe plus, l'indifférence s'instale. La premeir commandement de dieu fut: "Écoute Israël." Dt 6, 4. Réparer notre surdité collective.

Pour bien écouter ce cri du peuple chrétien, nous devons d'abord être capable et prendre le temps d'écouter notre propre cri. Il faut être capable de s'écouter soi-même: Écouter nos besoins spirituels, écouter nos désirs profonds car ils sont le désir de Dieu. Si nous n'apprenons pas à nous écouter il sera impossible d'écouter les autres. De quoi ai-je soif ou faim aujourd'hui?

On nous a parlé aussi de réparer notre manque ce compréhension des jeunes. Ils ont une capacité de changement extraordinaire qui dérange notre stabilité et sécurité d'adultes. Un fossé s'est creusé entre nous et eux et il nous est difficile de le traverser. Comme chrétiens, comme prêtres, comme Église cette situation pose une grosse question. J'entends souvent: Faut donner une place aux jeunes à l'Église. NON, parce que les jeunes sont l'Église comme nous toutes et tous. Il s'agit de leur laisser leur place avec nous et de faire Église ensemble. Avec nous ils doivent apprendre à créer des liens, à faire communauté et non pas seulement à faire une lecture à la messe. Ils ont un pouvor extraordiaire de changement qui permettrait  plus facilement  à l'Église de se réajuster sur notre monde. J'ai souvent vécu des situations où des jeunes ont quitté l'église parce qu'ils dérangeaient les personnes âgées. Réparons notre surdité ecclésiale.

J'ajoute une autre réparation qui m'apparait essentielle, réparer l'erreur d'avoir abandonné la misison de Jésus Christ. Comme l'écrit un évêque: le structure de l'église a pris le desus sur la mission du Christ.  J'écoute bien des discours et des réunions en Église et j'entends rarement parlé de la mission du Christ et de l'Église. On perle beaucoup du manque d'argent pour chauffer l'église, du peu de monde à la messe, on se chamaille entre paroisse pour conserver son église ouverte. Il nous faut sauver un système. On parle beaucoup d'évangéliser mais lors du moindre rasemblement vitement on cours à la messe et on oublie la Parole. Qu'avons-nous fait de la mission du Christ donnée le jeudi saint? Comme chrétien, comme prêtre, comme Église comment réparer cet oubli?   

 

vendredi, 13 novembre 2020 17:00

La laïcité.

Denis Marquet dans son livre: Osez espérer tout, décrit la laïcité comme La laïcité abolit le règne de l'autre en moi.  C'est le message que nous donne beaucoup de québécois dans des termes moins polis.  Ce cri, nous devons l'entendre. Beaucoup de gens ne veulent plus rien savoir de la parole de l'Église et j'entends souvent: On s'est débarrasé de l'Église. Jésus est venu établir une relation d eliberté et de respect entre les personnes. le règne de Dieu est intérieur et les responsables d el'Église sont là pour me faire découvrir ce règne et m'accompagner dans ma façon de le vivre en moi et autour de moi. C'est là que je découvre la grandeur et la beauté de mon ministère presbytéral. Jésus nous dit : Ne laissez personne vous appeler maitre car vous êtes tous frères et vous n'avez qu'un seul maitre.  Mth 23, 8. Comme le règne de Dieu est en moi et que le Maitre est le Seigneur, il n'y a pas de place en moi pour deux maitres. Comme prêtre, je ne suis pas là pour dire quoi faire, mais pour acocmpagner l«,autre dans sa découverte du règne de Dieu. J'ai un rôle  extraordinaire comme un sage-femme qui accueille la vie et l'accompagne. Jésus a toujours enseigné en parabole. La parabole indique un chemin et invite l'être humain dans sa liberté à s'engager sur ce chemin. au jeune riche Jésus lui indique une route plus parfaite encore et respecte sa liberté. La route d'Emmaüs est une rote d eliberté. Jésus accompagne ses amis dans leur interrogation mais ne leur dit pas de reproche. Les disciples retournent à Jérusalem poussés par un mouvement intrieur.  Voila la démarche du chrétien dans sa vi de tous le sjours comme dans les célébrations. J ene ferai pas une messeparce qu emoi je veux la messe, mais parce que le mouvement intérieur des gens nous a conduits là. Le règne de Dieu est un règne de liberté et de rencontre personnelle. La laïcité favorise cette démarche libre.

 

jeudi, 12 novembre 2020 17:21

Le visage de Dieu.

J'écrivais que l'homme dès le paradis terrestre avait créé le visage de Dieu à son image. La paraboel du fils cadet dans Luc 15, 11 sss, nous omntre bien les deux aspects du visage Dieu: celui de Dieu et cleui créé par l'être humain. Le fils cadet demande à son père sa part de biens et part à l'aventure. Il gaspille son bien, se sent coupable et revient à la maison. Ce moment du retour est intéressant à méditer,

D'abord le fils se prépare à sa confession. Il se sent coupable devant son père, se prépare un acte d'accusation qu'il va débiter au père àson arrivée. Mais le père n'écoute pas l'Accusation du fils. Pour lui une suele chose compte: le retour du fils. Il l'accueille comme un fils, luipasse l'Anneau au doigt, le revêt de la robe blancje et fait la fête. Le fils a encore l'image du père colérique  et qui punit. alors que le père lui présente le vra visage du père. Pour le père, il n'y a pas de péché, de coupable, il n'y a que son fils qui revient.  Le Père ne juge pas, ne condamne pas, il est AMOUR.  Pour l epère, il n'y a ue le fils qui a fait une expérience malheureuse, il est un être en croissance donc capable de faire des erreurs. Mais l'important n'est pas l'erreur, mais le fils.  Voila le visage de Dieu incrusté en nous, que nous devons découvrir et révéler. Dans el coeur de Dieu, Il n'y a place que pour l'AMOUR.

 

Page 9 sur 171