reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

mercredi, 08 avril 2020 13:35

Un repas qui finit mal.

Mercredi, nous entrons de plus en plus proche du dénouement de la vie de Jésus sur terre. Jésus vit un dernier moment de communion avec les siens autour d'un repas voulant signifier la libération du peuple juif de l'esclavage d'Égypte. Un disciple s'apprête à livrer le Maitre. Prenons conscience que Judas va livrer Jésus non au pouvoir civil pour le faire condamner, mais au pouvoir religieux, aux Grands Prêtres. C'est le pouvoir religieux qui livre Jésus au pouvoir civil pour le faire condamner parce qu'ils n'ont pas le pouvoir de condamner à mort sinon, ils l'aurait sans doute fait eux-mêmes. Dans les commentaires nous parlons de Judas et de Pilate mais très peu des grands prêtres. Ceci m'a conduit ce matin à méditer un peu sur les systèmes.

Le Père Arnold nous disait dans une retraite qu'un système défend un pouvoir, des structures, des doctrines avant les personnes qu'il devrait servir. Nous le voyons souvent dans le système politique, de santé, d'éducation, économique et même religieux. Je me souviens un jour, j'étais vicaire général, j'ai voulu doucement discuter avec un confrère d'une décision qu'il avait prise  et qui ne m'apparaissait pas trop évangélique. Il m'a simplement répondu: C'est moi qui est curé, c'est moi qui décide, s'ils ne sont pas content qu'ils restent chez eux. Il s'agit d'une exception ....

La méditation de ces texte depuis quelques années m'a invité à un peu d'humilité. Même pour nous les bons pratiquants du dimanche, il nous est difficile de sortir de nos sécurités pour regarder les autres et la vie autrement. Nous aimerions bien encore voir nos églises remplies comme autrefois. N'oublions pas que c'est aux grands prêtres, aux hommes forts de la religion du temps que Judas va livrer Jésus. Nous serons ainsi invités à redécouvrir de l'intérieur notre vie chrétienne et vie en Église.

Je me suis arrêté un peu avec notre frère Judas. Dans les commentaires que j'ai lus, on qualifie rapidement Judas de traite. Je trouve que l'on va vite en affaire. "Ce que tu as à faire, fais-le vite," dira Jésus. Judas n'était pas Galiléen mais de la Judée, donc proche du système religieux du temps. Judas devait être traversé ce soir-là par une tristesse épouvantable. Sa mission était de livrer Jésus qui avait tellement déçu ses amis du Temple. Quand quelqu'un dérange, le système le fait taire. Jésus lui avait dit: tu as une mission à accomplir, fais-le vite. Pendant que les autres vont se cacher comme de bons vieux peureux, lui est sur la ligne de front pour livrer le Christ. Remarquons "l'attitude pastorale" des grands prêtres, officiers du système religieux du temps, lorsqu'il va leur redonner l'argent: C'est pas notre problème, arrange-toi avec tes toubles. Je m'imagie aussi les réflexions des apôtres envers Judas. Il est allé se pendre, nous dit Mathieu.

Lors du procès de Jésus, il est seul devant Pilate, les apôtres sont cachés comme des hommes braves, et Jésus sera condamné; Judas est seul avec sa détresse, il va se pendre. Ce jour-là le système religieux du temps aura fait deux victimes: Jésus et Judas.   Saint Judas, prie pour nous.

mercredi, 08 avril 2020 13:29

Bonjour.

A partir d'aujourd'hui, je placerai ma méditation de l'Évangile sur Homélie. Je veux simplement nous rappeler l'importance d'un coup de téléphone ou d'un message inter à l'endroit d'une personne seule à la maison. J'en ai reçu depuis ces jours derniers, même un message d'une dame France, me remerciant pour ces quelques mots de chaque jour. Soyez-en fortement remerciés, c'est ma façon à moi de vivre aujourd'hui ma mission comme prêtre et de redire à l'Église du Christ combien je l'aime. Et n'oublions pas de rester sagement à la maison parce que nous aimons la vie, la nôtre comme celle des autres. Bonen journée.

mercredi, 08 avril 2020 12:28

Un ilot.

Nous, les bons vieux pratiquants du dimanche, sommes comme un ilot au coeur de l'océan ecclésiale. Notre seule façon de rejoindre nos soeurs et nos frères éloignés est d'apprendre à nager comme eux.

mardi, 07 avril 2020 18:58

Bénédiction

"Parfois quand je préside l'Eucharistie dans des pettis groupes,  au moment de la bénédiction à l'envoie, je demande aux gens de bénir leur voisin en traçant une croix dans leur main. La main avec ses lignes de vie est l'image de notre vie. En traçant une croix dans cette main, nous confessons que toutes ces lignes sont embrassées de l'amour de Dieu et qu'ainsi tous ces chemins de notre vie sont transformes en chemin de sainteté et que Dieu tient sa main miséricordieuse au-dessus de nous, que nous sommes portés dans sa main et que nous y sommes à l'abri." Père A. Grün. J'ai vécu cette expérience quelque fois, c'est assez impressionnant.

 

Le Père De Lubac, nous rappelant que la fin de l'Eucharistie est la mission écrivait: "Pour que le fleuve de la Tradition parvienne jsuqu'à nous, il faut perpétuellement désensabler son lit." le temps de jeûne des célébrations  que nous vivons présentement sera sans doute un temps pour désensabler le lit de nos célébrations pour en retrouver tout le dynamisme.

mardi, 07 avril 2020 13:21

Dieu est un artiste.

Dieu est surtout un artiste. Il a inventé la girafe, l'éléphant, la fourmi. En réalité, il n'a jamais cherché à suivre son style, il a simplement fait ce qu'il avait envie de faire. Pablo Picasso. Je suis créé à l'image et ressemblance de Dieu. N'ayez crainte, je n'ai pas le goût de créer des girafes ou des éléphants.

En méditant ce mot, je me suis dit: Est-ce que Dieu m'a créé comme lui pour que je répète ce qu'il a fait? Alors je me suis tourné vers le Christ. Il est venu comme créateur; il a créé un monde nouveau, une façon nouvelle de vivre ensemble différente de ce que les hommes avaient inventé. Il est pour nous un Maitre. Un maitre n'est pas là pour être imité, mais pour nous inspirer. C'est ce qu'il m'a dit le Jeudi Saint: Ce que j'ai fait et enseigné avec vous, Faites-le en mémoire de moi, c'est à dire créez-le en fonction du monde où vous serez plantés. Nous sommes des créateurs, non des répétiteurs.

Je pense au Jeudi  Saint où nous ne pourrons imiter le geste de Jésus du lavement des pieds. Pourrons-nous nous inspirer du message donné dans ce geste pour créer un vivre ensemble dans le monde d'aujourd'hui? Créer  Nous sommes des créateurs de vie. Jésus nous a jamais demandé de répéter ses gestes ou enseignements, mais de les  recréer en faveur du monde où nous vivons. Le potier, l'artiste créé  à partir de ce qu'il a dans la tête ou le coeur. L'Esprit du Seigneur nous habite pour créer aujourd'hui un monde de fraternité, de communion. Nous devons être des créateurs de vie et de communion. Il nous appartient à nous de créer nos girafes ou éléphants dépendemment de ce que nous portons en nous.

Ce matin, Seigneur, je veux te présenter la peur et l'angoisse des personnes âgées dans les résidences atteintes par la maladie du virus et qui voient mourir autour d'elles. Peut être ont-elles le goût de reprendre la parole de Jésus: Père, s'il est possible que ce calice s'éloigne de nous. Ce sera le calice de mon eucharistie aujourd'hui.

lundi, 06 avril 2020 20:54

Un message de Marc-Aurèle

Creuse au-dedans de toi. Au-dedans de toi est la source du bien., et une source qui peut toujours jaillir si tu creuses toujours. Marc-Aurèle. 

lundi, 06 avril 2020 16:01

Comment vais-je vivre ...

Une question qui revient souvent sur nos lèvres est de se demander: Comment vivre et prier cette Grande Semaine qui commence. Il n'y aura pas de célébration communautaire dans nos paroisses. Alors seul, en couple ou en famille, il s'agit de vivre ces moments et de les prier.

Quel message le Christ m'envoie en ces jours dans les moments que nous vivons? Chaque jour de la semaine surtout à partir de jeudi, un message viendra nourrir notre vie chrétienne et notre foi. Nous essaierons de les méditer un peu ensemble. Depuis un certain nombre d'années, j'ai essayé avec des chrétiens d'ici de vivre des célébrations surtout du Jeudi Saint qui soient significatives et nourrissantes pour la foi. C'était de timides tentatives. L'an passé, un vieux monsieur est venu me dire à la fin: J'ai adoré la célébration. Cette année, je ne pourrai le vivre. Nous le vivrons davantage comme chrétien au niveau du sens, peut être moins comme membre d'une religion avec son mode de célébration. Faisons-nous un bon repas festif en famille ou même seul -ce que je fais de temps en temps. Je veux vivre le repas de Jésus avec les siens. Inventons-nous des façons de célébrer à partir de ce que nous vivons et de ce que le message de Jésus vient m'inviter à vivre. 

L'Office de catéchèse du Québec nosu propose une façon de célébrer la Parole en famille à Pâques. On peut retrouver le texte sur le site de l'Office.

Je m'entends dire; Je suis chrétien. Quand j'étais jeune, nous avions les croisés et chantions: "Je suis croisé, c'est là ma gloire, mon coeur pour Dieu s'est embrasé." Je suis invité sans doute à retrouver la dimension chrétienne de ma vie. Avant d'être membre d'une Église, je suis d'abord chrétien. Un chrétien est attaché à la personne du Christ, à son message pour en vivre. la religion est une pédagogie qui me permet d'intégrer, de vivre et de témoigner de mes valeurs spirituelles   et de me rassembler en communauté pour célébrer dans l'action de grâce. Il me semble que ces moments d'isolement vont me permettre de mieux comprendre ma vie de chrétien, les valeurs qui me font vivre, me permettre de les découvrir chez les autres de sorte que lorsque je pourrai célébrer, j'aurai quelque chose de merveilleux à célébrer avec mes soeurs et frères chrétiens. En ce temps de confinement, je me sens en communion avec tous les chrétiennes et chrétiens de la terre quelque soit leur allégeance religieuse pour apporter à notre monde la parole de réconfort du Christ  ; Je suis avec vous jusqu'à la fin. Bonne semaine à nous tous.

lundi, 06 avril 2020 15:46

Un geste d'amour.

"Marie avait pris une livre d'un parfum très pur et de grande valeur; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu'elle essuya avec ses cheveux.; la maison était remplie de l'odeur du parfum." Jn 12, 1-11. L'amoureuse vient manifester son amour à Jésus. C'était pendant un  repas, donc un moment de communion.

Pendant que je méditais ce texte, deux personnes par un appel téléphonique m'ont répandu un peu de parfum dans le coeur. en ce temps d'isolement, la parole de Dieu prend à nos yeux un sens plus près de nous encore. Aujourd'hui à qui Jésus m'enverra porter le parfum de l'amour, de la tendresse? Hier soir j'entendais à "Tout le Monde en Parle," des hommes et des femmes qui portaient en eux le parfum de l'amour et du souci de l'autre.  Nous sommes invités aussi à un moment d'action de grâce pour tous ces gestes de bonté à l'égard des plus vulnérables. L'Esprit du Seigneur travaille d'une façon merveilleuse au coeur de notre monde afin que la vie soit remplie de tendresse et de sérénité. Bénissons-nous les uns les autres dans notre confinement.

dimanche, 05 avril 2020 15:43

Ma prière.

"Une légende raconte qu'au monastère de Piedra, après une épuisante séance de prières matinales, le novice demanda à l'abbé si les prières rapprochaient Dieu des hommes.

Je vais te répondre par une autre question, dit l'abbé. toutes ces prières que tu fais feront-elles se lever le soleil demain?

Évidemment non! Le soleil se lève parce qu'il répond à une loi universelle!

Eh bien, cela répond à ta question. Dieu est près de nous, indépendemment des prières que nous faisons.

Voulez-vous dire que nos prières sont inutiles!

Absolument. Si tu ne te réveilles pas de bonne heure, tu ne verras jamais le soleil se lever. Si tu ne pries pas, bien que Dieu sois toujours là près de toi, tu ne  remarqueras jamais sa présence." 

La prière n'amène pas Dieu près de nous, mais nous fait découvrir sa présence près et en nous. Elle nous met en communion avec cette présence divine en nous.

dimanche, 05 avril 2020 14:55

Prince de la paix.

Jésus entre à Jérusalem, il entre dans ma jérusalem. Le prophète Zacharie dira en 9, 9-10, "Il proclamera la paix pour les nations."  Jésus se présente aujourd'hui comme le prince de la paix. Il est venu apporter la paix au monde.

Ce mot est bon à entendre ce matin dans notre monde bouleversé non seulement par la covid-19 mais aussi par toutes sortes de guerres et de luttes qui amènent beaucoup de souffrances au coeur de l'être humain. Il est bon aussi d'accueillir cette force divine en nous qui vient apaiser nos peurs, nos inquiétudes en nous donnant la force de relever la tête et d'avancer avec foi et courage.

Alors, mes soeurs et frères en humanité, ce n'est pas avec des branches que nous allons accueillir le Christ, notre pasteur, aujourd'hui mais avec l'hommage de notre foi et de notre MERCI d'un coeur fort rempli de cette présence divine qui lui redit: Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin.

En ce dimanche, Seigneur, je veux t'offrir sur la patène de la solitude et la crainte de notre monde confiné à l'intérieur de nos maisons toutes les prières, les gestes d'amour, d'entraide, de solidarité qui sont autant de signes de ta présence d'amour au coeur de nos peurs et nos inquiétudes, au coeur de notre quotidien.

Page 10 sur 135