reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

mercredi, 08 février 2017 23:15

Réfléchissons bien...

Écrit par

Nous avons tous été atterrés par la tuerie à la Mosquée de Québec dernièrement. Mardi dernier on nous présentait à JE des groupes d'extrême droite qui se développent au Québec. Nous assistons à une sorte de nouvelle culture qui va sans dout modifier le visage de notre peuple.

Nous faisons des moments de prières comme chrétiens pour les victimes de la Mosquée. Je crois qu'il nous faut élargir notre regard. Ce qui s'est passé à Québec est une conséquence et nous devons nous interresser aux causes. Les médias sociaux nous les ont bien présentées. La mentalité qui se développe face aux immigrés chez nous est trop souvent à la base des blessures infigées aux autres.

Ma première pensée comme citoyen et chrétien va d'abord vers  les familles des personnes décédées. Ces enfants orphelins, ces femmes qui ont perdu leur conjoint, toutes ces familles en difficulté et en souffrance.

Ma deuxième pensée va vers la famille Bissonnette et au fils Alexandre. Le vécu de cette famille doit être très pénible et nous ne pouvons sans doute pas l'imaginer. Alexandre est une victime de ces courants d'extrême droite qui balaie l'horizon présentement.  

Ma troisième pensée va vers toutes ces personnes qui trainent des sentiments de haine, de souffrance et les sèment sur leur chemin. Souvent ces sentiments naissent à la suite d'oppression, d'intimidation, d'injustice qui ont blessés les coeurs et développé des volontés de vengeance souvent très brutales.

Enfin mes penseés rejoignent dans la communion les personnes victimes. Ces personnes fauchées dans un moments de prière sont maintenant des supports et des gardiens pour leur famille. Moi, je ne prie pas pour eux mais avec eux  et en communion avec eux. Je prie avec eux pour que leur famille découvrent leur présence et laissent panser leurs plaies par cette présence amoureuse et chaude.

Je prie aussi pour que notre peuple québécois puisse redire avec foi et ferveur la prière de François: Là où il y a la haine, que je mette l'amour, le pardon; là où il y a de la souffrance que je puisse apporter le baume de la tendresse; et qu'avant de condamner et de punir, nous puissions écouter, comprendre et guérir.

 

samedi, 04 février 2017 13:41

Un vieux pasteur réfléchit, suite.

Écrit par

Hier, je terminais ma réflexion par ces mots: "Il ne nous reste plus qu'à enterrer nos rêves." J'exprimais l'état d'esprit des disciples d'Emmaüs sur la route et celui dans lequel j'étais il y a quinze ans passés. Mais un jour j'ai vécu l'auberge d'Emmaüs.

Je m'étais amusé à animer quelques retraites en paroisses, et un jour, on me demande d'animer la retraite annuelle des prêtres de la fraterntié Jesu Caritas à Québec sur le thème de l'Eucharistie. Je me suis senti très téméraire d'accepter cette demande. Mais les réactions venues à la suite de cette aventure m'ont conforté sur cette route. Sur cette route de l'Évangile, des gens d'ici avec qui j'avais vécu des retraites m'ont offert "avanceaularge".

Je crois aujourd'hui que j'étais passé par l'auberge d'Emmaüs. Jésus m'avait pris sur MA route pour me conduire sur SA route. J'étais sur la route des structures, de l'organisation ecclésiale, et Jésus m'a conduit sur la route de l'Évangile, route de la liberté, route de l'amour, route de L'homme et route de Dieu.

Aujourd'hui j'accompagne des groupes de partage biblique, les communautés cursillistes et je vois des femmes et des hommes développer le sens de la communauté, prendre des responsabiltiés pour bâtir la communauté, exercer le sacerdoce de leur baptême. Mes rêves prennent racine autrement. Et me vient à l'esprit la pensée de Jean Cocteau: "Plus je vieillis, plus je réalise que ce qui ne vieillit pas, ce snt mes rêves."

Les disciples en quittant l'auberge d'Emmaûs ne sont pas aller au temple mais au coeur de la vie, sur la route des hommes et des femmes de leur temps; la route du ressuscité. Sur cette route aujourd'hui je me reprends à rêver. Il  ne faut jamais enterrer nos rêves.

vendredi, 03 février 2017 15:35

Un vieux pasteur réfléchi.

Écrit par

L'Égflise du Québec a été bâtie par des gens venus de France nécessairement. Nos Évêques et les supérieurs des communautés religieuses tant féminines que masculines furent longtemps des gens de France. Nos églises en sont les témoins.

Notre Église du Québec commençait à peine à se tracer un visage d'ici -nos églises modernes en son aussi les témoins- qu'elle fut frappée de plein fouet par la révolution tranquille qui a transformée notre société. Comme Église nous n'avons pas réussi à nous adapter à ces changements rapides et nous sommes devenus étrangers chez nous. Nos églises se sont vidées, le nombre de prêtres a diminué rapidement.

Alors nous avons rêvé! Nous avons rêvé de redécouvrir la force du sacerdoce des baptisés qui se déploie en une panoplie de ministères au service de la communauté. Nous avons rêvé d'une Église prise en charge par les baptisés pour en conserver la vitalité. Nous avns même chanté nos rêves: "Vois, comme ils sont beaux nos rêves, Vois, comme ils sont beaux nos mots. Quand on les dit, c'est une fête, Quand on les vit, vois comme c'est beau!" Mais l'option fut prise de faire appel à des prêtres venus d'ailleurs pour combler le vide. Et nos rêves sont disparus dans la brume du système ecclésial. Aujourd'hui dans notre Église du diocèse de Gaspé, les chefs d'orchestre des décisions ecclésiales sont des gens venus d'ailleurs, gens très généreux, mais qui ne jouent pas du violoncelle sur la même gamme musical que nous Gaspésiens. Il ne reste plus qu'à enterrer nos rêves ....  A SUIVRE!

jeudi, 02 février 2017 20:20

Reconnaitre ou connaitre?

Écrit par

"Siméon reçut l'enfant dans ses bras et bénit Dieu." Lc 2, 22-32. Le vieillard Siméon reconnut le Messie dans l'enfant présenté au Temple. Pour ce faire, il était un homme juste et près de Dieu. Il avait connu Dieu pour reconnaitre le Fils dans l'enfant de Nazareth.

Un homme qui assistait à la messe chaque dimanche m'arrête un jour et me dit: Venez donc souper chez moi ce soir, j'aimerais vous connaitre." C'est bon de reconnaitre les personnes mais c'est meilleur de les connaitre. Et pour ce faire, nous devons dépasser le visuel pour descendre au coeur.

Dans mon frère ou ma seour que je rencontre tous les jours, est-ce que je reconnais le Seigneur? Est-ce que je reconnais qu'il est un enfant de Dieu fait à l'image et ressemblance de Dieu? Comme pour Siméon, je dois avoir d'abord connu le Seigneur. Et connaitre le Seigneur, c'est faire l'expérience de sa présence dans ma vie. C'est le connaitre avec le coeur et non avec l'intelligence.

Nous avons appris le catéchisme par coeur, nous avons intellectualisé notre relation à Dieu; mais la rencontre de Dieu se fait avec le coeur. L'acte de foi appris nous parle de vérités à croire pour être sauver. Notre credo est un enchainement de réalités spirituelles qui demeurent des vérités révélées et non l'expérience d'un Dieu  présent au coeur du monde. Quand je lis le credo, je me demande si Jésus a existé vraiment. L'Évangile me permet de croire en Jésus Fils de Dieu et non des énoncés théoriques. Nous avons appris une religion descendante qui part du ciel vers la terre. Jésus est venu nous indiquer le contraire. La religion prend l'homme pour le monter vers Dieu en action de grâce. C'est un mouvement ascendant vers le Père. Je croirai en Dieu vraiment si je crois en l'être humain crée à son image. Je reconnaitrai le Christ dans l'autre si je l'ai d'abord expérimenté dans ma vie. C'est il me semble la grande leçon que me laisse Siméon aujourd'hui.

samedi, 28 janvier 2017 15:16

J'ai trouvé!

Écrit par

Depuis quelques années, supposément à la retraite, j'ai abandonné la célébration régulière des sacrements et je m'amuse à rencontrer les gens dans les places publiques. J'ai rencontré des chrétiens et chrétiennes qui ont conservé la pratique régulière de la charité charétienne; des personnes qui ont soif de spiritualité et de connaitre Jésus Christ, l'Évangile, les valeurs. Ces personnes hier encore étaient assis sur les bancs de l'église, aujourd'hui elles sont dans la diaspora.

Je me suis senti en Galilée et même à Nazareth. ayant cévu longtemps en Judée près du temple, je me retrouvais devant un vide spirituel bien exprimé par le documentaire: L'Heureux naufrage.  Ces gens sont ouverts à l'Évangile mais fermés à la forme de pratique religieuse qu'ils ont vécue.

Je pensai à Annick de Souzenelle qui d'anesthésiste dans un hôpital est devenue bibliste. Elle écrivait: "J'ai passé ma vie à endormir les gens, je veux passer le reste de ma vie à les réveiller." En parodiant, je me suis dit: J'ai passé  ma vie à prêcher une doctrine dans le temple, et ces temples sont vides, je vais maintenant passer le reste de ma vie en Galilée à faire danser l'Évangile et fêter la Parole de notre Dieu avec ces personnes de la diaspora.

J'ai pensé à Nazareth, à Charles de foucauld; Le christianisme est venu de Nazareth et non de la Judée et du temple, et je me suis dit : le renouveau de notre Église viendra sans doute de la Galilée, des Nazareth de nos paroisses, et je me suis écrié: "Euraka." J'ai trouvé un lieu où m'amuser à vieillir. Et voila, depuis près de 10 ans, je suis comblé par cette approche de la Parole du Seigneur et je vois autour de moi des hommes et des femmes grandir dans la foi, abandonner des dévotions pour retrouver la prière ...

S'il demeure important de célébrer avec les personnes qui viennent encore à l'église le dimanche, je crois qu'il s'avère très important d'aller au carefour des chemins à la rencontre des femmes et des hommes qui cherchent la saveur spirituelle de leur vie. Quel beau passe-temps pour nous prêtres à la retraite, quelle belle façon de s'amuser à vieillir. Plus on vieillit, plus on s'approche de l'essentiel. Aujourd'hui je bénis le Seigneu rme faire goûter cette joie de vieillir.

mercredi, 25 janvier 2017 19:00

Conversion.

Écrit par

Ce matin, 25 janvier, fâte de la conversion de Saint Paul. En lisant les Actes des Apôtres qui nous présentent la conversion de Paul, je me suis laissé questionner par ce texte: "Je suis juif, élevé à l'école de Gamaliel, j'ai reçu une éducation conforme à la loi de nos pères; (...) Ananie vint se placer près de moi et me dit: Saul, mon frère, retrouve la vue, et je le vis." Act. 22, 4-16.

Je pourrais parodier ce texte: Je suis catholique, éduqué selon les lois de mes pères et de mon Église dans une forme de pratique sacramentelle. Un certain Ananie est venu me voir et m'a dit: Regarde tes soeurs et tes frères qui ont quitté la pratique des sacrements et qui attendent une parole qui éclaire leur vie, nourrit leur espérance et leur permet de retrouver leur foi. Ils attendent une nouriture spirituelle. Est-ce que je pourrais répondre comme Saul: Je vois, je comprends et je vais changer ma vision pastorale.

Dernièrement, j'ai vécu un événement personnel, j'ai ajouté un an à ma vie. Pour l'occasion j'ai reçu des téléphones de laïcs qui me parlaient de mes écrits "d'avanceaularge", s'informaient si je continuais d'accopmagner  des groupes de partage biblique. Ils étaient au niveau de la vie, de la spiritualité. Je recevais aussi des téléphones de prêtres qui me demandaient: fais-tu encore du ministère? Et le ministère dans le langage ecclésial, C'est de célébrer des messes ou d'autres sacrements. Les chrétiens sont au niveau de la vie et nous au niveau des sacrements, des célébrations. C'est pour moi la questin de l'efficacité et de la fécondité. Jean Vanier écrit qu'un pasteur n'est pas un être efficace mais un être fécond.

Je retournais au texte de Paul pour prendre conscience qu'il était parti comme un défenseur de sa formation religieuse et il revient comme  un disciple du Christ et un pasteur. Et la Parole de Jésus en Mathieu s'est présentée à moi: "Allez donc: de toutes les nations faites des disciples, baptisez-les, apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai enseigné." Voila il me semble le ministère fondamental du chrétien et du pasteur. C'est ce ministère quotidien que nous célébrons en communauté.

vendredi, 20 janvier 2017 15:35

Mangez-nous!

Écrit par

 

Participant avec un groupe d'amis à un repas fraternel, je me pris à réfléchir. les dames avaient déposé sur la table de belles assiettes bien garnies de bonnes choses pour le palais avant le repas. Elles avaient préparé ces choses avec beaucoup d'amour et de joie. J'ai pris un morceau de truite fumée; truite pêchée par eux, fumée par eux aussi et bien préparée pour notre repas. En prenant cette nourriture j'avais l'impression de manger un peu des gens qui l'avait préparée. Un peu comme les parents peuvent dire à leurs enfants: la nourriture que l'on vous donne, c'est un peu nous que vous mangez: notre amour, notre dévouement, notre présence. C'est un peu notre corps que vous mangez. Je voyais ces parents qui toute leur vie se sont donnés en nourriture à leurs enfants.

Ma pensée s'est tournée vers Jésus à la Cène. Ça été le geste de Jésus: se donner en nourriture aux siens et cela est parvenu jusqu'à nous. Quand je reçois le pain eucharistique, c'est à toute la vie de Jésus, son travail, ses peines, son enseignement, sa vie, sa mort que je communie. J'ai d'abord communié à tout cela dans mon quotidien et je viens le célébrer en communauté avec mes soeurs et frères chrétiens. Je viens me nourrir de cette présence, je viens m'abreuver de sa vie et de son amour pour continuer d'être responsable de sa mission, afin que je devienne du bon pain pour les autres.

Je crois que l'eucharistie est d'abord vie et mission que nous venons en communauté célébrer. Dans tout sacrement, il y a un temps et un moment: le temps est la vie, le moment, la célébration. Il ne faudrait pas réduire le sacrement au moment de la célébration. Le dimanche quand la célébration se termine à l'église, la messe commence parce qu'elle est vie et mission. Faudrait peut être y penser à la prochaine célébration.

jeudi, 19 janvier 2017 15:38

Un cadeau.

Écrit par

Dernièrement, je participais à un repas d'amis et durant le repas, un couple nous partagea un événement vécu dans la famille qui me fit réfléchir. Lorsque leur fille partie pour les études et le travail à l'extérieur, le père lui dit: Je te donne ta vie, tout ce que nous t'avons enseigné et les valeurs vécues sont maintenant ta responsabilité. la fille partie mais elle savait que ses parents seraient toujours présents discrètement pour l'accompagner et l'éclairer au besoin.

En méditant cet événement, je me rapelai que Jésus avait fait la même chose avec ses apôtres. Au soir de sa vie, il leur a dit: Depuis trois ans que vous vivez avec moi, je vous ai enseigné tout ce que le Père m'avait appris, ce soir je vous redonne votre vie enrchie et vous en êtes responsables jusqu'aux confins de la terre. Jésus avait préparé les siens à cette responsabilité. Comme les parents, Jésus restait présent discrètement pour les accompagner et les éclairer au besoin. Ces parents venaient de me faire comprendre de l'intérieur le geste de Jésus. Jésus venait de nous donner à la fois une responsabilité et une mission.

Quand je vais à l'Eucharistie et que je communie sacramentellement, je viens signifier ma volonté d'être fidèle à cette mission et en même temps Jésus me dit qu'Il est toujours présent pour m'accompagner et me soutenir dans cette mission. Quand je célèbre l'Eucharistie, c'est toute ma vie que je célèbre, c'est toutes les fois où j'ai lavé les pieds de mes frères et soeurs, toutes les fois où j'ai fait mémoire de la vie du Christ.  J'apprends chaque jour à déballer et à vivre ce cadeau de Jésus Christ et aussi à découvrir la célébration de ce cadeau.

jeudi, 12 janvier 2017 18:17

Un système immunitaire?

Écrit par

C'est fort la vie1 J'ai l'impression que la vie comme le corps humain développe un système immunitaire pour répondre à ses besoins. Chaque jour les nouvelles nous apportent l'existence de services sur le terrain pour répondre à des besoins naissant. Dès que la vie rencontre un virus, elle fait naitre des anti-virus pour répondre à ses besoins.

Aujourd'hui, les personnes âgées vivent de plus en plus de solitude dans leur maison. La vie se charge de faire naitre un service de présence  pour les accompagner.

La violence et l'agressivité augmentent de plus en plus et deviennent une réponse aux blessures et manque d'amour; la vie fait naitre des services pour accueillir ces souffrances et conduire plus loin.

Les besoins aussi bien financiers que spirituels et psychologiques grandissent dans notre société moderne; la vie fait naitre des services d'écoute, d'entraide, de partage et de soutien pour diminuer les effets néfastes chez les personnes.

Ainsi existent un nombre considérables de fondations, services et bénévoles au coeur de la société québécoise. Ce système immunitaire travaille souvent sur des conséquences et pas toujours assez sur les causes. Notre monde grelotte  par un manque d'amour. Notre système immunitaire a aussi un grand travail de ce côté.

En méditant tout ceci monte à ma mémoire la parole de Jésus en Saint Jean, je vous ai lavé les pieds pour vous donner l'exemple afin que vous vous laviez les pieds les uns les autres. Voila! le peuple du Québec est peut-être plus chrétien qu'on le pense ou qu'il le sait lui-même.

lundi, 09 janvier 2017 18:20

Faire le plongeon!

Écrit par

Aujourd'hui, la liturgie nous fait célébrer le baptême de Jésus au Jourdain. Cette fête nous permet de prendre un moment d'arrêt pour s'interroger sur notre propre baptême. Beaucoup de questions naissent sur la pastorale de ce sacrement. Les responsables me disent souvent, on ne sait plus trop à quoi ça sert de baptiser et surtout comment présenter ce sacrement dans le contexte d'aujourd'hui.

Il faut se dire que nous sommes comme assis entre deux chaises: nous baptisons encore comme dans l'époque de chrétienté et cette mentalité n'est plus là. Avant que nous puissions parvenir à une pastorale adaptée à notre monde, le monde aura encore changé. C'est la loi de la vie qui demande une continuelle adaptation. Faudrait-il arrêter de baptiser pour un certain temps afin de tâter la vie et d'ajuster notre agir? C'est ma conviction....

Si nous ne retournons pas à l'Évangile et oublier un peu tout ce que nous avons appris sur la question, je crois que l'avenir sera difficile. Au point de départ, Jean Baptisait dans le Jourdain et non au temple. Pourrions-nous imaginer célébrer les baptêmes au coeur de la vie avec les familles et non dans le bâtiment église? Il faut admettre que la célébration du  baptême  est devenue un rite et que la vraie célébration pour la famille se fait à la maison à la suite du baptême. Une des dimensions du baptême est l'entrée dans la communauté; la communauté pour les gens qui demandent le baptême est la famille et les amis. On dit depuis longtemps que la paroisse doit devenir une communion de petites communautés, ne serait-ce pas l'occasion de donner suite à ces idées? Pour ma part, je crois qu'il s'agit là d'une question importante que nous ne pouvons écarter. Notre façon de faire aujourd'hui ne fait-il pas entrer dans une bâtisse non dans une ocmmunauté? Je suis un vieux radoteux ne vous en faites pas.

Quand Jésus remonta de l'eau, une voix du ciel déclara: Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je mets tout mon amour. Voila le sens que Jésus vient donner au baptême chrétien. Dévouvrir  que nous sommes les enfants d'un Père et célébrer cette réalité avec Lui.  Le baptême est un acte d'amouir avant d'être un acte de foi. Il est la signature de Dieu sur notre vie d'enfant du Père. Il est célébration de l'amour gratuit de Dieu pour nous. "Dès avant ma naissance, en tant qu'homme, je suis  déjà  l'image de Dieu, marqué par cette filiation divine dès le premier instant de ma conception. Le baptême ne me fait pas enfant de Deiu. Il est découverte fabuleuse de cette réalité, la démarche par laquelle je reconnais ce que je suis, ce qui est déjà donné, déjà acquis. Il est l'acte par lequel je ratifie et proclame mon caractère d'enfant de Dieu. Il est la célébration joyeuse et reconnaissante de cette grâce inouïe, en même temps qu'il marque mon entrée dans la communauté de ceux qui se proclament et se reconnaissent enfants de Dieu." Henri Boulad. C'est ce que Jean-Paul 11 a dit aussi dans une conférence sur l'homme.

La rencontre du Seigneur dans cette célébration vient m'aider à vivre le plus fidèlement possible ma réalité d'enfant bien-aimé du Père. Continuons de réfléchir tout haut, c'est dans le choc des idées de jaillit la lumière.

 

Page 9 sur 19