reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

samedi, 04 août 2018 14:10

Un Pasteur et un Saint.

Écrit par

Aujourd'hui, 4 aout, la liturgie met sous nos yeux un pasteur et un saint: Jean-Marie Vianney, curé d'Ars. Quand nous admirons la vie des saints, ce n'est pas pour  les imiter mais pour s'inspirer de leur témoignage de vie pour aujourd'hui. Le curé d'Ars fut un grans spirituel qui vécu son ministère en fonction du peuple dans lequel il vivait. Il s'agit pour nous aujourd'hui en s'inspirant de son exemple de découvrir la façon dont nous devons vivre en Église au coeur de la société dans laquelle nous vivons. Il est évident que si nous voulons imiter ce saint curé, nous courons à l'échec.

Notre société au Québec est traversée par un fort courant laïque qui a changé complètement les besoins spirituels du peuple. Les gens n'adhèrent plus à la religion et sont devenus pour la plupart étranger à toute forme de pratique religieuse. Notre société de plus est traversée par un fort courant de démocratie qui développe une prise de parole et une volonté de s'impliquer dans les décisions qui concerne la vie de la société. Ce courant démocratique fait partie de la vie des familles, des paroisses, comme de la société civile. Les gens ne veulent plus qu'on leur dise quoi faire, mais veulent être accompangés dans leur vie et décisions. Ceci vient changer complètement la donne de notre présence d'Église. Nous sommes devenus étrangers au coeur même de notre propre société. Comme Église et comme chrétiens nous avons à nous inscrire à l'intérieur de cette nouvelle façon de vivre pour développer les valeurs de l'évangile.

L'annonce de l'Évangile dans cette nouvelle société n'a pas pour but de convertir l'autre pour le conduire à la pratique religieuse, mais de lui  faire découvrir l'Évangile déposé en lui pour qu'il en vive. La société nouvelle nous invite à passer du pouvoir qui décide à l'autorité qui accompagne. Cette autorité nous la recevons du Christ qui nous l'enseigne à toutes les pages de l'Évangile. Une autorité qui risque l'accueil dans le lieu des autres là où ils sont.

Dans toute les régions du québec l'été a apporté sont lot d'activités communautaires, des festivals de toutes sortes. Des nuées de bénévoles ont participé à la préparation et la réalisaiton de ces projets. Il s'y est vécu des moments de partage, d'entraide, de communion et je dirais d'action de grâce. Dieu était présent au coeur de ces manifestations parce qu'il est présent au coeur de l'être humain. Plus nous nous rapprochons de l'humain, plus nous sommes proche du divin. La Constitution sur l'Église dans le monde de ce temps de Vatican 11 nous dit: "Les joies et les espoirs, les tritesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout (...) sont aussi celles du Christ, et il n'est rien de vraimnt humain qui ne trouve écho dans leur coeur." "Le message chrétien nous invite à nous passionner  pour tout ce qui est humain. C'est au coeur de la vie que se laissent paraitre les traces du ressuscité." André Fossion.

En fin de semaine, chez nous, nous vivons le festival du bois flotté où des artistes rassemblent les gens pour leur faire découvrir à la fois les beautés de la musique, de la sculpture, de la fraternité; en plus des dizaines de bénévoles qui se dévouent pour le bon déroulement de l'activité. Une page de vie en Église se vit, c'est là aussi les signes du ressuscité. Il me semble qu'aujourd'hui le curé d'Ars aurait été au milieu de ce monde pour leur dire Jésus Christ par sa présence. Je passe du temps sur le terrain au milieu de ces gens qui m'accueille comme un pasteur qui s'émerveille avec eux de la présence de Dieu à travers la beauté, la générosité et l'amour qui s'y vit. "Y a du monde à messe."

 

mardi, 31 juillet 2018 17:16

Alphonse.

Écrit par

La liturgie nous porpose de prier en communion avec Saint Alphonse-Marie de Liguori, il était avocat et devint prêtre pour se consacrer à l'évangélisation. à une émission dernièrement, une avocate confirma qu'elle avait une situaiton très rémunaratrice pour se consacrée à la défense des pauvres et des mal gommés de la société. Notre société compte encore de ces gens conscients des problèmes qui les entourent, des injustices qui nous envahissent et se donnent tout entier à la défense de la justice et des sans voix.

L'exemple de Alphonse de Liguori est très actuel. Il s'est consacré à l'évanglisation et fonda une congrégation d'évangélisateurs. Le Pape François nous invite à être des évangélisateurs au coeur du monde. Évangéliser ne consiste pas d'abord à ramener les gens à l'église mais à faire naitre des témoins du Christ au quotidien. être le sel de la terre pour donner du goût à la vie. L'Évangile de la messe de Saint Alphonse nous parle d'un trésor enfouie en nous qu'il nous faut découvrir, d'une perle précieuse à garder avec pécaution. Ce trésor, cette perle est peut être la présence de l'Esprit en nous, la présence du ressuscité en nous que nous devons découvrir et non pas chercher ailleurs. J'inscrirai ma loi au fond de votre coeur dit le Seigneur. "Nous portons un trésor dans des vases d'argile nous chante Robert Lebel. Nous avons besoin de chrétiens et chrétiennes qui mangent le Seigneur pour le donner. Trop de gens en sont ignorants ou le gardent pour eux.

samedi, 28 juillet 2018 14:26

En ruminant.

Écrit par

L'un me dit: "L'Église est en train de mourir." L'autre me répond: "Non elle est en train de renaitre." J'écoute et me demande qui a raison? Probablement ni l'un ni l'autre ou les deux. Moi, je dis: "L'Église est en train de se purifier."

La vie, c'est la vie, c'est libre. Si nous voulons l'enfermer dans des structures, un jour  ou l'autre, elle nous faussera compagnie. C'est ce que nous vivons présentement. Notre société est traversée par un fort courant laïque qui a des étapes à vivre; elle est aussi traversée par un fort courant démocratique qui aussi  des étapes à franchir pour bien se vivre. C'est à l'intérieur de cette nouvelle société que l'Église doit faire découvrir l'Évangile. Elle doit devenir le sel de la terre qui donne du goût à la vie. C'est un appel venant de la société à découvrir d'autres chemin d'Évangile.

Comme nous avons  catéchisé et sacramentalisé le peuple, nous devons maintenant nous convertir à un autre type de présence. Je vais dire un gros mot, je suis conscient comme prêtre que ma difficulté à faire découvrir l'Évangile au quotidien est mon ignorance de l'Évangile. Il est plus facile de quoi faire que de dire comment être. Le catéchisme ne serait-il pas un handicap à la foi parce qu'il donne simplement des réponses que l'on a appris par coeur? Les chrétiens qui sont partis de l'Église nous questionnent et nous demandent de nous purifier de nos réponses toutes faites, de nos croyances pour retomber sur terre avec eux.

La parabole du fils retrouvé, dans Luc 15, devrait nous faire réfléchir. La pointe du récit est la joie des retrouvailles. Le fils à son arrivée trouve une famille qui l'accueille et donne du goût de famille et d'amour à sa vie. Il passe de l'employé au fils. Il passe de la perception de son père comme un employeur à un vai père.  C'est ainsi que nous accueille le Père et c'est ainsi que nous devons nous accueillir en Église. Si je me fie à ce que j'entends sur la rue et dans les marchés publics, j'ai la conviction que nous avons besoin d'un bon temps de purification pour retrouver la place de l'Évangile dans notre quotidien. Nous avons beaucoup trop de normes et de lois qui briment la vie et éloignent les chrétiens. Comme je n'ai plus de responsabilité, les gens se sentent libres de me dire leur déception et leur souffrance devant une Église hors de leur vécu. Nous sommes de très nons catholiques, sommes-nous de bons chrétiens? Je pose la question. Ce fut mon rêve de toute ma vie de prêtre de défricher une Église  accueillante et moins cléricale. Ce ne fut qu'un rêve. Nous vivons un temps de purification vers cette Église que le Pape François  nous fait découvrir et que le concile nous avait annoncée.

dimanche, 22 juillet 2018 19:39

Malade ... Pécheur ... ?

Écrit par

Nous parlons souvent de malades autour de nous, de pécheurs et qu ele sgens ne vont plus à confesse comme on disait autrefois, de criminels qu'il faut châtier. Moi, je crois, qu'un nalade, un pécheur ou un criminel, ça n'existe pas.

Aujourd'hui les médeicns soignet le corps un peu comme un mécanicien répare une voiture. on ausculte le coprs, on détecte la cause du mal et une pilule guérira le tout.

Une personne pose un geste criminelle, on accumule les preuves, on le juge et on le punit.

Quelqu'un fait une faute que l'on appelle "péché" en Église. Il se confesse, une petite pénitence, prie et cela va passer.  Avec cette méthode nous avons couvert une foules d'actes criminels qui viennent nos harceler aujourd'hui.

Avant le criminel, le malade ou le pécheur, il y a une personne. je pense que nous devrions changer notre vocabulaire: Il y a une perosnne atteinte de maladie, une personne qui a posé des gestes criminels, une personne qui a fait une faute. Si les gestes sont mauvais et doivent être punit, il ne faut jamais oublié que derrière l'acte posé, il y a une personne blessée qui a besoin de guérison. Je l'expérimente souvent dans le sacrement du pardon. Combien de chrétiens se sont confessés chaque mois ou plus souvent et se  sont retrouvés toujours devant la même situation. Parce que nous avons regarder la conséquence: l'acte posé, et jamais la cause. Le sacrement du pardon n'est pas un rite, il est un long pèlerinage de guérison. L'expérience de l'absolution collective m'a permis de vivre des rencontres individuelles qui soient vraiment une démarche de guérison. Où des hommes et des femmes ont appris à prendre leur vie en main, où des chrétiens ont appris qu'ils avaient plus de blessures à guérir que de péchés à pardonner. Ma conviction de vieux pasteur est que le rite individuel célébré rapidement en groupe dans des célébrations peut répondre à des exigences canoniques mais s'éloignent de la valeur profonde du sacrement. Nous nous occupons de l'acte qu'on juge pécamineux, mais nous oublions la personne qui a un autre besoin. Un peu comme un fait le juge. Nous avons à revisiter notre théologie du sacrement. 

"Nous rencontrons Dieu à partir de l'humain, et à partir de Dieu nous humanisons l'homme." Jésus nous en a donné l'exemple. Rapprochons-nous de l'être humain si nous voulons vraiment rencontrer Dieu.

samedi, 21 juillet 2018 14:47

Ma mission dans le vieillissement.

Écrit par

Il y a 10 ans, en 2008, j'écrivais ceci:

J'ai médité en compagnie de Léandre Boisvert et aujourd'hui je reviens avec Raymond Dumais qui m'inspire une autre façon de voir le vieillissement. Pour le prêtre comme pour tout chrétien, le passage de la vie active à la retraite est parfois difficile. Allons saluer trois personnages de la bible qui aideront à réfléchir.

D'abord saluons Paul. Il s'est vu forcé de prendre sa retaite et il fait le bilan de son travail apostolique. Act. 20, 17-38. La retraite peut être un temps de fécondité. Paul invite à jeter un regard positif sur ce que le Seigneur lui a permis d'acomplir. Ensuite il encourage et stimule ceux qui ont encore la charge pastorale. La personne à la retraite de par son expérience peut-être un élément important pour les personnes qui oeuvrent encore su rle terrain.

Siméon est un autre viellard encourageant à regarder. À la retraite, il sait découvrir l'action de Dieu dans la vie qui l'entoure. IL sait porter un regard positif sur la vie autour de lui. Il sait offrir le service de la pirère ce qui lui permet de reconnaitre l'action du Seigneur dans le monde. Se rendre capable de nommer aux plus jeunes l'espérance qui stimule et le partage fraternel qui pousse vers l'avenir. La personne à la retraite peut facilement revenir à l'essentiel de la vie et demeurer positif devant ce qui se vit.

Nicodème est une autre figure motivante. Celui-ci nous invite à renaitre constamment à la nouveauté. Ne pas rester enfermés dans nos structures ou façons de faire pour être éveillés au neuf. Nicodème devait être certes à la recherche, il ne voyait pas clair dans sa situation et Jésus lui a permis de renaitre en découvrant le neuf de sa vie. Jésus n'a pas invité Nicodème à faire des choses, mais à renaitre. Il y a une dynamique importante: savoir s'ouvrir à la nouveauté et se laisser transformer par elle comme le fait une nouvelle naissance. La retraite est le moment pour s'ouvrir à l'Essentiel de notre vie, à ne pas rester enfermés dans nos façons de faire pour naitre à la nouveauté et en découvrir la richesse.

La retraite n'est pas un temps pour pleurer sur ce que je ne pûis plus faire, mais un temps pour découvrir pleinement ce que je suis et la nouvelle fécondité de mon être.

Aujourd'hui j'ajouterais que depuis ma retraite, je regarde ce que j'ai fait. J'ai célébré des messes en quantité, des sacrements en quantité, j'ai prêché des heures devant des églises pleines à l'époque; aujourd'hui, elles sont presque vides et les chrétiens sont en recherche de spiritualité. Ils sont devant un vide. Depuis quelques années, j'ai découvert dans le partage de la Parole de Dieu en équipe avec des chrétiens et chrétiennes, la richesse de cette nouriture et la fécondité de cette Parole pour sanctifier le monde et  permettre aux gens de retoruver le vrai visage de Dieu. La Parole m'a fait passer de l'efficacité à la fécondité. Je goûte aujourd'hui une grande joie d'accompagner ce cheminement de mes soeurs et frères dans la foi et cette joie, je la souhaite à tous les prêtres et chrétiens qui vivent à la retraite.

Hier, des jeunes m'ont demandé où il pouvait se procurer une Bible pour répondre à leur goût de connaitre le Seigneur.

jeudi, 19 juillet 2018 12:39

"Papy", il était bon!

Écrit par

"Papy", il était bon. Cette affirmation nous l'entendons souvent lors d'un décès. Une coutume se met en place doucement au moment des funérailles de quelqu'un, c'est la coutume de faire un hommage. Nous vivons ce qu'ont vécu les disciples d'Emmaüs après la mort de Jésus. En route, ils discutaient de ce qu'ils avaient vécu avec Jésus. C'était le temps de la mémoire. Ils se remémoraient leur vécu. Moment important dans leur démarche.

Tout en discutant, ils prennent  conscience que Jésus est encore vivant et avec eux. C'est le temps de la communion. Ils retournent à Jérusalem partager et célébrer averc la communauté des disciples.

Cette démarche, nous la vivons actuellement. Les gens aiment faire un hommage à leur défunt. Moment important de la mémoire dans leur cheminement pour découvrir que la personne décédée est encore viante en eux, moment de la communion et de la célébration.

Il me semble important de redécouvrir ces moments avec les familles endeuillées. Au salon funéraire prendre un temps pour la mémoire; ensemble se rappeler les bons moments vécus avec la personne décédée, ce qui nous conduirait à la célébration et au temps de communion avec nos défunts. Je suis convaincu que prochainement nous enlèverons l'Eucharistie aux  funérailles pour permettre de mieux actualiser nos célébrations et davantage nourrir la vie et la foi des chrétiens. L'Esprit nous souffle vers un ailleurs qu'il ne faudrait pas manquer.

Ce que nous vivons souvent est gauche ou mal à propos. Il nous appartient de suivre ce mouvement et de le bien vivre. Il faut nous éduquer à cette nouvelle réalité. Aujourd'hui, il m'apparait que nous sommes davantage portés à une critique négative au lieu d'éduquer les chrétiens à une démarche bonne et nourrissante. La méditation du texte des disciples d'Emmaüs (Lc 24, 10-36) pourrait inspirer notre démarche et éviter de laisser passer le train. Voila une piste de réflexion et d'action importante pour les équipes qui travaillent en pastorale auprès des  familles endeuillées. Un membre de ces équipes me disaient hier: ça fait des années que l'on parle de ce problème et rien n'est fait. Alors, je lui dis, qu'attendez-vous pour  faire quelque chose? Il serait important aussi de discuter en équipe de la place de l'Eucharistie dans la célébration des funérailles. On attend toujours une directive de l'Évêque. Pourtant les gens qui travaillent dans ces équipes sont des adultes.  N'éteignons pas l'Esprit. L'heure est à la fécondité.

dimanche, 15 juillet 2018 18:33

M. Jérôme écrit:

Écrit par

Jérôme Gagey écrit: "Les catholiques ont une culture catéchétique. Le livre de la foi était le catéchisme. Ce livre donnait des réponses qui permettaient de structurer le monde. J'affirme aujourd'hui qu'un chrétien qui n'a qu'une culture catéchétique ne restera pas chrétien longtemps." Dans son livre ressources de la foi, ce monsieur nous parle des expériences spirituelles. Les hommes aujourd'hui ne veulent pas de catéchèse, mais il s ont beosin de rencontres et d'une Rencontre, celle du Christ. Ils ont besoin d'un Jésus qui agit en faveur des pauvres, des petits et des mal gommés de la société et non d'un Jésus qui dit quoi faire.

Nous vivons actuellement un temps merveilleux d'Église. Un temps qui nous invite à retourner à l'essentiel. Un temps où nous n'avons pas à apprendre des cssoes par coeur ou à se composer des comportements chrétiens, nous sommes au temps de la fécondité du coeur. Laissons-nous travailler par l'Évangile où Jésus est présent et nous parle. 

Nous sommes conscients qu'avoir appris des réponses de catéchisme par coeur nous a conduit à un vide spirituel. Nous avons ainsi pratiqué la pastorale de la "faux". Faut aller à la messe, faut fare baptiser, faut être confirmé pou rêtre parrain ou marraine .... Cette pastorale de la "faux" a tout coupé. Nous sommes invités à revenir à l'Évangile et à la fécondité de la Parole de Dieu et de l'amour.

 

samedi, 07 juillet 2018 21:07

Revisiter notre histoire.

Écrit par

Cette idée est venue alimenter ma réflexion à partir d'une émission ou quelqu'un revisitait l'histoire du Canada en vue de mieux compendre la relation vécue avec les Premières Nations dès les débuts de la Colonie. Il m'est apparu intéressant de revisiter l'hisoire de mon Église pour mieux comprendre ce que nous vivons aujourd'hui. Je ne suis pas un historien, mais simplement un vieux retraité très heureux de ce que la vie et l'Évangile lui font découvrir aujourd'hui.

Il m'apparait que nou s avons négligé la Vocation et la Mission au profit des vocations et des missions.  Saint Paul en commençant ses premières communautés chrétiennes laissa au milieu d'elles un presbytre, genre de pasteur issu de la communauté pour animer celle-ci. Les premières communautés religieuses furent fondées par des femmes ou des hommes qui voyant un besoin dans la communauté formèrent un groupe pour répondre à ce besoin. La vocation était celle du baptême et la façon de répondre aux besoins des chrétiens devenaient une mission ou une façon de  mettre sa vocation au service de la commuanuté. De sorte que les services s'organisaient â oartir du terrain et des besoins.

Au cours de l'histoire, nous avons mis l'accent sur les vocations sacerdotales ou religieuses, nous avons structuré une organisation pour accueillir ces vocations. Ainsi le presbytre est devenu le prêtre, membre du presbyterium autour de l'Évêque et les communautés religieuses se sont regroupées avec des strustures de formation. Nous avons développé une théologie du ministère et de la vocation de sorte que depuis le Concile de Trente, la vocaiton baptismale est disparue et la misison répondant aux besoins spirituels s'est modifiée considérablement. Les chrétiens sont devenus des spectateurs, des consommateurs et des serviteurs.

Un jour, au Québec, une révolution est passée. La société s'est modifiée  et des besoins nouveaux sont apparus. Donc la façon de vivre notre Vocation devra s'ajuster sur cette nouvelle réalité. Comme nous avions mis l'accent sur les vocations, nous avons essayé de faire des aménagements à partir d'en haut. J'ai travaillé avec ardeur à ces aménagements.  Les résultats ne sont pas au rendez-vous. Nos églises ont continué de se vider, les chrétiens ont massivement délaissé la pratique sacramentelle, nous sommes devenus étrangers dans notre propre milieu. Mais en même temps, dans l'Église hors les murs, beaucoup de services communautaires se sont mis en place pour répondre aux besoins nouveaux des chrétiens. Un grand nombre de bénévoles consacrent du temps à l'animation de ces services. L'Esprit Saint suscitait des pasteurs pour répondre aux besoins du peuple pendant que de l'intérieur nous nous occupions à trouver des vocations pour faire marcher notre  organisation. Nous revenons aux sources du temps de Paul et des premières communautés religieuses. Ces nouveaux services souffent d'une pauvreté spirtuelle et personne ne s'en occupe. Il manque un service ...

En méditant cette réalité, je pensais à la parole de Jésus: "Personne  ne pose une pièce d'étoffe neuve sur un vieux vêtement, car le morceau ajouté tire sur le vêtement et, la déchirure s'agrandit." Mth 9, 16. Nous avons voulu faire des ajustements, mais la déchirure de l'Église s'est agrandie.

 Je me dis, ne faudrait-il pas revenir à la source de notre vie ecclésiale et retrouver la Vocation baptismale avec sa panoplie de ministères, resituer le service presbytéral au coeur de ces ministères comme nous l'a suggéré saint Jean-Paul 11, et les communautés religieuses en fonction de leur charisme. Revisitons notre histoire, revisitons notre conception des ministères et refondons: à vin nouveau outre neuve. Ce serait retrouver la Vocation et  la Misison. N'ayons pas peur, l'Esprit est encore avec nous.Cela nous permettrait de redouvrir l'Eucharistie également. Nous avons "chosifié" les sacrements comme disait le Père Legrand, o.p. La fin de l'Eucharistie est la mission. Quand la célébration est terminée, la messe commence. N'avons-nous pas trop réduit l'Eucharistie du Seigneur à un rite? Ce serait un sujet intéressant à méditer.

Voila quelques brèves idées que m'a suggéré l'homme à la télé ... Une cogitation toute simple que je propose sans prétention.

jeudi, 05 juillet 2018 20:35

Jésus libère.

Écrit par

En Mathieu 9, 1-8, Jésus s'amuse à libérer un pauvre paralytique. Un homme est là devant lui incapable de remplir sa mission, paralysé physiquement et sans doute spirituellement. Un homme incapable de bouger soit par la maladie ou la peur. La peur aussi rend paralityque. On dit souvent de quelqu'un, il est figé de peur.

Jésus ne fait pas ce miracle pour le plaisir de montrer sa puissance, il donne un enseignement. Il vient nous dire que sa mission en est une de libération. Il libère des lois, des traditions qui étouffent, il libère des structures qui écrasent, il libère des mentlaités qui détruisent des vies. Un jour il dira: Je vous ai donné l'exemple  pour que vous fassiez de même.

La mission donnée par le Christ est une mission de libération; dans une communauté chrétienne, on apprend ensemble à se libérer des traditions, des coutumes et de tout ce qui entrave la liberté. Dans ce mouvement de libération, Jésus redonne confiance à la personne: Lève-toi, prends ta civière et rentre chez toi. Aie assez confiance en toi pour te libérer de tes peurs et bâtir ta vie selon ta propre mesure. Souvent les religions sont des entraves à la liberté. Nous avons des lois, des traditions qui ne favorisent pas toujours la liberté des chrétiens. Jésus étai tun homem d'une grande liberté intérieure ce qui lui permettait de la traduire danss es actes. Il en est de même ainsi. Pour contribuer à la liberté de l'autre, j'ai besoin d'être libéré moi-même. Je suis donc invité aujourd'hui à méditer mes façons à moi d'être libre pour semer cet esprit de liberté. 

 

samedi, 30 juin 2018 18:41

Le vieillissement.

Écrit par

Notre population vieillit rapidement. Nous vieillissons de plus en plus longtemps. Pour certains, ces gens âgés deviennent un poids à la fois financier et humain pour la société. Nombreuses sont les maisons de personnes âgées qui sont un peu l'anti chambre de la mort. Je crois que notre société aurait besoin d'une bonne réflexion sur le vieillissement de la population. Les personnes remplies d'années sont une richesse pour la société. "Un vieillard assis voit plus loin qu'un jeune debout" disait Monsieur Diouf.

La bible nous apprend beaucoup sur cette question. Notons que l'Évangile de Luc commence en mettant en vedette un couple âgé Zacharie et Élisabeth. Le pauvre Zacharie devant l'annonce de l'ange n'a qu'un mot: Ma femme et moi sommes vieux. La nouveauté qu'on lui annonce est tellement étrange qu'il en perd la parole. C'est un peu notre situation devant la nouveauté de la vie d'aujourd'hui. Nous sommes parfois muet quand il s'agit de dire Jésus Christ aux jeunes et au monde moderne. Le vieil âge est souvent ce temps de silence où on se sent incapable d'agir comme autrefois et où il faut découvrir la richesse de notre nouveau mode de vie. C'est dans le silence que Zacharie a compris l'action de l'Esprit dans leur vie et qu'il a découvert la fécondité.

Parce qu'il a compris cette nouvelle vision de la vie donnée par le Seigneur qu'il nous a laissé un merveilleux chant de louange: "Béni soit le Seigneur le Dieu d'Israël parce qu'il a visité son peuple." Nous pourrions réécrire ce texte pour aujourd'hui. Nous, les personnes avancées en âge, pourrions bénir le Seigneur pour les trésors de vie accumulés au cours des ans, pour l'amour, la miséricorde et la sagesse  donnés par la vie de l'Esprit qui nous habite. Nous pourrions témoigner de la vie spirituelle qui nous anime. Nous ne sommes plus là pour le "comment" mais pour le "pourquoi" des choses et de la vie, pour le sens de la vie. Le comment appartient à ceux qui nous suivent. Depuis ma retraite comme prêtre, je découvre que nous avons été trop souvent au niveau du faire et pas assez au niveau de la vie. La retraite permet de rééquilibrer les choses.

Cependant, j'aime beaucoup regarder le visage de Siméon dans sa visite au Temple. Il était juste nous dit l'Écriture, donc proche de Dieu. Il fut ainsi capable de reconnaitre le Messie dans l'enfant présenté au Temple par ses parents. Il peut dire en toute vérité: "Mes yeux ont vu le salut préparé à la face de tous les peuples." Siméon prend Dieu au sérieux. Il nous donne un témoignage fort pour reconnaitre l'action et la présence Du Seigneur autour de nous dans le quotidien. Il nous apprend à prendre Dieu au sérieux dans le monde d'aujourd'hui. En regardant toutes ces personnes qui oeuvrent au quotidien dans les mouvements caritatifs venant en aide aux gens en difficultés dans la vie, pourrai-je comme Siméon reconnaitre la présence du Christ? Pourrais-je bénir le Seigneur parce que j'ai vu le ressuscité à l'oeuvre dans le monde?

Le vieillissement devient alors un merveilleux temps d'enrichissement intérieur, de découverte de la beauté du monode, de l'action de Dieu autour de nous et développer ainsi des moments d'action de grâce. Nous devons passer de l'agir  à l'être. Ce temps du vieillissement peut être un temps très long et ennuyant si nous restons figés sur le passé et attendons une invitation à refaire ce que nous avons toujours fait; comme prêtre, on attend souvent l'appel pour aller dire une messe. Le temps du vieillissemnt est une invitation à passer à autre chose. Et comme l'écrit le Père Grün: "La vieillesse nous initie à l'art de rencontrer notre vérité intérieure la plus profonde". Cette vérité n'est pas une richesse à garder renfermée, mais à faire éclater autour de nous pour nourrir la vie. C'est ce qui me fait dire aujourd'hui: Je suis un vieux retraité qui s'amuse à vieillir.

Inspiré de : L'art de bien vieillir. Anselm Grün.

Page 3 sur 24