reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

jeudi, 24 octobre 2019 13:56

Une rencontre.

Écrit par

Demain vendredi 25 octobre, nous vivrons dans notre petit coin de pays, sur la bord du Saint-Laurent, une fin de semaine de rencontres applée: CURSILLO. Nous nous permettons un instant d'arrêt et de communion avec soi-même, avec d'autres et avec Dieu. Nous prendrons conscience que plus nous devenons humain plus nous nous rapprochons du divin, (rencontre de soi). Nous prendrons mieux conscience encore que l'Église, c'est nous communauté chrétienne au coeur de laquelle l'Esprit a déposé des charismes et des ministères au service de la communion, (rencontre des autres). Nous ferons l'expérience que les sacrements ne sont pas des rites ou des célébrations d'abord, mais une action du Christ dans nos vies que nous célébrons avec des signes et des symboles, (rencontre de Dieu). Enfin nous serons envoyés sur le chantier de l'Évangile révéler au monde l'amour sans limite et inconditionnel d'un Père.

Un des problèmes majeurs que nous vivons en Église aujourd'hui est que nous nous sommes écartés de la mission de Jésus Christ pour nous attachés davantage à des doctrines et des dogmes, ce qui a eu comme inconvénient:  notre incapacité de traduire le message de l'Évangile de façon à nourrir la vie de foi des chrétiens d'aujourd'hui et ils ont quitté. Dans ces rencontres de fin de semaine, nous essayons de renouer avec la mission du Christ. Nous voulons moins mettre l'accent sur une façon de faire  que sur une façon de vivre en Église. Découvrir ensemble que la philosophie du Christ, le message du Christ est destinée aux amants de la vie. Alors nous partirons ensemble à la découverte de notre ICEBERG.

 

jeudi, 17 octobre 2019 14:45

Installation.

Écrit par

Ce matin, je me suis senti invité à méditer ce mot "installation." J'entends parlé de l'installation des prêtres dans les paroisses ou secteurs et j'ai regardé ce que j'avais vécu dans cette question depuis 50 ans. D'abord j'ai ralisé que je n'avais jamais été installé personnellement dans les paroisses où j'ai servi. J'arrivais avec ma lettre de nomination de l'évêque que je lisais ou faisait lire par le président de fabrique et je m'assoyais au coeur de la communauté pour leur dire que j'étais là pour les connaitre, vivre avec eux,  les aimer et les rassembler autour de Jésus Christ. C'était ma façon d'arriver.

Plus tard avec Mgr Dumais, losque nous avons mis en route les secteurs, nous avons inventé une présentation des équipes. Dans une petite formule simple nous présentions des pasteurs: prêtres, agens et agentes de pastorale et incluons une démarche des gens dans L'accueil de l'équipe. Nous voulions que la communauté accueille ses pasteurs dans une démarche précise et claire. Nous voulions faire comprendre les deux diemnsions importantes de l'Église: la dimension apostolique par l'envoie de l'évêque et la dimension Église-communauté par la démarche d'accueil par la communauté. Chaque fois nous l'évaluions pour mieux l'ajuster aux circonstances. C'était notre façon à nous de vivre l'arrivée d'une équipe.

Il y a une dizaine d'années, je suis allé participer pour la première fois à l'installation d'un prêtre en secteur. je n'avais jamais vu une vraie installation. J'y ai reconnu les trois moments importants même de l'ordination: Enseigner, Sanctifier, Gouverner. On lui a remis  l'Évangéliaire pour enseigner, le calice pour le rassemblement dans la prière,  on l'installa sur le trône  pour gouverner. Le seul recours à la communauté fut de demander: Êtes-vous d'accord? C'était assez difficile de dire non. C'était leur façon d'installer un pasteur.

Come je suis un retraité qui s'amuse à vieillir,  je me suis amusé à regarder dans l'Évangile comment Jésus avait été installé dans sa mission. Le premier texte intéressant est celui de Cana en Galilée. Jésus commença sa mission à Cana -petit village de Galilée pas très catholique dirons-nous aujourd'hui- et surtout durant une noce, moment de réjoissance, d'alliance, de fête, de communion. Et fait très déroutant pour nous, c'est une femme qui l'a installé. "Ils n'ont plus de vin." la nourriture de l'ancienne alliance ne nourrit plus, elle est épuisée; le vin de l'ancienne alliance ne réjouit plus le coeur de l'homme, ils ont besoin du vin de la Nouvelle Alliance.  Jésus entreprend sa mission au coeur d'une communauté réunie dans un moment d'alliance, de communion, de fête et il pose un geste de service à la communauté. Et ce geste, il le pose sous la demande d'une femme, une mère qui connait bien les besoins des familles et des gens. Et dans ma méditation, je me suis dit, le jeudi saint au soir, Jésus installe ses apôtres dans leur mission et leur dit: Faites ceci en mémoire de moi. Ce que j'ai fait , enseigné, je vous le donne pour que vous le rendiez présent jusqu'aux confins du monde. C'était sa façon d'installer les siens. 

dimanche, 13 octobre 2019 14:33

Écoute.

Écrit par

On a demandé au Père Timothy Radcliffe de donner une conférence sur le renouveau de la société et de l'Église dans notre monde en changement. Son premier mouvement fut de s'asseoir avec des jeunes pour leur parler du sujet et de leurs défis. Son premier geste fut d'écouter. C'est d'ailleurs le premier commandement du Seigneur:  Écoute Israël le Seigneur ton Dieu ensuite il donne le commandement de l'amour. Écouter n'est pas seulement entendre, c'est accueillir, essayer de bien comprendre et d'accompagner. Je crois que dans notre volonté de l'Église en sortie, il nous faut d'abord nous asseoir avec les gens et écouter. La voix des jeunes, la voix du peuple de Dieu est la voix de Dieu. Mon expérience me révèle que ce fut notre grand défaut dans le renouveau de notre vi eecclésiale de ne pas écouter ce que les gens vivent.

Et le Père Radcliffe nous dit que le premier désir des jeunes est d'être écouter, reconnus et accpetés. "En général le mécontentement à l'oeuvre dans le monde prend source dans le sentiment d'être privé de reconnaissance. (...) De jeunes musulmans en colère se radicalisent par sentiment d'invisibilité."Je suis ici disent-ils. Vous allez me voir, même si c'est avec le regard de la peur. J'y veillerai." Au bout du mystère, P. 121.

le manque d'écoute et d'acceptation pousse soit au découragement et à l'abandon ou à la colère et aux actions graves. "Le premier défi de l'Église est dons de poser les yeux sur les visages offerts par le jeunesse, pour les accepter et leur sourire." Quand ils se sentiront acceptés, qu'ils apprendront à sourire à la vie, nous pourorns les inviter à aller plus loin". Jésus a regarder les gens avec amour et leur a sourit. Pensons au regard sur Zachée dans son arbre, au regard sur Pierre en qui il vit sa capacité de conversion, c'est ce visage que nous devons représenter dans notre regard sur les autres. Qu'ils voient en nous le visage souriant et accueillant de Dieu.

Un  autre défi que le Père Radcliffe nous invite à écouter est que les jeunes veulent vivre et non seulement survivre. Ils veulent une société qui présente des défis à relever et non seulement  un statu quo à continuer. Nous le sentons dans tous les mouvements, le petit ronron quotidien n'intéresse plus. Comme Église il faut offrir des défis  importants, cette génération n'est pas résignée à une vie passive et à être des consommateurs de religieux.

Demain sera fait de notre capacité d'aujourd'hui à répondre aux besoins actuels des  femmes, des hommes et des jeunes d'ici. Notre premier mouvement est de les écouter. Savoir écouter et accompagner, savoir comprendre et accompagner, savoir accueillir et accompagner. C'est notre défi d'adulte en Église.

mercredi, 09 octobre 2019 14:22

La souplesse.

Écrit par

J'entendais souvent dans mon jeune âge: On dirait qu'il a avalé un manche à balai. On le disait de quelqu'un qui marchait droit et empesé. Souvent cela traduit aussi une façon de voir et de vivre. La souplesse est une vertu dont on ne parle pas très souvent. Et pourtant elle est importante. Quand nous parlons de la droite politique ou religieuse,  ce sont souvent ces personnes rigides qui ont oublié que nous sommes des êtres en mouvement; et parfois aussi des personnes insécures dont la rigidité devient une protection. Le changement devient insupportable. Alors le respect intégral des rites et des lois devient la seule voie possible qu'il ne faut pas transgresser.

Il est important quand nous marchons d'avoir une souplesse du corps qui permet de bien profiter de ces moments de détente. la rigidité du corps enlève le goût de marcher ou nous en fait perdre l'habitude. Il en est ainsi dans la vie spirituelle ou même la vie tout court au quotidien. La souplesse fait partie de la vie des sages de ce monde, elle est aussi la sagesse de l'enfant. La souplesse est la sagesse du mouvement. La vie est un perpétuel mouvement; notre Église est en mouvement, nous avons donc besoin d'acquérir plus de souplesse si nous voulons suivre la vie et demeurer des témoins de l'Évangile dans ce monde en mouvement. C'est ce que des jeunes me disaient dernièrement: nous avançons dans la vie et vous êtes, en Église, demeurés dans un cadre rigide qui ne nous nourrit plus. Jésus est venu nous enseigner la souplesse qui fait passer les personnes et la vie avant les règles et les structures. Seigneur, apprends-nous la souplesse .......

 

samedi, 05 octobre 2019 13:47

Je suis tombé de mon cheval!

Écrit par

Un jour, lisant le texte de la conversion de Paul dans les Actes des Apôtres, 9, 1-9, Je me suis souvenu que moi ausi j'étais tombé de mon cheval. A la suite d'une retraite avec Jean Vanier, à mn retour chez moi, j'ai pris conscience que l'enseignement des jours de retraite avait été fait uniquement avec la Parole de Dieu. Je n'avais pas entendu parlé des dogmes de foi, des doctrines de l'Église. Jésus Christ nous avait parlé. Et je me sentais tout autre. Ma vision de l'Église, de la pastorale n'avait plus la même couleur. J'étais heureux en dedans. je venais de tomber de mon cheval et j'avais échoué sur la route des hommes et des femmes d'ici. Je réalise aujourd'hui que le plus difficile était de continuer sur cette route. Alors j'ai essayé de m'intéresser à la Parole non comme un écrit, mais comme quelqu'un qui me parle. Des femmes biblistes m'ont ouvert des portes intéressantes, souvent aussi des prêtres biblistes qui avaient laissé pour se marier avaient une parole plus libre qui me rejoignait, certains moines, de grands spirituels, m'ont éclairé dans ma soif. Mais la route est souvent laborieuse. Depuis quelques années, j'accompagne des groupes de partage biblique qui me nourissent et qui aident d'autres personnes à tomber de leur cheval. La Parole de Dieu est devenue une nouriture, c'est quelqu'un qui me parle au quotidien. Avec le temps, j'ai réussi à descendre des oreilles au coeur (un petit peu.) "Prends ce livre, mange-le, il te remplira les entrailles d'amertume et dans ta bouche, il aura la douceur du miel." Apoc 19, 17. Dans ta bouche, il sera doux et dans tes entrailles il te donnera la passion de Dieu pour le service de l'amour. Je vous souhaite la même chute ....

 

vendredi, 04 octobre 2019 14:15

C'est pas encore assez mort.

Écrit par

J'entends souvent l'expression concernant l'Église: "C'est pas encore assez mort pour que l'Église peuple de Dieu naisse." Je crois que cette affirmation est un peu dangereuse. Nous disions autrefois: Il y a trop de prêtres partout pour que les chrétiens prennent leur place dans l'Église, faut attendre que le nombre diminue." Et ça n'a pas marché et les gens sont partis. Nous sommes trop sur la négative. Un évêque de France disait à ses chrétiens: Fermez votre téléviseur et ouvrez l'Évangile.  Je crois qu'il nous faut être positif.

L'Église est là sur le terrain qui lutte contre la pauvreté, la violence par différents services au quotidien. Nous devons accompagner cette Église de bâtisseurs. Jésus n'a pas attendu que le systrème religieux de son temps meurt pour travailler au règne du Père. Il a retroussé ses manches et s'est mis à l'oeuvre. Nous devons d'abord redéfinir l'Église; retrouver l'Église comme communion de personnes autour de la mission du Christ. Nous resituer comme pasteurs au coeur d'une communauté en marche et prendre la route avec elle. Nous devons être positifs, être des bâtisseurs de communion, bâtisseurs de ponts entre les personnes,  des guériseurs de plaies des Lazare ... Il ne faut plus attendre qu'un système religieux meurt, mais devenir dès aujourd'hui des charpentiers du royaume de Dieu. Je crois qu'il s'agit moins de savoir comment faire vivre  une doctrine de l'Église que de vivre ensemble l'Évangile de Jésus au quotidien.

Par suite des coûts exhorbitants des entretiens d'église et de la baisse des revenus, les Fabriques sont au prise avec un problème financier qui étouffe toute velléité d'avancer. Nous avons un héritage qui devient comme une patate chaude entre nos mains. Alors nous gérons la décroissance depuis plusiers années déjà. Nous déménageons nos célébrations à la sacristie et fermons l'église pour diminuer les dépenses. Nous regrouperons les fabriques paroissiales pour diminuer les dépenses. Demain nous fermerons les sacristies, et le prêtre qui a six ou huit paroisses aujourd'hui en aura 20 ou plus. Ce mouvement est nécessaire et inévitable   J'ai travaillé toute ma vie comme prêtre avec nos évêques à vouloir changer la méthode pour vivre plus près de l'Évangile et de l'Église peuple de Dieu, et je ne suis pas très fier des résultats. Ne devrions-nous pas d'abord nous placer à l'école du prophète Aggée qui nous invite à regarder les chemins que nous avons pris, les objectifs visés et les résultats obtenus. Et Aggée ajoute pour aujourd'hui: Placez-vous à l'école de L'Évangile et prenez la route pour bâtir le temple de Dieu qui est la communauté chrétienne. C'est le résultat de ma méditation après 50 ans de vie pastorale. Il me semble que le principal défi à surmonter est dans notre coeur et notre vision d'Église. Quid tibi vidétur?

mercredi, 02 octobre 2019 14:45

Défis?

Écrit par

Devant le projet de l'Église en sortie ou de l'évangélisation, on nous pose des questions à savoir quels sont les principaux défis que rencontre ce projet. J'en aligne deux ce matin pour notre méditation. Ils m'ont été confirmés dans le livre de Mgr Durocher sur l'Église en sortie. Ils sont pour moi urgents et incontournables.

Le premier est de retrouver la MISSION de Jésus Christ donnée le vendredi saint. Au cours des siècles, nous l'avons remplacée par des doctrines et des dogmes. Moi, je parle surtout de PASSION du Christ. Sa passion est ce qu'il avait dans les tripes, ce qui l'a fait vivre et l'a conduit au Calvaire.

Le deuxième est de convertir le système religieux de pouvoir en un service évangélique de la communauté. Pour le méditer, reférez aux textes de Luc dont j'ai fait mention sur la page spiritualité. 

Ce matin, on disait aux nouvelles qu'il y a 79 tentatives de suicides par jour au Québec. Des disputes se soldent par des meurtres, etc C'est le cri des chrétiens qui ont besoin d'une présence évangélique au quotidien. Hier encore, je rencontrais des personnes en colère et brisées par le pouvoir. Avons-nous peur en Église de regarder les vraies questions? Je ne sais plus.

mardi, 01 octobre 2019 17:22

Je me suis amusé.

Écrit par

Ce matin, peut être inspiré par l'Esprit Saint, je me suis amusé à méditer en parallèle deux textes de luc. Le premier 16, 19-31; le seconds 17, 5-10. Et j'ai regardé à qui Jésus s'adressait.

Dans le premier Lc 16, 19-31, Jésus parle aux pharisiens, les grands messieurs de la religion, les gardiens de la saine dcotrine. Il leur présente la parabole du riche et de Lazare. Vous êtes des riches au plan religieux et vous ne vous occupez pas des Lazare à votre porte. Les chiens viennent lécher leurs plaies. Les chiens dans la bible ce sont les païens. Ce sont les païens, les maudits comme vous dites, qui viennent soulager le pauvre. C'est aussi la parabole du bon samaritain. 

Dans le second Lc 17, 5-10, Jésus s'adresse à ses apôtres, il veut les former à devenir des envoyés à la mission; il parle du service. Vous êtes des serviteurs du royuame et si vous ne faites que ce qui vous est demandé, vous êtes des serviteurs inutiles. Aux pharisiens, il dit ce qu'ils sont; aux apôtres, ce qu'ils devront être. C'est un grand contraste entre les deux. Et ça me pose de belles questions. Qui sommes-nous aujourd'hui dans l'Église: des riches, des pauvres, des petits chiens, des serviteurs? Je crois que nous avons de beaux sujets de méditation pour notre Église en sortie.

 

samedi, 28 septembre 2019 21:24

Je suis riche.

Écrit par

Le Jésus de  Luc aujourd'hui nous parle dans le "blanc des yeux" comme on dit par chez nous., Luc 16, 19-31. "Jésus parlait aux pharisiens." Et à ces bons messieurs il dit qu'ils sont riches et ne s'occupent pas des pauvres. Le riche se vautre dans ses richesses et Lazare malade crève de faim. Qui sont ces Pharisiens? Ils sont les gardiens de la loi religieuse, des pratiques et des traditions religieuses du temps. On dirait aujourd'hui, ils sont les gardiens de la "saine doctrine." Comme prêtre, je suis un peu dans cette catégorie. Je suis riche de mes prières, messes, célébrations de toutes sortes, visites au Saint Sacrement, chapelets etc. Près de moi, il y a Lazare qui a soif de spiritualité, de sens de la vie, de valeurs profondes qu'il porte en lui sans le savoir. lazare souffre d'un déficit spirituel profond et je ne sais pas comment le lui faire découvrir. je le laisse avec ses souffrances. Dans l'Évangile, ce sont les cheins qui viennent lécher les plaies, dans leur geste ils soulagent le malade et farorisent la guérison des ulcères. Ils sont plus habiles que les pharisiens.

C'est ce que les gens m'ont dit au cours de la semaine. Ce que vous nous dites ne nourrit pas notre vie spirituelle, nous ne comprenons pas votre langage, nous attendons une nourriture qui ne vient pas. Je me suis senti questionné par ces paroles. Et Jésus m'invite à regarder ma richesse. Notre Église est riche d'une histoire, d'une présence spirituelle qui est souffle de Dieu et le peuple de Dieu s'en va. Sommes-nous incapables de traduire cette richesse dans un langage qui nourrisse la foi des gens? Tous les commentaires que j'ai lu sur ce texte ne parle pas des pharisiens, c'est sans doute une raison pour laquelle nous restons enfermés dans notre richesse, l'Évangile ne nous questionne pas, ne nous concerne pas. J'ai longtemps laissé mnter cet Évangile en moi et je vou ssouhaite la même expérience.

 

jeudi, 26 septembre 2019 17:17

J'ai entendu le cri ...

Écrit par

J'ai vu la misère de mon peuple en Égypte, j'ai entendu son cri, maintenant, je t'envoie.  Ex. 3, 7-10. Le Pape François  nous invite aussi à écouter le cri de nos contemporains. Je me suis assis pour écouter de jeunes parents parler de religion, de vie chrétienne, et je leur ai demandé pourquoi ils ne venaient plus à l'église. J'ai rencontré des gens profondément chrétiens et en recherche de nourriture spirituelle. Et j'ai médité  ...

Aujourd'hui:

"J'ai cessé d'aller à l'église parce que je ne comprends pas ce qui se passe, ça me nourrit pas."  "Je n'y vais plus parce que c'est trop rigide, c'est toujours la même chose."

"Je cherhce des valeurs, un sens à ma vie,  créer des relations humaines qui me nourrissent et pourraient me conduire à célébrer. Je suis à la recherhce de spiritualité."

Dans ces rencontres, je n'ai pas senti d'agressivité, mais un vide et une recherche de valeurs; quelque chose qui me parle et me nourrit. Ce qu'ils entendent à l'église ne les rejoint pas dans leurs besoins. Un vide spirituel s'est installé. Je voudrais des célébrations plus festives et donnent du goût.

Une vieille dame me disait: J'écoute la messe à la télé, au temps de l'homélie, je ferme le son. Je suis tannée d'entendre les mêmes choses que je ne comprends. Il y a quelques années, dans une paroisse, des gens me disaient: Nous aimons venir à l'église, mais je prends mon Prions, je ferme le son et je fais mes prières. Ce que vous dites en avant ne m'intéresse plus, ne me nourrit pas. C'est un cri qui monte et exprime une situation.

 

Hier:

Ce cri je l'entandais des étudiants il y a 50 ans lorsque j'étais vicaire à Gaspé. "Jos, parle-nous; on comprends pas ce que tu dis, ton vocabulaire nous dépasse. Des familles en visite paroissiale me disait la même chose.

Méditons:

Ces gens m'ont dit:

Un amour de l'Église peuple de Dieu, Une soif de connaitre la Parole de Dieu, Une recherhce de valeurs, de spiritualité et de sens, Un désir de trouver des relations humaines nourrissantes, de célébrer la vie; Une meilleure explication des textes bibliques; Une façon d'exprimer leur foi au quotidien. 

J'ai pris davantage conscience de la distance qui s'est installée entre nous prêtres et Église institutinnelle et le puple de Dieu. Nous sommes devenus étrangers dans notre propre Église. Je prends davantage conscience que je n'étais pas préparé comme prêtre à suivre l'évolution de la société pour y demeurer le le levain dans la pête ou le sel qui donne du goût. J'ai pris conscience aussi que je ne connaissais pas le Bible. J'en avais une connaissance exégétique, entre les deux oreilles mais pas au niveau du coeur. Ceci pose une grosse question à la formation des futurs prêtres. 

C'est lorsque la Parole est decendue de la tête au coeur que ma parole a commencé à rejoindre les chrétiens. L'exemple de Jean Vanier m'a éclairé beaucoup.

Notons:

Les jeunes parents me disaient: Notre vie est changée, nos besoins sont autres, nos défis sont nouveaux, et l'Église est resté figée dans ses structures et nous sommes seuls. Nous nous sommes sentis abandonnés. Une perosnne vivant un fort handicap après un accident me disait n'avoir jamais reçu une présence ou un support dans son épreuve. Les gens disent: on ne comprend pas ce que vous nous dites.

De l'autre côté, j'entends l'Église qui me dit: Les gens ne sont plus là, les jeunes ne croientplus à rien, je ne sais pas comment les ramener à l'église.

Je suis en présence de deux rails de chemin de fer qui ne se rencontrent pas. Notre Église est cassée en deux.

Vers Demain:

Le texte des disciples d'Emmaüs en Luc ne serait-il pas intéressant à méditer dans une nouvelle vision d'Église?  Jésus met ses pas dans ceux des disciples, marche avec eux, les écoute pour les conduire plus loin. Je me souveins quand mon père et venu s'installer à St-Octave de l'Avenir, il voulait que ses garçons soient cultivateurs. A l'époque c'était une profession, alors sur des lots, nous allions défricher et se bâtir nous mêmes nos propriétés. En acheter une toute faite était trop cher. Trois garçons sont devenus menuisiers, un fut comptable et le dernier est prêtre. Le rêve de mon père ne s'est jamais réalisé. Il a accompagné ses enfants dans ce qu'il voulait et non dans ce que lui voulait pour eux.

Ne serait-ce pas la route à suivre dans notre Église pour demain. Accompagner les gens selon leurs besoins spirituels et vitaux et non dans ce que nous pensons qu'ils ont besoin pour cheminer ensemble vers une fête des retrouvailles. Je crois qu'il y a un mouvement de conversion de part et d'autre. Notre Église est cassée en deux, il s'agit simplement de rmettre les morceaux ensembles. J'entends monter en moi aujourd'hui: Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mc 6, 34. C'est Dieu qui dit à Moïse: Maintenant je t'envoie.

Page 3 sur 33