reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

vendredi, 16 octobre 2020 14:42

Les rituels.

Écrit par

Le temps de pandémie nous a privé d'un certain nombre de rituels et du même coup nous a fait découvrir l'importance de ces rituels dans nos vies. Que ce soit des rites à la maison à l'occasion d'anniversaire ou de rencontres familliales, ou des rituels à l'église; Ainsi ce temps ne devrait pas être un temps d'attente mais un temps d'approfondissement. Souvent les artistes à la téklé nous parlent de l'importance des rites dans leur vie. Nous avons vu les chrétiens se tourner vers des rites au salon funéraire lors de décès et parfois s'inventer des rites qui célèbrent l'événement de la mort d'un proche. Nous faisons tous l'expérience de cette privation des rites et des rencontres dans nos vies. Nos repas, nos rencontres sont des rites.

Cette réalité me pose une question comme chrétiens. Si les chrétiens ont quitté aussi massivement nos rites à l'église surtout lors des décès et que ces rites sont importants même nécessaires, ceci me conduit à me demander: Pourquoi ont-ils quitté? Pourquoi préfèrent-ils les rites au salon funéraire à ceux de l'église? Je me suis posé une autre question: Est-ce qu'à l'église nous célébrons le décès de quelqu'un, le passage vers autre chose, un rite d'accompagnement des personnes endeuillées ou si nous célébrons une messe où nous insérons un décès?  J'ai célébré les funérailles d'une vieille dame décédée de mort naturelle, et le lendemain celle d'un jeune décédé d'un accident. C'était le même rite, la même structure seul le nom avait changé avec quelques mots dans l'homélie. Ne sommes-nous pas invités à réinvnter nos rites de passage, rite de deuil, rite d'accompagnement de personnes endeuillées en fonction de l'événement vécu? Au lieu de dire une messe, nous pourrions célébrer un décès? Ce que nous vivons présentement devrait nous inviter à réinventer nos célébrations. Dans les dernières célébrations que j'ai présidées soit dans ma famille ou pour des amis, j'ai tenté certaines expériences qui ont répondu à un besoin.   Cela m'a fait vivre et me fait vivre encore aujourd'hui.

 

jeudi, 15 octobre 2020 14:24

Des oubliés

Écrit par

Ce matin, quelqu'un faisait remarquer que nous oublions certaines catégories de travailleurs essentiels à la vie économique tels les camionneurs, les livreurs, les ciassières et caissiers en magasin, etc .. Nous pensons souvent aux personnes de la "haute société" tels les médecins, les avocats, les penseurs d'université, etc. Nous avons sans doute développé une mentalité de fonctionnaires bien payés qui oublions des chainons importants de la société, sans eux l'économie ne pourrait fonctionner. le Temps de pandémie devrait nous rappeler à l'ordre.

En méditant cette réalité, je pensais à l'Église. Avons-nous échappé  à cette mentalité? S'il n'y avait pas de femmes, il n'y aurait plus d'Église.  Les sacristines sont en majorité  des femmes, les catéchètes aussi, la majorité de l'assistance aux messe également. L'Église, ce sont des laïcs. Je crois que nous ne donnons pas à ces personnes la place qui est la leur. Le Pape François nous invite à une meilleure vision de l'Église. N'avons-nous pas bâtie l'Église sur le modèle de la société civile? Jésus me dit: Les prostituées seront avant vous dans le royaume des cieux. Ça me dérange un peu. Continuons de méditer et de prier.

  

mercredi, 14 octobre 2020 15:47

Efficace ou fécond.

Écrit par

Le texte du Pape François d'hier m'a appelé un autre texte auquel je reviens de temps en temps: Le pasteur n'est pas nécessairement un être efficace, mais un être fécond, qui fait naitre la vie et l'accompagne dans sa croissance. Dans la situation d'Église d'aujourd'hui il est difficile d'être efficace mais c'est là à mon avis que la fécondité s'avère un atout important. C'est sécurisant d'être efficace et souvent déroutant d'être fécond. Je l'ai expérimenté à l'occasion. le texte du Pape nous invite à la fécondité. Nous devons être des éveilleurs de leaders dans nos communautés. D'ailleur sle texte du concile sur la vie des prêtres est explicite sur cette question: Ils sauront découvrir et discerner dans la foi les charismes des laïcs sous toutes leurs formes, des plus modestes aux plus élevés, ils les reconnaitront avec joie et les développeront avec ardeur.   Voila un des sens profonds de notre ministère comme pasteur d'une communauté et pour y arriver nous dit le même texte plus loin, il faut nous modeler sur le Christ Sauveur.

Ces textes m'ont suivi et questionné tout au long de mon travail en paroisse: être fécond et moins efficace; je n'ai pas toujours bien résussi. Par contre il y a beaucoup de joie à vivre cela au mieux de notre pouvoir. Il y a toujours beaucoup de joie à voir des chrétiens remplis de dons se mettre au service de la communauté avec responsabilité et dignité. J'ai vécu souvent de ces belles expériences. Je me souviens         dans les années 70 après le concile, je travaillais au plan diocésain et les prêtres me disaient souvent: tes affaires en paroisse avec des laïcs ça ne marchent pas. Les laïcs ne sont pas prêts et ne veulent rien savoir. Alors je dis à mon évêque: Je veux aller faire une expérience en paroisse,  je voulais vérifier si ça marchait ou pas. Après onze ans en paroisse, je pouvais dire: ÇA MARCHE, je l'ai vérifié.

Dans notre vécu d'Église, cette fécondité pastorale est de plus en plus nécessaire. Au Grand Séminaire, nous avons été préparé à être efficace, à faire marcher une paroisse,  sur le terrain nous devons apprendre à être fécond.  C'est mon sujet de méditatin pour aujourd'hui. Comment en résidence de personnes âgées, je peux encore être fécond pour l'Église autour de moi? 

  

mardi, 13 octobre 2020 19:37

Un mot de François

Écrit par

Mon internet a attrapé la covid-19 en fin de semaine et j'ai du prendre un petit congé. Ceci m'a permis de lire notre Bon Pape François dans un texte sur la place des laïcs dans l'Église. J'ai été tellement heureux de lire ce texte que j'en partage quelques extraits. Il affirme que le rôle de la  femme doit devenir central dans l'Église. Il faut que la vocation spécifique des laïcs soit reconnue à tous les niveaux, en évitant par tous les moyens de les cléricaliser. Il appelle à la coresponsabilité des laïcs dans l'édificaiton de l'Église, citant Saint J.P. 11, Il faut éviter de transformer ces minstères en forme de pouvoir. 

Et pour y arriver, il demande d'éviter le cléicalisme. La lecture de ce texte m'a rappelé des souvenirs. C'est là une vision que Mgr Ouellet nous a léguée et que nous avons voulu continuer avec Mgr Dumais. C'est l'harmonisation des différents ministères dans l'Église. Mais nous avons échoué, et nous vivons aujourd'hui une très grande pauvreté  au plan humain comme fianancier. Mais le plan humain est le plus dommageable. Continuons de prier en communion avec notre Pasteur François.   

 

dimanche, 11 octobre 2020 17:17

Chevaliers de la fraternité.

Écrit par

Chevaliers de la fraternité, telle est la mission donnée par le chevalier suprême à tous les chevaliers de colomb. Chevaliers de la fraternité" C'est une belle mission. Je crois que notre monde a un urgent besoin de ces chevaliers. Qu'est-ce à dire au quotidien? Je dirais à prime abord que c'est une invitaiton à ne pas "manger de prochain" mais a "manger avec le prochain." C'est à dire, créer des ponts au lieu d'ériger des barrières. Les relations humaines deviennent de plus en plus difficiles; ce matin encore les nouvelles nous annonçaient la mort de deux jeunes enfants. Chevaliers de la fraternité, c'est apprendre à voir la personne toujours avant les situations. S'il y a un acte à punir, il y a surtout un être humain à accompagner et à aider.

M. Anderson ajoutait dans sa conférence: "Quand nous accueillons un nouveau chevalier, nous ne lui demandons pas d'abord de faire des choses. Nous l'invitons à être quelqu'un.  Nous l'invitons à être un homme de charité, d'amitié et de fraternité." C'est la mission de tout chrétien. S'il y a tant de violence et d'agressivité, ne serait-ce pas parce que nous sommes encoore près  du "oeil pour oeil et dent pour dent?"  Nous devons tous être comme humains et chrétiens des chevaliers de l'amour, de la charité, du pardon,  de l'accueil, etc ... Êttre chevalier de tout cela, c'est simplement donner à manger à qui a faim, donner à boire à qui a soif, vêtir celui qui est  nu, visiter le malade, défendre le  petit et le pauvre, Mth. 25, 31 ss.  Je crois sincèrement que cette mission est au coeur de tous ces bénévoles et les travailleurs de la santé en temps de pandémie.  Des miracles d'amour et de dévouement se vivent chaque jour dont nous ne sommes pas assez conscients et dont nous ne parlons pas assez.  J'en suis témoins tous les jours dans nos résidences de personnes âgées. Soyons chevaliers de l'Évangile. 

 

samedi, 10 octobre 2020 14:25

Apprendre à lire.

Écrit par

Le dernier numéro de la revue Columbia des Chevaliers de Colomb nous parle beaucoup de fraternité, j'en reparlerai. Mais je m'arrête avec un extrait sur la question des amérindiens. Cette questin est sur la place publique depuis quelques jours. Ce qui se  vit présentement nous invite, il me semble,  à apprendre à lire plus correctement l'histoire. Je me rends bien compte que l'histoire que j'ai appris à toutes les étapes de mes études étaient un tout petit peu arrangée à notre avantage.

L'auteur du texte de la  revue écrit: Les amérindiens ont le droit d'avoir leur histoire racontée avec précision et dans son intégralité. Ils ont le droit à un récit honnête de leur histoire. C'est la seule manière de trouver un chemin de réconciliation, de guérison et de jutice. Si nous nous écoutons  parler, nous découvrirons du racisme dans nos discours et notre façon de voir les amérindiens. J'en entends très souvent, trop souvent.  J'entendais vendredi soir Michel Jean expliquer des choses qui devraient nous indigner. Un enfant blanc disparait, on commande l'alerte Amber; un enfant amérindiens disparait, nous gardons le silence. Et combien d'autres exemples comme celui-là.  Je crois qu'il faut arrêter de faire notre mea culpa sur la "bedaine" des autres et commecer par soi-même. Nous devons apprendre à lire notre histoire avec un peu plus de vérité. Les "gros méchants" ne sont pas toujours ceux que l'on pense.  Les français sont venus conquérir un pays déjà habité, les anglais ont fait de même; c'est l'époque des conquête au détriment des peuples déjà en place. 

 

vendredi, 09 octobre 2020 14:35

Se laisser attirer.

Écrit par

Quand je serai élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes. Jn 12, 32. Je m'arrête sur cette parole de Jésus, ce matin, car elle est pour moi une phrase clé dans ma relation au Seigneur. Notre relation à Dieu est assise sur l'amour et l'attirance et non sur l'obligation et la peur. Nous avons là une piste importance dans la situation vécue en Église présentement. Nous avons grandi dans une relation d'obligation avec la peur du péché mortel et de l'enfer. Aujourd'hui, nous devons tourner la page et se laisser attirer par le Seigneur. La relation au divin en moi en est une d'amour et non d'obligation. Je ne vais pas à la messe par obligation, j'y vais parce qu'un aimant m'attire, comme l'aimant est attiré par le fer. Ma relation au divin n'est pas motivé par la tête et des idées, mais par le coeur comme ma relation avec mes parents. Nous avons à redécouvrir la profondeur de notre rencontre avec Dieu. Jésus est venu fiancer l'humanité avec le Père.  Notre relation au divin en nous est à l'image d'une relation de fiancés. Les fiancés savent créer un environnement qui permet de faire grandir leur relation, il est essentiel de créer un environnement de célébration qui permet de développer cette relation avec le Seigneur. Il nous faut redécouvrir cette dimension importante de notre vie spirituelle et la faire découvrir autour de nous. C'est là pour moi notre prochain chantier. Bonne journée.

 

jeudi, 08 octobre 2020 15:38

Saint Paul me dit.

Écrit par

Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres comme de bons gérants de la grâce de Dieu sous toutes ses formes: si quelqu'un a le don de parler, qu'il dise la  parole de Dieu; s'il a le don du service, qu'il s'en accquitte avec  la force que Dieu communique. Ainsi en toute chose, Dieu recevra sa gloire par Jésus Chirst.  1 p. 10-11. L'Esprit a déposé en chacn de nous des charismes en vue du royaume. en vue de bâtir la communuté chrétienne. C'est une responsabilité qui m'incombe de par mon baptême de servir le règne de Dieu selon les charismes reçus. J'ai a découvrir mes charismes et à les vivre. Je ne participe pas au service d'un autre, comme baptisé j'ai mon propre service à exercer et si je ne le fais pas d'autres ne pourons pas le faire et un vide sera créé. Il nous faut valoriser ces services des baptisés au coeur de la communauté. Comme membre a`part entière dans l'Église, Je suis l'Église, j'ai une responsabilité qui est mienne et je ne m'engage pas parce que nous manquons de prêtre. Le manque de prêtre n'est pas la raison pour mon engagement chrétien, mais l'occasion qui me permet de prendre ma place au coeur de la vie communautaire. EnÉzéchiel nous lisons: J'ai vu la misère de mon peuple, j'ai entendu son cri, e t je t'envoie."  C'est comme si Dieu me disait aujourd'hui: J'ai vu mes frères qui ne connaisent pas mon nom, qui luttent entre eux dans la jalousie et le pouvoir, j'ai vu mes frères et soeurs vivre du racisme, de la violence et un non repsect des autres, et je t'envoie. Je t'envoie selon tes charismes et le milieu dans lequel tu vis. Je t'envoie semer la paix, l'écoute, le respect des autres dans leurs différences, la miséricorde, l'accompagnement des souffrants ... "La mission est grande, et les ouvriers sont peu nombreux."  Depuis un certain nombre d'années, notre mission est centrée sur la lirurgie et les sacrements, ainsi nous avons délaissé une partie importante de la mission du Christ. Ne pas écouter cette mission, nous dit le pape, c'est nous mettre en dehors de la volonté du Père  et de son projet d'amour avec nous. Il nous faut continuer cette réflexion. 

 

mercredi, 07 octobre 2020 14:42

Une maternité-mission.

Écrit par

Aujourd'hui, fête du rosaire; nous prions souvent le chapelet sans toujours nous arrêter à Marie avec qui nous prions. Moi, j'aime mieux prier en communion avec Marie que de prier Marie.  Si je prie en communion avec elle, il me semble que j'entre dans sa mission, dans son mystère et que ma vie devient une marche avec Marie. Nous devons prendre conscience que la maternité de Marie fut une mission et que si je prie en communion avec elle, j'entre dans sa misison. L'Annonciation à Marie que nous lisons en Luc nous fait dire avec l'ange: "Il sera appelé Fils du Très-Haut, il règnera sur le trône de David," Il ne sera pas simplement le garçon de Marie, Il sera le Fils du Très-Haut, donc quelqu'un envoyé en mission et nous le verrons dès la visite de Marie à Élisabeth.

La maternité de Marie est une mission, elle pat en hâte vers  sa cousine Élisabeth pour porter Jésus à Jean. L'enfant que portait Éisabeth tressaillit en elle à l'arrivée de Jésus. Dès sa naissance, Marie réalise que cet enfant ne lui appartient pas; ce sont des bergers qui viennent le reconnaitre et l'adorer, ce sont des mages qui lui offrent des présents. L'enfant appartiendra au monde. Toute sa vie va le démontrer. Il sera constamment sur les routes de la Galilée pour annoncer le règne du Père.  Marie fut impliquée dans la mission du Christ et prier Marie c'est entrer avec elle dans cette mission de faire découvrir Jésus au monde. C'est pourquoi je préfère prier en communion avec Marie pour entrer avec elle dans cette mission dont notre monde a tant besoin. Nous avons à redécouvrir notre prière qui n'est pas simplement des mots à réciter mais une communion de vie avec quelqu'un. Nous avons à découvrir que notre vie est prière. Apprendre à prier en communion avec les saints, avec nos parents défunts. Le Pape François disait que la vie est un temps de rencontre, Nous devons aussi rencontrer les personnes qui marchent avec nous pas seulement celles qui marchent à côté de nous. Bonne journée avec Marie.

  

mardi, 06 octobre 2020 15:50

Mon ministère en Église,

Écrit par

Marthe et Marie accueillent Jésus à la maison. Lc 10, 38-42. Pendant que Marthe s'occupe avec diligence des préparatifs du repas, Marie assise paresseusement auprès de Jésus laisse sa soeur suer seule à la cuisine. Marthe voudrait bien que Jésus fasse une petite remntrance à sa soeur, mais Jésus dira: Elle choisit la meileure part, elle ne lui sera pas enlevée. Il y a un temps pour travailler, un temps pour prier, un temps pour écouter, il y a un temps pour tout. Il s'agit de bien choisir son temps et de le remplir avec amour. Dans le service de la communauté chrétienne, il y a de la place pour le service des différents charismes: pour le charisme de la parole, celui de la prière et de l'adoration, celui du rassemblement dans la communion, celui du service des malades, des pauvres, etc ... L'important est de bien choisir son service en fonction de ses dons et de le remplir dans l'amour.  Si nous voulons bien remplir notre mission, il est important d'abord de se bien remplir de cette mission et c'est dans l'accueil de la Parole et de la prière que nous pourrons nourrir ce charisme.  Soyons d'abord des contemplatifs pour devenir actifs.  Soyons des êtres d'écoute, écouter le Seigneur nous parler à travers les personnes et les événements au quotidien. C'est la première parole que nous devons écouter et qui sera éclairée par les Évangiles. À cette période de l'année, la nature nous parle avec force, le temps de pandémie est un temps précieux pour rencontrer notre hôte intérieur.  Soyons des êtres d'une spiritualité profonde, le reste nous sera donner par surcroit.   Comme nous dit l'Évangile de dimanche prochain: Nous sommes des fiancés du Fils de Dieu qui nous habite. Bonne journée.

 

Page 4 sur 52