reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

jeudi, 30 août 2018 18:51

Message à mes frères et soeurs ...

Écrit par

Notre Évêque Mgr Gaëtan Proulx vient de nous faire parvenir un message  en ce début d'année pastorale. Il nous donne comme thème de réflexion et d'agir: offrons-nous dès maintenant l'Église dont nous rêvons!

Comme démarche en Église, il nous propose un temps de réflexion et de travail en secteur et non en région comme par le passé. C'est un premier rêve que nous avons caressé depuis un certain temps à cause de la diversité des secteurs et des distances à parcourir. C'est un voeu que j'avais souvent exprimé lors des lancement dans les années passées.  Mgr Ouellet disait il y a plus de 40 ans, nous avons quatre diocèses en un par suite de la diversité de la population et des situaitons géographiques. Cette démarche rapproche  la réflexion du terrain et a une meilleure chance d'atterrir selon les besoins. Je ne peux que m'en réjouir. 

Mgr Proulx met l'accent aussi sur des rassemblements locaux qui soient ressourçants. Une dimension importante actuellement est le rassemblement des chrétiens en dehors des liturgies et qui devraient conduire par le suite à la célébration. L'évangélisation et le tournant missionnaire passent par ces rassemblemnts.

Le thème proposé nous envoie à notre propre perception de l'Église et même à notre foi. Offrons-nous l'Église de nos rêves. Encore faut-il rêver! Et Mgr ajoute: "notre projet pastoral sera, nous l'espérons, un point tournant pour la vitalité de nos communautés chrétiennes. Nous l'espérons nous aussi et j'y reviendrai, car il ne faudrait pas qu'il reste sur les tablettes comme tant d'autres projets dans le passé.

 

mardi, 28 août 2018 17:18

Une pastorale d'engendrement.

Écrit par

Dans no.tre contexte de société, il est essentiel de viser une pastorale d'engendrement. Une action pastorale qui fait naitre des disicples, des enfants de Dieu.

On peut dire qu'aujourd'hui se manifeste un désir de connaitre JÉsus Christ, de compagnonnage avec le Christ, un désir d'écoute de sa Parole et de communion fraternelle. Nous lisons aussi un désir d'une Église communion de personnes et communion de communautés. Philippe Bacq, S. J.  écrivait en 2004:"La visée première d'une pastorale d'engendrement est de susciter la vie, pas seulement la vie chrétienne ou même la vie spirituelle, mais la vie dans toutes ses dimensions. susciter la vie, c'est résister ensemble et de  toutes ces forces à tout ce qui dégrade l'être humain. La relation au Christ est première et elle est traversée par un mouvement vers les autres dans une démarche faite de respect et de sympathie.

La pastorale d'engendrement touche à l'identité des personnes. Elle vise non pas d'abord à offrir une doctrine ou à provoquer une pratique sacramentelle. Elle désire faire advenir tout un chacun à son identité propre. Il s'agit aussi de discerner comment Dieu est à l'oeuvre dans la cité contemporaine.

Notre société demande alors des témoins qui révèlemt la saveur de l'Évangile dans la vie. De ces témoins il y en a partout dans nos paroisses, les communautés religieuses, il suffit d'en reconnaitre la merveilleuse fécondité. Annoncer ensemble l'Évangile, P. 215.

 

lundi, 30 novembre -0001 00:00

Espoir.

Écrit par

Ce matin, je propose une piste de réflexion à partir d'une enquête réalisée pour une rencontre de communautés religieuses. On avait demandé aux personnes qui s'inscrivaient à la rencontre de dire quelles questions ils se posaient. Les supérierus et supérieures majeures se questionnaient sur l'engagement, la formation et 'articulation avec la société. Les laïcs se situaient à un autre niveau, ils se situaient au niveau de la mission Je transcris quelques questions:

Comment parleraux jeunes et aux autres du Seigneur et de son Église pour que le message soit accepté?

Comment donner le goût de Dieu aux enfants et aux gens qui ont pris leur distance avec l'Église?

Comment pouvons-nous mettre la richesse spirituelle que nous avons découverte au service des autres?

Comment parvenir à dire notre foi dans  un langage admissible par le monde actuel ou même simplement intelligible?

Comment donner aux jeunes la saveur du message de l'Évangile?

Ces questionnements des chrétiens engagés rejoignent bien notre mission ici au Québec et nous montre l'importance d'écouter ces hommes et ces femmes; ils sont, je crois, la voix de l'Esprit Saint. Le renouveau de l'Église et de la vie religieuse ne viendra pas d'en haut mais d'en bas, c'est mon expérience. Ne serait-ce pa la route du tournant missionnaire?

 

mercredi, 22 août 2018 19:28

Le petit reste.

Écrit par

Le petit reste d'Israël. Un tout récent petit livre d'un profeseur émérite de l'Université d'Ottawa: Le petit reste dans la Bible, m'inspire aujourd'hui un moment de réflexion. L'auteur nous présente que le petit reste dans la Bible venait de causes extérieures,  soit le déluge, les déportations, les guerres. Alors le peuple rabâtissait sa vie religieuse en fonction de ce qui restait et de leur expérience passé. C'était le petit reste qui animé par sa foi et sa pratique religieuse rebâtissait le système.

Si nous regardons le petit reste dans l'Église d'aujourd'hui, le problème vient de l'intérieur. Les chrétiens ont quitté l'Église et vivent maintenant soit de l'indifférence ou même de l'ignorance religieuse. Les gens ayant été catéchisés et sacramentalisés au lieu d'être évangélisés se retrouvent devant un vide spirituel profond. Et d'autre part, la société ayant changé complètement, les besoins sont autre et nous ne pouvons plus rebâtir le système comme hier à l'exemple des gens de la Bible.

L'Église institution et nous les prêtres sommes devenus étrangers dans notre propre pays. Il nous est difficile de rejoindre les gens qui vivent maintenant une autre culture et vision des choses et de la vie. Notre parole ne passe presque plus. Sera-t-il possible de nous retrouver au coeur de la vie pour y déposer le sel de l'Évangile? Devrions-nous commencer par nous convertir -nous petit reste- à cette nouvelle mentalité, nous convertir davantage à l'Évangile, évangéliser au lieu de sacramentaliser? Est-ce que notre petit reste peut devenir le ferment qui fait lever la pâte de l'Évangile? Peut être à la condition d'accepter d'agir comm le fils cadet de la parabole et non comme le fils ainé qui possède des droits et la vérité et reste dehors. Pouvons-nous compter sur notre petit reste ou devons-nous repartir à côté? La question est sur la table.

D'autre part, des chrétiens reviennent aujourd'hui demander un service à l'Église soit à l'occasion d'une naissance ou d'un décès. Saurons-nous vivre avec eux la joie des retrouvailles? Ou si nous aimons mieux les acuceillir avec des  normes et disciplines ecclésiastiques qui les déroutent? "Voyez qu'il est bon, qu'il est doux d'habiter en frères tous ensemble." Ps 131. La lecture le partage avec ce livre de Walter Vogels pourraient être une piste intéressante pour les prochaines années.

 

samedi, 18 août 2018 14:19

Un moine pensant.

Écrit par

Demain, nous entrerons offciellement en campagne électorale. Nous verrons également entrer en jeu deux divinités: La course au pouvoir et l'argent. Les uns voudront ravir le pouvoir, les autres voudront le conserver. Et pour ce faire, des millions tomberont du ciel pour arroser la terre féconde du Québec. La confiance des électeurs et leur vote serait-elle une marchandise que l'argent peut acheter? Nous avons érigé des systèmes: systèmes économique, politique, de santé, d'éducation et nous savons par expérience qu'un système défend un pouvoir, des structures avant les usagers. Les millions pleuvent dans les systèmes et les étudiants décrochent et les personnes âgées sont maltraités. Qui s'attaquera aux systèmes? Réfléchissons un peu ....

Nous allons entendre parler de "parité" entre hommes et femmes, autant de femmes que d'hommes en politique. Et puis après? Pourquoi pas plus de femmes que d'hommes? Nous abordons cette question toujours par le biais de la fonction et je crois que nous perdons l'essentiel. A mon avis, ce n'est pas parce qu,il y a autant de femmes qui bûchent de la "pitoune avec une scie mécanique" que nous avons reconnu la complémentarité des personnes. Tant que nous parlerons de patriarcat ou de matriarcat, nous ne règlerons rien.

Si l'être humain est fait de deux personnes de sexe différent, c'est qu'il y a là un sens ou une valeur essentielle que chacun porte en soi. Deux personnes peuvent exercer le même métier sans nécessairement être reconnues pour leur valeur ou essence propre. Un homme et une femme peuvent être députés et la femme peut rester quand même victime du système patriarcal. La réflexion doit aller plus loin, il me semble. Les peuples amérindiens ont une vision qui me semblent plus éclairante. Cette réflexion devrait se faire aussi au niveau des Églises. Ma conviction est que nous nous privons d'une source qui pourrait améliorer la vie en redonnant à chacun la vraie dignité de son être. J'aimerais que des gens intelligents dans notre société et nos Églises se penchent avec rigueur sur cette question à partir des textes fondateurs de l'humanité et de la pensée du Christ dans l'Évangile. J'ouvre simplement une porte......

 

lundi, 13 août 2018 14:29

Évangéliser.

Écrit par

Évangéliser ne consiste pas d'abord à remplir le cerveau humain  avec des connaissances, mais de remplir le coeur avec de la compassion, de la bonté et de l'amour. Évangéliser, c'est mettre en relation avec quelqu'un, ce n'est pas une affaire de tête, mais de coeur.

 

dimanche, 12 août 2018 19:50

Une grand'messe à Tourelle.

Écrit par

Assis paisiblement dans un banc de l'église, j'écoutais des gens chanter et je voyais des gens danser. La petite église était presque pleine de gens. La joie de vivre et d'être ensemble trottait sous le toit de la petite église. Quelques heures auparavant, une petite poignée de personnes assistaient à la messe dominicale. Deux célébrations se succédaient avec un taux de participation différent. Les uns diront que les chrétiens ne croient plus à rien et préfèrent s'amuser, d'autres diront que nos messes ne sont pas intéressantes et qu'il faudrait changer. Des malins diront que nous vivons dans un monde paîen.

Au-delà de ces remarques farfelues qui portent une certaine part de vérité, je voudrais m'arrêter et méditer sur le lisible au-delà du visible. Derrière ce que je vois, il y a quelque chose que je peux lire. Il est important de s'arrêter sur le sens de ce qui se vit. Il y avait des jeunes, des moins jeunes et des plus vieux, un mélange de générations. C'etait un moment de rencontre, d'amitié, et même de retrouvailles pour certains. On chantait pour s'amuser et chacun chantait avec sa voix, d'autres dansaient pour se délier les jambes; l'important était de s'amuser et de fraterniser. Ce n'était pas du grand classique, c'était de l'humain et donc de l'Évangile.

Je m'amusais beaucoup à regarder cette vie pétillante devant moi. Je pensais à nos eucharisties, mornes et tranquilles qui ne rassembent plus que quelques personnes âgées. Il y avait là une prédication évangélique très forte et comme le dit le psaume 18: "Il n'y a pas de voix qui s'entendent et pourtant un message va jsuqu'aux limites du monde." Pour moi il y avait là un sens, une prédication non verbale qui valait bien la plupart de mes homélies. Je m'imaginais Jésus sortir du tabernacle pour danser avec les gens. Je suis le Seigneur de la danse disons-nous dans une antienne. C'était chrétien, c'était évangélique, c'était bon. Et je suis certain que les gens espèrent revenir encore.

Des événements comme celui-là, il s'e vit de toutes les sortes à travers le Québec durant tout l'été. Comment être le sel de ces événements pour donner du goût à la vie, comment être le levain pour faire lever la foi et l'amour au coeur de notre monde. Nous pourrions peut-être s'y arrêter ensemble un jour pour y regarder de plus près.

 

 

 

 

vendredi, 10 août 2018 12:50

Relever le niveau ...

Écrit par

"Relever le niveau spirituel et humain du milieu", voila le charisme donné à une communauté religieuse par ses fondatrices. Ce charisme n'est-il pas aujourd'hui d'une très grande actualité? Il me semble que c'est l'objectif du tournant missionnaire dont parle notre Pasteur François.

Notre société est devenue laïque et a pris les repsonsabiltiés qui étaient les siennes soit en éducation, en santé etc ... domaines que l'Église avait longtemps animés. Notre société est aussi traversée par un fort courant de démocratie où les gens ont appris à s'exprimer dans les domaines et les décisions qui les concernent. Ceci a complètement changé la façon d'être en Église.

De plus en délaissant la pratique sacramentelle, comme le peuple avait été sacramentalisé et catéchisé et non évangélisé, il s'est retrouvé devant un vide spirituel profond. Le documentaire L'Heureux Naufrage nous l'a bien montré.

Au même moment où cette révolution ecclésiale se produisait, de nombreux orgnanismes et de fondations se sont mis en place pour répondre aux besoins de la société nouvelle. C'est le chapitre 25 de Mathieu qui se vit, mais on el répète souvent , les gens ne savent pas qu'ils sont animés du souffle de l'Esprit pour réaliser ces oeuvres à long terme. C'est sans doute vrai, mais qui va le leur dire? C'est l'enseignement de Jésus envers les pauvres et les petits du royaume qui se vit sur le terrain.

En méditant cette situation, je pensais à la lune. La lune laisse passer la lumière du soleil pour éclairer la terre. Le chrétien laisse passer la lumière du Christ ressucité pour éclairer le monde. Faire découvrir le Christ vivant au coeur du monde, au coeur de la vie. Peut-être devrions-nous purifier notre image de Dieu pour qu'elle soit accueillie autour de nous. Le film Le refuge serait utile dans cette démarche. Je sais des familles qui ont visionné plusieurs fois ce film avec leurs enfants et petits enfants pour aujourd'hui parler de Dieu ensemble et sans gêne.

Relever le niveau humain et spirituel du milieu ne serait-ce pas notre objectif comme chrétien aujourd'hui pour ensuite arriver à célébrer ce vécu dans le mystère pascal du Christ. Et je parle ici de célébrer ... Depuis le Concile, nous avons essayé toutes sortes de comités, de stuctures qui sont disparus; à mon expérience, je crois qu'il faut revenir à la vie, à l'humain pour retrouver Dieu et la présence pastorale qui portera des fruits et cent pour un.

Jacques Grand'Maison a écrit un beau livre sur la spiritualité: Une spiritualité laïque au quotidien.  Il nous décrit neuf voies d'accès au spirituel. Et pour ceux et celles qui sont portés au négatif, je suggère le passage sur "l'Évangile et le compost". C'est un symbole audacieux mais très riche de positif. Continuons de méditer les yeux bien ouverts dans le pare brise de l'Évangile

 

samedi, 04 août 2018 14:10

Un Pasteur et un Saint.

Écrit par

Aujourd'hui, 4 aout, la liturgie met sous nos yeux un pasteur et un saint: Jean-Marie Vianney, curé d'Ars. Quand nous admirons la vie des saints, ce n'est pas pour  les imiter mais pour s'inspirer de leur témoignage de vie pour aujourd'hui. Le curé d'Ars fut un grans spirituel qui vécu son ministère en fonction du peuple dans lequel il vivait. Il s'agit pour nous aujourd'hui en s'inspirant de son exemple de découvrir la façon dont nous devons vivre en Église au coeur de la société dans laquelle nous vivons. Il est évident que si nous voulons imiter ce saint curé, nous courons à l'échec.

Notre société au Québec est traversée par un fort courant laïque qui a changé complètement les besoins spirituels du peuple. Les gens n'adhèrent plus à la religion et sont devenus pour la plupart étranger à toute forme de pratique religieuse. Notre société de plus est traversée par un fort courant de démocratie qui développe une prise de parole et une volonté de s'impliquer dans les décisions qui concerne la vie de la société. Ce courant démocratique fait partie de la vie des familles, des paroisses, comme de la société civile. Les gens ne veulent plus qu'on leur dise quoi faire, mais veulent être accompangés dans leur vie et décisions. Ceci vient changer complètement la donne de notre présence d'Église. Nous sommes devenus étrangers au coeur même de notre propre société. Comme Église et comme chrétiens nous avons à nous inscrire à l'intérieur de cette nouvelle façon de vivre pour développer les valeurs de l'évangile.

L'annonce de l'Évangile dans cette nouvelle société n'a pas pour but de convertir l'autre pour le conduire à la pratique religieuse, mais de lui  faire découvrir l'Évangile déposé en lui pour qu'il en vive. La société nouvelle nous invite à passer du pouvoir qui décide à l'autorité qui accompagne. Cette autorité nous la recevons du Christ qui nous l'enseigne à toutes les pages de l'Évangile. Une autorité qui risque l'accueil dans le lieu des autres là où ils sont.

Dans toute les régions du québec l'été a apporté sont lot d'activités communautaires, des festivals de toutes sortes. Des nuées de bénévoles ont participé à la préparation et la réalisaiton de ces projets. Il s'y est vécu des moments de partage, d'entraide, de communion et je dirais d'action de grâce. Dieu était présent au coeur de ces manifestations parce qu'il est présent au coeur de l'être humain. Plus nous nous rapprochons de l'humain, plus nous sommes proche du divin. La Constitution sur l'Église dans le monde de ce temps de Vatican 11 nous dit: "Les joies et les espoirs, les tritesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout (...) sont aussi celles du Christ, et il n'est rien de vraimnt humain qui ne trouve écho dans leur coeur." "Le message chrétien nous invite à nous passionner  pour tout ce qui est humain. C'est au coeur de la vie que se laissent paraitre les traces du ressuscité." André Fossion.

En fin de semaine, chez nous, nous vivons le festival du bois flotté où des artistes rassemblent les gens pour leur faire découvrir à la fois les beautés de la musique, de la sculpture, de la fraternité; en plus des dizaines de bénévoles qui se dévouent pour le bon déroulement de l'activité. Une page de vie en Église se vit, c'est là aussi les signes du ressuscité. Il me semble qu'aujourd'hui le curé d'Ars aurait été au milieu de ce monde pour leur dire Jésus Christ par sa présence. Je passe du temps sur le terrain au milieu de ces gens qui m'accueille comme un pasteur qui s'émerveille avec eux de la présence de Dieu à travers la beauté, la générosité et l'amour qui s'y vit. "Y a du monde à messe."

 

mardi, 31 juillet 2018 17:16

Alphonse.

Écrit par

La liturgie nous porpose de prier en communion avec Saint Alphonse-Marie de Liguori, il était avocat et devint prêtre pour se consacrer à l'évangélisation. à une émission dernièrement, une avocate confirma qu'elle avait une situaiton très rémunaratrice pour se consacrée à la défense des pauvres et des mal gommés de la société. Notre société compte encore de ces gens conscients des problèmes qui les entourent, des injustices qui nous envahissent et se donnent tout entier à la défense de la justice et des sans voix.

L'exemple de Alphonse de Liguori est très actuel. Il s'est consacré à l'évanglisation et fonda une congrégation d'évangélisateurs. Le Pape François nous invite à être des évangélisateurs au coeur du monde. Évangéliser ne consiste pas d'abord à ramener les gens à l'église mais à faire naitre des témoins du Christ au quotidien. être le sel de la terre pour donner du goût à la vie. L'Évangile de la messe de Saint Alphonse nous parle d'un trésor enfouie en nous qu'il nous faut découvrir, d'une perle précieuse à garder avec pécaution. Ce trésor, cette perle est peut être la présence de l'Esprit en nous, la présence du ressuscité en nous que nous devons découvrir et non pas chercher ailleurs. J'inscrirai ma loi au fond de votre coeur dit le Seigneur. "Nous portons un trésor dans des vases d'argile nous chante Robert Lebel. Nous avons besoin de chrétiens et chrétiennes qui mangent le Seigneur pour le donner. Trop de gens en sont ignorants ou le gardent pour eux.

Page 5 sur 26