reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

samedi, 25 juillet 2020 13:22

Les informations fusent.

Écrit par

Nous baignons dans un flot d'informations variées où chacun défend ses arrières. Les nouvelles quotidiennes nous apportent la souffrance d'une population blessée par toutes sortes de situations difficiles, les systèmes nous demandent le respect des normes et structures, des spirituels nous invitent à respecter notre être intérieur. Nous avons à faire le trie de toutes ces offensives sur notre quotidien.

Hier soir. deux personnes m'ont rejoint dans leur intervention à la télé. Ces gens étaient au niveau des valeurs et non des structures. Un homme de race noire a fait un belle déclaration concernant le racisme pour faire voir  le côté positif des différences. Une belle réflexion qui enrichie nos connaissances et dont nous avons besoin. Une dame nous a fait part de son expérience spirituelle qui descend de la tête au coeur. En écoutaut ces témignages je ne pouvais m'empêcher de réfléchir à la parole de Jérémie entendue à la célébration eucharistique: "Je vous donnerai des pasteurs selon mon coeur." st-ce que le Seigneur n'est pas en train de faire naitre au coeur de nos communautés les pasteurs dont notre peuple a besoin. Est-ce que le fait que les gens ne répondent plus pour être prêtre dans la structure actuelle n'est pas un signe que nous sommes appelés à autre chose? Ces gens à la télé nous expliquaient l'Évangile sans le savoir. Leur discours rejoignait la soif de beaucoup de monde. Je ne pouvais m'empêcher de penser aussi aux textes que Rome vient de publier et qui raffermissent la pyramide de pouvoir.

Les doctrines sont au niveau de la tête, de l'intellect; la religion est au niveau du  coeur. Tant que nous resterons entre les deux oreilles, notre avenir n'est pas assuré. Il devient essentiel de donner la place qui revient à nos soerus et frères chrétiens compétents qui peuvent nous évangéliser. J'ai commencé à goûter la Bible quand des laïcs biblistes, hommes ou femmes, se sont intéressés à la Parole de Dieu. Que notre prière ce matin en soit une d'action de grâce pour toutes ces personnes que l'Esprit met sur notre chemin  pour éclairer notre route. Nous avons aussi de bons théologiens qui nous invitent à des moments d'intériorité et de méditation profonde. Les chemins du Seigneur ne sont pas nos chemins.

vendredi, 24 juillet 2020 13:47

Une question de parole.

Écrit par

Aujourd'hui dans l'Évangile de Mathieu, Jésus nous explique la parabole de la semence. Mth 13, 18-23. La statue de Sainte Anne dans notre église nous représente Anne enseignant la Parole de Dieu à Marie. Nous devrions nous laisser inspirer par cette représentation, elle nous enseigne une facette importante de notre mission de chrétien. La neuvaine à Sante Anne pourrait être non seulement un lieu de dévotion et de prière, mais un moment d'inspiration profonde pour note vie. La mère de Marie était juive donc une femme qui lisait et connaissait la Parole de Dieu et c'est l'exemple qu'elle nous donne. Il ne s'agit pas de l'imiter, mais de nous laisser inspirer pour notre temps.

Nous ne le dirons jamais assez, il est urgent de revenir à la Parole du Seigneur, à l'enseignement de Jésus. Il ne suffit pas de lire simplement, nous devons méditer et intégrer cette parole à notre vie. Il faut la partager en famille comme une lettre d'un ami. Nous devons créer des petits groupes de lectures  et de partage biblique. Les chrétiens ne sont plus à l'heure de la pratique sacramentelle, mais de la découverte du Christ dans leur vie. Il y a des pierres et des ronces dans nos vies; ces pierres sont souvent une mauviase façon de connaitre et de renocntrer le Christ qui laisse des insatisfactions et font naitre l'indifférence. Nous avons des guérisons à vivre pour enlever nos ronces et devenir une bonne terre.  La Parole de Dieu fera de nous des êtres positif,  des êtres d'action de grâce.  

 

jeudi, 23 juillet 2020 13:58

Silence.

Écrit par

Un jeuene homme s'amène un jour chez un marché aux puces et découvre un corpus sans croix et au visage brisé. Il achète le Christ et part trouver quelqu'un pour le réparer. En route le corpus lui parle. Tu veux réparer un morceau de plomb? Mon visage est défiguré dans la vie de plusieurs enfants maltraités et tués, dans la vie de beaucoup de femmes victimes de violence, de viol et d'injustice, de bien des travailleurs que l'on jette sur le pavé sans revenus et tu ne fais rien. Pourquoi réparer un morceau de plomb?

Cette parabole m'a fait pensé à ce que nous vivons aujourd'hui.  Ne sommes-nous pas plus pressés de faire réparer des toits d'église ou des statues avant le visage du Christ brisé dans la vie des personnes? Les nouvelles nous apportent chaque jour les drames vécus par les personnes  chez nous et dans le monde. Nous vivons dans un monde qui a soif de valeurs, de sens de la vie, de spiritualité et nous investissons toujours dans le matériel. Un professeur avec qui je discutais dernièrement me disait sa soif de célébrer autour d'une table, de communier au gens autour avec lui comme le Christ l'a fait. Je vois les gens en vacance rassemblés autour des tables pour communier ensemble à la vie et à la nature. Les gens ont besoin de communion et de sens. Le coir, je vais bénir cette Église qui vit et communie à Jésus Christ parfois sans le savoir.  Le temps de confinement fut un temps où beaucoup de gens ont pris conscience de leur besoin de valeur, de communion, de prendre du temps avec leur famille, et nous dans l'Église avons attendu que l'église ouvre pour aller à la messe. Silence! Nous sommes en dehors de la vie.   

mercredi, 22 juillet 2020 14:01

Une amoureuse.

Écrit par

Une amoureuse retourne au tombeau chercher celui que son coeur aime. Jean 20, 1-18.  La présence de Marie Madeleine au tombeau est le témoignage de l'amour inconditionnel pour le Seigneur. Même quand les apôtres sont partis, elle reste au tombeau. Les apôtre sont conduits par la tête et le raisonnement: Jésus n'est pas là, on ne comprend pas ce qui se passe, donc on retourne à la maison.. Marie est guidé par le coeur et reste même devant le vide. 

Je ne peux m'empêcher ce matin de faire un lien avec notre situation actuelle en Église. Notre tombeau est vide et avec la pandémie, il est encore plus vide. Aurons-nous l'attitude de Marie? Que notre amour du Christ et de l'Église peuple de Dieu soit assez fort pour rester fidèle dans la foi et espérer un jour retrouver l'Église du terrain, peuple de Dieu en marche. Sommes-nous amoureux d'une personne ou d'une façon de faire? Marie ne comprend pas ce qui arrive, elle aime seulement.  Nous ne comprenons pas toujours nous aussi ce qui se passe dans notre vie d'Église, aimons seulement cette Église du terrain.

La persévérance de Marie lui permet de découvrir Jésus autrement de ce qu'elle cherchait. C'est sans doute ce qui nous arrivera. Nous trouverons l'Église d'aujourd'hui et de demain différente de cele que nous avons connue. Elle sera ressuscitée. A la condition que notre vie chrétienne ressuscite aussi.  Marie découvre le Christ ressucité au moment où elle le quitte, quand elle cesse de le chercher comme dans la façon qu'elle l'avait connu. Nous reconaitrons l'Église d'aujourd'hui et de demain le jour où nous cesserons de chercher à retrouver l'Église que nous avons connue, l'Église d'hier dans un autre contexte de société. Notre vie chrétienne aussi devra retrouver une autre façon de vivre sa foi et l'Évangile parce que la société nous amène ailleurs. L'Église est une communauté et non une assemblée liturgique. Comment faire communauté aujourd'hui dans une société cassée en deux? Voila notre défi. Nous ne savons pas; aimons seulement. 

 

mardi, 21 juillet 2020 13:49

Un monde malade.

Écrit par

Qui sont mes frères et mes soeurs? Et levant la main il indique ceux qui le suivent et dit: Voici ma mère et mes frères." Mth 12, 46-50. En lisant ce texte, je n'ai pu m'empêcher de penser à l'événement tragique qui a boulerversé tout le Québec ces derniers jours. Les médias vont parler beaucoup et avec raison de la mère des deux enfants et nous risquons d'oublier la famille Carpentier. Un tel geste est le signe d'une maladie chronique de notre monde. C'est un signe d'une grande détresse et souffrance intérieure que vivait cet homme. Ce n'est pas un criminel, c'est un être humain malade qui a posé un geste criminel fruit de sa détresse intérieure. C'est un drame épouvantable pour la mère, sa famille et aussi pour la famille du père. Nous sommes trop portés à oublier ces familles qui sont aussi victimes d'un événement pénible. Comme nous avons trop oublié la famille du jeune Bissonnette dans l'événement de la Mosquée de Québec. 

De cet homme en cavale que l'on retrouve décédé, Jésus dira aussi c'est mon frère, un frère souffrant qui a posé un geste malheureux. Pourquoi notre société aujourd'hui ne peut rien devant tant de souffance. Pourquoi notre société  utilise la répression et pas assez la prévention et l'aide aux gens en difficultés. Quelqu'un me disait cette semaine, nous avons dressé les gens sans les éduquer et ils sont uajourd'hui devant un vide spirituel qui conduit aux pires aberrations. Notre monde est malade d'un vide d'aimer. Ce n'est plus à mes yeux un problème d'individu mais de société. C'est une question posée à nous aussi comme Église.

Hier soir, je présidais l'Eucharistie à la neuvaine de Sainte Anne. Il n'y avait que des gens aux cheveux blancs. Les jeunes ne sont plus inéressés par cette pratique. Nous n'avons pas le goût de nous rassembler en communauté pour célébrer notre vie chrétienne.  Nous venons à la messe et les jeunes ne veulent pas venir à la messe. Ils ont le goût du rassemblement. Regardons-les sur les plages. Après l'eucharistie hier soir je suis allé faire une randonnée pour voir tous ces rassemblements. Notre monde a besoin de se retrouver esemble pour fêter et non simplement écouter prier Monsieur le curé.  

Je me disais: nous nous agenouillons devant le tabernacle, mais dans la forêt près de Québec, Jésus est en souffrance, allons-nous nous agenouiller devant ce frère malheureux qui pose des gestes désespérés, ou si nous allons le condamner. Notre monde est malade d'amour, d'accueil, de miséricorde, nos frères et soeurs sont devant un vide spirituel, ils attendent des chrétiens un geste qui les réconfortent. C'est une question posée à notre foi et notre agir chrétien.   Ma façon d'être présent à ce qui se vit aujourd'hui est un critère pour évaluer la qualité de ma présence à l'église. Comme vieux retraité aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de me questionner sur la qualité de nos rassemblements pour la célébration de la misssion de Jésus Christ. Notre monde a un urgent besoin de témoins de l'Évangile sur le terrain. Esprit Saint vient réchauffer le coeur le coeur du monde pour qu'il devienne un foyer d'amour où il fait bon s'y retrouver. 

lundi, 20 juillet 2020 14:03

Chemin d'action de grâce.

Écrit par

Nous avons grandi la plupart d'entre nous dans un temps où foi et religion étaiernt synonyme de sacrifices ou de lois à observer. Nous devions faire beaucoup de sacrifices pour mériter de Dieu. Nous avions oublié que Dieu donne tout gratuitement. Les plus magnifiques signes du don gratuit de Dieu ne serait-ce pas la nature avec toutes ses beautés et ses merveilles, le corps humain qui est une véritable usine que nul être humain ne peut imaginer, le soleil qui éclaire et réchauffe notre terre, la nouriture qui arrive chaque jour sur notre table. Nous avons mille preuves que le Seigneur nous aime et nous donne tout par amour. Ne serait-il pas intéressant de développer une relation d'action de grâce, de reconnaissance. La chaleur de l'été et les vacances nous donnent le temps d'admirer la nature et d'en goûter toute la beauté et les richesses. La neuvaine à Sainte Anne devrait être un temps d'action de grâce pour les merveilles de Dieu. Nous sentons monter dans notre société des temps de colère et de manifestations haineuses contre l'autorité. Il y a une maladie chez nous, celle de l'insatisfaction et de "L'écoeurantite." Nous mettons depuis longtemps l'accent sur la force et la répression et devant l'impuissance la colère a pris une place exagérée. Beaucoup trop de gens sont contre, simplement contre,  et ceci développe l'agressivité. Dans cette société, l'importance du témoin du Christ, témoin de l'Évangile est d'une urgence capitale. Nous avns besoin de témoins pour réchauffer ce monde qui grelotte, pour apaiser ce monde en ébullition, pour aimer ce monde en recherche de paix, d'amour et de spiritualité. "Il y a ici bien plus que Jonas" le plus grand signe d'amour que nous puissions avoir: La présence même du fils de Dieu au dedans de nous. Devenons de être amoureux et d'action de grâce.  

 

dimanche, 19 juillet 2020 13:36

Le Levain. Mth 13, 33.

Écrit par

Le Royaume des cieux est comme un levain qu'une femme met dans sa farine pour faire lever le pain, nous dit Jésus. C'est à moi ce matin que Jésus s'adresse. Je suis le levain que Le Seigneur dépose dans la farine de la vie et du temps pour faire lever le royaume de Dieu. J'ai essayé à quelques reprises de découvrir le levain dans le pain que je mange le matin. Peine perdue, impossible, il est fondu dans le pain. le levain se reconnait à sa force intérieure qui fait lever la pâte pour en faire du bon pain. Il en est ainsi de ma foi et de ma présence, faire lever le pain de l'amour, de la charité, du pardon, de l'accueil, de la paix, etc .... Un jour quelqu'un qui avait un gite du^passant me dit: Hier soir un homme est venu couché chez moi,  ce doit être un prêtre à cause de sa façon de  s'intéresser aux gens et aussi ses valeurs dans la conversation. Il me nomme et je lui dis: c'est l'évêque de Mont-Laurier. Il était passé incognito comme le levain et avait fait lever quelque chose par sa qualité de présence. Voila l'invitation que le Seigneur me fait aujourd'hui. C'est très malheureux que nous soyons divisés au nom du Seigneur pour des énoncés théologiques.  Faisons ensemble lever la pâte humaine pour le royaume du Père.

 

samedi, 18 juillet 2020 13:50

Jouez pour le Seigneur.

Écrit par

Hier soir, à une émission, les participants ont parlé du jeux. L'importance de jouer tant dans les sports que dans la vie. Ceci m'a rappelé qu'un jour juste avant Noël, un notaire m'avait rencontré et m'avait donné une somme importante pour acheté des jouets pour les enfants de familles démunies, il me dit: ces enfants ont droit de jouer aussi bien que les autres. Et le temps de confinement a fait réaliser à beaucoup des parents l'importance de jouer avec leurs enfants. Redécouvrir l'importance de jouer même quand on est moins jeunes. 

En méditant cela j'ai réalisé que j'avais manqué de jouer dans l'enfance. Quand je suis né,  mes parents étaient âgés à l'époque, mes frères avaient aussi un certains nombre d'années de plus que moi. J'ai joué seul ce qui est moins intéressant. En revoyant mon passé, je réalise  que le jeu m'a manqué et qu'on n'a pas toujours compris mon besoin de jouer quand je voulais allé chez les voisins trouver des amis. Je me suis repris un peu plus tard. Je comprends mieux aujourd'hui l'importance de jouer non seulement pour les enfants mais pour toutes personnes qui savent garder un coeur d'enfant. 

Beaucoup de psaumes parlent de jouer pour le Seigneur, David a dansé devant l'Arche d'alliance. Peut être que notre tempérament anglais dans un pays froid nous a fait perdre cette réalité du jeu dans notre vie et aussi dans la liturgie. Nos célébrations sont très sérieuses et nos chants liturgiques sont pour des gens d'un certain âge.  Les gens qui nous arrivent de l'Afrique doivent trouver nos célébrations un peu constipées.  Actuellement j'ai un peu les bras coupés quand j'entre dans une église ou une chapelle et que les gens sont tous assis les yeux fermés comme s'ils étaient seuls dans l'église. Aujourd'hui, il y a plus de plaisir dans les salons funéraires que dans nos églises. Nous sommes encore tributaires d'un passé où le sacré avait prédominance sur la vie. Peut être que jouer aurait été la meilleure façon de repsecter le sacré. Apprendre à jouer, voila un autre message que le confinement devrait nous laisser. Jouez pour le Seigneur, chantez pour Lui car il a fait merveille .....

 

vendredi, 17 juillet 2020 13:27

Anne.

Écrit par

Aujourd'hui nous commençons la neuvaine à Sainte Anne. Cette dévotion n'a plus l'audience d'autrefois mais elle rassemble encore un bon nombre de chrétiens. Cette année avec le confinement la participation sera encore plus restreinte. Nous ne connaissons rien de la vie de la mère de Marie. La Bible n'en dit ren. Cette dévotion prit naissance à partir du protoévangile de Jacques au 11e siècle et la dévotion se répandit et prit un improtance spéciale à partir du X1Xe siècle. Anne devint la patronne des marins. Quoiqu'il en soit de la présence historique de Anne, nous savons que Marie a eu une mère et père et la foi des chrétiens les a prit comem modèle.

Anne est représentée apprenant à Marie à lire la Bible. C'est pour nous un message pas suffisamment développé à mes yeux. Anne nous est présentée comme une éducatrice de la foi, une évangélisatrice dirions-nous aujourd'hui. Comme nous ne savons rien de sa vie, nous pouvons nous  laisser inspirer par sa foi et sa relation au Seigneur. Comme toute juive, elle était femme de la lecture de la bible. Elle doit nous inspirer en ce sens. Notre contexte d'Église nous invite à rechercher une meilleure connaissance de la parole de Dieu. C'est par le force de l'Évangile que l'Esprit Saint renouvellera notre vie chrétienne et la vie de l'Église. Nous avons à nous convertir sans cesse à la lecture et la méditation de la Parole de Dieu.  Le Père Deiss parle de l'importance d'une Église biblique. Qu'est-ce à dire? "Une Église biblique est une Église fondée non sur des traditions humaines mais sur la Parole de Dieu, non sur le sable des normes humaines mais sur le roc des lois divines, bref une Église selon le coeur de Dieu. L. Deiss: célébration de la Parole, P.11. Il ne s'agit pas de faire des chrétiens un peuple d'exégètes, de scientifiques de la bible, mais un peuple rempli de l'enseignement de Jésus, de son Esprit et qui en sont les témoins.  Voila ce que la neuvaine m'inspire ce matin Ma conviction est que nous avons placé l'accent sur les dévotions extérieures et pas suffisemment sur le contenu de vie.

 

jeudi, 16 juillet 2020 15:36

A la Sylvie Fréchette.

Écrit par

Demain 17 juillet, commence la neuvaine à Sainte Anne. Ce matin, je me suis posé une question: Est-ce que je vais y participer à la Sy;vie Fréchette, une course à la performance en vue d'une médaille le 26 au soir? Nombre de messes, de chapelets, d'heures d'adoration, de chemns de croix et autres choses de bonne qualité, je pourrai ainsi mesurer ma fidélité.  La seule question que je devrai me poser: Qu.est-ce que cette semaine a changé dans ma vie? Comment ce temps de prière a changé mon regard sur moi-même et sur les autres ou encore ma façon de les accueillir ou de les juger? 

Le premier pilier de ma neuvaine est le silence et la méditation de la Parole de Dieu. Faire un temps de silence pour laisser surgir la parole de Dieu en moi. C'est la Parole qui me convertit et me permet de vivre et de célébrer en vérité. Lire un petit bout de l'Évangile et le laisser monter en moi pour me transformer. Et mon critère d'évaluation sera ma façon de vivre le chapitre 25 de MAthieu: "Ce que tu fais au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que tu le fais."  Ainsi ma neuvaine sera plus surement un temps de conversion intérieure et non une démarche de performance pour une médaille.

Un second pilier efficace sera ma participation à l'Eucharistie. Célébrer l'Eucharistie, c'est devenir de plus en plus un être de communion. L'Eucharistie n'est pas un acte de dévotion, mais la célébration en communauté de notre vie de communion ensemble et avec le Seigneur.  Je célèbre parce que je suis un être de communion et cette rencontre intensifie cette communion avec les autres et mon Dieu. Ainsi mon regard  sur les autres changent, ma façon de voir la vie change, j'acquière davantage le regard de Jésus, le coeur de Jésus, les lèvres de Jésus, dans ma relation avec les autres. La neuvaine devient un temps de rencontres qui approfondit ma vie au quotidien. 

Le temps de confinement nous permet ces moments de silence, d'intériorité pour faire de ma neuvaine non un temps de performance mais un moment de converison intérieure ou j'apprends à aimer.

Page 5 sur 47