reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

jeudi, 02 février 2017 20:20

Reconnaitre ou connaitre?

Écrit par

"Siméon reçut l'enfant dans ses bras et bénit Dieu." Lc 2, 22-32. Le vieillard Siméon reconnut le Messie dans l'enfant présenté au Temple. Pour ce faire, il était un homme juste et près de Dieu. Il avait connu Dieu pour reconnaitre le Fils dans l'enfant de Nazareth.

Un homme qui assistait à la messe chaque dimanche m'arrête un jour et me dit: Venez donc souper chez moi ce soir, j'aimerais vous connaitre." C'est bon de reconnaitre les personnes mais c'est meilleur de les connaitre. Et pour ce faire, nous devons dépasser le visuel pour descendre au coeur.

Dans mon frère ou ma seour que je rencontre tous les jours, est-ce que je reconnais le Seigneur? Est-ce que je reconnais qu'il est un enfant de Dieu fait à l'image et ressemblance de Dieu? Comme pour Siméon, je dois avoir d'abord connu le Seigneur. Et connaitre le Seigneur, c'est faire l'expérience de sa présence dans ma vie. C'est le connaitre avec le coeur et non avec l'intelligence.

Nous avons appris le catéchisme par coeur, nous avons intellectualisé notre relation à Dieu; mais la rencontre de Dieu se fait avec le coeur. L'acte de foi appris nous parle de vérités à croire pour être sauver. Notre credo est un enchainement de réalités spirituelles qui demeurent des vérités révélées et non l'expérience d'un Dieu  présent au coeur du monde. Quand je lis le credo, je me demande si Jésus a existé vraiment. L'Évangile me permet de croire en Jésus Fils de Dieu et non des énoncés théoriques. Nous avons appris une religion descendante qui part du ciel vers la terre. Jésus est venu nous indiquer le contraire. La religion prend l'homme pour le monter vers Dieu en action de grâce. C'est un mouvement ascendant vers le Père. Je croirai en Dieu vraiment si je crois en l'être humain crée à son image. Je reconnaitrai le Christ dans l'autre si je l'ai d'abord expérimenté dans ma vie. C'est il me semble la grande leçon que me laisse Siméon aujourd'hui.

samedi, 28 janvier 2017 15:16

J'ai trouvé!

Écrit par

Depuis quelques années, supposément à la retraite, j'ai abandonné la célébration régulière des sacrements et je m'amuse à rencontrer les gens dans les places publiques. J'ai rencontré des chrétiens et chrétiennes qui ont conservé la pratique régulière de la charité charétienne; des personnes qui ont soif de spiritualité et de connaitre Jésus Christ, l'Évangile, les valeurs. Ces personnes hier encore étaient assis sur les bancs de l'église, aujourd'hui elles sont dans la diaspora.

Je me suis senti en Galilée et même à Nazareth. ayant cévu longtemps en Judée près du temple, je me retrouvais devant un vide spirituel bien exprimé par le documentaire: L'Heureux naufrage.  Ces gens sont ouverts à l'Évangile mais fermés à la forme de pratique religieuse qu'ils ont vécue.

Je pensai à Annick de Souzenelle qui d'anesthésiste dans un hôpital est devenue bibliste. Elle écrivait: "J'ai passé ma vie à endormir les gens, je veux passer le reste de ma vie à les réveiller." En parodiant, je me suis dit: J'ai passé  ma vie à prêcher une doctrine dans le temple, et ces temples sont vides, je vais maintenant passer le reste de ma vie en Galilée à faire danser l'Évangile et fêter la Parole de notre Dieu avec ces personnes de la diaspora.

J'ai pensé à Nazareth, à Charles de foucauld; Le christianisme est venu de Nazareth et non de la Judée et du temple, et je me suis dit : le renouveau de notre Église viendra sans doute de la Galilée, des Nazareth de nos paroisses, et je me suis écrié: "Euraka." J'ai trouvé un lieu où m'amuser à vieillir. Et voila, depuis près de 10 ans, je suis comblé par cette approche de la Parole du Seigneur et je vois autour de moi des hommes et des femmes grandir dans la foi, abandonner des dévotions pour retrouver la prière ...

S'il demeure important de célébrer avec les personnes qui viennent encore à l'église le dimanche, je crois qu'il s'avère très important d'aller au carefour des chemins à la rencontre des femmes et des hommes qui cherchent la saveur spirituelle de leur vie. Quel beau passe-temps pour nous prêtres à la retraite, quelle belle façon de s'amuser à vieillir. Plus on vieillit, plus on s'approche de l'essentiel. Aujourd'hui je bénis le Seigneu rme faire goûter cette joie de vieillir.

mercredi, 25 janvier 2017 19:00

Conversion.

Écrit par

Ce matin, 25 janvier, fâte de la conversion de Saint Paul. En lisant les Actes des Apôtres qui nous présentent la conversion de Paul, je me suis laissé questionner par ce texte: "Je suis juif, élevé à l'école de Gamaliel, j'ai reçu une éducation conforme à la loi de nos pères; (...) Ananie vint se placer près de moi et me dit: Saul, mon frère, retrouve la vue, et je le vis." Act. 22, 4-16.

Je pourrais parodier ce texte: Je suis catholique, éduqué selon les lois de mes pères et de mon Église dans une forme de pratique sacramentelle. Un certain Ananie est venu me voir et m'a dit: Regarde tes soeurs et tes frères qui ont quitté la pratique des sacrements et qui attendent une parole qui éclaire leur vie, nourrit leur espérance et leur permet de retrouver leur foi. Ils attendent une nouriture spirituelle. Est-ce que je pourrais répondre comme Saul: Je vois, je comprends et je vais changer ma vision pastorale.

Dernièrement, j'ai vécu un événement personnel, j'ai ajouté un an à ma vie. Pour l'occasion j'ai reçu des téléphones de laïcs qui me parlaient de mes écrits "d'avanceaularge", s'informaient si je continuais d'accopmagner  des groupes de partage biblique. Ils étaient au niveau de la vie, de la spiritualité. Je recevais aussi des téléphones de prêtres qui me demandaient: fais-tu encore du ministère? Et le ministère dans le langage ecclésial, C'est de célébrer des messes ou d'autres sacrements. Les chrétiens sont au niveau de la vie et nous au niveau des sacrements, des célébrations. C'est pour moi la questin de l'efficacité et de la fécondité. Jean Vanier écrit qu'un pasteur n'est pas un être efficace mais un être fécond.

Je retournais au texte de Paul pour prendre conscience qu'il était parti comme un défenseur de sa formation religieuse et il revient comme  un disciple du Christ et un pasteur. Et la Parole de Jésus en Mathieu s'est présentée à moi: "Allez donc: de toutes les nations faites des disciples, baptisez-les, apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai enseigné." Voila il me semble le ministère fondamental du chrétien et du pasteur. C'est ce ministère quotidien que nous célébrons en communauté.

vendredi, 20 janvier 2017 15:35

Mangez-nous!

Écrit par

 

Participant avec un groupe d'amis à un repas fraternel, je me pris à réfléchir. les dames avaient déposé sur la table de belles assiettes bien garnies de bonnes choses pour le palais avant le repas. Elles avaient préparé ces choses avec beaucoup d'amour et de joie. J'ai pris un morceau de truite fumée; truite pêchée par eux, fumée par eux aussi et bien préparée pour notre repas. En prenant cette nourriture j'avais l'impression de manger un peu des gens qui l'avait préparée. Un peu comme les parents peuvent dire à leurs enfants: la nourriture que l'on vous donne, c'est un peu nous que vous mangez: notre amour, notre dévouement, notre présence. C'est un peu notre corps que vous mangez. Je voyais ces parents qui toute leur vie se sont donnés en nourriture à leurs enfants.

Ma pensée s'est tournée vers Jésus à la Cène. Ça été le geste de Jésus: se donner en nourriture aux siens et cela est parvenu jusqu'à nous. Quand je reçois le pain eucharistique, c'est à toute la vie de Jésus, son travail, ses peines, son enseignement, sa vie, sa mort que je communie. J'ai d'abord communié à tout cela dans mon quotidien et je viens le célébrer en communauté avec mes soeurs et frères chrétiens. Je viens me nourrir de cette présence, je viens m'abreuver de sa vie et de son amour pour continuer d'être responsable de sa mission, afin que je devienne du bon pain pour les autres.

Je crois que l'eucharistie est d'abord vie et mission que nous venons en communauté célébrer. Dans tout sacrement, il y a un temps et un moment: le temps est la vie, le moment, la célébration. Il ne faudrait pas réduire le sacrement au moment de la célébration. Le dimanche quand la célébration se termine à l'église, la messe commence parce qu'elle est vie et mission. Faudrait peut être y penser à la prochaine célébration.

jeudi, 19 janvier 2017 15:38

Un cadeau.

Écrit par

Dernièrement, je participais à un repas d'amis et durant le repas, un couple nous partagea un événement vécu dans la famille qui me fit réfléchir. Lorsque leur fille partie pour les études et le travail à l'extérieur, le père lui dit: Je te donne ta vie, tout ce que nous t'avons enseigné et les valeurs vécues sont maintenant ta responsabilité. la fille partie mais elle savait que ses parents seraient toujours présents discrètement pour l'accompagner et l'éclairer au besoin.

En méditant cet événement, je me rapelai que Jésus avait fait la même chose avec ses apôtres. Au soir de sa vie, il leur a dit: Depuis trois ans que vous vivez avec moi, je vous ai enseigné tout ce que le Père m'avait appris, ce soir je vous redonne votre vie enrchie et vous en êtes responsables jusqu'aux confins de la terre. Jésus avait préparé les siens à cette responsabilité. Comme les parents, Jésus restait présent discrètement pour les accompagner et les éclairer au besoin. Ces parents venaient de me faire comprendre de l'intérieur le geste de Jésus. Jésus venait de nous donner à la fois une responsabilité et une mission.

Quand je vais à l'Eucharistie et que je communie sacramentellement, je viens signifier ma volonté d'être fidèle à cette mission et en même temps Jésus me dit qu'Il est toujours présent pour m'accompagner et me soutenir dans cette mission. Quand je célèbre l'Eucharistie, c'est toute ma vie que je célèbre, c'est toutes les fois où j'ai lavé les pieds de mes frères et soeurs, toutes les fois où j'ai fait mémoire de la vie du Christ.  J'apprends chaque jour à déballer et à vivre ce cadeau de Jésus Christ et aussi à découvrir la célébration de ce cadeau.

jeudi, 12 janvier 2017 18:17

Un système immunitaire?

Écrit par

C'est fort la vie1 J'ai l'impression que la vie comme le corps humain développe un système immunitaire pour répondre à ses besoins. Chaque jour les nouvelles nous apportent l'existence de services sur le terrain pour répondre à des besoins naissant. Dès que la vie rencontre un virus, elle fait naitre des anti-virus pour répondre à ses besoins.

Aujourd'hui, les personnes âgées vivent de plus en plus de solitude dans leur maison. La vie se charge de faire naitre un service de présence  pour les accompagner.

La violence et l'agressivité augmentent de plus en plus et deviennent une réponse aux blessures et manque d'amour; la vie fait naitre des services pour accueillir ces souffrances et conduire plus loin.

Les besoins aussi bien financiers que spirituels et psychologiques grandissent dans notre société moderne; la vie fait naitre des services d'écoute, d'entraide, de partage et de soutien pour diminuer les effets néfastes chez les personnes.

Ainsi existent un nombre considérables de fondations, services et bénévoles au coeur de la société québécoise. Ce système immunitaire travaille souvent sur des conséquences et pas toujours assez sur les causes. Notre monde grelotte  par un manque d'amour. Notre système immunitaire a aussi un grand travail de ce côté.

En méditant tout ceci monte à ma mémoire la parole de Jésus en Saint Jean, je vous ai lavé les pieds pour vous donner l'exemple afin que vous vous laviez les pieds les uns les autres. Voila! le peuple du Québec est peut-être plus chrétien qu'on le pense ou qu'il le sait lui-même.

lundi, 09 janvier 2017 18:20

Faire le plongeon!

Écrit par

Aujourd'hui, la liturgie nous fait célébrer le baptême de Jésus au Jourdain. Cette fête nous permet de prendre un moment d'arrêt pour s'interroger sur notre propre baptême. Beaucoup de questions naissent sur la pastorale de ce sacrement. Les responsables me disent souvent, on ne sait plus trop à quoi ça sert de baptiser et surtout comment présenter ce sacrement dans le contexte d'aujourd'hui.

Il faut se dire que nous sommes comme assis entre deux chaises: nous baptisons encore comme dans l'époque de chrétienté et cette mentalité n'est plus là. Avant que nous puissions parvenir à une pastorale adaptée à notre monde, le monde aura encore changé. C'est la loi de la vie qui demande une continuelle adaptation. Faudrait-il arrêter de baptiser pour un certain temps afin de tâter la vie et d'ajuster notre agir? C'est ma conviction....

Si nous ne retournons pas à l'Évangile et oublier un peu tout ce que nous avons appris sur la question, je crois que l'avenir sera difficile. Au point de départ, Jean Baptisait dans le Jourdain et non au temple. Pourrions-nous imaginer célébrer les baptêmes au coeur de la vie avec les familles et non dans le bâtiment église? Il faut admettre que la célébration du  baptême  est devenue un rite et que la vraie célébration pour la famille se fait à la maison à la suite du baptême. Une des dimensions du baptême est l'entrée dans la communauté; la communauté pour les gens qui demandent le baptême est la famille et les amis. On dit depuis longtemps que la paroisse doit devenir une communion de petites communautés, ne serait-ce pas l'occasion de donner suite à ces idées? Pour ma part, je crois qu'il s'agit là d'une question importante que nous ne pouvons écarter. Notre façon de faire aujourd'hui ne fait-il pas entrer dans une bâtisse non dans une ocmmunauté? Je suis un vieux radoteux ne vous en faites pas.

Quand Jésus remonta de l'eau, une voix du ciel déclara: Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je mets tout mon amour. Voila le sens que Jésus vient donner au baptême chrétien. Dévouvrir  que nous sommes les enfants d'un Père et célébrer cette réalité avec Lui.  Le baptême est un acte d'amouir avant d'être un acte de foi. Il est la signature de Dieu sur notre vie d'enfant du Père. Il est célébration de l'amour gratuit de Dieu pour nous. "Dès avant ma naissance, en tant qu'homme, je suis  déjà  l'image de Dieu, marqué par cette filiation divine dès le premier instant de ma conception. Le baptême ne me fait pas enfant de Deiu. Il est découverte fabuleuse de cette réalité, la démarche par laquelle je reconnais ce que je suis, ce qui est déjà donné, déjà acquis. Il est l'acte par lequel je ratifie et proclame mon caractère d'enfant de Dieu. Il est la célébration joyeuse et reconnaissante de cette grâce inouïe, en même temps qu'il marque mon entrée dans la communauté de ceux qui se proclament et se reconnaissent enfants de Dieu." Henri Boulad. C'est ce que Jean-Paul 11 a dit aussi dans une conférence sur l'homme.

La rencontre du Seigneur dans cette célébration vient m'aider à vivre le plus fidèlement possible ma réalité d'enfant bien-aimé du Père. Continuons de réfléchir tout haut, c'est dans le choc des idées de jaillit la lumière.

 

jeudi, 05 janvier 2017 19:27

Le sourire de Mandela.

Écrit par

Je ne connaissais  cet homme que de nom. Le journaliste  John Carlin a écrit: Le sourire de Mandela,  Ed du Seuil. J'y ai découvert un "héros, un leader, un géni politique." Libéré après 26 ans de prison et de travaux forcés, il prend le pouvoir en Afrique du Sud. Avec patience et conviction, il réussit à appaiser le désir de vengeance du peuple noir face à l'oppresseur blanc. Les blancs et les noirs dit-il sont des africains et nous ne ferons pas subir aux blancs ce qu'il nous ont fait subir. Il a developpé le pardon et la réconciliation. Il a voulu rassembler son peuple. Il a été un pasteur face aux africains blancs et noirs. Et assis sur la chaise occupée par le par le bourreau blanc qui l'avait fait emprisonné, il esquissa un sourire: "C'est vraiment remarquable."

Mandela était un "génie politique", il a su lire les événements, écouter son peuple après sa libération; il su décoder que la seule façon d'arriver à long terme à la démocratie était la voie de la paix, du pardon, du rassemblement des gens dans la réconciliation. Répondre à la colère par la colère provoque évidemment une montée de violence. Nos politiciens d'aujourd'hui devant la violence du terrorisme auraient peut être intérêt à méditer la pensée et l'action de Mandela. Nous répondons aux armes par les armes seulement, nous travaillons sur les conséquences et la cause du mal est toujours là et grandit avec le temps.

Savoir lire les événements pour en décoder le message. La leçon de Mandela pourrait nous servir aussi en Église. Au Québec, 90% et plus des chrétiens ont quitté la pratique sacramentelle, nos églises se vident, les fabriques tirent la langue pour payer les factures, les chrétiens dispersés sont devant un vide spirituel -L'heureux naufrage nous l'a bien dit-  et nous travaillons toujours sur les conséquences: amener les gens à l'église, rester dans la liturgie et les sacrements. Cette désaffection massive de l'Église porte un message qui devrait nous questionner. Nous devons lire ce message: ce qui rassemblait les chrétiens hier ne les intéresse plus. Il ne s'agit pas de changer "l'assaissonement de la soupe, il faut renouveler complètement la recette."  Des hommes comme Mandela, Gandhi, Martin Luther King, Mgr Tutu et combien d'autres avec Jésus Christ pourraient inspirer notre méditation. Le sourire de Mandela m'inspire beaucoup.

lundi, 02 janvier 2017 16:54

Le christianisme de la faux?

Écrit par

En ce début d'année 2017, ne serions-nous pas inviter à passer du christianisme de la "faux" au christianisme d'action de grâce. Les gens de ma génération avons tous connu le christianisme de la faux: Faut aller à la messe, faut faire baptiser les bébés, faut dire le chapelet, faut ..... Nous avons faucher toute notre vie. Les jeunes générations n'ont pas le goût de la faux. Même dans le chant Mon Dieu bénissez la nouvelle année, nous chantons: cette année nous est donnée pour mériter le Paradis. Faut mériter le ciel. Le Christ nous l'a donné pourquoi ne pas l'accueillir?

Le Christ est venu nous dire que nous étions les enfants bien-aimés d'un Père. Il nous dit aussi: Je vais vou spréparer une place et quand je l'aurai préparée, je vous prendrai avec moi. Il ne nous a jamais dit de le mériter. Il nous le donne, accueillons-le dans l'action de grâce. Saint Jean écrit: "De sa plénitude, nous avons tous reçu grâce après grâce." Jn 1, 16. Et S. Paul nous dit à l'oreille: "Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur." Rm 8, 39. Si nous avons tout reçu, soyons donc en action de grâce. Nous sommes invités à devenir des chrétiens d'action de grâce.

Devenir des êtres d'action de grâce, des êtres de bénédiction. Présenter un christianisme qui a du goût et donne envie d'y adhérer. Le Père André fossion écrit: "Le problème majeur de l'évangélisation aujourd'hui est de rendre le christianisme non seulement intelligible mais, bien davantage, désirable, bon pour la vie. La vie chrétienne trouve sa source dans une bonne Nouvelle. N'est-elle pas des lors et avant tout à savourer?" Une Nouvelle Fois, p. 31.

Ne faudrait-il pas arrêter d'aller à la messe pour apprendre ensemble à célébrer? Ne faudrait-il pas passer du "faut aller à la messe" au goût de vivre quelque chose de bon ensemble pour ensuite le  célébrer en communauté?  Comme le dit Gandhi: le Seigneur regarde les actes et non d'abord les paroles. C'est le vécu de la charité au quotidien qui est important, c'est cela que Dieu regarde. C'est la lumière des Mages qui les a conduit au Christ. Notre vécu de la charité au quotidien sera aussi notre lumière, notre expérience intérieure qui nous conduira ailleurs. Alors, que notre année 2017 soit une année d'action de grâce, de bénédiction, où on apprend à accueillir le don de Dieu, à le vivre et rendre grâce. Ainsi nous pourrons chanter: Cette nouvelle année nous est donnée pour découvrir et accueillir le don de Dieu.

samedi, 31 décembre 2016 15:56

N'oubliez pas ...

Écrit par

C'est l'heure des grands souhaits et des résolutions de début d'année. Un éditorialiste écrit: "N'oubliez pas d'être heureux." C'est peut-être le souhait que je formularais aussi ce matin pour nous tous: N'oublions pas d'être heureux. Notre bonheur, notre paix intérieure dépend de nous, nous la fabriquons au jour le jour à travers les aleas du quotidien. N'oublions jamais d'être heureux. Le bonheur donne du goût à la vie, de la saveur au quotidien. Oui, en 2017, n'oublons pas d'être heureux.

N'oublions pas aussi que Jésus est venu pour que nous soyons heureux ensemble dans le respect les uns des autres. Jésus nous a enseigné une recette de bonheur, une façon de vivre ensemble qui épanouit et rend heureux. Alors ce matin en ce dernier jour de l'an 2016, je vous redis avec tout mon coeur: N'oubliez pas d'être heureux.

Page 6 sur 16