reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

mardi, 01 septembre 2020 14:37

La valeur de la personne.

Écrit par

"Toute personne est sacrée. Qulles que soient sa culture, sa race, sa religion, ses capacités, ses faiblesses ou ses forces. Chaque personne est nécessaire, chacun de nous est un instrumentiste qui doit jouer dans le grand orchestre de l'humanité, chacun  a besoin des autres pour devenir plus pleinement lui-même et pouvoir prendre sa partition." J.V.  Voila, il me semble, le rôle de l'évangélisation et l'action de l'Église dans le monde: Permettre, aider chaque personne à jouer au mieux la musique de son être.

Malheureusement, nous faisons beaucoup plus de colonianisme, c'est à dire vouloir changer les autres pour devenir comme nous. Nous avons voulu faire des catholiques et des français avec les amérindiens, comme les anglais ont voulu faire de nous des anglais et les personnes furent oubliées ou malmenées. On vient de déboulonner une statue à Montréal, c'est un geste condamnable, mais qui nous force à regarder notre histoire avec plus de vérité.  Respecter les personnes dans leur être profond, leur apprendre à jpouer leur propre musique, n'est-ce pas le message de Jésus. Et Jésus a repris le message de Socrate et de Boudha en le perfectionnant, ce n'est pas d'aujourd'hui; comme c'est long de vivre ce message. Continuons la réflexion. Bone journée. 

 

lundi, 31 août 2020 13:58

convertir ou ...

Écrit par

Dalaï lama affirmait: Il ne s'agit pas pour nous de convertir les gens au boudhisme, mais de savoir comment nous pourrions rendre le meilleur service au monde avec nos idées et nos valeurs.  Je me suis dit: c'est peut être cela évangéliser. Est-ce qu'il s'agit de convertir les autres à nos idées et nos façons de faire ou vouloir faire grandir les gens à partir de leurs valeurs et de leur foi et selon "la musique de leur être." Quand nous voulons imposer nos idées et nos façons de faire souvent nous rencontrons de l'opposition, si au contraire nous essayons comme Jésus faire découvrir et faire grandir ce que chaque personne porte comme valeurs en soi, peut être que le travail serait plus efficace. Si je médite la rencontre de Jésus avec la samaritaine, Jésus est parti d'une soif profonde de la personne, la soif d'aimer et d'être aimée. Jésus avec le jeune homme riche est parti de son besoin de perfection spirituelle pour lui proposer d'aller plus loin. 

Quelle est la soif intérieure des gens aujourd'hui? Ceux qui manifestent dans la rue, quelles valeurs veulent-ils défendre? Je lisais dernièrement un livre sur les mariages forcés dans certains pays. On ne respecte pas la personne, mais des coutumes et des lois.  La fille est un objet au service de l'homme. Nos société de pouvoir font souvent la même chose à plus grande échelle. On impose, on écrase les gens ou on les casse par le pouvoir au lieu de les éduquer et de faire grandir la vie. Pour moi, évangéliser au nom du Christ, c'est l'inverse.  Comment aujourd'hui avec mes valeurs, mon amour, mon accueil,  ma prière je pourrais faire baisser l'oppression, l'injustice, le racisme, l'intimidation source d'agressivité et de violence, les divisions dans les familles ou nos paroissses. Comment je pourrais aider à guérir les blessures des toutes ces perosnnes qui crient leur souffrance dans les rues.   Évangéliser ne serait-ce pas rendre l'être humaion de plus en plus humain et plus nous nous rapprochons de l'humain, plus nous nous rapprochons du divin. C'est ma question et ma prière ce matin.  Bonne journée.   

 

dimanche, 30 août 2020 14:16

Des empreintes digitales.

Écrit par

Je rêve d'une Église qui prenant les empreintes digitales de tout être humin découvre le doigt de Dieu. Mes empreintes digitales sont celles de Dieu. Quand je pose la main sur quelqu'un, j'y laisse les empreintes de Dieu. C'est une réalité pour le moins extraordinaires. Une réalité avec laquelle je dois me familiariser. Nous sommes remplis de l'Esprit du Seigneur, nous sommes à l'image et ressemblance de Dieu, le Divin nous habite pleinement.  Sommes-nous assez conscient de cette réalité.

Je me suis souvent posé la question pourquoi notre liturgie est si négative? Pourquoi faut-il être toujours à genoux pour demande rpardon: Prends pitié de nous, Seigneur, commençons-nous la célébration.  J'ai l'impression que nous sommes plus à l'image du mal que de Dieu. Nous sommes des êtres d'action de grâce remplis de la divinité tatoués de :Esprit de Dieu. Nous sommes aussi des êtrs en croissance qui ne vivons pas pleinement cette réalité.  Nous posons des gestes qui ne font pas grandir, mais nous sommes en marche vers la plénitude de notre être qui arrivera un jour où il n'y aura plus ni deuil, ni actions insensés. En attendant découvrons les empreintes digitales de Dieu dans notre quotidien. Le temps de pand.mie nous en a fait découvrir une multitude. Faisons l'exercice.  

 

samedi, 29 août 2020 13:35

Avoir le flair.

Écrit par

Hier soir, à une émission de télé, un officier de police est venu dans mon salon m'interroger sur ma vision de pasteur. Il est sage de se laisser interroger par le monde. Cet officier racontait comment depuis plus de 20 ans, il forme ses membres en fonction de la société d'aujourd'hui. Il y a moins de criminalité et davantage de difficiultés au niveau des relations tant familiales que communautaires. L'approche des policiers doit donc être différente parce que les problèmes sont diféfrents. "Il faut réinventer notre façon d'agir." Cette réaction est venue me questionner sur ma façon d'être pasteur en communauté aujourd'hi.

Moi, j'ai été formé à fare marcher une paroisse; on m'a enseigné comment dire la messe. Nous nous retrouvns devant une société laïc qui ne fonctionne plus dans ce modèle. Nous devons réinventer notre façon d'être pasteur au coeur d'une communauté. Il n'y a pas de modèle, pas de recettes, il n'y a que le flair pastoral. Comme curé, j'ai toujours eu deux ou trois pasroisses. Chaque paroisse a son originilatié, son histoire et ne répond pas toujours  de la même façon que la voisine. Le flair pastoral devient un atout indispensable pour un bon service. Le flair est l'intuition pastoral, c'est le "savoir lire" la vie et les événements. Ce n'est pas toujours facile, mais cela s'apprend.

L'officier de police, hier soir, racontait qu'il envoyait ses policiers vivre au milieu des gens, sans arme et sans uniforme pour comprendre le vécu de la population afin d'ajuster leur présence pour répondre aux besoins des gens. Je me suis dit: c'est sans doute une formule efficace.  Et je crois à l'efficacité de créer des liens avec la personne avant la fonction, je l'ai expérimenté. Un jour je fais monter un "pouceux" comme on les appelait à l'époque, un jeune d'environ 20 ans. Pendant la discussio en route, il s'arrête, me regarde et me dit: Vous n'êtes pas un prêtre, vous? Je lui réponds que oui. Nous avons eu une discussion sur l'Église, la vie chrétienne sa façon d'être chrétien, qui fut intéressante. En descendant de voiture à Gaspé, il me donne la main et me dit: "Vous êtes un drôle de prêtre, vous, on vous dit n'importe quoi et vous ne nous chiâler pas." Cette réflexion m'a poursuvi longtemps. Établir un contact avec la personne avant la fonction m'est appru important. C'est ce que j'ai essayé de vivre au mieux selon mes capacités. Quand je rencontre des perosnnes âgées sur la rue aujourd'hui, on me dit: Bonjour Monsieur le curé. Ils sont au niveau de la fonction. Quand je rencontre des plus jeunes que j'ai connus à l'École, on me dit: Bonjour, Monsieur Jos. Ils sont au niveau de la personne et ils savent que cette personne est prêtre. Pour moi, c'est important.

Si nous voulons réajuster notre présence d'Église au monde d'aujourd'hui, il nous est nécessaire en plus du flair pastoral comme dit le Pape François, il nous faut connaitre le monde devant nous. Le flair me fait sentir si ma présence, mon intervention, ma parole rencontrent le besoin des gens ou non afin de me réenligner si nécessaire. Si je développe de l'indifférence ou de l'agressivité, je ne suis pas correct. Et pour cela, nous devons écouter les gens. Nous devons vivre au ceur du monde et l'écouter avec amour. Lui seul peut nous apprendre à l'évangéliser.  C'est ma conviction profonde, le fruit de mon expérience pastorale et l'objet de ma prière quotidienne.

 

vendredi, 28 août 2020 14:07

Au commencement.

Écrit par

Au commencement était la Parole, le Verbe, le Dire de Dieu. Cette Parole était tournée vers Dieu, ce Dire était Divin. (...) Cette Parole divine fut envoyé dans le monde, elle a dressée sa tente  parmi nous, mais le monde ne l'a pas accueillie. Jn 1,1-10. Voila tracé devant nos yeux le profil de Jésus Christ et le nôtre comme disciple du Christ. Nous avons là les deux mouvements essentiels de toute vie chrétienne: Tournée vers Dieu et envoyée dans le monde.  C'est la vocation et la mission. Être touné vers Dieu, c'est à dire être, en communion avec le Divin qui nous habite. Le chrétien, le disciple du Christ est fondamentalement un être en communion à Dieu, c'est notre vocation fondamentale. Être en communion avec le Seigneur se reproduit dans un agir, c'est la mission.

Saint Paul nous dit dans l'Épitre aux Corinthiens: Le Christ ne m'a pas envoyé baptiser, mais annoncer l'Évangile. Voila notre mission: faire découvrir cette présence divine en nous, faire vivre cet état de communion au quotidien. L'essentiel est de faire l'expérience du Christ vivant en nous,  se tourner vers Dieu, c'est un mouvement du coeur et non de l'esprit. Je peux dire de belles choses sur le Christ sans en faire l'expérience dans ma vie. La vie chrétienne est une vie de communion, c'est un coeur à coeur avec le Christ. La Parole était un "Dire Divin" parce qu'il savait par expérience qu'il était Divin. Jésus est venu nous faire connaitre cette présence divine et amoureuse en nous et nous donner la même misison. Nous sommes invités non à des croyances ou des activités si bonnes soient-elles, nous sommes invités à une expérience du Divin en nous. "La Parole était tournée vers Dieu." C'est la vie de communion qui nous fait passer à une pratique ou activités religieuses.  

Il est venu dans le monde, nous dit Saint Jean. Dieu, la Divinité est venue dans le monde à travers un homme qui dans son expérience d'homme nosu a révélé comment êtte présent et en communin avec le Divin en nous. Dieu passe à travers les êtres humains. Il n'est pas un extraterrestre. C''est  la missin qu'il nous a donnée. C'est à travers nous maintenant que le Divin se fait connaitre. C'est la force de notre vie de communion au Christ dans notre agir au quotidien que nous pouvons aider les chrétiens et chrétiennes à vivre l'expérience du ressuscité en eux.  Dans notre monde en changement, il ne s'agit plus de critiquer les gens: ils ne connaissent pas Jésus Christ, n'ont plus la foi, etc ... Montrons-leur que nous y croyons et donnons-leur le goût d'en faire l'expérience. Notre monde n'a pas besoin de hauts parleurs qui répettent des choses ou des prières apprises par coeur, mais de témoins qui rendent compte de leur FOI. Bonne jounée.

 

jeudi, 27 août 2020 14:08

Ils ne "décolèrent" pas.

Écrit par

Nous assitons à une montée de violence, les États Unis en sont un bel exemple. après la mort insensé de dux hommes noirs, les rues sont pleines d emanifestants qui défendent leur dignité et leur droit de vivre. Hier soir on annonçait la venue de l'armée pour casser cette manifestation. Cet appel à l'armée peut être nécessare aujourd'hui, mais elle est le signe de la faiblesse du système à régler ses propres problèmes. On ne régle rien avec la force. Nous pouvons avoir la paix un certain temps, mais nous ne faisons que nourrir l'insastisfaction et l'agressivité. Un jour un autre événement fera exploser la marmite. Il faut sans doute réprimer la violence, mais il est plus nécessaire encore de régler la cause de la manifestation. Un système a toujours cette manie de régler les problèmes par la force; cette méthode fait grandir l'agressivité ou fait naitre l'indifférence. Il est nécessaire de s'arrêter, écouter la cause du soulèvement et régler le problème dans l'harmonie. Hier soir, j'entendais un homme noir dire à la télé: ça ne donne rien de se soulever, le police est préservée, il est mieux de dire oui et d'obéir à ce qu'ils demandent même si on sait être dans nos droits. C'est pénible d'entendre un être humain exprimer une telle impuissance.  Le Québec n'éhappe pas à la violence.

Dans cette situation, il me semble que nous chrétiens, que nos Églises, avons une mission bien spécifique d'une qualité de présence plus évangélique. Une qualité de présence pour la défense des droits et libertés des personnes.   Une qualité de présence pour forcer les systèmes à devenir plus humain.  Nous mettons l'accent beaucoup sur la liturgie, la pratique sacramentelle et nous avons oublié une dimension importante de notre baptême: êttre pasteur. Comme chrétiens., nous sommes l'Église du Christ à qui il a dit: Ce que je vous ai enseigné, ce dont j'ai témoigné, FAITES-LE EN MÉMOIRE DE MOI. Nous sommes investis comme chrétiens de cette mission de Jésus de dénoncer l'injustice  et défendre la dignité et le droit de vivre des personnes. Comme chrétiens, je crois que nous sommes invités à sortir de nos sacristies pour aller écouter le cri de nos frères et soeurs en humanité.  Dans la société comme dans nos Églises, nous ne règlerons rien par le pouvoir ou les lois, mais par la  seule loi qui résiste: la loi de l'amour et de l'accueil sans jugement. Aimez-vous les uns les autres COMME je vous ai aimés.

mercredi, 26 août 2020 15:52

Je suis blessé.

Écrit par

Ces derniers jours les nouvelles nous apportent l'image d'une Église blessée et souffrante dans ses entrailles mêmes. L'histoire de la pédophilie et des sévisses à l'égard des enfants dans les orphélinats vient jeter un nuage sombre sur la vie de l'Église. Nous pouvons avoir deux réactions: détester et rejeter l'Église ou l'aimer davantage dans ses souffrances, tout dépend de ce que l'on met sous le terme Église. Il me semble qu'il faut aimer l'Église dans toutes ses dimensions.  Il y a d'une part l'Église qui a brisé des vies qui est elle-même une Église blessée, et l'Église peuple de Dieu blessée dans son être profond. Il faut punir des actes, mais aimer plus profondément les acteurs. J'ai toujours conservé le visage du Père Chenu, o.p. lui qui avait été condamné par l.Église et avait perdu son droit d'enseigner et nous redisait dans ses cours son amour profond de l'Église. Je revois le visage de Ramond Dumais qui a souiffert beaucoup de l'Église mais qui est demeuré un grand amoureux de l'Église. Il faut aimer l'Église dans ses blessures et s'il faut dénoncer les actes, il faut aimer les personnes. Ce n'est pas facile, mais c'est chrétien. Ces périodes difficiles sont une semence de vérité et d'humilité. Une semence qui fera sans doute de nous moins des hommes de pouvoir et davantage des êtres de service dans l'humilité. Une semence de soufffrance qui fera germer un meilleur visage de l'Église que nous aurons nous-même préparé par nos prières et notre amour. Ce vécu de notre Église qui éclate au grand jour depuis un certain nombre d'années nous montre bien les limites et les faiblesses d'un système comme nous le révèle les systèms de la société civile.  Il nous faut apprendre de nos erreurs et de nos faiblesses. J'aime cette Église blessée, nous sommes ensemble responsables du nouveau visage de l'Église.

 

mardi, 25 août 2020 14:29

Bienveillance.

Écrit par

Hier soir, dans une émission de télé, quelqu'un  a utilisé le mot "bienveillance". J'ai médité ce petit mot: Qu'est-ce qu'il vient me dire? Je suis allé consulter mon bon ami le Petit Robert qui m'a dit que bienveillance vient de Bien et Veuillance de vouloir. Vouloir du bien à l'autre. Alors j'ai fini ma soirée en méditant cette réalité. Quand suis-je bienveillant? Ce midi en mangeant, mon couteau m'a parlé. Tu vois, ma mission est de couper ta nourriture en petit morceau que tu peux mastiquer et digérer. Tu ne peux pas mastiquer un gros morceau de viande ou une grosse patate. Ma mission est de préparer ta nourriture pour que tu puisses l'assimiler. Il arrive parfois que je puisse te couper un doigt, mais ce n'est pas ma mission, c'est que tu m'as mal utilisé, tu as été maladroit. Ainsi ta mission à toi, c'est de préparer la nourriture spirituelle pour que les personnes puissent la mastiquer et la digérer.  Les gens ne peuvent pas avaler de gros morceaux de doctrines, d'enseignement qu'ils ne peuvent digérer. Et souvent avec un vocabulaire qu'ils ne comprennent pas. Ta mission est de préparer la nourriture spirituelle à la mesure des besoins des gens autour de toi. Si tu utilises mal ta mission, tu pourras couper les doigts des personnes et souvent la guérison est très lente. C'est cela aussi la bienveillance; accueillir l'autre, l'écouter pour savoir comment couper sa nourriture pour le bien nourrir et être certain qu'il sera nourrit selon ses besoins. Merci mon couteau.

 

lundi, 24 août 2020 14:42

Je t'ai vu.

Écrit par

Jésus dit à Nicodème: "Quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu." Jn 1, 45-51. Le texte ne dit pas: Je t'ai remarqué, je t'ai regardé, mais Je t'ai vu. Et Pour le Christ j'ajouterais: "Je t'ai vu avec les yeux du coeur." Le Seigneur a vu Nicodème avec ses doutes, se défauts, ses colères, des erreurs comme avec ses beautés, ses charismes, ses joies ... Pour moi, voir quelu'un c'est plus que simplement le regarder ou remarquer sa présence. Quand le Seigneur a regarder le jeune homme riche, il l'a vu avec les yeux du coeur, c'est pour cela qu'il a pu le respecter dans son cheminement. C'est avec ce même regard qu'il a vu les soldats au moment de la crucifixion  et qu'il a pu dire: Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. Quand Jésus voit quelqu'un, il le voit avec son histoire, il le voit avec tout ce qui a conditionné son être et son agir.

C'est avec ses yeux que Jésus m'invite à regarder les autres. Il m'invite non seulement à les remarquer mais à les voir avec les yeux du coeur. Il nous a donné l'exemple et le jeudi sant il nous a dit: Faites ceci en mémoire de moi. Rendez présente et efficace ma façon de voir les gens, de les accepter dans leur différence et de les aimer tels qu'ils sont.  Le vieux proverbe nous dit: Nous prenons plus de mouches avec une cuiller de miel qu'avec un baril de vinaigre. Il me semble ce matin que Jésus s'adresse à moi comme prêtre et à tous les bons chrétiens du dimanche  d'apprendre à poser sur le momde le regard de Jésus. Un regard plein d'amour qui guérit les blessures et rassemble dans la paix.  Le regard de Jésus est un regard qui fait grandir et non qui écrase, un regard qui convertit comme le regard sur Pierre au moment de son reniement. Ce regard j'ai du l'expérimenter souvent par la force des choses en paroisse et c'est pour cela que j'ai été heureux. Dans notre contexte de société, ce regard de Jésus est sans doute difficile à poser à certan moment, mais il est de plus en plus essentiel.  Ô ce regard, je ne l'oublierai jamais. 

 

dimanche, 23 août 2020 14:18

Le métier à tisser.

Écrit par

Le métier à tisser était presqu'aussi présent dans la maison chez nous que le table de la cuisine. Chaque hiver le métier faisait partie de notre vie quptidienne. J'ai vu ma mère travailler avec patience et amour sur cet instrument et fabriquer des pièces à son image: couvertures, napperons et linges à vaisselle se sont tour à tour empilés dans le coin de la cuisine attendant leur preneur. sur le métier, il y avait d'abord un fil de trame bien tendu et avec patience ma mère passait la "navette" parmi ces fils pour fabriquer le tissu selon son  modèle. Selon la couleur du fil utilisé et les changements du mouvement des "lames," ma mère fabriquait des tissus variés et chauds. Ce modèle, elle l'avait d'abord dans le coeur et dans la tête. Ce travail est devenu pour moi une parabole.

Dans ma vie comme dans la vie de toute communauté chrétienne, il y a un fil de trame bien placé qui est le tissu de base de notre vie. Ce fil il m'est donné, je dois l'utiliser tel qu'il est.  Chaque jour il nous faut passer la "navette" de notre quotidien pour fabriquer le tissu de notre vie.  Ce fil m'appartient et la finalité de mon tissu de vie sera mon oeuvre.  Dépendemment de la couleur de mon quotidien et du dessin que je suis capable de fabriquer, le résultat aura la couleur de ma vie. Il me faut de l'attention pour ne pas casser un fil de trame ceci compromettrait la valeur du tissu. Il nous faut de la patience, de l'amour pour agencer chaque jour le travail et le conduire à bonne fin. Le "ros" vient  tasser chaque brin tout près des autres, c'est tissés serré, comme les liens de famille, liens aussi dans les comunautés chrétiennes.  Si les fils ne sont pas bien tassés les uns près des autres, le tissu est lâche et ne sera pas chaud en hiver. Si les fils de mon quotidiens ne sont pas bin tassés le tissu de ma vie manquera de solidité et résistera mal aux intempéries de la vie. Il en est ainsi du tissu de nos communautés chrétiennes.

Cette parabole m'a souvent aidé dans ma vie en paroisse.  Tisser des liens entre les personnes, fabriquer un tissu humain tissé serré, c'est ce que j'ai essayé de faire  dans les parroisses ou j'ai oeuvré. J'ai parfois cassé des fils de trame ou je me suis trompé de couleur, mais j'ai essayé de retomber sur mes pieds assez rapidement pour que le tissu humain ne soit pas trop affecté.  Dans notre monde actuel, cette parabole prend à mes yeux une importance capitale. Les relations humaines sont de plus en plus difficles tant dans les familles que dans les communautés chrétiennes, il nous faut beaucoup de patience et d'amour pour tisser chaque jour la vie chrétienne au niveau de l'Évnagile.  C'est à mes yeux aujourd'hui l'urgence de l'évangélisation de savoir passer la "navette" avec amour et patience pour fabriquer le tissu évangélique dans nos communautés chrétiennes. Il nous faut savoir respecter le fil de trame et ne pas vouloir le casser pour qu'il prenne nos idées. Nous allons réaliser le tissu de notre vie comme de nos communautés que nous avons dans le coeur et dans la tête. Et parfois nous voulons le réaliser sans tenir compte du fil de trame et la pièce est mal fichue. Je dis merci à ma mère de m'avoir donné un peu de sa sagesse de vie.

 

Page 7 sur 52