reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

dimanche, 28 juin 2020 14:47

Prendre sa croix.

Écrit par

Celui qui ne prend pas sa croix à ma suite n'est pas digne de moi. Mth 10, 37-42. Quand Jésus a prononcé ces mots il était enconre loin du vendredi sant. Pour les apôtres, il n'était question de la mort sur la croix. Nous faison référence au vendredi saint parce que nous connaissns l'histoire. Il me semble que prendre sa croix à la suite de Jésus, c'est être fidèle à soi-même, fidèle à ses valeurs, ses charismes et d'être libres devant les structures, les obligations; c'est donner du sens à sa vie, à son agir. et non seulement respecter des lois. Et c'est aussi être capable d'en assumer les conséquences.  Jésus est demeurer fidèle à lui-même et à sa mission Et pour moi prendre sa croix  à la suite de Jésus, c'est de rester fidèle à notre mission de baptisés. Il est évident que si je m'inspire de l'enseignement de Jésus et de son témoignage de vie, je risque d'avoir un mauvais parti à l'occasion. On ne dérage pas des structures sans en subir les conséquences. Jésus était de la tribut de Judas et non de Lévi. La tribut de Lévi était celle du temple, de la liturgie, alors que la tribut de Judas était celel du terrain et de la défense des droits et libertés des gens.  Le temps de la pandémie nous a montré beaucoup d'exemples où il nous était suggéré de prendre notre roix à la suite de Jésus pour dénoncer les mauvais traitements subis par les ainés et des petits du royaume. Aujourd'hui nos églises sont ouvertes et nous irons nous agenouiller devant Jésus au Tabernacle. Quand Jésus était crucifié hier, nous étions silencieux. Ça me pose de grosses questionss.... 

samedi, 27 juin 2020 14:27

Déposer ...

Écrit par

Hier soir, à l'émission "Y du monde à messe," l'animateur a utilisé un mot qui m'a beaucoup fait réfléchir. Il a demandé à un invité: Qu'est-ce l'Événement que tu as vécu et qui était difficile a DÉPOSÉ en toi. Hier matin j'avais écrit Qu'est-ce que j'ai appris du confinemen? Appris fait davantage référence à l'intellectuel et non au coeur, à la vie. Ce matin je reviens en me demadant "Qu'est-ce que ce temps de confinement a déposé en moi?" Il y a du bon comme du moins bon mais il y a quelque chose. Demain un certain nombre de chrétiens retourneront à la messe dans leur église ou l'église voisine. Posons-nous la question: Qu'est-ce que cela a déposé en moi? Qu'est-ce que le fait de me retrouver en communauté avec mes frères et soeurs chrétiens est venu déposer quelque chose de nouveau, ou si je me suis retrouvé comme hier avec ma messe? Je trouve l'expression très parlante et positive. Nous avons l'habitude de dire, qu'est-ce qu'il me reste ou qu'est-ce que cela m'a donné, mais prendre le temps de se dire qu'est-ce que cela a déposé en moi qui me permet d'avancer et de mieux viivre. Aujourd'hui dans nos rencontres,  dans mes moments de prières, dans mes repas avec ma famille, qu'est-ce que ces moments vont déposer en moi. 

 

vendredi, 26 juin 2020 13:26

Qu'est-ce que j'ai appris?

Écrit par

On dit qu'une médaile à toujours deux faces. Une situation a aussi deux volets. Le confinement que nous vivons vient nous inviter à découvrir aussi deux volets. À suite du côté détestable et négatif, je me demande que le coronavirus m'a appris. D'abord je prends conscience de la puissance de ce petit être qui a silloné la planète. Il est petit, nous le voyons pas, il s'infiltre sans qu'on le sache et terrasse même les plus vigoureux. Je me suis dit que si le virus de ma foi et de mon témoignage de vie était aussi puissant, je pourrais changer la face de la terre. C'est un peu ce virus que le Christ a semé. Comme le monde du temps n'a pas découvert de vaccin, on l'a simplement liquidé. Mais il a survécu d'une autre façon. Jésus m'invite à répandre le virus de l'amour, de l'accueil, du pardon, de la miséricorde etc ... Ce virus changera notre monde.  le coronavirus m'a appris aussi que ce ne sont pas nécessairement les actons les plus éclatantes qui sont les plus efficaces. Le témoignage de vie simple au quotidien, un témoignage qui ne s'impose pas mais se dépose doucement sans faire de bruit comme la  covid-19.  Jésus ne nous  a pas invités à être des haut-parleurs, mais des témoins. 

Ce petit visiteur m'a appris aussi à prendre du temps pour moi,  à moins m'énerver devant la tâche à réaliser. La terre va tourner quand même et moi je serai plus reposer et plus efficace. J'ai mieux appris aussi l'importance des relations humaines.  Si nous manquons de proximité, le regard sur les autres et le sentiments vécus dans le confinement me révèle à moi-même l'importance que j'attache à la présence de l'autre et nous developpons ainsi un qualité de présence peut être plus franche, plus profonde qui va plus à l'essentiel. J'ai appris à découvrir et à apprécier des délicatesses de mes proches que je n'aurais sans doute pas connues sans le confinement.  Il y a toujours un bon côté à toutes choses.

Le silence, le confinement nous apprend aussi une façon d'entrer dans notre maison intérieure pour faire un peu de ménage,  l'embellir, la rendre plus accueillante.; en découvrir les beautés et les richesses et peut être devenir plus simple dans nos relations humaines. Nous pouvons continue rchacun pour soi à découvrir les valeurs que ce temps de confinement nous a permit de cueillir. bonne journée.

 

jeudi, 25 juin 2020 13:41

Si quelqu'un ...

Écrit par

Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur, mon Père  l'aimera, et nous viendrons vers lui. Jn 4, 23.  Garder la parole de Jésus Christ, qu'est-ce à dire? Le Seigneur inciste souvent sur l'importance d'écouter sa parole et de la mettre en pratique.  L'essentiel de notre vie humaine et chrétienne à la fois est de nous remplir de la parole de Dieu et de la vivre. Ce n'est pas le nombre de fois où j'ai prononcé le nom du Seigneur qui me sauve, mais la façon dont j'ai vécu son amour, son accueil, son pardon dans mon quotidien. Jésus ne veut pas de fonctionnaire ou de haut-parleur, mais des témoins. Nous avons besoin de questionner notre vie en Église et notre pratique religieuse devant le vécu de notre société québécoise que nous avons contrôlée pendant longtemps. Devant la pédophilie qui éclate de jour en jour,  devant la façon dont sont traitees les personnes âgées dans un système  inefficace pour être poli, devant la violence faite aux femmes, aux enfants,  aux pauvres et aux faibles de notre société, nous avons non seulement des raisons de s'indigner, mais un devoir de dénoncer  de s'indigner et de dénoncer. Écouter la parole de Dieu en vérité, c'est aussi s'élever contre le racisme, la violence et l'injustice. Il ne s'agit pas d'entendre la parole, mais de l'écouter. 

Écouter et garder la parole de notre Dieu, c'est devenir des éveilleurs; des femmes et des hommes qui veulent faire découvrir la présence du Christ au coeur de la société. Nous devons être des gens d'Église avant d'être des gens d'église. Je ne voudrais pas qu'un jour le Seigneur me dise: je ne te connais pas. Mais j'ai été à la messe tous les dimanches, j'ai fait des heures d'adoration, et Jésus me dira: Je ne te connais pas. Mth 7, 21-29. Frères et soeurs en humanité, je crois qu'au sortir de ce temps de pandémie, nous sommes invités plus que jamais à redécouvrir l'urgence de vivre  la parole de notre Dieu sur le terrian au quotidien si nous voulons la célébrer en vérité. L'heure est venue nous dirait S. Paul de sortir de notre sommeil. C'est là à mes yeux que nous comprendrons la force de l'Eucharistie qui n'est pas d'abord une célébration mais une mission.  Bonne journée et soyons des indignés.

 

mercredi, 24 juin 2020 12:39

Un homme qui inspire.

Écrit par

Aujourd'hui, fête de Saint Jean le Baptiste. Un homme qui nous est proposé pour inspirer notre vie chrétienne et non à imiter. Un saint est quelqu'un qui laisse passer le Christ. L'histoire de Jean est inspirante pour nos vies. Il nait de deux vieillards qui, comme la plupart d'entre nous, se considéraient trop vieux pour donner la vie. Notre monde n'a plus besoin de gens qui font du prosélytisme, mais il a besoin de témoins. Il a besoin de femmes et d'hommes capables de faire naitre le Christ dans la vie et le coeur des gens.

Mme Élisabeth est une figure magnifique. Elle se dresse contre les coutumes et les traditions de son temps pour dire: Il s'appellera JEAN. Un temps nouveau commence et c'est une vieille dame qui la première se lève pour le faire naitre. Le petit Monsieur Zacharie, l'homme de la tradition et des coutumes,  est muet. Nous sommes dans un monde en transition où nous commençons a vivre un chemin vers une société laïque.  Nous sommes au début d'une expérience où il faut digérer une histoire de plus de 300 ans. La route sera longue de part et d'autre pour en arriver à vivre au mieux cette réalité. Aujourd'hui les figures d'Élisabeth et de Zacharie sont très inspirrantes pour nous. Sommes-nous des Zacharie ou des Élisabeth? Le temps de confinement et de déconfinement nous interroge beaucoup. Voulons-nous retrouver nos églises avec les célébrations d'hier, à la Zacharie, où la majorité des chrétiens sont absents? Retournerons-nous à l'église chercher un service religieux?   Voulons-nous comme Élisabeth retrouver une façon nouvelle plus riche et plus nourrissante pour nos vies quotidiennes et notre mission d'Église? Laissons-nous inspirer.

Jean est inspirant parce qu'»il fut vrai avec lui-même, ses valeurs de vie. Il a écouté sa voix intérieure. Il s'est imposé non par son pouvoir mais par sa qualité de personne, de relation avec les gens, c'est ainsi qu'il nous inspire encore aujourd'hui. L'homme de pouvoir disparait, l'homme d'autorité inspire toujours. Dans notre monde d'aujourd'hui nous avons à méditer le message de Jean.  Le temps de pandémie nous en inspire des occasions nombreuses. le temps de pandémie a fait ressortir la faiblese des systèmes tant de santé que de l'éducation. Le sort vécu par les personnes âgées, le personnel soignant, les professeurs, etc .. Notre monde nous présente des occasions nombreuses où faire découvrir le Christ et être des Jean le Baptiste. 

Notre monde a besoin de témoins qui se lèvent au nom des valeurs de vie, au nom du respect des personnes les plus vulnérables; des femmes et des hommes qui s'imposent non par le pouvoir ou des titres, mais par une qualité de relation qui invite au respect. Je me souviens au lendemain de mon ordination,  l'attitude  des gens avaient qui j'avais vécu, grandi, travaillé a changé totalement. Je n'étais plus Jos. j'étais devenu Monsieur le Curé. Ça m'a traumatisé au début. vite j'ai fait en sorte qu'on retrouve Jos. La société d'aujourd'hui tasse trop facilement le prêtre mais rarement la personne. Nous devons toujours essayer de  vivre une relation de personnes et non de titre. C'est un défi que la société qui s'engage sur la route de la laïcité nous présente. Un chrétien n'est pas un être de pouvoir mais d'.autorité. les êtres d'autorité comme Jean, Martin Luther King, Gandhi, Jésus Christ passernt à 'histoire et influence le monde.  C'est la grande leçon que la fête d'aujourd'hui m'ìnvite à méditer.   

mardi, 23 juin 2020 10:53

Toi mon église ...

Écrit par

Ce matin, je transcris un chant de Jean-Claude Gianadda et je le fais comme prière.

Toi mon église aux chaises vides, ton Dieu aurait-il disparu, Ta religion a pris des rides, Dieu est parti vivre à la rue.

Mon Dieu, j'ai trouvé ton visage caché dans les yeux d'un migrant, Portant sur son dos le cômage, Le pauvre est ton "Saint Sacrement."

Mon Dieu, j'ai trouvé ton visage aux grands yeux creux des affamés. Dans tous les exclus hors d'usage, Aux cris de tous les mal aimés.

Mon Dieu, j'ai trouvé ton visage chez tous les vaincus d'aujourd'hui. Chez les vieillards avant l'âge, Tous les galériens de la nuit.

Mon Dieu, j'ai trouvé ton visage dans les regards des crucifiés. Ceux des prisonniers dans leur cage, C'est Toi mon Dieu qui m'es confié.

Mon Dieu, j'ai cherché ta présence, Partout mes prières ont couru, Mais Tu te caches en longs silences,  Es-tu parti? Es-tu parti vivre à la rue?

Aujourd'hui nous pourrons prendre le temps de regarder où je trouve le visage de Dieu. C'est là l'Église je dois aimer et défendre; demain lorsque nous pourrona célébrer ensemble en communauté, j'apporterai avec moi ces visages de Dieu pour les déposer  sur la patène et ce sera ma plus belle offrande. 

lundi, 22 juin 2020 13:50

La distanciation sociale.

Écrit par

La pandémie a brisé notre façon de nous rencontrer et de nous saluer. Le symbole de nos poignées et des accolades fut supprimé. À cause du virus l'autre est devenu dangereux et moi pour l'autre et faut assurer nos distances. Est-ce que cette réalité nous fera découvrir d'autres symboles de rencontre et nous permettra de découvrir le sens de nos présences les uns pour les autres. Avons-nous réfléchi à l'accueil avec les yeux. Le regard est un signe d'accueil souvent plus parlant que la poignée de main. Combien de fois avons-nous serré la main à quelqu'un alors que le regard disait auttre chose. D'où ce temps de pandémie nous permet de développer notre accueil par le regard.. Est-ce que ce temps de distanciation nous permettra de découvrir le sens de la rencontre et de l'accueil au-delà du geste? Ce sera intéressant d'y éfléchir.

La distanciation nous apprend aussi notre qualité de présence envers les autres. La pandémie nous a appris à nous situer davantage au niveau du sens de nos actes plutôt que de l'habitude. Il m'aura sans doute fait découvrir le sens de la normalité. J'entends souvent dire de quelqu'un: c'est pas normal qu'il agisse de cette façon. La normalité vient de normes et les norme viennent de l'extérieur. Ce qui nous apparait normal est ce qui est selon les normes. À ce compte, Jésus était un a-normal parce qu'il était hors normes. Un maraicher me disait un jour: j'ai beaucoup trop de navets et pas assez de tomates dans mon jardin. Je lui dis: N,eesaie pas de changer tes navets pour en faire des tomates. Ils vont rester des navets. N'essayons pas de changer les autres avec des normes ou des obligaitons, ils resteront toujours ce qu'ils sont. Nous pouvons les aider à améliorer ce qu'ils sont comme le jardinier peut améliorer la qualité de ses navets mais pas plus.   La vie ne se laisse pas organiser ou "formater" comme l'imprimante sur mon ordinateur, un jour ou l'autre, elle nous glissera entre les doigts.  Depuis le Concile et le changement de société, nous avons voulu orgaiser la vie selon d'autres normes, et nos églises se sont vidées. La vie comme le ruisseau  a suivit son lit et nos rêves sont restés sans lendemain. Aujourd'hui encore nous rêvons de ramener les chrétiens à l'église, mais ils ne veulent plus se laissés organiser. 

Ce temps de pandémie et distanciation devrait nous retourner au sens de la vie, sens des événements, sens de l'engagement. Nous devrons aussi retourner au POURQOUI. Les gens prennent la parole et ne veulent plus agir comme nous, les manifestations dans les rues: Pourquoi? Qu'est-ce qui les a cobnduit là? Les gens ont quitté l'Église, ne font plus baptiser leur enfant, font les célébrations d'adieu au salon funéraire, Pourquoi? Qu'est-ce que les a conduit là?  Qu'est-ce qu'ils disent à l'Église dans ces gestes? Je crois que le confinement et ses obligations nous renvoient à un discernement profond sur nos valeurs et nos objectifs en Église et comme chrétiens et chrétiennes. Bonne distanciation. 

 

 

dimanche, 21 juin 2020 14:09

Demain, nos églises ouvriront.

Écrit par

Depuis trois mois les églises du Québec sont sur pause. Demain, les portes s'ouvriront avec un tas de précautions. Ce matin, dimanche, je me pose une question. Qu'est-ce que je vais aller chercher à l'église dimanche prochain? Est-ce que je vais aller chercher ou vais-je aller rencontrer? Beaucoup me disent: J'ai hâte de retrouver ma messe, ma communion. Voulons-nous retrouver un service religieux que le confinement nous a enlevé? J'entendais aussi un prêtre dire ce matin: Faut retrouver NOS gens, NOS églises, nous retrouverons notre propriété? Ou si nous nous retrouverons en communauté comme frères et soeurs dans la foi pour vivre ensemble un temps d'Action de grâce?  Est-ce que le temps de pandémie nous aura permis de retrouver la communauté chrétienne? Est-ce que temps de pandémie nous aura permis de découvrir que l'Eucharistie n'est pas un service que je vais chercher là où on me l'offre?  Reprendrons-nous la route là où nous l'avons laisser comme si rien ne s'était passé? L'Église peut vivre des années sans eucharisties, mais elle ne peut exister sans communauté parce qu'elle est communauté. 

Les portes des églises vont s'ouvrir pour accueillir la communauté. Nous reviendrons ensemble célébrer nos eucharisties quotidiennes vécues au fil des jours et ensemlbe prendre la nourrture spirituelle pour affermir les liens de communauté. J'aurais le goût si je célébrais en communauté de laisser de côté l'aspect rituel de l'Eucharistie pour célébrer la vie qui reprend autrement. J'aurais le goût de descendre l'autel dans la nef au coeur du rassemblement pour retrouvver la table de la communion. J'aurais le goût de descendre du choeur où je me sens au-dessus et dans un rôle pour me retoruver avec la communauté dans un  moment de communion et dans un sentiment d'être une famille rassemblée autour de Jésus Christ. Il me semble que ce temps de confinement nous a donné le goût d'être ensemble et non les uns à côté des autres. Pourrons-nous passer de l'autel du sacrifice à la table de  la communion?  L'avenir nous le dira. Bonne fête à tous les PÈRES. 

 

 

samedi, 20 juin 2020 14:20

Garder dans son coeur.

Écrit par

Marie gardait tous ces événements et les méditait dans son coeur. Lc 2, 19. L'évangéliste Luc revient souvent sur cet état d'esprit de Marie qui regarde ce qui se passe et médite en son coeur pour en découvrir le message profond. C'est l'exemple que la liturgie d'aujourd'hui me renvoie et m'invite à faire comme Marie, méditer les événements pour en tirer les messages. le teps de confinement que nous vivons nous invite à discerner en notre coeur les messages qu'il apporte. 

 L'accent fut mis sur les personnes. Chaque jour notre Premier Minstre est revenu sur le sujet, l'important es tla santé des personnes. Des gens ont pris des risques pour protéger les malades et les personnes les plus vulnérables. les médecins et les infirmières autant que les préposés ont écouté la souffrance des gens, leurs inquiétuédes, leurs peurs pour apporter non seulement un remède mais aussi un baume sur des plaies intérieures. D'autres personnes se sont portées volontaires pour rendre des services essentiels aux gens seuls et dans le besoin. C'est le premier chemin où la pandémie m'a fait marcher. L'attention aux personnes dans  leurs beosins essentiels.

Un deuxième chemin où j'ai appris à cheminer fut de découvrir tout le côté positif de ce confinement. Comment ce temps d'arrêt nous a permis de découvrir les valeurs profondes qui nous habitent, la présence divine en nous, la façon de communier au Christ à travers sa parole, les rencontres, la prière; ce temps nous aura appris à dépasser les rites habituels  pour aller plus au coeur de notre foi et de notre vie chrétienne. Ce temps nous aura appris la grandeur et la valeur profonde des sacrements, cette présence  agissante du Ressuscité en nous que nous célébrons en communauté. Ceci je pense nous fera découvrir l'importance de la communauté chrétienne et peut être aussi le travail que nous avons à faire pour bâtir nos communautés d'avenir.

Aujourd'hui nous vivons un début de déconfinement.  Nous allons retrouver prochainement la vie d'hier. Nous y reviendrons j'espère avec une autre vision de l'Eucharistie, nous retrouverons la table de la communion où tous nous avons accès  comme frères et soeurs capable de célébrer leur foi dans de façons qui nourrissant leur vie chrétienne de tous les jours. Saurons-nous dans nos célébrations communautaires rassembler les hommes, les femmes, les enfants de chez nous dans un geste de fraternité  et d'action de grâce. Serons-nous seulement une amicale de personnes âgées qui reviennent à leur Alma Mater? Avons-nous méditer les événements, ou avons-nous seulement attendus que cela finisse?

 

vendredi, 19 juin 2020 13:34

Fête de l'Amour

Écrit par

Aujourd'hui, LÉglise nous invite à célébrer la Fête du Sacré-Coeur de Jésus. Célébrer l'Amour incarné. Célébrer l'Amour qui nous a dit: "Faites ceci en mémoire de moi." Chaque jour je contemple et médite cette présence de l'amour divin à l'oeuvre dans ma résidence de personnes âgées. Je vois une jeune emplyée toute menue, après chaque repas, conduire à l'extérieur un vieillard malade en chaise roulante et l'aider à fumer sa cicarette puis le reconduire à ses appartements. "Ce que vous faites aux plus petits d'entre les miens, c'est à moi que vous le faites." Voila mon premier sujet de méditation et de sanctification que la vie m'apporte chaque jour.  quand je vois les personnes actuellement qui chaque matin endossent gants, masques et jaquettes et vont risquer leur santé pour pendre soin des malades du coronavirus, c'est là que je trouve matière à nourrir ma foi et ma prière. qand je vois ces personnes dans la rue qui manifestent et luttent contre la racisme, la violence et la pauvreté, j'ai là matière profonde à ma prière et sanctification. Et cela est propre à tout chrétien pas seuleement à moi prêtre. Notre premier lieu de prière et de sanctification est la vie autour de nous.

J'ai reçu une autre leçon un jour. Je voyageais dans le diocèse et je fais monter en voiture un "auto stopper", un "pousseux" comme on disait à l'époque. Un jeune d'environ 20 ans. J'entreprends avec lui une conversation sur ce qu'il fait, d'où il vient; un moment, il s'arrête,me regarde et me dit: Vous n'êtes pas prêtre, vous? Je lui réponds que oui, je suis le vicaire de l'évêque, je travaille dans tout le docèse de Gaspé. Alors nous entamons ensemble une discussion sur l'Église, la vie chrétienne, Jésus Christ; ce fut une intéressante conversation. Parfois je lui disais: tu me dis des choses apprises par coeur, ça ne m'intéresse pas; dis-moi ce que toi tu penses. Au moment de déscendre de voiture, il me donne la main et me dit: Vous n'êtes pas un prêtre spécial, vous, on vous dit n'importe quoi et vous ne nous chiâlez pas. J'ai découvert ce jour là une autre piste de méditation et de sanctification: Écouter et accompagner les gens autour de moi. J'avais eu des cours l'université  sur le texte du Concile où est affirmé que le principal moyen de sanctification du prêtre est l'exercice du minstère dans sa triple fonction. les chrétiens avec qui j'ai travaillé et que j'ai cotoyés m'ont rappelé l'importance de cet eseignement.

En cette fête de l'Amour incarné, même si je ne suis plus en action dans une communauté, je veux me rappeler l'importance de mon ministère et vivre un temps d'action de grâce pour tout ce que le Seigneur dépose devant moi comme moyen de sanctification et je veux aussi rendre grâce pour tout ce que mes frêres et soeurs dans la foi m'apportent comme élément de prière et de méditation. En ce temps de confinement, la vie nous apporte  tellement d'occasions de dire MERCI et Alléluia.

 Ce matin, je dis donc au Segneur: Tu as envoyé au coeur des communautés chrétiennes  des hommes et des femmes révéler ta présence d'amour au coeur de notre monde. tu nous as envoyés dire autour de nous que tu es l'amour inconditionnel. A travers nos limites et nos doutes permets-nous d'allumer le feu que tu espères dans le monde: feu de l'Esprit et feu de l'Amour. Et quand nos églises réouvriront, que nous soyons heureux de nous asseoir au centre de la communauté rassemblée pour célébrer humblement ce grand sacrement de la communion, de la fraternité et de l'amour donné. 

Page 7 sur 47