reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

vendredi, 25 janvier 2019 15:29

On dit conversion.

Écrit par

Aujourd'hui, 25 janvier, on parle de la conversion de Saint Paul. Je découvre ce matin une conversion dans le ligne de Paul que je ne connaissais pas. Il s'agit de Dorothy Day, journaliste américaine qui à la suite d'un début de vie mouvementée et pas toujours catholique, entre dans le marxisme pour déboucher au catholicisme et meurt en 1980. Cette femme a fondé un journal le  "Catholis Worker" et pris la défense des pauvres, des mal menés de la société. Elle ouvrit des maisons de l'hospitalité pour accueillir les plus pauvres. Cette femme comme Paul était prise d'une passion, celle du Christ et de son enseignement.

Je me dis, nous avons besoin de femmes et d'hommes comme eux, des gens pris par une passion:  celle de vivre et de faire vivre du Christ. Nous nous demandons comment on va faire, nous élaborons des plans sur papier, des projets de catéchèse, eux ils étaient sur le terrain à côté des personnes au coeur de la vie. Ça me rappelle le passage de l'institution de l'Eucharistie: Quand les disciples ont demandé à Jésus où préparer la Pâque, Jésus leur dit»: Allez au coeur de la ville et suivez un homme qui lutte pour la vie. Nous, on serait aller à la sacristie mettre les burettes sur l'autel.

Aujourd'hui, dans notre besoin d'évangélisation, nous avons ce besoin de femmes et d'hommes épris d'une passion, celle du Christ et de son enseignement au quotidien. Nous avons besoin de nous convertir au Christ, de nous laisser façonner par Lui à son image pour devenir des témoins de son amour.  Notre monde a moins besoin de catéchètes que de témoins, des gens qui ont une passion, celle de découvrir la présence et l'action de l'Esprit du Seigneur en eux. Comme Saint Paul, laisosns tomber les écailles de nos yeux -écailles de nos structures, nos pratiques sacramentelles, nos sécurités, de nos idées toutes faites-   qui nous empêchent de voir l'oeuvre de l'Esprit dans notre monde. Comme Paul, nous avons peut être besoin de tomber à la renverse pour nous retrouver à côté de nos frères et soeurs afin de cheminer avec eux sur la route de l'Évangile. Bonne conversion!

 

lundi, 21 janvier 2019 19:07

Un baiser matinal.

Écrit par

En lisant le texte de l'Évangile de la liturgie du jour, Mc 2, 18-22, un extrait a fait double tour en moi. "Personne ne raccommode un veux vêtement avec une pièce d'étoffe neuve: autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu et la déchirure s'agrandit." Alors est monté en moi, ces moments où la Parole de Dieu est venu déchirer mon vieux vêtement.

À la fin d'une retraite aanimée par Jean Vanier, le commentaire sur le texte du Bon Pasteur m'avait complètement chamboulé. J'ai senti soudaienement mon vieuxc vêtement de sécurité et de pratique se déchirer. Une pièce neuve venait d'entrer dans ma garde robe intérieure. Ce vêtement était tissé avec le fil de l'accueil, l'amour, la place des personnes avant les lois et les structures .... Mon vieux vêtement venait de se déchirer, mais il a déployé aussi sa force de résistance. Et le Seigneur a du patienter bien souvent dans le coin à attendre une ouverture.

Aujourd'hui à la retraite,  ce vêtement de liberté a plus d'espace. Mais il me fait vivre une autre déchirure plus difficile à réparer. Celle qui se vit aujourd'hui entre le peuple chrétien et la structure ecclésiale. Cette déchirure vécue dans ma vie qui m'a fait cheminer sur la route de l'Évangile se vit aussi dans l'Église peuple de Dieu. Je réalise que malgré les efforts pour accueillir les pièces neuves dans notre vieux vêtement ecclésial, la déchirure s'est constamment agrandie et les chrétiens sont maissivement absents de notre vieux vêtement.

Trop souvent j'ai voulu mettre, et nous voulons encore mettre, des pièces neuves sur notre vieux vêtement de nos pratiques personnelles et ecclésiales sans résultat. Il nous faut revêtir l'homme nouveau, comme dit S. Paul, l'homme de l'Évangile, l'homme de la mission donnée par le Christ le Jeudi Saint et essayer ainsi de réparer la déchirure avec nos communautés de croyants. Le texte de Jean sur le Bon Pasteur comme celui d'Ézéchiel sur les pasteurs demeurent pour moi aujourd'hui encore des invitations pressantes à changer de vêtement.

dimanche, 20 janvier 2019 15:10

Un message de Jésus Christ

Écrit par

Dans l'Évangile de Jean, le premier geste public de Jésus fut de participer à une fête de mariage à Cana en Galilée. Jn 2, 1-12. Jésus a inauguré sa vie publique dans un geste de communion, d'alliance, de partage. A ce repas, il a donné le vin c'est à dire le sens et la valeur de l'Alliance nouvele qu'il venait présentée. Il donnait le ton de toute sa mission. Il était venu annoncer une façon de vivre ensemble qui réponde aux aspirations de l'homme de ce temps.

L'Évangile de Jean se termine par un autre repas sur le bord du lac de Tibériade, 21, 1-14. Et ce texte nous dit que les disciples tirèrent leurs filets de pêche remplis de poissons au point qu'ils menaçaient de se rompre. Jean voulu  terminer sa vie publique par un autre geste,  après la Cêne, celui d'un geste de cvommunion et de partage. Et comme conséquence, les filets sont pleins. La mission donnée aux apôtres est de remplir les filets dans des moments de communion, de partage. Toute la vie de Jésus fut d'annoncer et de vouloir réaliser cette vie de communion, d'alliance entre les personnes, c'est la mission confiée à son Église le Jeudi saint. Toute sa vie, Jésus a pris position pour les pauvres, les pécheurs, les mal aimés dans la société. Et il nous a dit: Faites ceci en mémoire de moi.

 Dans notre société moderne, traversée par toutes sortes de changements et de courants divers, les relations humaines deviennent de plus ne plus difficiles tant dans les familles que dans les milieux de travail que dans la société en général. Il me semble que la mission donnée par le Seigneur devient très actuelle et urgente. On parle beaucoup d'évangélisation, de tournant missionnaire, mais prennons-nous le temps de regarder et d'écouter ce que les femmes et les hommes de chez nous ont besoin, d'écouter les défis que lance à notre foi la société dans laquelle nous vivons. "Vous êtes le sel de la terre", vous êtes le sel qui donne du goût à la vie, donne du sens à ce qui se fait. Retrouver la mission du Christ, voila notre défi aujourd'hui à mes yeux. Nos filets sont vides, méditons l'Évangile pour savoir comment les remplir aurjourd'hui.

mardi, 15 janvier 2019 00:08

Vieillir ...

Écrit par

Avancer en âge, c'est comme escalader une montagne. Quand je suis au pied de la montagne, mon horizon est limité, les gens bougent, la vie est animée autour de moi. Je vois toutes les aspérités du chemin. Plus je monte,  l'horizon s'élargit, la vie devient plus calme, les obstacles du départ s'estompent, les détails sont moins importants, l'agitation s'amenuise et les présences humaines se raréfient. Doucement le silenc m'envahit.

Sur la montagne, je suis au coeur de la vie. Le calme est complet. La vie s'étend devant moi et on dirait que mes bras ne sont pas assez grands pour embrasser toute la vie. Mon regard se porte au loin. C'est beau, c'est grand. Je suis seul. Les gens ne sont plus autour de moi, ils sont en moi, je dirais.

Vieillir, c'est un peu cela. Doucement on s'éloigne des responsabilités, du tracas des détails du quotidien; mon regard se porte davantage sur l'essentiel. Je vois autrement la vie, le calme descend doucement et m'habille de plus en plus, la simplicité se fait une place, je suis seul.

Assis presqu'au faite de la montagne, loin de l'agitation du quotidien, habillé de silence et de calme mon univers se remplit non seulement de souvenirs, mais surtout de leçons et d'héritage que la vie a déposé dans les replis de mon coeur. La solitude de l'âge avancé est le temps de la cueillette des fruits de l'expérience muris sur l'arbre de ma vie. C'est le temps "qui fleurit" dirait christian Bobin. Le temps qui semble perdu parce que nous travaillons moins fleurit en qualité. Nous apprenons à lire la vie autrement.

J'en prends comme exemple les Fêtes de Noël et Pâques. Assis presqu'au faite de ma montagne, ces fêtes n'ont plus la même couleur que celles de mon enfance. Cependant elles ont acquis de la valeur  en profondeur et en silence. Elles sont devenues des moments divins à couleurs d'un brin de sagesse et de spiritualité.

Mais pour goûter au mieux les valeurs enfouies au fond du coeur et de la solitude, il faut comme dit Jacques Salomé beaucoup d'amour et d'humour pour bien vieillir. Assis presqu'au faite de ma montagne, je laisse trotter sur le miroir des mes jours l'amour de mon Église communauté de croyants, cet amour que j'ai donné et que je donne encore et celui que je reçois toujours de mes frères et soeurs en humanité. C'est pourquoi je dis que mes bras ne sont pas assez grands pour embrasser toute cette vie qui m'entoure.

 

mercredi, 02 janvier 2019 19:16

Une réflexion qui me nourrit.

Écrit par

Comme homélie de funérailles que j'ai présidées dernièrement, j'ai utilisé le texte de l'institution de l'Eucharistie où Jésus sachant sa mort proche laisse son héritage aux siens. Cet héritage, Il leur demande de le manger, de s'en nourrir pour le rendre présent au coeur du monde. Cet héritage, c'est sa vie, son enseignement, ses valeurs, Il leur dit: mangez et faites mémoire. Ma présence à travers cet héritage est une nourriture qui vous donnera la force de le vivre. Cet héritage, il ne s'agit pas de l'imiter mais de s'en inspirer pour le rendre présent au monde dans lequel nous vivons. Cet héritage était une mission de continuer l'oeuvre commencé avec lui.

L'homme, de qui j'ai présidé les funérailles, avait partagé le repas du soir avec sa famille, il fêtait ses 100 ans. Après le départ des siens, il s'est couché pour se reposer, il s'est endormi et ne s'est pas réveillé. Il venait de leur donner son héritage de vie. C'est comme s'il avait dit aux siens: Communiez à ma vie, communiez aux valeurs que je vous ai données, mangez tout cela pour le rendre présent au cours de votre vie. Mangez-les non pour imiter mais pour vous inspirer et les vivre à votre façon dans le milieu de vie qui est le vôtre. Nous avons fait un petit pas dans la résurrection. C'est l'expérience des disciples sur la route d'Emmaüs. Quand ils ont fait un geste de partage et de communion, ils ont senti sa présence. Il en est ainsi pour nos défunts.

À la fin de la célébration, des gens présents sont venus discuter avec moi de cette vision, ils étaient heureux et exprimaient un désir de recevoir un enseignement qui les nourrissent davantage. J'ai senti chez ces personnes une soif de spiritualité d'une part et pris conscience davantage encore de la pauvreté de notre enseignement et de notre difficulté de rejoindre les gens là où ils sont dans leurs interrogations.. Cela m'a incité à me tourner davantage vers la Parole de Dieu, si je veux nourrir je dois perfectionner mes recettes. Laissons-nous questionner ensemble par l'appel de nos contemporains. C'est avec eux que nous découvrirons le chemin où le Seigneur nous  attend.

 

samedi, 29 décembre 2018 15:42

Un code postal.

Écrit par

Le code postal guide le facteur dans la distribution du courrier comme un phare éclaire la route. Un texte de l'épitre de Pierre est comme un phare qui éclaire notre route:

"Approchez-vous de Lui; il est la pierre vivante que les hommes ont éliminée mais que Dieu a choisie parce qu'il en connait la valeur. Vous aussi, soyez les pierres vivantes qui servent à construire le temple spirituel,  et vous serez  le sacerdoce saint, présentant les offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus (...)  Oui, c'est vous qui êtes chargés d'annoncer les merveilles de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière." 1P2 4A9

Voila le code postal de notre vie en Église. 1P2 4A9. Le Concile Vatican 11 a voulu mettre l'accent sur l'Église peuple de Dieu, Église communauté de baptisés; redonner toute la valeur aux ministères des baptisés en Église tout en redonnant au ministère ordonné toute sa place et seulement a place.  En monopolisant le ministère ecclésial dans le ministère ordonné, il y a risque de lui faire perdre sa véritable importance. Le Pape Jean-Paul 11 écrivait que le minstère ordonné n'est pas au-dessus des autres mais au service des ministères des baptisés afin de leur permettre de s'exercer  en plénitude. Ce fut un des grands défis du concile de nous faire passer "d'une Église cléricale à une Église de baptisés, en nous conduisant à la formation de communautés responsables." Nous n'y sommes pas parvenus.

On me dit souvent aujourd'hui que nos bénévoles dans les services communautaires le font par pur altruiste humain. Je veux bien. Mais nous sommes chargés d'aller leur révéler la force de l'Esprit qui les fait agir. Et nous n'y allons pas. Nous devrons retrouver notre code postal. 1 Pierre 2, 4-9. Nous avons à redécouvrir notre baptême, à redécouvrir nos ministères des baptisés si nous voulons retrouver un lendemain ecclésial vivant. C'est la première conversion demandée par le Concile. Ce défi apparait dans plusieurs textes conciliaires, la Constitution sur l'Église, l'Apostolat des laïcs, le Ministère et la vie des prêtres.

C'est la Parole de Dieu qui nous remettra sur la route vers la découverte de l'essentiel. Cette Parole lue, ruminée, intégrée qui est plus "puissance qu'un glaive à deux tranchants." Cette Parole qui est une façon de vivre ensemble dans la paix et l'harmonie. La porte de la nouvelle année s'entrouve devant nous, c'est mon souhait le plus cher que cette année voit fleurir partout des groupes d'hommes et de femmes qui se nourriront à la Parole de vie. Nous, baptisés, qui sommes chargés d'annoncer les merveilles de Dieu ouvrons nos Bibles, laissons-nous imprégner de la Parole de notre Dieu pour la rendre présente et agissante dans  notre monde. Nous sommes l'Église du Christ en marche chargés de la mission de Jésus Christ de dire au monde l'amour du Père. Dans l'histoire nous sommes passés d'une Église de prêtres à un peuple et des prêtres, nous devons retoruver notre Église de prêtres, de prophètes et de pasteurs si nous voulons connaitre un lendemain vivant. 

Inspiré d'un texte de Mgr Paul-Émile Charbonneau.

jeudi, 27 décembre 2018 15:53

Mes mains

Écrit par

Mes mains sont des mains de grand père, mains ridées, desséchées, affaiblies, usées par l'usage constant du mateau, de la varlope et de l'égoïne.

Ces mains m'ont soutenu lorsqu'enfant je trottais et risquais de tomber. Elles ont porté ma nourriture à la bouche, mes parents les avaient jointes pour m'apprendre à prier.

Elles ont essuyé mes larmes aux jours difficiles, elles étaient sales, coupées et parfois rugueuses, même fatiguées les soirs de grosses besognes.

Elles ont porté fièrement l'anneau du mariage pour montrer au monde que j'aimais quelqu'un qui pour moi était unique et spécial.

Elles ont tenu et caressé mes enfants et petits enfants, elles ont couvert ma figure, peigné mes cheveux, lavé mon corps.

Ces mais portent la marque de mon amour du travail, de ma famille, de mes amis. Mains qui ont semé du bonheur et de l'amour. Mains qui ont aussi commis des erreurs et parfois été instrument de sévérité.

Mais la chose la plus importante est que ces mains, le Seigneur les a attrapées pour me conduire jusqu'à lui,

Et maintenant, avec ces mains, je pourrai toucher le visage de Jésus Christ.

mercredi, 26 décembre 2018 17:46

Le temps s'est-il arrêté?

Écrit par

Souvent quand je présidais les funérailles, la famille apportait à l'église un arrangement floral où trônait une horloge arrêtée au moment du décès de la personne. Le temps s'était arrêté. Dernièrement, je présidais la célébration commémorative (c'est comme cela qu'on appelle les funérailles las-bàs) de mon frère, à son bras on avait placé sa montre. Lorsque je suis arrivé près du cercueil, il éait 8h.45 à ma montre et aussi 8h.45 à sa montre. le temps ne s'était pas arrêté.  Pour lui, il n'y a plus de temps, mais avec nous il était à la même heure que nous. C'était la première fois que j'étais devant cette réalité.

Il venait nous dire qu'il était encore vivant avec nous. Je prenais conscience de cette nouvelle forme de présence que mon frère avait maintenant avec nous. Nous étions passé du temps de la communication au temps de la communion. Comme les disciples à l'auberge sur la route d'Emmaüs, nous avons à faire l'expérience d'une présence de communion qui nous envoie vivre et rendre présent l'héritage de vie laissé derrière lui. Et nous chanterns ensemble: Il restera de toi ce que tu as semé, donné, chanté. offert et qui fleurira et germera dans les mains et la vie de ceux et celles qui te suivent et qui continuent la route tracée avec toi.

Le temps ne s'est pas arrêté, il continue autrement.

 

dimanche, 23 décembre 2018 16:11

Une autre fueille est tombée.

Écrit par

D'un petit bouleau face à ma fenêtre, j'ai vu tomber toutes les feuilles les unes à la suite des autres. Une seule est restée accorchée tenace à sa branche. Dans l'arbre de ma famille, j'ai vu tomber les feuilles unes à la suite des autres. L'avant dernière vient de tomber; il n'en reste plus qu'une accrochée tenace à l'arbre. L'avant dernière feuille est tombée et j'ai présidée ses funérailles me disant la prochaine à tomber, ...  Mais au printemps, d'autres feuilles apparaitront sur l'arbre. Sur L'abre de ma famille, d'autres feuilles sont déjà là qui poussent et continuent de faire grandir la vie.

Je comprends que la vie est un mouvement éternel. La puissance de la vie est cette puissance de l'amour qui assure la continuité. Il n'y a pas de recommencement  mais une continuité. La vie se transforme, grandit, se développe et continue .... La vie de mes parents s'est développée et a grandit dans notre vie qui avons suivi. La vie de mon frère qui vient de changer pour toujours contrinuera de grandir dans ses enfants. Ils feront grandir son héritage de vie dans leur milieu et situation de vie. On ne répète pas la leçon de nos parents, nous nous en inspirons pour vivre pleinement notre vie là où nous sommes plantés.

La dernière feuille de l'arbre de cette génération des Deschênes, continuera de se dandiner sur la branche où elle demeure accrochée heureuse de dire en dépit de tout: La vie est belle.

vendredi, 21 décembre 2018 16:00

Aujourd'hui.

Écrit par

L'actualité nous ramène constamment  le grand problème de la pédophilie dans la socité, problème auquel notre Église n'a pas échappé. Évidemment notre première pensée va vers les victimes dont la vie fut brisée à jamais. Nous sommes bien conscient que les excuses et l'argent ne pourront cicatriser complètement les blessures causées. Il me semble que nous sommes invités à plus loin que cela.

Ma pensée se porte aussi vers les prêtres. Au-delà du crime à punir, il y a des personnes à écouter, accompagner et guérir. Ne sont-ils pas eux aussi un peu victime? Il me semble qu'ils sont victimes du système religieux mis en place qui a oublié l'humain, et l'humain nous a  rejoint. Devant ce problème du passé qui fat surface aujourd'hui, nous sommes invités à revisiter notre système clérical. Comme aussi devant le manque de prêtre dans plusieurs régions du globe, nous sommes invités à réécouter le souffle de l'Esprit. Je ne suis qu'un vieux qui médite, mais il me semble que lorsqu'une voiture prend le fossé, le problème n'est pas toujours uniquement le chemin; pensons au conducteur. 

Nous sommes invités à apprendre  à lire; lire les signes des temps. Le système ecclésial nous a rendu étranger et loin des préoccupations du peuple dans notre propre pays. Nous sommes devant une société brisée et blessée dans son être profod. Ouvrons l'Évangile pour réentendre l'invitation du Seigneur à prendre la route pour offrir aux humains la nourriture dont ils ont besoin. Le travail du pasteur est de plus en plus intéressant et stimulant puisque que nous sommes invités sur la route à marcher près de la personne qui souffre comme de celle qui partage sa joie. Nous sommes invités comme Marie à visiter nos Élisabeth pour communier à leur joie comme à leurs peines. Au-delà des actions bonnes ou non, il y a une personne qui attend un pasteur capable de l'écouter et de lui révéler l'amour et la bonté qui remplit sa vie. Écoutons avec l'oreille du coeur.

Page 7 sur 31