Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Filtrer les éléments par date : juillet 2021
lundi, 26 juillet 2021 13:45

La foi.

Notre liturgie de la fête de Sainte Anne nous parle de foi, la foi d'Abraham, la foi des prophètes., notre foi à nous. La foi est le fruit d'une expéreince intérieure avec Jésus Christ. La foi ne se définit pas, elle se vit. J'entends des juens à la télé mettre en roue des fondations pour aide rles enfants malades, autistes, les vielillards mal fichus de la société, accompagner de jeunes détenus à retrouver une place dans la société etc ... Ne serait-ce pas cela aussi la foi. foi dans l'être humain qui peut de réhabiliter, retomber sur ses deux pieds. La ligue de Hokey  vient d'engager un jeune accusé de maauvais comportements sexuel. L'organisme veut à la fois aider ce jeune homme à se réhabilter et la victime à sortir de sa traumatisme. N'est-ce pas un beau geste? Combien de commentateurs ont été très négartifs. Pourquoi ne pas avoir foi en la personne et en l'Esprit qui l'habite? La foi nait de la rencontre de deux amours: celui du Christ et le nôtre. Je crois au Christ présent dans ma vie parce que j'en ai fait l'expérience.  Je ne peux l'expliquer, je ne peux dire: Je sais, je crois. La foi se vérifie à travers un agir nous dit Saint Jacques. Je vous dirai ma foi pa mes oeuvres, dit-il encore. N'avons-nous pas réduit la foi à la prière et la litrugie? la foi se vérifie sur le terrain face aux défis que la société nous présente. come Abraham, nous sommes invités à sortir de notre Chaldée  pour aller à Canaan. Bonne journée.

 

Publié dans Textes de réflexion
dimanche, 25 juillet 2021 14:24

St Jacques.

Aujourd'hui, fête de Saint Jacques. À cause du dimanche et chez nous de la fête de Sainte Anne, cette fête de Jacques passe presque toujours inapperçu. Ce bon Monsieur nous a laissé une belle lettre que avons inérêt à méditer. Il nous parle de la foi; souvent dans nos vies nous avons plus de croyances que de foi. Il nous affirme aussi que le Seigneur n'éprouve personne, Jc 1, 13. On dit souvent; Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu pour qu'il m'éprouve ainsi." Dieu n'éprouve personne, nous dit S. Jacques, il accompagne les gens dans la difficulté. Il nous présente la vraie dévotion qui n'est pas de réciter des paroles. La foi se révèle par des actes et non seulement ou d'abord par des paroles. La lettre de Jacques est une petite mine d'orientation sur la vie chrétienne, la vie de foi. Il nous parle de l'importance du sacrement des malades que nous devons exercer les uns envers les autes. Le premier sacrement des malades, ce sont les personnes qui travaillent auprès des malades:  membres de la famille,  infirmières, médecins, préposés, proches aidants, etc .. nous ne sommes pas assez conscients de cette réalité. Nous avons trop rapetissé le sacrement à l'onction que l'on appelait l'extrême onction. Quand je donnais de la formation aux accompagnateurs trices des mourants, je leur rappelais la grandeur et la beauté de leur geste comme sacrement du Christ auprès des malades. Ma convicxtion est que ces acocompagnateurs devraient célébrer l'onction avec les mlalades et la famille. J'ai souvent été appelé à célébrer le sacrement avec des étrangers où je me suis senti davantage un fonctioonaire qu'un pasteur. Et je demandais à l'agente de pastorale qui connaissait bien les personnes de présider tout le rite, ça m'apparaissit plus vrai. Il y a là un réflexion profonde à faire pour retrouver la vérité du sacrement. Il faudra bien un jour décongestionner lles sacrements. Bon dimanche. 

 

Publié dans Textes de réflexion
samedi, 24 juillet 2021 14:52

Quel avenir.

L'an prochain notre Église gaspésienne fêtera ses cent ans. Ce matin, devant cet événememtn, je me pose la question: Quel avenir s'ouvre devant cette Église en Gaspésie? Il ne s'agit pas de pleurer sur nos oignions d'Égypte, sur notre passé de chrétienté. Cet événememt du centenaire nous permettra   de cueillir un héritage donné par tous ceux et celles qui ont bâti notre Église. Prévoir l'avenir, c'est bien vivre le présent.  Quels sont les défis que la société nous présentent et comment nous essayons d'y répondre. Comment nos prédécesseurs, ceux  et celles qui ont bâti notre Église ont répondu aux défis de leur temps. Comment F.X. Ross a répondu aux défis de la Gaspésie ne 1923; comment G. Ouellet a répondu aux défis de 1966. 

Je veux m'inspirer du prophète Aggée. quand le peuple juif revenu de  l'exil a voulu rebâtir le templ quia vai tété détruit, le prophète leur a dit: Réfléchissez en votre coeur aux chemns que vous avez pris! Vous avez semé beaucoup, mais peu engrangé; vous avez mangé, mais pas à votre faim, vous avez bu, mais pas à votre sou; (...) Eh bein, montez à la montagne, rapportez du bois et réédifiez la Maison. Aggée 1, 5. Si nous regardons depuis le Concile et la révolution du Québec, nous avons semé des structures,  des sessions de formation, nous avons bu et mangé grandement et les chrétiens sont partis massivement et sont devenus indifférents à la vie ecclésiale. prenons le temps de bien méditer les chemins que nous avons pris. Après le Concile et la révolution au Québec,  l'Église s'est refermée sur elle-même, ses structures et la liturgie. Les socilogues tel Fernand Dumont nous ont averti du danger de cette route. Mais notre structure ecclésiale n'a fait que de la chirurgie esthétique.  Ceci n'intéressait pas les chrétiens et ils sont partis.

Devant le défi de l'évangélisation et de la construction de l'Église peuple de Dieu en marche, il nous est indispensable de bien discerner les chemins pris afin de ne pas s'embourber dans les mêmes chemins demain. Comment nous occupons-nous du besoin de spiritualité du chrétien d'aujourd'hui? Comment nous l'écoutons pour connaitre ses besoins et lui donner la nourriture dont il a besoin? Il faut oublier nos vieux schémas, nos structures de porjets en patorale pour nous tourner vers les défis réels d'aujourd'hui. La répone se à nos questions est dans le peuple chrétien qui a quitté. C'est vers lui qu'il faut nous tourner.

Aller à la montagne, c'est se tourenr vers l'Évangile, prendre un temps de recul, écouter le message de Jésus; c'est comme nous dit le Pape François: devenir contemplatif de la Parole et du monde. Faut arrêter de croire que nous avons la vérité et les recettes magiques pour refaire l'Église. L'Église est un peuple en communion, un peuple aujourd'hui qui cherche sa voie et qui veut trouver sa voix dans les décisions qui le concernent. Il ne s'agit plus de faire des stuctures, mais de retrouver la dimension essentielle du sacerdoce batismal dans le monde d'aujourd'hui. Comme prêtre nous devons devenir les serviteurs d'un peuple en marche et non essayer de faire revivre l'Église d'hier. Nous avons essayer et cela n'a pas marché. Le Seigneur nous attend en Galilée; allons le trouver.  L'avenir de l'Église est en Galilée.  

Publié dans Textes de réflexion
vendredi, 23 juillet 2021 16:28

Donner ...

Alexandre Mars: Donner. La révolution du partage. Ed Edito. "Je ne sis ni l'abbé Pierre, ni mère Thérésa. Juste un homme de mon temps, révolté par l'injustice, qui a décidé de mettre sa révolte en actes." Voila l'inspiration de ce livre. L'auteur a mi sen place une fondation ÉPIC pour aider au partage des richesse envers les plus démunis. Au lieu de chiâler, il passe à l'action. Il reconte différentes activités ou  changements de mentalité qui ont profité largement à améliorer la vie des personnes mal gommées. C'est le parcours d'un homme de coeur qui vole au secours de  ses semblables. Bonne lecture.

 

Publié dans Nouvelles
vendredi, 23 juillet 2021 14:46

Je suis ...

Je suis le Seigneur ton Dieu qui t'ai fait sortir de l'esclavage d'Égypte,  dira le Seineur au peuple Juif. Ex. 20, 1-17. Dans l'Écriture, le Seigneur nous dit: Moi, je ne me fais pas connaitre par de belles paroles ou de bonnes théories bien montées. Je me fais connaitre par un agir, des actions en votre faveur. Ce n'est pas d'abord dans une bibliothèque que vous me rencontrerez quoique cela peut se produire aussi,  mais dans votre agir au quotidien. 

La découverte du Seigneur est le fruit d'une expérience personnelle. On dit souvent que les gens n'ont pas la foi. C'est sans doute vrai pour plusieurs parce qu'ils n'ont pas fait l'expérience du Christ, on se fit à ce que d'autres nous ont dit ou veulent que nous disions. Nous ne sommespas des haut-parleurs pour reproduire un enseignement. Un chrétien est d'abord quelqu'un qui a fait une expérence du Christ et parle de l'abondance du coeur.  Des jeunes vinnent souvent à la télé porter témoignage de leur rencontre avec le Christ ressuscité. C'est beau et vivifiant parce que cela vient du dedans. Les connaissances intellectuelles viennent enrichir et mieux faire comprendre cette expérience.

Je suis le Seigneur ton Dieu qui est source de ta vie, qui t'a donné l'intelligence pour connaitre mon oeuvre autour de toi. qui t'a donné un coeur pour aimer et être reconnaissant de ce qui t'entoure, qui t'a donné des yeux pour admirer la nature et toutes les beautés qui t'entourent ... Je suis le Seigneur ton Dieu et tu n'en n'auras pont d'autres. 

 

Publié dans Textes de réflexion
jeudi, 22 juillet 2021 18:17

Marie ...

Jésus lui dit: Marie. elle se retourne e tlui dit: Rabbonni.  Jn 20, 11-18.  Marie reconnait Jésus ressuscité quand il l'appelle par son nom. Souvenons-nous que le sdisciples d'Emmaüs l'on reconnut dans un geste de partage. Jésus se fai reconnaitre à nous non par des mots ou des conniassances, mais par une relation personnelle au niveau du coeur. Le Christ est en relation d'alliance avec nous. Les explications thoriques, les réponses de catéchisme viennent expliquer et approfondir la relation. De même la relation avec un ami ou un parent est toujours au niveau du coeur. Notre nom est inscrit sur les paumes des mains de Dieu et c'est avec ce nom que Jésus communique avec nous. Jésus nous dit que la relation avec lui est basée sur la fraternité, l'alliance, donc le fruit d'une expérience personnelle. C'est cela que notre monde cherche, c'est la démarche qu'il nous faut développer.

 

Publié dans Textes de réflexion
mercredi, 21 juillet 2021 14:42

J'ai entendu ....

J'ai entendu les récriminations des fils d'Israël. Ex. 16, 9-15. le Seigneur a entendu le cri de son peuple et lui envoie la nourriture dont il a besoin. Aujourd'hui encore le Seigneur entend le cri du peuple chrétien à travers le monde, aujourd'hui encore le Seigneur veut donner à ses amis le pain dont il a besoin. Dans le désert, Dieu s'est servit de Moïse pour répondre au appel du peuple, aujourd'hui il se sert de nous, de ceux qu'il appelle au service de la communauté pour apporter une réponse aux cris du peuple chrétien. De même que les parents répondent avec amour aux cris de l'enfant qui a peur ou faim, de même le Seigneur répond avec amour aux cris de l'être humain qui crie vers lui. Aujourd'hui encore le Seigneur nous donne ce dont nous avons besoin, ce n'est peut être pas ce que nous demandons mais c'est ce qu'il nous faut. Et le Seigneur nous invite à réfléchir sur le projet qu'il veut vivre avec nous.

Au Jardin de l'Eden, Dieu avait placé l'être humain en face d'un projet à réaliser: Établlir un monde de communion, d'entraide, de respect des personnes, de charité vécu au quotidien etc .. et l'être humain était un être en croissance. Chaque jour devait être un moment de plus dans la réalisation de ce projet. C'était un but à atteindre en communion avec le Seigneur présent au coeur de ce porjet. Jésus est venu nous dire que le règne de Dieu était en nous, que ce projet de Dieu était en nous, que nous étions des êtres en croissance en route vers la réalisation du projet d'amour du Père. Nous sommes des bâtisseurs du règne spirituel du Père dans le monde. Le Seigneur entend notre cri, il se fait proche pour nous accompagner, il attend que nous le reconnaissions dans ce qui se fait autour de nous et avec nous. Actuellement, je crois que nous sommes trop centrés sur le passé, notre histoire et ne voyons pas assez l'action de l'Esprit dans le monde. N'essayons pas de revenir en arrière, c'est peine perdue.

 

Publié dans Textes de réflexion
mardi, 20 juillet 2021 15:57

Magnifique pique-nique. Mc 6, 1-15.

En ce temps-là, Jésus passa sur l'autre de la mer de Galilée.  Jésus traverse avec les siens sur l'autre rive. Quand Jésus se déplace, il nous invite à une conversion, à un changement de façon de voir ou d'agir. Il nous donne une leçon. Il nous invite à cheminer avec lui. Sur l'autre rive, une foule l'attend pour boire ses paroles. Les disciples ne savent plus quoi faire. Ils n'ont pas  de nourriture pour tant de monde. Ils sont désemparés et leur premier réflexe est de les retourner chez eux.

Nous sommes dans la même situation que les disciples, nous ne savons plus quoi faire. Nos églises sont vides et n'arrivent plus à se financer. Les chrétiens n'écoutent plus la voix de l'Église; comme les disciples nous ne savons plus quoi faire. Jésus nous dit comme aux disciples  que la réponse est dans le peuple chrétien. Nous cherchons sans doute une réponse là où elle n'est plus. Nous avons tous besoin de nourriture pour vivre, nourriture physique, intellectuelle et spirituelle. Nous voulons une nourriture adaptée à nos besoins. Nous offrons des réponses toutes faites, de théories et le monde est indifférent. Le monde a besoin d'une parole qui rassemble et nourrit et nous avons de la difficulté à les rejoindre. Comment  rassembler nos communautés aujourd'hui?

Dans l'Évangile, Jésus dit aux disciples: La réponse à votre question est dans le peuple ici rassemblé. Il nous dit à nous aussi: La réponse à vos questions est dans le monde, elle est dans la communauté. Et le beau geste de Jésus qui se tourne vers un enfant qui donne ses pains et ses poissons. Un entanf au temps de Jésus n'a pas de valeur. Remarquons la façon dont les disciples parlent de l'enfant: Il y a bien là un jeune garçon avec cinq pains et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?  Au matin de Pâques, les disciples disaient: Les femmes sont allés au tombeau et nous ont dit que le tombeau était vide." Ce ne sont que de femmes et des enfants, c'est pas très crédible. Ce sont des affirmations que l'ont entend encore aujourd'hui. "Les gens demandent des choses mais ils ne viennent plus à la messe, et ne paie plus leur dîme, alors..."  Jésus nous dit que la réponse à nos questions est à l'intérieur du peuple chrétien. Jésus nous dit aussi de traverser sur l'autre rive pour rejoindre les chrétiens là où ils sont et marcher avec eux. Nous leur apportons trop souvent nos réponses et ils ne les comprennent pas. Le Pape François nous demande d'être des contemplatifs du monde et de la parole de notre Dieu. C'est l'invitation que le Seigneur nous propose aujourd'hui. Découvrir à l'intérieur du peuple chrétien qui a quitté la pratique sacramentelle la présence de  l'Esprit qui travaille a répondre aux besoins et aux défis de notre monde.

Contemplons aussi l'attitude de Jésus: Il prend soin de la foule. Il s'occupe des gens et leur donne la nourriture dont ils ont besoin. Attitude merveilleuse du pasteur qui connait ses brebis et prend soin d'elles. Nos frères et soeurs ont quitté l'église et s'efforce de prendre soin des plus vulnéralbes de la société. Ils attendent une parole spirituelle qui donne du goût à ce qu'ils font, qui leur fasse découvrir la présence du Christ au milieu d'eux. Nous avns beosin de créer des communautés chrétiennes capables de prendre soin des pauvres, des malades des mal gommés de la société. Allons à la recherche de nos enfants qui nous offrent leur cinq pains et leurs deux poissons. C'est là que Jésus nous attend: "Allez en Galilée, c'est là que vous le verrez."  C'est notre mission.

Jésus nous donne une dernière leçon: Ramassez les morceaux afin que rien ne se perde."  La  nourriture est un don précieux qu'il nous faut préserver. Aujurd'hui des tonnes de nourriture se gaspillent chaque jour. Quand Jésus donne,  il y en a pour tout le monde et même un peu plus. Il faut conserver le surplus pour les autres affamés.  Partager avec les pauvres est un geste d'amour extraordinaire. Jésus donne sans mesure.  La foule veut prendre Jésus comme roi, et lui s'éclipse. Le partage ne se fait pas pour la gloire de celui qui donne, mais par amour pour l'autre dans le besoin.  Le partage est un geste d'amour gratuit et non pour recevoir des honneurs. "Que ta main gauche ignore que ce donne ta main droite." Communier au Christ dans l'Eucharistie, c'est communier à cette volonté d'être au service des plus démunis de notre société. Méditons bien les leçons données par le Christ aujourd'hui.

  

 

Publié dans Homélies
lundi, 19 juillet 2021 13:47

Les miracles de Jésus.

Frédéric Lenoir écrit que les miralces de jésus sont utiles pour trois raisons à son avis:

Attirer les foules et les convaincre qu'il est envoyé de Dieu et pourtant Jésus se plaint que cette génération ne veut que des signes. Mc 8, 11.

Jésus rencontre beaucoup de malades et les guérit, il donne des signes de libération. Il est venu libérer les gens de leur prison intérieure.

Dans ces guérisons il donne un grand signe de compassion envers les gens en difficulté: Il eut pitié de la foule qui était comme des brebis sans berger. Mc 6, 34.

Cependant Jésus n'utilise pas les miracles pour se sauver lui-même de la croix. Sa force spirituelle, Jésus l'utilise pour les autres: notons le pardon sur la croix, son pardon à Pierre après le reniement.

Les miracles attirent les foules et Jésus en profite pour les enseigner. C'est d'abord ce qu'il est et fait avec les gens qui les rassemble, sa parole suscite l'intérêt et change la vie des gens. Il y a là, il me semble, un modèle d'évangélisation. Commencer par rassembler les gens au niveau de leurs besoins, de leur attentes, pour ensuite donner un sens à ce vécu. Nous avons un gros travail à faire en amont de nos célébrations. Il est intéressant et instructif de relire notre histoire pour en dégager l'héritage. Non pas seulement rappeler des faits ou des événements mais dégager une pensée ou une vision, comprendre les chemins pris, en mesurer les effets et à cette lumière regarder le présent et  l'avenir.  L'Évangile est là pour éclairer notre démarche. Ce sera une belle piste de réflexion.

   

Publié dans Textes de réflexion
dimanche, 18 juillet 2021 14:38

Le Seigneur est mon berger.

Nous chanterons aujourd'hui: Le Seigneur est mon berger, rien en saursait me manquer. Allons-nous seulement le chanter ou le vire aussi? Voila une grosse question. Irons-nous à la messe ou vivre et célébrer l'Eucharistie? Nous ne devons pas réduire le sacrement au moment de la célébration. Je suis baptisé et non j'ai été baptisé parce que la force du sacrement me permet de mieux vivre ma réalité d'enfat de Dieu. Je célèbre l'Eucharistie parce que le sacrement me permet de mieux vivre ma réalité d'homme de communion au quotidien. Les sacrements sont une vie que nous célébrons et qui nous donne la force de mieux les vivre. 

Dans notre société laïque, nous avons à redécouvrir l'Église et les sacrements. Nous les avons beaucoup réduit à l'acte liturgique, ce qui a fait de l'église est devenu un lieu de service religieux où nous allons chercher notre messe et souvent nous allons à l'église qui nous convient et à l'heure qui nous convient. Nous n'allons pas faire Église et communauté chrétienne, mais au dépanneur chercher notre messe. Les chrétiens  ont délaissé massivement cette vision de l'Église. La route sera longue pour retrouver le vrai sens de la mission donnée par le Christ le jeudi sant au soir.  Je célèbre l'Eucharistie du Seigneur avec ma famille chrétienne dans mon lkieu de rassemblement et le prêtre est mandaté pour présider notre célébration au nom de l'Église et en communion  avec l'Église universelle. C'est ainsi que le Père Carré O.P. traduit la salutation d'ouverture "Le Seigneur est avec vous." lLe verbe au présent.  C'est un acte de foi en la présence du Christ dans la commuauté Un acte de foi en la communauté premier sacrement de la présence du Ressuscité..  Et la communauté répond: "Et avec toi, l'Esprit." Nous reconnaissons en toi celui que l'Esprit nous envoie pour présider notre célébration.  Prenons la route à la découverte de notre Eucharistie. Bon dimanche

Publié dans Textes de réflexion
Page 1 sur 3