• slider1
  • slider2
  • slider3
  • slider4
  • slider5
  • slider6
  • slider7

Homélies, réflexions et spiritualité

Filtrer les éléments par date : avril 2024
mardi, 23 avril 2024 13:50

Un raisin. Jn 15, 1-8.

Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Le produit de la vigne est le raisin. Suis-je donc un raisin? Pourquoi pas un navet ou une carotte? Cette image de l'Évangile de notre dimanche. 5e dimanche après Pâques, nous invite à une bonne réflexion. Le produit de la vigne est du bon vin qui réjouit le coeur de l'homme. Quand je regarde une vigne j'y vois deux moments importants: Le présence du vigneron qui prend soin de sa vigne, et le produit de la vigne qui apparait automatiquement avec les bons soins du vigneron. Donc d'une part, il y a le bon soin du vigneron, et d'autre part, l'accueil du fruit de la vivgne. Qu'est-ce à dire pouor moi aujourd'hui?

Dieu est le vigneron qui, présent dans ma vigne, lui fait porter du fruit. C'est extraordinaire, Le Divin vient jardiner dans ma  vigne pour lui faire porter du fruit. Jésus n'est pas en dehors de la vigne. il en fait partie, il est présent au quotidien en moi pour me faire porter de bons fruits. Suis-je conscient de cela? Sommes-nous conscient de cette présence en nous?  Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits. Ce n'est pas moi, seul, qui porte du fruit; ce n'est pas Jésus, seul, qui porte du fruit; c'est nous deux ensemble. De sorte qu'il m'apparait difficile de distinguer ce qui est de Dieu et de nous.

Mais que signifie demeurer en Jésus? Je peux demeurer chez quelqu'un ou avec quelqu'un. Demeurer chez quelqu'un, c'est partager la même maison, souvent la même table,  mais l'Importance est mise sur le lieu. Demeurer avec quelqu'un, c'est vivre non seulement chez lui mais avec lui, l'importance est mise sur la vie partagée, le bonheur partagé. Vivre avec Jésus, c'est l'accueilir chez soi, avec soi et partager à la fois les peines et les joies du quotidien. Lui permettre de produire en moi des fruits en abondance. C'est le laisser travailler en moi pour me permettre d'avancer sur le chemin de la perfection. Nous nous sentons chez-nous en lui. C'est le laisser progresser en nous dans l'amour. Demeurant en lui, nous portons du fruit, nous donnons vie aux autres. C'est avoir la vie en abondance.

Quand je dis à quelqu'un: "Tu es un raison," ce n'est pas très flatteur. Mais pour nous le raisin devient un bon vin. le raisin est l'image du fruit que nous portons.  Notons que Jésus nous dit, celui qui demeur een moi et en qui je demeure, porte beaucoup de fruit. Nous portons du fruit, nous ne produisons pas de fruit.  Alors ce fruit n'est pas notre oeuvre seul, il est l'oeuvre du Christ en nous et avec nous. C'est ensemble que nous portons du fruit. Alors ce sont des fruits d'amour, de paix, de charité, d'entre aide, de pardon ... 

Cependant si le vigneron travaille ma vigne, je dois moi aussi faire ma part pour entretenir ma vigne. J'ai besoin à l'occasion d'être émondé,  purifié pour permettre à Jésus de travailler en moi. Mon regard sur les autres est souvent de travers et il a besoin d'être redressé, mes jugements sont trop souvent superficiels, ils ont besoins d'être purifiés, mon coeur a besoin d'apprendre à aimer, etc ...

Alors, aujourd'hui dans le partage de l'Eucharistie avec ma communauté, je ne veux pas rester raisin. Je veux devenir un bon fruit. Pour cela je vais laisser entrer Jésus en moi et le laisser travailler avec moi pour avoir la vie en abondance. Je veux rendre grâce au vigneron qui chaque jour émonde ma vigne pour lui faire porter du fruit. Amen. 

Publié dans Homélies
mardi, 16 avril 2024 13:41

Le vrai berger. Jn 10, 11-18.

Moi, je suis le vrai Pasteur, le vrai berger, je connais mes brebis et elles me connaissent. Je donne ma vie pour mes brebis.  Tel est le message de l'Évangile de notre dimanche. Le dimanche du bon Pasteur qu'on appelle aussi ; dimanche des vocations. C'est une journée chargée de sens qu'il nouos faut méditer en profondeur pour en cueillir toutes les leçons.

Le berger entre par la porte alors que le mercenaire entre par effraction. Le berger entre par la porte, c'est-à-dire qu'il entre par le coeur avec une forte expérience et non avec de belles paroles mais trop flateuses pour être vraies. le gardien connait le berger et lui ouvre quand il arrive  alors que le mercenaire va souvent escalader la clôture pour entrer. Il est la pote par où je peux entrer.

Mais le bon Berger dans notre Évangile de ce jour  évoque une situation. Un bon Pasteur de dépouille de sa vie pour les siens. Il donne sa vie pour ceux qu'il aime.  Jésus accepte la mort pour nous prouver son amour. Il vient nous dire jusqu'où va la fidélité à lui-même, aux siens, à sa mission. Il donne sa vie plutôt que de se renier. Nulle part, Jean ne parle du péché, de la remise du péché; pour lui Jésus meurt, donne sa vie par amour pour ceux qu'il aime. Comme si Jésus disait: Je vous aime assez pour ne pas vous renier, je donne ma vie pour vous.  L'amour est d'abord l'objectif de la mort de Jésus. Jésus se donne par amour, quelle grande preuve d'amour, qu'elle témoignage d'amour, voila jusqu'où nous pouvons aller dans l'acceptation de don de notre vie.

Il nous faut prendre conscience tout d'abord que nous avons tous et toutes besoin d'amour. Les enfants on besoin de l'amour de leurs parents, les vieillards ont besoin de l'amour de leurs enfants ou d'amis; tous, un jour ou l'autre, avons besoin de l'amour de quelqu'un, l'amour d'un berger. Ne cherchons-nous pas quelqu'un qui veille sur nous dans nos moments de faiblesses? Jésus réppond à ces besoins: Je suis le bon pasteur, je vous connais, je sais vos besoins, et je viens y répondre. Je vous connais par votre nom et si quelqu'un prend un mauvais chemin, je le prends sur mon dos et le ramène dans le droit chemin. Un jour ou l'autre, nous avons fait l'expérience de cet amour inconditionnel pour nous. Elles écouteront ma voix et n'y aura qu'un seul toupeau et qu'un seul pasteur. 

Mais Jésus nous demande aujourd'hui d'être des bergers à son exemple. Qu'est-ce à dire? Pour être un berger à l'exemple de Jésus, nous devons d'abord être un bon dicsciple. Nous ne pourrons difficilement apprendre à être berger comme Jésus si nous ne sommes pas disciple, si nous n'avons pas appris à aimer et à servir comme lui. D'abord le Bon Berger connait ses brebis par leur nom. Il conduis les gens qui lui sont confiés sur un chemin de liberté, il les écoutent, les accompagnent, est attentif à leurs beosins: Je suis venu pour qu'ils aient la vie et la vie en abondance.

Être un berger ne veut pas dire être parfait, mais être capables d'accueillir un pardon et de donner un pardon. "Tous ceux qui portent une autortié sont appelés à être des modèles de pardon. On ne peut pas conduire à plus de maturité si on n'est pas soi-même en route vers plus de maturité." Devenir des bergers c'est sortir de notre égocentrisme pour se tourner vers ceux dont nous sommes responsables, leur dire leur beauté et les aider à devenir pleinement vivants. Le pasteur est un être fécond et non efficace. Quand nous fabriquons un objet, il nous appartient, nous pouvons en faire ce que nous voulons, mais si nous créons un lien avec quelqu'un, il reste libre d'agir selon son être.

Jésus est venu nous donner la vie et donner sa vie par amour pour nous. Il est venu briser les barrières qui séparent les gens pour nous unir en communautés. C'est l'acte d'amour suprême qui refait l'unité brisée. Et ainsi la mort n'est plus une tragédie, mais "la lampe de la  vie qui s'éteint parce que la lunière de l'aube nouvelle vient de se lever." C'est à tout cela que nous venons communier à chacune de nos messes diminicales.

Publié dans Homélies
samedi, 13 avril 2024 14:31

Faut lire.

Je viens de terminer une deuxième lecture de "Dieu" de Frédéric Lenoir. L'auteur fait l'histoire de la connaissance de Dieu ou des dieux dans le passé pour aboutir à la connaissance du Dieu unique connu sou sdifrférentes façon. Les chrétiens parlent tous du même Dieu mais à travers des connaissances différentes et des façons de croire différentes. Ce qui divisen t les chrétiens c'est souvent ces façons différentes de voir Dieu.

Aujourd'hui les chrétiens découvrent une nouvelle façon de voir Dieu. Ils passent d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur à eux-mêmes. "Le royaume de Dieu est à l'intérieur de vous." Jn 17, 21. Les chrétiens découvre un Dieu au quotidien qui les accompagne. Ils tournent le dos à une façon de voir Dieu et non à Dieu lui-même. Comme disait Maitre Eckart: "Je prie Dieu qu'il me libère de Dieu." Frédéric Lenoir affirme à la fin de son livre: "Je suis donc chrétien poour deux raisons:  Une expérience personnelle du Christ vivant et un émerveillement constant devant la force de sÉvangiles, leur hauteur spirituelle,  leur humanité, leur universalité."

Le renouveau de nos communautés chrétiennes passera par la lecture et une méditation assidue de l'Évangile pour faire ce passage d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur.  Et nous pourrons vivre l'unité dans la diversité des façons de célébrer. Laissons la vie s'écouler selon son rythme .....

 

Publié dans Textes de réflexion
samedi, 13 avril 2024 14:31

Faut lire.

Je viens de terminer une deuxième lecture de "Dieu" de Frédéric Lenoir. L'auteur fait l'histoire de la connaissance de Dieu ou des dieux dans le passé pour aboutir à la connaissance du Dieu unique connu sou sdifrférentes façon. Les chrétiens parlent tous du même Dieu mais à travers des connaissances différentes et des façons de croire différentes. Ce qui divisen t les chrétiens c'est souvent ces façons différentes de voir Dieu.

Aujourd'hui les chrétiens découvrent une nouvelle façon de voir Dieu. Ils passent d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur à eux-mêmes. "Le royaume de Dieu est à l'intérieur de vous." Jn 17, 21. Les chrétiens découvre un Dieu au quotidien qui les accompagne. Ils tournent le dos à une façon de voir Dieu et non à Dieu lui-même. Comme disait Maitre Eckart: "Je prie Dieu qu'il me libère de Dieu." Frédéric Lenoir affirme à la fin de son livre: "Je suis donc chrétien poour deux raisons:  Une expérience personnelle du Christ vivant et un émerveillement constant devant la force de sÉvangiles, leur hauteur spirituelle,  leur humanité, leur universalité."

Le renouveau de nos communautés chrétiennes passera par la lecture et une méditation assidue de l'Évangile pour faire ce passage d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur.  Et nous pourrons vivre l'unité dans la diversité des façons de célébrer. Laissons la vie s'écouler selon son rythme .....

 

Publié dans Textes de réflexion
samedi, 13 avril 2024 14:31

Faut lire.

Je viens de terminer une deuxième lecture de "Dieu" de Frédéric Lenoir. L'auteur fait l'histoire de la connaissance de Dieu ou des dieux dans le passé pour aboutir à la connaissance du Dieu unique connu sou sdifrférentes façon. Les chrétiens parlent tous du même Dieu mais à travers des connaissances différentes et des façons de croire différentes. Ce qui divisen t les chrétiens c'est souvent ces façons différentes de voir Dieu.

Aujourd'hui les chrétiens découvrent une nouvelle façon de voir Dieu. Ils passent d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur à eux-mêmes. "Le royaume de Dieu est à l'intérieur de vous." Jn 17, 21. Les chrétiens découvre un Dieu au quotidien qui les accompagne. Ils tournent le dos à une façon de voir Dieu et non à Dieu lui-même. Comme disait Maitre Eckart: "Je prie Dieu qu'il me libère de Dieu." Frédéric Lenoir affirme à la fin de son livre: "Je suis donc chrétien poour deux raisons:  Une expérience personnelle du Christ vivant et un émerveillement constant devant la force de sÉvangiles, leur hauteur spirituelle,  leur humanité, leur universalité."

Le renouveau de nos communautés chrétiennes passera par la lecture et une méditation assidue de l'Évangile pour faire ce passage d'un Dieu extérieur à un Dieu intérieur.  Et nous pourrons vivre l'unité dans la diversité des façons de célébrer. Laissons la vie s'écouler selon son rythme .....

 

Publié dans Textes de réflexion

Je commence par une petite histoire ce matin. Un petit sapin sur une haute montagne rêvait de pousser et devenir grand pour toucher le ciel. Les années passent et il était devenu grand. Tout le monde le regardait et il était fier de lui. Un bon matin, des bûcherons grimpent la montagne et abattent notre arbre. On le débite en belles planches et on l'entasse  dans une cour à bois. Quelques temps plus tard, on fabrique une croix sur laquelle un homme sera crucifié Depuis ce temps, les gens, hommes, femmes et enfants regardent la croix. Le rêve du petit arbre est réalisé.

Le bois de la croix et le pain ont quelque chose en commmun; grâce à eux, nous nous souvenons de l'événements. Mais Jésus n'a pas cherché le sensationnel. Il est passé par des voix simples et le personnage de Thomas nous présente un Jésus qui ne recherche pas la renommée. Il dit simplement "Mets ta main dans mon côté."

Aujourd'hui l'Évangile nous présente des gens peureux, cachés dans leur maison et Jésus doit entrer chez eux pour se faire reconnaitre. On se racontent doucement ce qui vient de leur arriver lorsque Jésus se présente. La foi n'est pas adhérer à des idées ou de belles théories, mais de croire à quelqu'un. Croire est ainsi le fruit de l'expérience qui fait dire souvent: Je ne crois pas, je sais. Je sais que Jésus est ressuscité parce que j'en ai fait l'expérience.  Souvent c'est ce qui manque dans nos vies. Nous croyons ce que l'on nous a appris, mais nous avons omis de faire une expérience. C'est l'exemple des apôtres dans la Bible. Ils firent l'expérience du Christ, c'est pourquoi ils sortirent et prirent la route pur l'annoncer.

Pour compléter le fruit de leur expérience, il leur demanda: Avez-vous quelque chose èa manger?  Il mangea devant eux. A Partir de cette expérience, il leur ouvit l'intelligence aux écritures: Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu'il ressusciterait d'entre les morts le troisème jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés a toutes les nations en commençcant par Jérusalem.  A vous d'en être les témoins.

Jésus leur dit: A vous d'en être les témoins. Il ne les envoie pas comme des haut-parleurs pour annoncer sa résurrection, mais comme témoins.  Vous avez vus, vous avez crus, rendez témoignage maintenant. C'est un exemple pour aujourd'hui. Nous devons aussi rendre témoignage du ressuscité pour conduire les gens a Jésus. Comme les apôtres nous sommes en marche sur la route de la vie et nous rencontrons différentes personnes a qui nous devons rendre témoignage. Ils étaient deux quand ils l'ont reconnu sur la route, c'est dans la relation que nous devons le reconnaitre et en témoigner.  

Dans chacune de nos Eucharistie comme dans nos moments de prière, c'est un moment de rencontre qui dit notre foi et notre expérience du Christ. Alors la question est: Comment dire Jésus aux autres? Comment être témoins? 

Publié dans Homélies
mardi, 02 avril 2024 16:59

l'incrédule, Jn 20, 19-31.

 

Jésus ressuscité visite ses amis cachés derrière des portes closes. Notre ami Thomas est présent et un peu offusqué que Jésus soit déjà venu alors qu'il était absent. Alors Jésus lui dit:Mets ton doigt dans la traces des clous, mets ta main dans mon côté, cesse d'être incrédule, sois croyant. C'est une magnifique rencontre qui se déroule sous nos yeux et il est important de la bien méditer.

Les disciples de Jésus sont camouflés derrière des portes closes par peur et Thomas ne veut pas croire sans avoir vu les plaies de Jésus. L'attitude de Jésus est extraordinaire. Il ne fait aucun reproche ni à l'un ni aux autres. Il leur souhaite la paix et répond aux exigences de Thomas. Jésus pardonne leur manque de foi.  Il répond au doute par l'amour et le pardon. Cette attitude de Jésus nous avons besoin de la regarder et de se l'approprier dans notre contexte de socité d'aujourd'hui. Nous sommes dans un monde où la violence augmente et où le pardon semble absent. C'est touchant de voir Jésus répondre aussi facilement aux désirs de Thomas. Ce geste arrachera ce cri à Thomas: Mon Seigneur et mon Dieu.  Ce cri vient du coeur.

Jésus transforme ces individus en une communauté de croyants unis les uns avec les autres et les envoie en mission.  La résurrection signifie le changement de statut  et de présence du Christ au milieu des siens. Cette rencontre avec les disciples nous montre bien que la relation que le ressuscité vient vivre avec nous est le fruit d'une expérience profonde et non de connaissance intellectuelles. Si Thomas peut dire"Mon Seigneur et mon Dieu," c'est qu'il fut touché au fond du coeur. Ce ne sont pas des théories ou des pratiques qui nous font croire vraiment.  La reconnaissance de Thomas n'est pas une acceptation abstraite, mais le signe qu'il est touché au fond du coeur et qu'une relation personnelle s'est établie.

Ceci est vrai pou rnous aussi. Notre reconnaissance du Christ dans nos vies est le fruit d'une expérience personnelle où nous pouvons dire: "Je sais que le christ est ressuscité." Comme je peux dire que mes parents m'aiment parce que j'en ai fait l'expérience.  Notre participation à l'Eucharistie du dimanche est aussi le fruit d'une expérience du Christ et non une obligation venant de l'extérieur. Nous pourrons dire ave cThomas: Mon Seigneur et mon Dieu.

Publié dans Homélies