Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

jeudi, 20 juin 2024 13:03

Un bon message.

Jean=Philippe Pleau: Rue duplessis, Mapetite nourceur. Ed. Lux. L'auteur fai tl'histoire de sa vie. Née dans une famille pauvre, d'un père illettre et d'une mère très peu scolarisée, l'auteur nous fait coir de l'intérieur la situation de vie d'une famille pauvre qui en arrache pour survivre. Il nous fait toucher du doigt aussi la situation de racisme  devant la pauvreté. C'est plus qu'un roman, c'est l,histoire d'une vie qui réussie à se bâtir un avenir plus confortable et regrette toujours un peu la situation de son passé. C'est à lire.

 

mardi, 18 juin 2024 14:07

Une tempête. Mc 4, 35-41

Des tempêtes, notre monde en vie tous les jours et pas seulement de petites tempêtes. Dans nos vies quotidiennes, dans nos relations; il y a des tempêtes dans la société; nous n'avons qu'a penser au systèeme de santé, les relations Québec et Ottawa, la guerre en IsraÇel et en Ukraine, et combien d'autres. Nous devrios vivre dans un monde de paix et voial que les tempêtes viennent briser nos jours. Les tempêtes d'hiver ne sont rien a côté de ces querelles sans fin. Alors aujourd'hui, dans l'Évangile, Jésus nous donne un bonne leçcon.

Les apôtres viennent tout juste de recevoir un enseignement de Jésus et celui-ci leur dit: Passons sur l'autre rive. Autrement dit: Je vous ai donné une lecon de vie, maintenant mettez-la en pratique. Les apôtres prennent la mer et voila que la dispute s'élève entre eux. La tempête est l'image de ces querelles, de ces guerres et disputes sans fin entre les êtres humains supposément capables de vivre en harmonie et non de se déchirer les uns les autres.  Notons que l'évangéliste parle du soir et de la nuit. La nuit est ce moment ou le mal intervient, les démons font surface. Quand il fait nuit dans nos vies, que le Seigneur est absent, c'est alors que le forces du mal interviennent. Jésus dort sur un coussin.

Chose surprenante, Jésus dort dans le bateau pendant la tempête et que ses disciples sont en péril. Nous pouvons penser que durant le sommeil, Jésus leur échape et ils doivent compter sur leur propre capacités. Jésus doit se demander comment ils vont sortir de cette tempête.  C'est ce que nous vivons  chacun d'entre nous. Dans les tempêtes, notre première réaction est le désarroi, la peur comme l'ont fiat nos amis les disicples. Quand Jésus semble absent, senble dormir, compter sur nos propres forces nous semble impossible, nous avons besoin de nous tourner vers le Christ présent en nous, présent dans notre bateau.  A la messe nous le recevons en nous, mais dans la détresse et la peur nous oublions trop souvent cette présence.

Dans ce sommeil, Jésus nous enseigne sa confiance en son Père. Mais trop souvent nous oublions cettte confiance. Les apôtres vont crier a Jésus: Nous prissons et tu ne fais que dormir. Alors Jésus s elèeve et commande aux vents et a la mer de se tenir tranquille. Les deux s'apaisent et obéissent a la commande de Jésus. Mais Jésus ne répond pas aux reproches des disciples; Il se lève et commande aux éléments de se taire. Cette incompréhension des disciples est une caractéristique de l'Évangile de Marc. Nous sommes invités èa nous retrouver dans cette incompréhension et a questionner notre foi et adhésion au Crist Jésus. Marc nous propose le parcours d'un Jésus qui se révèle petit a petit et fait grandir la foi des siens. De la l'étonnement des disciples; Comment peut-il commander aux éléments de se taire? Qui est-il donc?

Ce récit vient questionner notre foi. Nous le rececvons chaque semaine dans l'Eucharistie. Serait-ce devenu une habitude qui ne porte plus de fruit? Parfois aussi la force du Christ en nous agit sans que l'on puisse la nommer. Soyons dans l'action de grâce pour cette présence de tous les instant au coeur de notre vie. Tu es la au coeur de nos vies et c'est toi qui nous fais vivre, chantons-nous. Amen. 

 

samedi, 15 juin 2024 14:52

À lire.

GérardBlais: Moi, mon chapeau, Ed. es cahiers de Cap=Rouge. L'auteur est un père Marianniste qui a vécu plusieurs années dans des pays de mission, pauvres et racontent sa vie avec des leçons profitables pour nous. Il a son parlé franc, questionneurs qui dérange et pousse en avant.  Il faut le lire avec des yeux sans parti pris et se laisser bercer par sa verve et son entrain. Bonne lecture.

 

mercredi, 12 juin 2024 14:22

Bonne lecture

Daniel Meurois: Visions Esséniennes. Le feu féminin. Ed. Le Passe-Monde. L'auteur met dans la bouche d'un Essénien l'enseignement de Jésus et celui-ci intervient pour rectifier ou mieux enseigner sa pensée. Dans notre monde où l'évangélisation est importante, cette lecture peut permettre d'aider à cette mission. L'auteur cherche à rendre présent aujourd'hui l'enseignement du Christ. Ce n'est pas un livre que l'on met sur un étagère une fois terminé. On y revient. Bonne lecture.

 

mardi, 11 juin 2024 15:57

Bonne Lecture.

Daniel Meurois: Visions esséniennes. Ed. Passe-Monde. L'auteur met dans la bouche d'un essénien l'enseignement de Jésus. L'intérêt de ce livre est que l'enseignement est actualisé et trouve un prolongement à notre époque. Ce n'est pas un roman ni un livre que l'on met sur la tablette, mais qui reste toujours vivant et actuel et que nous aimons reprendre à l'occasion. Bonne lecture.

 

mardi, 11 juin 2024 13:57

Le royaume de Dieu. Mc 4, 26-34.

Quelqu'un m'a emporté un petit panier de fleurs dernièrement, il grandit et devient beau. En le regardant, je méditais.  Il y a quelque temps, il n'y avait dans ce panier que de la terre. Le jardinier y déposa une petite graine, toute petite et me voila avec un beau panier de fleurs. Il y avait dans cette petite graine une puissance de vie qui l'a fait grandir et produire ce pourquoi elle était faite. C'était une graine de géranium et elle n'a pas produit de roses ou de lilas, mais de beaux géraniums.  Les graines de semence produisent ce pourquoi elles sont faites, comme disait l'autre: Selon la musique de leur être. 

Je me disais, il doit en être ainsi du royaume de Dieu. Nous n'avons pas besoin de tirer dessus ou de le bousculer pour le faire advenir. Le royaume de Dieu est là au coeur de nos vies, il s'agit de le reconnaitre et de le laisser grandir. Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette en terre la semence; nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève la semence germe et grandit, il ne sait comment. C'est le mystère du règne de Dieu. Le règne de Dieu est semé en nous dès notre naissance; il est rempli d'une puissance divine qui le fait germer et grandir et porter du fruit, on ne sait comment.

Alors notre première mission est de semer, de faire découvrir aux hommes cette semence déposée en eux et qui attend pour donner du fruit. Mais la grosse question pour nous est de savoir comment et quand semer. Dans notre société laïc où nous avons mis la religion de côté, la présence de Dieu semble inconnue. Nous sommes mal à l'aise de parler de Dieu publiquement, alors il devient un peu inconnu. Il s'agit pour nous de passer de la catéchèse à l'évangélisation. Catéchiser c'est expliquer et évangéliser, c'est faire découvrir. Nous ne sommespas habituer à évangéliser.

La semence du royaume de Dieu fait  penser à une graine de géranium, elle possède une puissance divine qui la fait germer et grandir en nous dès que la lui donnions de dont elle a besoin pour germer: un peur d'amour et de patience. Nous avons besoin de bien connaitre notre terre pour faire cette annonce. Notre terre aujourd'hui a besoin d'engrais, de patience, d'amour et surtout de connaitre la graine que nous lui donnons. Elle fut ensemencer trop souvent par de mauvaises graines ce qui a laisser un vent de méfiance. La semence du royaume porte du fruit dans la vie de chacune et chacun selon la qualité de la terre et l'amour de chacun. Le danger est de vouloir que la semence pousse de la façon dont nous le voulons, d'imposer une façon de germer et de produire à notre volonté et non à celle de la semence. Il nous est demandé de semer, de dormir, et d'entretenir la semence. L'Esprit fera le reste. Le Seigneur dit dans Ezéchiel: Je suis le Seigneur, j'ai parlé et je le ferai.  Il s'agit d'avoir confiance en cette parole de notre Dieu et ne la puissance de la semence du royaume.

Nous pouvons gardé comme exemple la croix de Jésus. Le vendredi Saint, tout semblait disparu, éteint à jamais. Mais voila que le dimanche de Pâques, tout réaparait mystérieusement. La puissance divine a vaincu l'obstacle de la mort et donner la vie. Aujourd'hui notre Église semble mourrir, disparaitre, mais soyons confiants demain elle renaitra selon le plan de Dieu et non le nôtre. Il y a en elle cette puissance divine capable de vaincre les obstacles et de produire des fruits de salut. Ce ne sera sans doute pas les nôtres, mais ce sera les fruits de l'Esprit qui renaitront selon le coeur de Dieu. Dieu veille sur la semence de son royaume dans le monde. Il nous demande simplement de semer et de dormir. Ayons confiance en cette semence. Amen.

  

samedi, 08 juin 2024 21:13

Agréable lecture.

Ériec-Emmanuel Schmitt: Journal d'un amour perdu. Ed. Albin Michel. L'auteur raconte sa vie à la suite de la mort de sa mère. "ce texte explore le présent d'une détresse autant que le passé d'un bonheur. L'auteur finit par transformer une expérience d ela mort en une splendide le^con de vie." Bonne lecture.

 

Il nous arrive souvent d'accuser les autres de nos propres erreurs. C'est ma soeur ou mon frère qui m'ont  fait agir ainsi. Cette manière de vivre est vieille comme le mnde. Dans la première lecture d'aujourd'hui, au jardin d el'Eden, les premirs êtres humains ont fait l'expérience de cette façon de se libérer de ses responsabilité. La femme que tu m'as donnée, c'est elle qui m'a donné du fruit de l'arbre. (...) C'est le serpent qui m'a trompée dit notre mère Eve.. Dès la création nous avions pris l'habitude de reporter sur les autres notre propre responsabilité. C'est commode.

Ces gens ont découvert qu'ils étaient différents les uns des autres, non seulement au plan physique mais surtout psychologiques et même religieux. Leurs différence les sépara. Ils se firent des pagnes pour se protéger, des masques pour éviter de s'accepter avec ces différences.  Et chacun fait reporter sa responsabilités sur le dos du voisin. Aujourd'hui encore les différences entre nous  sont souvent cause de séparation, de malentendus et de chicanes. Ces différences sont des avantages et des richesse et sont vues trop souvent comme des obstacles à la bonne entente. La vie serait tragiquement monotone si ces différences n'existaient pas.

Jésus  a rencontré la même opposition dans sa mission. C.est par le chef des démons qu'il expulse les démons. Il est fou, il a perdu la tête lui dit-on de partout. Même sa famille est dans ce clan. Il nous faut l'arrêter. Combien de fois n'avons-nous par dit la même chose devant des chrétiens un peu trop chrétiens. Ils sont fous, ils ont perdu le tête.  Ils croient à des choses qui n'ont pas de bon sens. Qui sommes-nous pour juger de la foi des autres. Acceptons de ne pas être d'accord mais laissons les autres croire ce qu'ils pensent vrais. Jésus est venu accomplir ce que le Père lui a demandé.

Je souhaite que Jésus nous regardant  étant la main et dit: Voici mes frères mes soeurs et ma mère. Nous faisons partie de la famille de Jésus. Ma famille aujourd'hui, ce sont les petites communautés de prières, de partage de la Parole, communauté de fraternité, d 'entraide et de paix.  Lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux.  L'avenir de la foi et de l'Église passera par ces petites communautés de partage qui conduiront les gens au Christ. Il devient important et urgent de revoir les ministères    surtout le ministère baptismal, ministère des baptisés. Ces patites communautés fraternelles ont beoin de l'Eucharistie et nous devons réaménager nos structures pour permettre à chacune de célébrer. Le Seigneur se donne gratuitement à nous, ne posons pas d'entraves à sa venue.

Nous célébrons aujourd'hui le dimanche de l'Eucharistie, ce jour merveilleux où Jésus fit le plus beau cadeau à son Église. Jésus voulu rester présent et force pour les siens, il se donna lui-même comme nourriture pour accompagner les apôtres dans leur mission. Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu puisses manger la Pâque? Allez à la ville: un homme portant une cruche d'eau viendra à votre rencontre. Suivvez-le. 

Jésus envoie les siens à la ville, au coeur du monde et non dans un endroit fermé à l'écart. Il leur recommande de suivre un homme qui porte une cruche d'eau.  À l'époque ce sont les femmes qui transportent l'eau et non un homme. Jésus brise la coutume. L'eau est un symbole de vie. Alors Jésus dès le départ met les siens au coeur du monde et leur indique de suivre la vie, non pas de se mettre à l'écart de la vie. C'est là qu'ils trouveront les endroits pour faire les préparatifs de la Pâque.  Dans ce repas, Jésus fait passer le monde du repas Juif de l'ancien Testament au repas chr.étien du Nouveau Testament. 

L'homme montre au disciples une grande salle toute prête pour le repas, il ne reste que quelques préparatifs à réaliser.  Cette salle est le symbole de celle de notre vie, de notre coeur. C'est en nous que Jésus entre pour manger la Pâque avec nous. Jésus veut refaire alliance avec nous. La pâque symbolisait la sortie du peupe juif de l'esclavage en égypte et Jésus va lui donner un sens  plus spirituel en en faisant un geste de conversion et de communin profonde avec nous. Jésus se donne à nous pour bâtir son royaume d'amour et de paix sur terre. Je dois porter attention à ma salle. Elle est le lieu de la rencontre du Christ  avec moi.

Les disciples all<erent à la ville et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Il préârèrent la Pâque. Prendant le repas, il prit du pain et prononça la bénédiction. le rompit et le leur donna, et dit: Prenez ceci est mon corps. Il prit la coupe de vin et dit`Prenez et buvez ceci est mon sang.  Jésus sair que demain on va le mettre à mort. Il disparaitra à la vue des siens. Alors il va donner un moyen de se rendre présent. Il voudra que ses disciples deviennent son corps et son sang et ainsi le rendre présent au monde.  Et non seulement il sera présent en eux, il se donne comme nourriture pour qu'ils aient la force de réaliser leur mission. Communier au corps du Christ, c'est  devenir son corps présent dans le monde.

Nous communions au Christ  et nous communions les uns aux autres pour devenir ensemble le corps du Christ. Nous ne pouvons communier vraiment au Christ si nous ne communions pas les uns aux autres. Nous sommes apelés à devenir le Corps du Christ.  Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d'eux.  Devant l'adversité, Jésus n'offre aucune résistance , il se donne, il se livre  dans l'espoir que la force de son amour pourra vaincre  la haine des  ennemis. Il ira jusqu'au bout de l'amour, le don total de sa vie par amour pour l'humanité.  C'est sa façon de nous dire: Je vous aime.

L'Euchasristie n'est pas un rite mais une action liturgique de communion ensemble et avec le Christ. Nous sommes nourris d'abord par la  Parole et ensuite du pain et du vin. Heureux me dis-je qui peut célébrer dans de petits groupes ou chacun peut partager la Parole et grandir dans la connaissance du Christ. Le premier rôle de l'Eucharistie est de nous faire grandir dans sa connaissance et ensuite de nous faire réaliser son Corps vivant dans le monde dans la communion ensemble. "Célébrer l'Eucharistie nous apprend à vivre une vie eucharistique, à faire eucharistie en toute chose. La mission de l'Église est de faire naitre l'Eucharistie." Une communauté chrétienne ne peut exister sans Eucharistie. Nous revivrons peut être comme le début de l'Église, celui qui préside à la vie de la communauté préside aussi à l'eucharistie, alors que nous faisons l'inverse; celui qui préside à l'Eucharistie préside  l'Eucharistie préside aussi la vie de la communauté.

 

 

mardi, 21 mai 2024 16:06

Une mission. Mth 28, 16-20.

Dimanche de la Sainte Trinité, Jésus donne une mission à ses apôtres et leur assure sa présence. Allé! De toutes les nations faites des disciples: baptisez-les au nom du Père, du Fils et de l'Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai enseigné. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. Voila grande mission des apôtres et aussi leur certitude de n'être jamais seuls dans cette mission.

Cette mission donnée repose sur trois  démarches différentes et bien marquées. Il leur dit d'abord: Allez et faites des disciples.   Être disciples du Christ ressuscité est la vocation de tout être humain. Notre vocation prmière est de mettre nos pas dans ceux du Christ; c'est de suivre Jésus Christ. Pour bien suivre le Seigneur, il nous faut le connaitre, connaitre sa Parole, son enseignement. Notre première attitude est de se mettre à l'école du Christ, à l'écoute de sa Parole. Faired es disciples d eJésus, c'est faire vivre une expérience du Ressuscité dans leur vie. C'est avant tout de faire l'expérience de la liberté de l'Évangile. Il s'agit d'être disciples soi-même et d'inviter les autres à faire comme nous. Et retenons bien que nous ne devenons pas disciples à partir de notions ou de théories claissiques, mais à partir d'une expérience personnelle au fond du coeur.

La deuxième démarche donnée par le Seigneur est la reconnaissance du disciple par le bapême. Baptisez-les au nom du Père ... Le baptême est l'entrée dans l'Église et la reconnaissance de sa démarche de foi. Il est l'aboutissement de son expérience du Christ. Nous ne sommes plus seulement humain mais sommes devenus divin.  Il devient impossible de parler de Dieu sans parler de nous et vice versa. Tout devient divin. On pourrait traduire en disant qu'il s'agit de l'expérience mystique du christ. Le Christ ressuscité n'est plus en dehors de nous, mais en nous. Le baptême nous fait découvrir cettte réalité que nous sommes des enfants bien-aimés de Dieu et nous le fait célébrer.

Jésus nous dit ensuite: Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai enseigné. Si nous sommes les enfants bie-aimés de Dieu, si nous avns fait l'expérience de sa présence en nous, nous garderons au fond du coeur ses enseignements, des lois. C'est ainsi que nous devenons crédible pour les autres. La vie toute entière du disciple doit rendre témoignage de l'enseignement du Christ pour que nous devenions crédible pour l'environnement.

Mathieu tremine son Évangile par une parole d'assurance: Quant à moi, je suis avec vous jusqu'à la fin des temps.  Jésus accompagne ses envoyés. Il leur reste fidèle pour les encourager dans les moments plus difficiles. Aujourd'hui Jésus est encore là auprès de nous dans son Église pur nous accompagner dans les moments difficiles et de changements que l'Église traverse. Nous devons rester confiants dans cette présence du Christ à travers les doutes et les incertitudes du chemin. 

Dans cet Évangile, Jésus vient donner à la fois la vocation de disciples  et sa mission. La vocation ne se confond pas avec un engagement. Nous sommes invités par le Seigneur a être disciples et comme conséquence, nous avons à faire des disciples. Par le baptême nous devenons enfant de la maison et l'ouvrier travaille pour un salaire, l'enfant entretien la maison. La vocation est une relation d'amour avec quelqu'un qui m'a invité en me promettant la sainteté au terme de ma vie. La vocation est la façon dont Dieu veut que nous lui soyons unis, et la mission est la façon dont Dieu est présent dans le monde et notre participation à cette présence.   Répondre à sa vocation est de découvrir chaque jour comment conduire notre vie pour être un signe de la présence de Dieu dans le monde.  

 

Page 1 sur 247