nouvelles2

Homélies, réflexions et spiritualité

Nouvelles

mercredi, 13 décembre 2017 23:01

Bonne Lecture.

Écrit par

Jean Vanier: Un cri se fait entendre. Novalis, 2017. Pour présenter ce livre, je laisse la parole à Jean Vanier lui-même. "Ce livre est né d'une urgence. Devant le triste spectacle des divisions, des peurs, des guerres et des inégalités de notre monde, devant la dépresison et les désespérances de tant de jeunes, j'ose partager avec vous un chemin d'espérance. Au cours de ma vie, ce sont les personnes avec une déficience intellectuelle qui m'ont peu à peu transformé, en me libérant de mes peurs, en me révélant  ma propre humanité. Il me semble plus que jamais important de témoigner d'une fraternité possible entre les êtres de cultures, de religions et d'histoire différentes. Rien n'est psrdu. Un chemin vers l'unité, la fraternité et la paix est possible. L'avenir dépend de chacun de nous." C'est un livre d'une très grande vérité qui ne laisse pas indifférent. Excellente lecture.

vendredi, 08 décembre 2017 15:14

Un Noël pas comme les autres.

Écrit par

Je m'arrête à l'église en ce Noël après-midi question de me réchauffer un peu et d'admirer la crèche de l'église. Il faisait froid dehors et aussi un peu dans l'église. Je m'approche silencieusement de la crèche afin de ne pas déranger le sommeil du petit Jésus. Les "calorifères" du Bon Dieu souflent à plein pouvoir pour réchauffer Jésus. Marie a revêtu sa plus belle robe de nuit et Jésus n'a que le bout du nez dégagé. Il ne respectait pa sla loi su rla laïcité.

Le gros boeuf me pique un oeil réprobateur. Je m'approvche hésitant comme si je craignais de voir surgir un volcan. Monsieur le boeuf me dit: Ne viens pas nous déranger. On est fatigué, l'église fut pleine de monde tout l'avant midi.

Je lui réponds: Tout doux, Monsieur le boeuf, je veux simplement dire bonjour au petit Jésus.

Le gros boeuf me dit un peu attendri: Aujourd'hui, j'essaie de réchauffer de mon mieux l'enfant Jésus. J'aimerais pouvoir protéger du froid toutes ces femmes et ces hommes qui a travers le monde sont sans abri victimes de la guerre, de la haine, de l'ambition, qui ont froid et ne sont pas aimés. Tous les gens venus ici ce matin sont repartis à la maison au chaud et semblent insouciants de ce qui se passent dans notre monde.

Ah oui, monsoieur le boeuf que je lui dis, le monde est ainsi fait.

Le petit âne, les oreilles tombantes, me regarde avec un sourire de compalisance et me souffle doucement: "tu sais, moi, aujourd'hui, je représente tous ces enfants qui ont froid et faim et à qui je voudrais donner un peu d'amour et de pain. Pourrais-tu m'aider à réchauffer le monde?"

Oh la la ! petit âne! tu en demnde beausoup à un vieux comme moi. Mais je veux bien essayer quand même.

Joseph "gossait" avec son canif sur un petit morceau de bois avec du frimas dans la barbe, il en avait gros sur le coeur comme beaucoup de gens aujourd'hui. "tu sais, les puissants nous ont obligés, Marie et moi, à descendre de Nazareth jusqu'ici  à dos d'âne, ma pauvre femme qui a donné naissance à l'étranger. Je pense à tous ces gens qui doivent quitter leur pays pour fuir la guerre, la mort, la pauvreét, la torture. Comment aider ces pauvres gens?

Marie méditait toutes ces choses dans son ceur.  Elle me regarde avec son regard de mère comme si elle regardait son enfant et me souffle à l'oreille: "Cet enfnat que tu regardes et que les bergers sont venus reconnaitre, il est spécial. Je ne sais pas ce qu'il deviendra, mais il dérange. Il n'est pas né comme les autres enfants, les étoiles se déplacent pour annoncer sa naissance, les anges chantent dans les nuages; il m'inquiète un peu. Aux dernières nouvelles, faudrait partir pour l'Égypte. Je toruve le voyage bien long et les autobus ne sont pas très confortables."

J'étais étonné devant ce bavardage et je me disais, qu'est-ce que Jésus dirait s'il pouvait parler? surprise! Jésus tourne la tête vers moi et me chuchotte:

"Tu sais, mon frère, Le mnde a froid, il gèle par la guerre, l'ambition des humains. Mais regarde bien autour de toi. Il y a encore de belle-mère de Pierre gelée par la peur que je relève pour s'occuper des femmes victimes de violence, il y a encore des  Zachée qui se montrent les fesses dans leur sycomore que je fais descendre pour partager des biens au service des plus pauvres, il y a encore des paralysés qui se laissent trainer par les autres que je redresse pour servir la vie, il y a encore des disciples entre les mains desquels je distribue le pain de l'amour, de la tendresse et le vin de la vie divine. Il faut voir aussi ce qui est beau dans notre monde.

Demain j'essaierai de lui faire comprendre à ce monde que l'amour est plus fort que la haine, que la perosnnes est plus importante que la loi, que lepardn veut mieux que la vengeance .... Dehors des enfants s'amusent dans la neige, vas leur dire que je les aime.

Je repartis lentement chargé de ce moment de communion devant la crèche ...

 

lundi, 04 décembre 2017 18:15

En lisant.

Écrit par

Gabrielle Izaguirré-Falardeau: La fin de ma faim. Ed de Mortagne. 2017. L'auteure fait le récit de son enfer comme anoréxique et son passage à un état plus normal. Il est intéressant de voir de l'intérieur le trouble et la difficulté vécus par ces personnes pour qui la nouriture est un ennemi. "Son récit témoigne d'un combat qui se poursuit encore au quotidien." L'auteure raconte sa situation avec un brin d'humour qui rend la lecture agréable tout en nous faisant vivre les sentiments de peur, et sa vie est plus arrosée de larmes que de rires. Ce livre peut nous faire mieux comprendre l'univers de ces personnes et en ce début d'Avent nous permettre d'ouvrir des chemins nouveaux en nous. Bone lecture.

 

mercredi, 29 novembre 2017 17:37

Nicolas ...

Écrit par

Nicolas Ciccone: Cuore, ed. Libre Expression. 2017. Ce jeune auteur-compositeur-interprète nous raconte l'histoitre de sa vie au Québec. Conçu en Italie, il est né à Montréal. Longtemps il a été un immigré. Il a du se battre pour survivre. Élevé dans un milieu pauvre la vie ne fut pas très facile pour lui. Sa mère a trimé dur pour le faire instruire et il a maintenant la tête en dehros de l'eau. Il nous raconte bellement comment un fils d'immigré devient québécois. En lisant ce livre, je pensais au paralytique de l'Évangile à qui Jésus commende de prendre son grabat et de rentrer chez lui. Prend ta vie en main et bâti toi-même ton avenir. A la fin de cette lecture, nous avons le gout de lui chanter: Je t'aime tout court. Bonne lecture.

dimanche, 19 novembre 2017 00:27

Face à toi-même.

Écrit par

Jean-Marie Lapointe: Être face à la rue. Ed. Libre expression. 2017. L,auteur raconte son expérience auprès des itinérants. En lisant ce livre, je voyais repasser le chapitre 25 de Mathieu qui défilait  devant mes yeux à chaque page. Le Père Benoit Lacroix disait que les chrétiens avaient délaissé la pratique sacramentelle mais avaient gardé vivante la pratique de la charité sur le terrain. Ce livre en est la preuve vivante. C'est une lecture qui ne laisse pas indifférent,  qui élève et nous montre du doigt l'oeuvre de l'Esprit dans la vie quotidienne. "Je rêve d'une Église qui prenant des empreintes de tout être humain découvre le doigt de Dieu" écrivait quelqu'un. En lisant ce livre que je voyais le doigt de Dieu à chaque page. Ne serait-ce pas une belle forme de "diaconie" exercée dans l'Église? Moi, je rêve d'une Église qui qui pourra découvrir l'Église là  où elle vit. Bonne Lecture.

lundi, 30 octobre 2017 14:45

L'Évangile et les femmes.

Écrit par

Marie-Françoise Hanquez-Maincent: Les femmes dans le ministères de Jésus. De l'ombre à la lumière? Médiaspaul, 2017. L'auteure docteure en théologie et en hautes études anglophones, fait ici une lecture féministe de l'Évangile. elle exploire les textes où les femmes sont présentes en développant l'aspect "témoin" de ces présences. C'est certes une façon nouvelle de lire les textes, une façon questionnante et qui peut même pour certains être scandalisante. Un chapitre nous conduit à entrevoir que le "disciple bien-aimé"  serait une femme. C'est une lecture qui ouvre des fenêtres sur l'avenir à qui veut y réfléchir. De la naissance de Jésus à la vie des premières communautés chrétiennes en passant par le tombeau du matin de Pâques, les femmes ont été une présence importante et même exercé un ministère important qu'il serait peut être nécessaire de retrouver aujourd'hui. Bonne lecture.

jeudi, 19 octobre 2017 21:02

Une lecture actuelle.

Écrit par

Valérie Le chevalier: Ces fidèles qui ne pratiquent pas assez ... Quelle place dans l'Église? Lessius 2017. L'auteure jette un regard sur la situation actuelle de l'Église et faisant une courte analyse de la situation pose des jalons d'avenir. Elle se penche sur la situation des "non pratiquants" et réfléchit sur l'attitude que nous devrions avoir à leur endroit. Elle nous parle de "l'eucharistisation" de la vie des chrétiens de sorte que l'Eucharistie est devenue un moyen de vérifier et comptabiliser les chrétiens. Les chrétiens sont ceux qui viennent à la messe. Quelle arttitude développée face à ces chrétiens qui pratiquent l'Évangile au quotidien mais se sont éloignés de la pratique sacramentelle? C'est une étude brève, mais profitable pour qui   se donne la peine d'écouter.

 

mardi, 10 octobre 2017 18:42

Lisons ensore.

Écrit par

Thich Nhat Hanh: La terre est ma demeure. Autoportrait d'un artisan de paix.Ed. Belfond. 2017. C'est le récit d'un moine boudhiste du Viet Nam qui a vécu un exil de plus de 40 ans hors de son pays. IL a connu les horreurs de la guerre et il raconte son raport à la pauvreté, au rejet ce qui l'a conduit à une sagesse de vie, il a donné beaucoup d'enseignements et fonda des communautés boudhistes. Il dégage une sagesse de vie qui se rapproche de l'Évangile. C'est une lecture intéressante et nourrissante de vi. Bonne Lecture.

dimanche, 08 octobre 2017 18:57

Une Église en sortie.

Écrit par

Lumen Vitae, revue de catéchèse, no du premier trimestre de 2015, Une Église en sortie? Différents auteurs, théologiens et pasteurs en paroisse partagent leurs idées et expériences sur cette question. L'invitation lancée par le Pape François d'une Église en sortie pose bien des questions majeures dans notre monde d'aujurd'hui. Il y a un grand danger que la démarche se résume à vouloir récupérer les chrétiens pour la pratique sacramentelle plutôt qu'une démarche d'évangélisation. "Celui qui met Dieu au centre met aussi l'homme au centre; celui qui met l'homme au centre met aussi Dieu au centre." L'Église en sortie commence d'abord par notre propre sortie personnelle, sortie de conversion à un autre mode d'Église.

 

mercredi, 27 septembre 2017 18:27

La lecture, quelle richesse!

Écrit par

Eric-Emmanuel Schmitt: La vengeance du pardon. Albin Michel, 2017. Cet auteur bien connu nous trace des sentiments vécus par les gens dans des situations précises qui provoquent des actes cruels mais ou le pardon intervient et fait des miracles. Il nous parle de quatre situations qui nouis mènent souvent vers l'envie, la perversion, l'indifférence et le crime. Dans un récit bien conduit qui ressemble à une parabole, l'auteur fait agir le pardon comme arme pour contrer la violence, la jalousie et corriger des actes criminels. Ce ne sont pas seulement des récits, ce sont aussi des pistes éclairantes pour beaucoup de situations au quptidien de nos vies. Bonne Lecture.

Page 1 sur 7