Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

mardi, 16 avril 2019 18:06

Notre-Dame du sacerdoce.

Écrit par

Notre-Dame du sacerdoce, toi, la Mère du Grand Prêtre, prie pour le puple chrétien et ses pasteurs.

Tu as accueilli à Bethléem le Grand Prêtre de l'Alliance, il est venu dans la pauvreté et la joie. O Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand vent d'incarnation.

Tu lui as parlé à Cana, au Grand «prêtre de l'Alliance intercédant pour les pauvres de la noce. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un vent de célébration.

Tu as écouté sur les chemins, le Grand Prêtre de l'Alliance proclamant à ses frères le coeur du Père. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand feu de la Parole.

Tu étais debout à la croix avec le Grand Prêtre de l'alliance, dans l'offrande tu es là à chaque messe. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand vent d'adoration.

 

dimanche, 14 avril 2019 18:44

Prions un petit peu.

Écrit par

Seigneur, envoie-nous des fous qui s'engagent à fond. Qui aiment autrement qu«,en parole et qui se donnent pour de vrai jusqu'au bout.

Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés, capables de sauter dans l'insécurité: L'inconnu toujours plus béant que la pauvreté.

Il nous faut des fous du présent, épris de vie simple, aimant la paix, purs de compromission, décidés à ne jamais trahir, méprisant leur propre vie. Capables d'accepter n'importe qu'elle tâche, de partir n'importe ou, à la fois libres et obéissants, spontanés et tenaces, doux et forts.

Seigneur, envoie-nous des fous. Ls-Joseph Lebret, o.p.

 

dimanche, 14 avril 2019 18:31

La vie.

Écrit par

La vie toute entière est un lent processus d'enfantement à soi-même. La mort en est le couronnement qui permet cette duexième naissance appelée résurrection. Denise Badeau.

L'au-delà dont nous parlons est un au-dedans, il n'est pas après, il n'estpas derrière les nuages ou au-delà des étoiles, il est ici, maintenant." Maurice Zundel.

Il me semble impensable que la vie, une fois commencée, se termine bêtement par une triste dissolution dans la matière et que l'âme, comme une splendeur éphémère, sombre dans le néant. Doris Lussier. 

 

 

lundi, 08 avril 2019 14:54

En jasant.

Écrit par

Le deuxième texte de la création place la création  de l'homme d'abord et la femme en deuxième et tirée de l'homme. Quand on parle de la chute au paradis terrestre, c'est la femme qui mange du fruit et en donne à Adam. Pourquoi ce n'aurait pas été l'inverse?  En lisant ces textes à la lumière des études féminismes, je me rappelais des conversations entendues dnas mon jeune âge concernant les filles et même des mises en garde de certains professeurs au collège classique.. Si une fille était enceinte, c'était toujours de sa faute. Nous sommes dans une Église  de style patriarchal et de célibataires et nous sommes devenus étrangers à la vie des familles. Est-ce que le Seigneur ne nous invite pas à faire une démarche de conversion? C'est, pour moi, la joie des découvertes, d'une lecture plus rafraichissante de la parole de Dieu, puissé-je vivre encore longtemps.

 

dimanche, 31 mars 2019 15:13

Réjouissons-nous...

Écrit par

Le père de l'Évangile nous invite à nous réjouir parce que fils est revenu en santé. Réjouissons-nous parce que des frères et soeurs dans la foi posent au quotidien des gestes de bonté, de soutien, de réconfort et d'aide sous bien des formes à l'égard des autres. Réjouissons-nous et bénissons cette Église qui chaque jour sur le terrain rend présent l'Évangile de la miséricorde et de l'amour. Réjouissons-nous et festoyons avec cette Église de la route et de la vie. Comme dit l'annonce de la TÉLÉ: Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

r

mardi, 19 mars 2019 17:22

Pensée de Martin.

Écrit par

Dieu a les deux bras étendus. L'un est assez fort pour nous entourer de justice, l'autre est assez doux pour nous entourer de Grâce. Martin Luther king.

 

dimanche, 17 mars 2019 21:26

Soumission.

Écrit par

"vous tous qui craignez le Christ soumettez-vous les uns aux autres; femmes soyez soumises à vos maris comme au Seigneur."  Ces textes de soumission dans les épitres de Paul ont fait couler beaucoup d'encre et fait lever se l'agressivité. Il faut se dire que ces textes reflètent la mentalité misogyne du temps d'une part et d'autre part, cet épitre n'a pas été écrtie par Paul. Qu'en est-il de cette fameuse soumission? Soyez soumis les uns aux autres et pourtant Dieu nous a voulus libres. Les exégètes font de savantes distinctions sur le sujet.

Un bibliste P.A.C. risque une définition: "Vouloir librement créer les conditions qui rendent la communion possible en vue d'une oeuvre commune." Être soumis sera donc être en communion les uns avec les autres pour réaliser notre mission dans des projets communs soit dans les familles, les communautés chrétiennes, l'Église, la société. Qui pourrait être contre cela? Il s'agit pour nous en Église de créer des conditions de vie qui permettent la communion de vie, de travail dans le plan de la création. Encore quelques siècles et nous pourrons peut être avoir un texte plus conforme à la réalité d'aujourd'hui. Prions le Seigneur.

 

samedi, 16 mars 2019 14:29

Méditons.

Écrit par

"Plus que la faim, la soif, la souffrance, le désespoir de la défaites, le pire de tout, c'est de sentir que personne en ce monde ne s'ntéresse à nous." Paul Coelho.

 

Un peuvre me disait un jour: la pire souffrance d'être pauvre, c'est que personne n'a besoin de nous.

 

vendredi, 15 mars 2019 14:38

Question d'un enfant.

Écrit par

Un enfant demande un jour à son Père: Tu me dis que Dieu est dans le ciel, tu me dis aussi que maman est au ciel parce qu'elle est morte,  comment Dieu est-il vivant lui? Pour l'enfant, le ciel est la maison des morts. Et l'auteur qui cite cette question affirme l'importance de se remémorer nos questions d'enfants auxquelles nous n'avons jamais répondu.

 

mercredi, 13 mars 2019 21:51

Il se leva...

Écrit par

"Il se leva et alla vers son père. Celui-ci courut à sa rencontre et le couvrit de baisers." Lc 15, 20. Je  rêve en ce début de carême  que nous devenions comme le père de la paraole, capable de partir à la hâte à la rencontre de celui qui vient vers nous. Imaginons un instant que nous sommes le fils qui revient, comment aimerions-nous être accueillis? Imaginons que nous sommes le père, comment accueillerions- nous l'enfant qui revient? Je suis curé de paroisse et quelqu'un me demande une funérailles le samedi après-midi, comment je le reçois? Est-ce que je fais la fête? Mon fils m'apprend qu'il est homesexuel, comment je l'accueille? L'aumonier suprême des chevaliers écrit ce mois-ci: Je vous mets au défi d'être comme le Père du fils prodigue et de prendre les devants, faire le premier pas à l'égard d'une autre personne. L'Évangile doit avoir une connatation dans ma vie quotidienne. Sinon ....

 

Page 1 sur 15