reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

dimanche, 16 septembre 2018 17:04

La force de l'Esprit.

Écrit par

La Victoire de l'Amour nous a présenté un témoignage très émouvant du pardon qu'une mère de famille a donné à son fils qui a commis un meurtre. En écoutant cette dame, j'ai pris conscience que derrière un meurtrier, il y a une personne humaine blessée, souffrante. La justice condamne le geste coupable, le chrétien pardonne la personne. Il Y a là une réalité trop souvent oubliée. C'est l'enseignement et le vécu du Seigneur. Jésus Christ voit toujours la personne derrière le geste malheureus posé. Nous sommes responsalble de nos gestes mais pas toujours coupable. 

Ceci me ramène au sacrement du pardon qu'on a vu trop longtemps comme "le tribunal de la pénitence." Nous avons jugé des fautes sans nous occuper de la personne. Nous avons souvent accusé des péché qui n'était que l'expression d'une souffrance ou de blessures pas complètement guéries.

Un témoignage comme celui de ce midi nous fait comprendre l'enseignement de Jésus, l'important, c'est la personne d'abord avant le geste posé. Dans  l'Évangile, quand Jésus a parlé du pardon des péchés, il a posé un geste de guérison: "Lève-toi, prends ton grabat et entre chez toi." Les juifs croyaient que la maladie était la conséquence du péché, mais je pense que le péché est souvent la conséquence de la maladie, de maladies intérieures qui font toujours souffrir.

Le Seigneur est venu nous porter un témoignage de foi et d'amour, accueillons-le avec humilité.

 

mercredi, 12 septembre 2018 21:07

Prendre la route ....

Écrit par

La bible nous dit que chaque fois qu'un désastre naturel ou une ruine provoquée par un dictateur, un petit reste d'Isarël s'est levé pour rebâtir le temple et le système religieux. Ceci m'amène à uns piste de méditation.

- Il faut retenir que les causes du désastre venaient de  l'extérieur comme le déluge, l'exil, ...

- Aujourd'hui les causes du désastre viennent de l'intérieur. Les chrétiens ont quitté le bateau, un fossé s'est creusé entre les gens et spécialement les jeunes et nous les vieux pratiquants. Alors le travail de reconstruction sera différent.

- Est-ce que le petit reste à l'église peut rebâtir la vie chrétienne et l'Église comme l'a fait le petit reste de l'Ancien Testament? Je crois que OUI à une condition:

                              Nous convertir à l'Évangile et au message de Jésus.

Dominique Collin écrit: "Avant d'atteindre un but, il faut prendre la route. Il n'y a pas de vie humaine et chrétienne sans l'idée de cheminement. La vie n'est pas un arrêt permanent sur place, elle oblige à sortir, à se mettre en mouvement." Il nous faut nous convertir à une autre vision d'Église et cesser d'être obsédé par notre propre survivance.

"Les gens n'ont rejeté ni Dieu, ni Jésus christ, ni l'Évangile. Ils adhèrent au message chrétien et évangélique. C'est le rapport avec l'Église institution qui pose des réticences." Nous devons être à l'écoute de ces frères et soeurs dans la foi.

- Nous misons beaucoup surtout en paroles sur les petits groupes, les petites communautés  de foi. Mais comment aujourd'hui les former? Il y a dans chacune de nos communautés des groupes qui se rassemblent déjà: chevaliers de colomb, filles d'isabelle, groupes de prière, etc .. ces groupes ont perdu la dimension spirituelle de leur engagement. Ils sont déjà rassemblés. Ils sont des groupes chrétiens. Ne serait-ce pas là un premier noyau où serait possible de présenter la spiritualité. entendons-nous bien, il ne s'agit pas de religion, religieux, pratique sacramentelle, mais de spiritualité de la vie et de l'engagement. Les quelques personnes âgées encore à l'église serait aussi un noyau à évangéliser. Ces personnes sont en contact quotidien avec d'autres personnes au niveau des familles ou de leur engagement. C'est peut être vers ces groupes déjà rassembler qu'il vaudrait la peine de regarder. À la condition de nous convertir à l'Évangile. La route sera longue et difficile ... Tous ne la prendront pas, mais partons avec ceux qui veulent marcher.

N'oublions jamais que si nous nous mettons en route sans nous convertir au message de Jésus et à l'Évangile, si nous restons branchés sur nos structures, notre survivance et la pratique sacramentelle, nous serons une troupe vouée à l'échec. L'expérience du passé nous le rappelle toujours. Si Dieu et son message ne sont pas du voyage, nous irons vers un cul de sac.

C.F. Revue Appoint, septembre 2018.

 

 

vendredi, 07 septembre 2018 14:33

L'Église que je rêve!

Écrit par

J'écrivais dernièrement l'invitation de notre Évêque à s'offrir l'Église dont nous rêvons. Je me suis posé la question, de quelle Église je rêve. Dimanche dernier à la messe dominicale, j'invitais les gens à écrire leur rêve de l'Église et de comparer en famille ou avec des voisins. J'ai pensé fait un petit essai aujourd'hui.

Je rêve d'une Église qui ne serait pas une Église.

J'ai rêvé et je continue de rêver d'une communauté vivant le mieux possible le commendement de l'amour au quotidien, Une communauté blessée par les alea de ses membres mais qui sait grandir dans la miséricorde et l'accompagnement des plus faibles.

Une communauté qui met en exercice les charismes et les dons des baptisés insufflés par l'Esprit Saint. Une communauté qui a le goût de se rasembler pour célébrer comme on a le goût d'aller à une épluchette de blé d'inde ou à une noce.

Une communauté qui ne se demande plus comment faire pour rejoindre les jeunes mais se demande comment être pour témoigner du ressucité aujourd'hui dans une société en continuel changement.

Une comunauté qui garde vivante la parole de Dieu au coeur de la vie, qui garde vivante la prière au quotidien, qui garde vivante la pratique de la charité dans les relations humaines.

Et alors une communauté qui garde vivante l'exercice du sacerdoce du baptême, vivante la dimension prophétique des baptisés, la vie des pasteurs à partir du baprême dans la commuanuté.

 Une communauté simple, pécheresse, blessée mais aimante et qui trouve sa force dans le divin qui l'habite. Une communauté qui implique tous ses menbres pour qu'ils comprennent la beauté et la grandeur de la vie ensemble.

C'est sans doute rêver en couleur,  mais il est permis  de rêver ..........

mercredi, 05 septembre 2018 14:37

Méditons un peu ...

Écrit par

Jésus se permet de guérir la belle-mère de Pierre, Lc 4, 38 ss. Cette bonne dame était atteinte de la fièvre et reposait doucement dans son lit. Elle était victime soit de la peur, du stress ou d'une mélancolie qui l'empêchait de vaguer à ses tâches de maitresse de maison. Jésus entre et lui redonne confiance en elle-même. Elle se lève et les sert.

Ce geste de Jésus nous l'avons souvent refait à sa suite.  Jésus vient nous rappeler ce matin l'importance d'une présence réconfortante auprès d'un malade.  Toucher un malade, lui donner confiance en lui-même est un geste de nature à aider quelqu'un a retrouver la santé. Aujourd'hui trop souvent les spécialistes de la santé à cause de la somme de travail, traite le corps un peu comme un mécanicien devant une mécanique. On diagnostique un trouble, on en voit  les causes et on donne un traitement. Trop souvent on oublie que derrière la maladie, il y a une personne. Nous apprenons maintenant qu'il n'y a pas de malade, mais une personne atteinte de maladie. S'il faut soigner le corps, n'oublions jamais la personne qui souvent par ce qu'elle vit est la cause de la maladie. Nous accompagnons une personne atteinte de maladie et non un malade.

C'est pourquoi le geste de Jésus dans l'Évangile est important. Prenons le temps d'écoouter, de toucher les malades souvent c'est la moitié de la guérison. Il y a là, pour nous chrétiens, un ministère très important. L'Esprit suscite dans nos communautés chrétiennes des femmes et des hommes avec ce charisme  d'accompagnement qui peut redonner la force de vivre un temps de maladie de façon positive. Car il ne s'agit pas de lutter contre une maladie, mais de développer notre énergie et notre confiance en la vie de sorte que la maladie fiche le camp. Être contre la maladie est négatif et pas très fructueux; nous devons être pour, être positif, être en faveur de la vie, en recherche de la santé, ... Être positif, c'est avancer, c'est grandir même si cela est difficile.

Ceci est vrai pour toutes les situations de la vie. Nous devons être pour les valeurs, le respect des personnes , etc .. Il est évident qu'un bon moment je serai contre des situations, mais mon vouloir, c'est d'être pour les valeurs qui ne sont pas respecter. J'aime bien le Pape François qui nous invite a avoir un coeur de pasteur, un coeur de mère dans l'approche des personnes. Un coeur à l'exemple de celui de Jésus devant la fille de  Jaïre, le fils de la dame de Naïm, etc ...   C'est l'objet de ma prière de ce matin.

 

jeudi, 30 août 2018 18:51

Message à mes frères et soeurs ...

Écrit par

Notre Évêque Mgr Gaëtan Proulx vient de nous faire parvenir un message  en ce début d'année pastorale. Il nous donne comme thème de réflexion et d'agir: offrons-nous dès maintenant l'Église dont nous rêvons!

Comme démarche en Église, il nous propose un temps de réflexion et de travail en secteur et non en région comme par le passé. C'est un premier rêve que nous avons caressé depuis un certain temps à cause de la diversité des secteurs et des distances à parcourir. C'est un voeu que j'avais souvent exprimé lors des lancement dans les années passées.  Mgr Ouellet disait il y a plus de 40 ans, nous avons quatre diocèses en un par suite de la diversité de la population et des situaitons géographiques. Cette démarche rapproche  la réflexion du terrain et a une meilleure chance d'atterrir selon les besoins. Je ne peux que m'en réjouir. 

Mgr Proulx met l'accent aussi sur des rassemblements locaux qui soient ressourçants. Une dimension importante actuellement est le rassemblement des chrétiens en dehors des liturgies et qui devraient conduire par le suite à la célébration. L'évangélisation et le tournant missionnaire passent par ces rassemblemnts.

Le thème proposé nous envoie à notre propre perception de l'Église et même à notre foi. Offrons-nous l'Église de nos rêves. Encore faut-il rêver! Et Mgr ajoute: "notre projet pastoral sera, nous l'espérons, un point tournant pour la vitalité de nos communautés chrétiennes. Nous l'espérons nous aussi et j'y reviendrai, car il ne faudrait pas qu'il reste sur les tablettes comme tant d'autres projets dans le passé.

 

mardi, 28 août 2018 17:18

Une pastorale d'engendrement.

Écrit par

Dans no.tre contexte de société, il est essentiel de viser une pastorale d'engendrement. Une action pastorale qui fait naitre des disicples, des enfants de Dieu.

On peut dire qu'aujourd'hui se manifeste un désir de connaitre JÉsus Christ, de compagnonnage avec le Christ, un désir d'écoute de sa Parole et de communion fraternelle. Nous lisons aussi un désir d'une Église communion de personnes et communion de communautés. Philippe Bacq, S. J.  écrivait en 2004:"La visée première d'une pastorale d'engendrement est de susciter la vie, pas seulement la vie chrétienne ou même la vie spirituelle, mais la vie dans toutes ses dimensions. susciter la vie, c'est résister ensemble et de  toutes ces forces à tout ce qui dégrade l'être humain. La relation au Christ est première et elle est traversée par un mouvement vers les autres dans une démarche faite de respect et de sympathie.

La pastorale d'engendrement touche à l'identité des personnes. Elle vise non pas d'abord à offrir une doctrine ou à provoquer une pratique sacramentelle. Elle désire faire advenir tout un chacun à son identité propre. Il s'agit aussi de discerner comment Dieu est à l'oeuvre dans la cité contemporaine.

Notre société demande alors des témoins qui révèlemt la saveur de l'Évangile dans la vie. De ces témoins il y en a partout dans nos paroisses, les communautés religieuses, il suffit d'en reconnaitre la merveilleuse fécondité. Annoncer ensemble l'Évangile, P. 215.

 

lundi, 30 novembre -0001 00:00

Espoir.

Écrit par

Ce matin, je propose une piste de réflexion à partir d'une enquête réalisée pour une rencontre de communautés religieuses. On avait demandé aux personnes qui s'inscrivaient à la rencontre de dire quelles questions ils se posaient. Les supérierus et supérieures majeures se questionnaient sur l'engagement, la formation et 'articulation avec la société. Les laïcs se situaient à un autre niveau, ils se situaient au niveau de la mission Je transcris quelques questions:

Comment parleraux jeunes et aux autres du Seigneur et de son Église pour que le message soit accepté?

Comment donner le goût de Dieu aux enfants et aux gens qui ont pris leur distance avec l'Église?

Comment pouvons-nous mettre la richesse spirituelle que nous avons découverte au service des autres?

Comment parvenir à dire notre foi dans  un langage admissible par le monde actuel ou même simplement intelligible?

Comment donner aux jeunes la saveur du message de l'Évangile?

Ces questionnements des chrétiens engagés rejoignent bien notre mission ici au Québec et nous montre l'importance d'écouter ces hommes et ces femmes; ils sont, je crois, la voix de l'Esprit Saint. Le renouveau de l'Église et de la vie religieuse ne viendra pas d'en haut mais d'en bas, c'est mon expérience. Ne serait-ce pa la route du tournant missionnaire?

 

mercredi, 22 août 2018 19:28

Le petit reste.

Écrit par

Le petit reste d'Israël. Un tout récent petit livre d'un profeseur émérite de l'Université d'Ottawa: Le petit reste dans la Bible, m'inspire aujourd'hui un moment de réflexion. L'auteur nous présente que le petit reste dans la Bible venait de causes extérieures,  soit le déluge, les déportations, les guerres. Alors le peuple rabâtissait sa vie religieuse en fonction de ce qui restait et de leur expérience passé. C'était le petit reste qui animé par sa foi et sa pratique religieuse rebâtissait le système.

Si nous regardons le petit reste dans l'Église d'aujourd'hui, le problème vient de l'intérieur. Les chrétiens ont quitté l'Église et vivent maintenant soit de l'indifférence ou même de l'ignorance religieuse. Les gens ayant été catéchisés et sacramentalisés au lieu d'être évangélisés se retrouvent devant un vide spirituel profond. Et d'autre part, la société ayant changé complètement, les besoins sont autre et nous ne pouvons plus rebâtir le système comme hier à l'exemple des gens de la Bible.

L'Église institution et nous les prêtres sommes devenus étrangers dans notre propre pays. Il nous est difficile de rejoindre les gens qui vivent maintenant une autre culture et vision des choses et de la vie. Notre parole ne passe presque plus. Sera-t-il possible de nous retrouver au coeur de la vie pour y déposer le sel de l'Évangile? Devrions-nous commencer par nous convertir -nous petit reste- à cette nouvelle mentalité, nous convertir davantage à l'Évangile, évangéliser au lieu de sacramentaliser? Est-ce que notre petit reste peut devenir le ferment qui fait lever la pâte de l'Évangile? Peut être à la condition d'accepter d'agir comm le fils cadet de la parabole et non comme le fils ainé qui possède des droits et la vérité et reste dehors. Pouvons-nous compter sur notre petit reste ou devons-nous repartir à côté? La question est sur la table.

D'autre part, des chrétiens reviennent aujourd'hui demander un service à l'Église soit à l'occasion d'une naissance ou d'un décès. Saurons-nous vivre avec eux la joie des retrouvailles? Ou si nous aimons mieux les acuceillir avec des  normes et disciplines ecclésiastiques qui les déroutent? "Voyez qu'il est bon, qu'il est doux d'habiter en frères tous ensemble." Ps 131. La lecture le partage avec ce livre de Walter Vogels pourraient être une piste intéressante pour les prochaines années.

 

samedi, 18 août 2018 14:19

Un moine pensant.

Écrit par

Demain, nous entrerons offciellement en campagne électorale. Nous verrons également entrer en jeu deux divinités: La course au pouvoir et l'argent. Les uns voudront ravir le pouvoir, les autres voudront le conserver. Et pour ce faire, des millions tomberont du ciel pour arroser la terre féconde du Québec. La confiance des électeurs et leur vote serait-elle une marchandise que l'argent peut acheter? Nous avons érigé des systèmes: systèmes économique, politique, de santé, d'éducation et nous savons par expérience qu'un système défend un pouvoir, des structures avant les usagers. Les millions pleuvent dans les systèmes et les étudiants décrochent et les personnes âgées sont maltraités. Qui s'attaquera aux systèmes? Réfléchissons un peu ....

Nous allons entendre parler de "parité" entre hommes et femmes, autant de femmes que d'hommes en politique. Et puis après? Pourquoi pas plus de femmes que d'hommes? Nous abordons cette question toujours par le biais de la fonction et je crois que nous perdons l'essentiel. A mon avis, ce n'est pas parce qu,il y a autant de femmes qui bûchent de la "pitoune avec une scie mécanique" que nous avons reconnu la complémentarité des personnes. Tant que nous parlerons de patriarcat ou de matriarcat, nous ne règlerons rien.

Si l'être humain est fait de deux personnes de sexe différent, c'est qu'il y a là un sens ou une valeur essentielle que chacun porte en soi. Deux personnes peuvent exercer le même métier sans nécessairement être reconnues pour leur valeur ou essence propre. Un homme et une femme peuvent être députés et la femme peut rester quand même victime du système patriarcal. La réflexion doit aller plus loin, il me semble. Les peuples amérindiens ont une vision qui me semblent plus éclairante. Cette réflexion devrait se faire aussi au niveau des Églises. Ma conviction est que nous nous privons d'une source qui pourrait améliorer la vie en redonnant à chacun la vraie dignité de son être. J'aimerais que des gens intelligents dans notre société et nos Églises se penchent avec rigueur sur cette question à partir des textes fondateurs de l'humanité et de la pensée du Christ dans l'Évangile. J'ouvre simplement une porte......

 

lundi, 13 août 2018 14:29

Évangéliser.

Écrit par

Évangéliser ne consiste pas d'abord à remplir le cerveau humain  avec des connaissances, mais de remplir le coeur avec de la compassion, de la bonté et de l'amour. Évangéliser, c'est mettre en relation avec quelqu'un, ce n'est pas une affaire de tête, mais de coeur.

 

Page 1 sur 22