homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mercredi, 14 novembre 2018 14:39

La leçon du figuier. Mc 13, 24-32.

Jésus est sur la route de Jérusalem, donc sur la route qui le conduira à la mort. L'évangéliste Marc présente une série de bouleversements qui vont marquer la fin d'un peuple et la venue d'un monde nouveau. Et comme les disciples semblent ne rien comprendre, Marc apporte la parabole du figuier. A cette période de l'année que nous vivons, la nature nous parle beaucoup, les arbres sont dénudés, les branches sèches s'élèvent vers le ciel dans toute leur nudité. On croirait que la nature est en train de mourir. Et pourtant ces arbres nous donnent  une leçon de vie extraordinaire. Pendant cette période de froid, ils descendent dans leurs racines pour y préparer et puiser l'énergie en vue des nouvelles feuilles au printemps. La vie se prépare à un renouveau. Cette énergie puisée dans leurs racines montera dans le corps de l'arbre pour faire jaillir de nouvelles feuilles, fleurs et de nouveaux fruits. La nature vient m'inviter à faire de même. Dans mes jours où la soleil s'est obscurcit, où les étoiles de mes rêves sont tombées, où je ne vois plus la lumière au bout du tunnel; la nature vient me dire: descends dans tes racines intérieures et cueille…
mardi, 06 novembre 2018 18:31

Ma foi questionnée. Mc 12, 38-45.

Notre foi est questionnée aujourd'hui par ce texte de Marc et aussi par le texte du Livre des Rois, 17. 10-16. En qui croyez-vous? Et de ces texte m'est venue l'autre question: Avons-nous perdu Monsieur Jésus Christ? La veuve de sarepta met sa confiance dans l'homme de Dieu qui la visite alors que celle de l'Évangile mise sur le temple. Elle donne au temple tout ce dont elle a besoin pour vivre. La jarre de farine de la veuve ne s'est pas épuisée, mais le temple fut détruit. Dans le contexte d'Église où nous vivons, ces textes viennent questionner notre foi. En qui où en quoi plaçons-nous notre foi? Combien d'efforts et d'argent sont investis pour garder des temples de pierres debout alors que nos communautés chrétiennes sont moribondes. La veuve de sarepta m'invite à mettre ma foi en l'être humain rempli du souffle de Dieu; la veuve de l'Évangile me donne l'exemple d'une dame prisonnière d'un système qui l'oblige à donner même de son nécessaire pour vivre. Remarquons que Jésus ne louange pas le geste de la veuve, il le fait remarquer seulement. L'important est la foi vécue au quotidien, l'important est d'être disciple du Christ et de croire…
mardi, 30 octobre 2018 14:06

Écoute .. Mc 12, 28-34.

Un jeune enfant parlait à sa mère au retour de l'école pendant que sa mère fricotait le repas. L'enfant lui dti: Maman, tu ne m'écoutes pas. Mais oui je t'écoute, lui répondit elle. Mais non, tu ne me regarde pas. elle entendait tout en travaillant, mais n'écoutait pas. C'est ce que nous faisons souvent avec les autres, nous entendons sans écouter. Aujourd'hui, Jésus nous invite à écouter. "Écoute, Israël". La voix de Dieu ne s'entend pas, elle s'écoute avec le coeur. "J'inscrirai ma loi au fond de votre coeur". La voix de Dieu monte du coeur et non dans les oreilles. Nous prenons le mot "écouter"dans le sens d'obéir. Quand je retardais à faire la commission demandée par ma mère,  mon père me disait: Écoute ta mère quand elle te parle. Écouter Dieu en nous, c'est d'abord se laisser baigner par sa présence et son message d'amour. Il s'agit moins au départ d'un geste à poser que d'une façon de vivre, façon d'être. Jésus dit: Écoute la loi de Dieu est dans ton coeur. Laisse-la monter en toi. Laisse-toi transformer. L'ingrédient important de toute vie humaine est l'amour, et cet ingrédient est en toi d'abord. Nous sommes tatoués de cet…
mardi, 23 octobre 2018 16:10

Sur la route avec Jésus. Mc 10, 46-52.

Quand Jésus nous invite à faire route avec lui, c'est toujours pour nous faire vivre un pas de conversion. Aujourd'hui, il rencontre Thimée le fils de Barthimée. Jésus va opérer un miracle pour nous donner un message. Jésus ne fait pas de miracle pour le plaisir de montrer sa puissance, c'est une façon pour lui d'enseigner. Jésus avec ses disicples fait route vers Jérusalem. Il leur a annoncé sa mort, mais ils n'ont rien compris. Il a enseigné sur l'accueil et le service et voila que ces messieurs rabrouent l'aveugle et ne veulent pas l'écouter. Les disciples n'ont rien compris. Ils veulent une place de choix dans le royaume. Alors Marc place la guérison de l'aveugle avant l'entrée à Jérusalem pour nous faire comprendre que lorsque nous sommes dans ces situations, nous sommes comme un aveugle. Devant la situation vécue en Église présentement, nous sommes aussi très souvent comme des aveugles. Nous ne savons pas ce qui se passe, nous ne savons pas toujours quoi faire dans la situation. Nous avons besoin que le Seigneur nous ouvre les yeux. L'aveugle a une attitude très simple devant le Seigneur: "Aie pitié de moi, Fils de David." Quand Jésus prend en pitié,…
Qui sera à ta droite et à ta gauche dans ton royaume? Voila la grande préoccupation des disciples sur la route vers Jérusalem. En lisant cet Évangile, je pensais au temsp des élections qui vient de se terminer où nous avons été témoins du même scénario. Des candidats ont magasiné un poste de pouvoir avant de se lancer, d'autres ont changé d'allégeance politique pour s'assurer un poste de ministre. Aujourd'hui, c'est la course pour qui sera le premier. C'est humain, nous sommes attirés par le pouvoir. Jésus nous dit que dans le royaume du Père, il n'en n'est pas ainsi. Au Calvaire, deux personnes étaient aux côtés de Jésus, l'un à droite et l'autre à gauche. Ce n'était pas des hommes de pouvoir. Près de Jésus, il n'y a de la place que pour l'amour, le pardon, l'accueil, la miséricorde. Près de Jésus, il n'y a pas de place pour le pouvoir mais pour l'autorité. Le pouvoir écrase et l'autorité fait grandir. Près de Jésus, c'est la place du pauvre, du mal aimé de la société, du mis à part. Jésus n'invite pâs à être a droite ou à gauche, mais à le suivre, à se mettre à son école.…
lundi, 30 novembre -0001 00:00

Question de regard. Mc 10, 17-30.

Une vieille dame dans une résidence de personnes âgées  recevaient la visite des ses enfants quand elle avait besoin ou quand le chèque de pension arrivait. Un jour elle leur dit: "J'aimerais cela que vous veniez juste pour moi." Venir juste pour moi ... Voila ce que Jésus me dit dans l'Évangile aujourd'hui. L'évangéliste met Jésus en marche; or, quand Jésus marche, c'est qu'il nous invite ailleurs dans nos façons d'être et de voir. Au petit monsieur qui lui affirme avoir observé tous les commandements, Jésus le regarde et lui dit : "Va plus loin." Viens me voir juste pour moi. L'important n'est pas d'abord le respect intégral des règlements, mais une relation gratuite avec le Seigneur. Les lois et règlements sont des instruments pour aider à bien vivre cette relation. Ils ne sont pas une fin mais un moyen. Jésus lui demande de dépasser les lois pour vivre avec Lui une relation d'amour; si je suis important pour toi, tu n'a pas besoin de règlements pour venir à moi. Jésus pose son regard sur cet homme. Ce regard de Jésus est chargé d'amour, chargé de tout l'amour d'un Dieu pour son disicple. C'est le regard posé sur Pierre après…
Le texte de la Genèse nous livre le merveilleuxprojet de Dieu avec l'être humain qui est en même temps pour nous un merveilleux projet d'alliance entre nous. Dans la création de l'homme et de la femme, Dieu révéla l'image qu'il veut projeter de lui-même dans notre monde. Les textes de la création ne nous disent pas comment le monde fut fait, mais pourquoi il est fait. Notons d'abord que lors de la création des animaux, L'homem leur donne un nom, mais "ne trouva aucun aide qui lui corresponde." Au moment de la création de la femme, il dira: "Cette fois, voici l'os de mes os et la chair de ma chair." Il ne lui donne pas un nom parce qu'elle serait une possession comme les animaux, il dira plutôt: Elle est mon vis-à-vis. Il s'agit d'une reconaissance. Elle complète l'êtrte humain créé à l'image et ressemblance de Dieu. Tous les deux forment l'image de Dieu.  Ils ne sont pas en compétition mais en complémentarité.  L'homme et la femme sont donc révélés dans un état d'alliance avec Dieu et les uns avec les autres. Personne n'est supérieur à l'autre. Ils sont en complémantarité. Jésus nous dira en Mathieu: "Que l'homme ne…
mardi, 25 septembre 2018 16:02

question de regard. Mc 9, 38-48.

"Maitre, nous avons vu quelu'un expulser des démons en ton nom, nous l'avons empêché car ils n'est pas de ceux qui nous suivent." Les gros méchants dirions-nous aujourd'hui. Jésus leur répond: "Si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache-le." Autrement dit, vous n'avez pas le monopole du travail de l'Esprit. Le regard du disciple de l'Évangile est celui du pouvoir, de la conformité. Les disciples veulent garder le monopole du bien. Ce n'est pas bien que d'autres agissent sans notre permission. Nous avons la meilleure religion, nous avons encore des relents de mentalité d'avant Jésus Christ.  Souvenr même à l'intérieur de la même religion, il existe des chasse-gardées qui briment les relations. L'Esprit du Seigneur dépose dans nos communautés chrétiennes des charismes et des dons variés au service de la communauté. L'exercice des ces charismes est souvent brimé par le pouvoir. Jésus dit: "Change ton regard." Si quelqu'n agit au nom du Christ et fait le bien, il ne peut être contre nous. Notre manie de contrôler la vie doit prendre la route avec le Christ pour se laisser convertir. Quelqu'un écrivait: si tu marches avec le Christ comme compagnon de route, tu finiras par regarder le…
mardi, 18 septembre 2018 14:44

Sur la route avec Jésus. Mc 9, 30-37.

Aujourd'hui, Marc nous fait prendre la route avec Jésus pour entrer chez moi. Il nous place devant trois symboles importants: Capharnaüm, la route, la maison où l'on rencontre un enfant. Ces trois moments inspire ma méditation. Nous connaissons tous ce qu'est un capharnaüm, lieu du désordre où on ne trouve plus rien. Jésus entre dans mon capharnaüm pour y mettre de l'ordre. Il vient me rappeler les valeurs évangéliques de l'amour, du pardon, de l'accueil et me resituer devant  le sens de ma vie. La route est ce lieu du cheminement, de la "suivance" du Christ. Ce moment où je m'engage avec le Christ sur le chemin de  la conversion. Les disciples suivent le Christ mais ne sont pas avec lui. Ils sont déjà dans le royaume à se demander qui sera le plus grand. Ils sont prisonniers de leur capharnaüm. Moi, je suis engagé à la suite du Christ, suis-je avec lui sur la route? Jésus entre dans la maison, il entre dans ma maison. La maison est le lieu de l'intimité, de la rencontre, du partage. Alors Jéeus entre chez moi vivre un moment d'intimité, de communion avec moi. Il vient partager mes joies et mes peines, mes…
mardi, 11 septembre 2018 14:37

Dis-moi ton Jésus? Mc 8, 27-35.

Jésus pose une question d'examen à ses disciples: Pour vous, qui suis-je? Cette question m'est posé quotidiennement par les chrétiens autour de moi: Dis-moi ton Jésus. Qui est-il pour toi aujourd'hui? Cette question de foi n'est pas toujours facile à répondre. Le Christ, comme les chrétiens, n'attendent pas des mots, des explicaitons, des théories. Ils attendent un témoignage de vie. Ici, je pense à la chanson de «Nicolas Ciccone: "je t'aime tout court." Ces mots, ce ne sont que des mots, je n'ai pas besoin de ces mots pour te dire que je t'aime." Le Seigneur n'attend pas des mots mais une vie de témoin. Je pense à Isaïe: "Ce peuple m'honore des lèvres mais son coeur est loin de moi." Is, 6, 1sss. Ce que le Seigneur me demande ce matin, ce n'est pas des mots mais de le révéler à travers un témoignage de vie. Saint Jacques nous dit que c'est par ses oeuvres qu'il montre sa foi. C'est dans ma façon de vivre que je révèle Jésus Chirst, mais cette façon de vivre doit être nourrie à une expérience  vitale du Christ. Mes parents n'ont jamais fait de catéchèse, ni d'enseignement théorique, mais il ont révélé le…
Page 1 sur 14