nouvelles2

Homélies, réflexions et spiritualité

Nouvelles

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

mardi, 14 avril 2020 12:19

Un Maitre m'a parlé.

Ce mattin à mon petit déjeûner,

je prends une banane, elle est trop mure et un peu pourrie, je la mets de côté. Elle commence à me parler: Moi, je représente ton passé. Il est fini, tu ne peux rien pour lui maintenant et même des morceaux sont pourrie parce que tu ne l'a pas bien vécu.

J'en prends une autre, mais elle est encore vertre et trop dur, je la mets aussi de côté et elle me parle: Moi, je représente ton avenir. Il n'est pas là, ce n'est pas le temps de le vivre, il te faut attendre le moment.

J'en prends une autre qui est mur à point, je la pèle et mord à belle dent, elle me parle aussi. Moi, je représente ton présent, croque-le à belle dent, c'est le moment le plus important et il ne reviendra jamais.

En ce temps de confinement, ce message m'a rejoint. Le moment que je vis même s'il est difficile est le plus important et chargé de leçons. Je dois le vivre de la façon la plus riche et belle possible.

lundi, 13 avril 2020 14:49

Allez en Galilée ...

Hier matin, Pâques, nous étions devant un tombeau vide. Ce matin, nous sommes devant un envoie: "Allez en Galilée, c'est là que vous me verrez." La première Galilée à visiter est la mienne. C'est dans ma Galilée que le ressuscité veut me rencontrer. Déverrouiller mes portes pour les ouvrir à la nouveauté de la résurrection. Je suis tellement bien dans mes vieilles affaires, mes sécurités, mes messes pas dérangeantes après laquel je peux faire une sieste paisiblement. Jésus vient me déranger dans ma Galilée pour m'envoyer dehors auprès de mes soeurs et frères qui sont devenus des chercheurs de Dieu.

Dans la Galilée extérieure où Jésus m'envoie, il y a des chrétiens dont les portes sont verrouillées cmme celles des apôtres dans la salle de Jésuralem. Les plus difficiles à ouvrir ne sont pas celles des salles mais celles du coeur.

Dans cette Galilée extérieure, il y a aussi des thomas devenu chercheurs de Dieu qui ne veut pas répéter une foi apprise ou enseignée mais une foi expérimentée, celle de son "Mon Seigneur et mon Dieu."

Il y a des disciples sur la route de la désertion, qui ont tourné le dos à la mission du Christ comme les disciples sur la route d'Emmaüs, et qui ont besoin d'une expérience du coeur pour rebrousser chemin.

Il y a aussi des Marie Madeleine qui ont l'audace de la foi et qui au lieu de se barricadées comme les disicples vont a tombeau et font l'expérience du ressuscité.

Enfin, il y a tous ces chrétiens devenus chercheurs de Dieu qui attendent l'expérience d'une présence pour dire: Mon Seigneur et mon Dieu.

Dans notre Galilée d'aujourd'hui avec la visite de la covid-19, il y a aussi des gens qui luttent contre un ennemi sournois soit comme malades ou comme soignants. Ce sont des gens qui ont besoin d'une parole forte de foi et de courage pour vivre avec le plus se sérénité possible ce temps d'épreuve.  Ces gens ont besoin que nous leur présentions un visage du christianisme  un peu à l'image de  celui que nous a présenté à  leur façons les participants à l'émission "Tout le Monde en Parle" le dimanche de Pâque. Nous devons déverrouiller nos portes.

Dans cette Galilée d'aujourd'hui, ces chercheurs de Dieu ne veulent pas de la religion ou de la foi des autres, ils veulent faire leur propre expérience chrétienne et exprimée leur propre foi. Profitons de ce temps de confinement pour mieux découvrir ce que Jésus nous a dit  le Jeudi Saint au soir: "Faites ceci en mémoire de moi." "Je vous ai donné l'exemple pour que vous vous laviez les pieds les uns les aurtres."  

dimanche, 12 avril 2020 16:42

Allez en Galilée.

Cette parole de Jésus me questionne: C'est beau d'aller en Galilée, mais  qu'est-ce que je vais leur dire? Et là je me fabrique des réponses, des choses qu'ils doivent savoir, des rencontres de catéchèse,  et cela ne donne pas de résultats. Alors en ce matin de Pâques, dans ma prière, je reçoit une réponse: Au lieu de leur donner des réponses, essaient de savoir les questions que les gens portent en eux. Alors d'être le prêtre qui donne des réponses, je suis devenu le pasteur qui écoute les questions. Et voici:

Où allons-nous après la mort? Ça donne quoi d'aller à la messe? Pourquoi avons-nous peur des étrangers? Si on dit que Jésus a enseigné l'amour et la paix, comment expliquer que les croyants fassent la guerre, se tuent, se détestent?  ...

En écoutant j'ai compris que les gens sont au niveau de la vie, du quotidien et que j'étais au niveau de l'agir et pas assez d'une expérience de vie. Alors devenons des femmes et des hommes d'écoute des questions du monde et le monde ira mieux.

 

dimanche, 12 avril 2020 00:18

Pâques 2020.

Ce matin avec le levée du soleil, je me rends au tombeau avec Marie Madeleine. j'aimerais faire résonner la parole de Jean: "Il vit et il crut." Ce qu'il a vu lui fait croire au Christ ressuscité. Dans tout ce que nous vivons aujourd'hui en ce temps de pandémie, devant tous les actes de dévouement, de bonté, de charité d'entraide, de fraternité, je veux reprendre cette affirmation de Jean:  Je vois  et  je crois. Ces femmes et ces hommes témoignent de la force de l'amour inépuisable du christ en eux et en elles. OUI, Je vois et je crois que le Christ est vivant en nous. Il faut faire résonner ce cri à la surface de la terre.

Que ce jour de Pâque 2020, soit un jour qui vous comble de la bénédiction du Seigeur et devienne ainsi un jour fécond pour votre vie.  

samedi, 11 avril 2020 16:31

Une rencontre.

Au cours d'un déjeuner, un prêtre avait rencontrer un jeune musulman avec qui il conversa. Quand le garçon passait pour le service, tous se servaient sauf le musulman qui respectait le jeûne prescrit par le Coran.

Quand le déjeûner fut terminé, les convives sortirent et l'un deux ne manqua pas de lancer cette pique: "Vous voyez comme les musulmans sont fanatiques! Heureusement que vous autres n'avez rien de commun avec eux."

Mais dit le prêtre. Ce garçon s'efforce de servir Dieu autant que moi. Simplement nous suivons des lois différentes. Et il conclut: "Il est malhereux que les gens ne voient  que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discernerainet surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes seraient résolus."

Paulo Coelho: Comme le fleuve qui coule. P. 223.

 

samedi, 11 avril 2020 13:52

Jésus veut se faire reconnaitre sur ...

Ce matin, c'est Pâque, jour de resérrection. Jésus se fait reconnaitre sur des chemins où personne ne l'attend. Marie va au tombeau pour retrouver son Jésus d'hier et le tombeau est vide. Jésus se fait reconnaitre dehors là où elle ne l'attendait pas. En ce temps de pandémie, le tombeau vide nous conduit, il me semble, à une réflexion profonde. Ce matin, nos églises sont vides aussi. Cela me rappelle une phrase de Christian Bobin où il dit que les gens ont enfermé Jésus dans un tombeau et le matin de Pâque le tombeau était vide. Nous avons enfermé Jésus dans nos églises et les sacrements dans un rite et la vie religieuse dans des monastères et ce nouveau tombeau est vide. Nos églises vides ne sont-elles pas le symbole de ce qui nous attend si nous ne ressuscitons pas. Devant le tombeau vide aujourd'hui j'ai moins le goût de célébrer la résurrection qu'à me demander comment je dois ressusciter au coeur  du monde d'aujourd'hui. 

Jésus se fait reconnaitre sur la route d'Emmaüs à deux disciples qui ne l'attendaient pas. Il les rejoint sur leur route à eux dans leur doute et détresse, sur la route de la désertion où ils ont tourné le dos à la mission du Christ parce qu'ils n'ont rien compris. Dans l'Évangile de Jean, Jésus fait une dernière rencontre avec les siens au bord du lac dans un repas. Jésus se fait reconnaitre dans un moment de communion autour de la table, là où les disciples ne l'attendaient pas. Aujourd'hui encore, Jésus se fait reconnaitre sur des chemins où nous ne l'attendons pas. Hier soir, J'entendais un propriétaire de salons funéraires qui affirmait qu'aujourd'hui dans les salons les gens désirent des célébrations de reconnaissance autour de leur défunt. Ils veulent des célébrations qui ont du sens pour eux, mais ne veulent pas de religion. Je me suis dit: voila un chemin où Jésus veut se faire reconnaitre mais où nous ne l'attendons pas. Les chrétiens sont à la recherche du sens, de quelque chose qui les nourrit, de la spiritualité. C'est un chemin nouveau pour nous où nous devons ressusciter.

Jésus nous a dit: "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux." Ce matin, nous ne serons pas réunis autour d'un autel du sacrifice, nous ne serons pas dans les bancs pour écouter une célébration, nous serons comme le Christ autour de la table familiale, peut être seul, mais nous serons dans un moment de communion. Comme prêtre, je serai en communion avec vous sur le coin de ma table de cuisine avec ma rotie et mon verre de vin pour rencontrer le Ressuscité. Ne sommes-nous pas invités cette année   à ressusciter avec le Christ. J'écoutais l'infirmère Régine Laurent parler des expériences de services que les infirmières voulaient mettre en place pour améliorer le service de santé et comment c'était difficile parce que le système bloquait. Je me suis dit: Voila un autre chemin où le Seigneur veut se faire reconnaitre et où nous ne l'attendons pas. La conversion vient d'en bas; l'évangélisation  va se réaliser par en bas. Si cette année comme chrétiens pouvons profiter ce de ce temps de grâce qui passe pour ressusciter, la conversion  se réalisera.

Jésus dira à Marie: Va dire à mes frères qu'ils se rendent en Galilée, c'est là qu'ils me verront. Où est notre Galilée aujourd'hui?  Elle est d'abord en nous, ces coins de notre vie qui ont besoin d'être brassés par la parole de Dieu, ces coins de notre vie qui portent les jugements au lieu de l'accueil et la compréhension. Cette semaine à la suite de l'événement sur le stationnement de l'épicerie à Sherbrooke où un agent de sécurité fut blessé gravement, les commentaires que j'ai entendus: c'est pas surprenant, c'est un gars d'ailleurs, ces étrangers ne font que cela se battre. Tout de suite un jugement et raciste. C'est un recoin de Galilée à convertir.

Jésus nous invite toutes et tous à le reconnaitre sur ses chemins à LUI, des chemins où trop souvent personne ne l'attend. Nous vivons un temps difficile, mais un temps de grâce que certains appellent un temps de défi spirituel. Faisons eucharistie ensemble sur le coin de notre table de cuisine dans un moment de communion avec tous ceux et celles qui ont le goût de Jésus Christ. Demain peut être nos rencontres communautaires prendront davantage un goût de COMMUNION.   

vendredi, 10 avril 2020 13:46

Le drame d'une vie donnée.

Vendredi Saint, aujourd'hui je veux méditer avec vous, ce drame vécu par Jésus qui fut la conséquence de sa passion. La Passion de Jésus fut d'aimer sans condition et de prendre la défense des petits et des pauvres. "Je suis venu allumé un feu sur la terre et cmme je voudrais que ce feu soit déjà allumé." Lc 12, 49.  "Je suis le Bon Pasteur, je connais mes brebis." Jn  10. Il a dérangé les systèmes établis. On veut dons s'en débarrasser. Hier au lavement des pieds, Jésus vient renverser la pyramide de pouvoir. Aujourd'hui cette pyramide au lieu de se laisser questionner va le faire taire. Nous assistons donc aujourd'hui à la rencontre d'un homme seul rempli de la force de l'AMOUR et de la Vérité devant la peur et la faiblesse des hommes de pouvoir.  Nous assistons à un procès truqué comme on en voit encore de nos jours. les chefs tant religieux que civils on peur de perdre leur pouvoir et cherchent des raisons de crucifier Jésus.

La foule soulevée par les hommes du pouvoir religieux fait peur à Pilate qui livre Jésus pour être crucifié. Quand on élève Jésus sur le Calvaire, on montre à la face du monde, la puissance de l'amour et de la fidélité à la mission confiée, et d'autre part on manifeste la peur, la faiblesse et l'insignifiance des hommes de pouvoir. Le texte de Jean nous dit que Jésus  "inclinant la tête, rendit l'esprit". Jésus incline la tête vers le monde et lui donne son dernier souffle, le souffle de son Esprit qui est venu jusqu'à nous.

On ne tue pas l'amour. ON peut faire taire quelqu'un, on ne fera jamais taire l'amour. Si mes disciples se  taisent,  les roches parleront avait dit Jésus.

Il y a une phrase de Jésus qui me revient en tête aujourd'hui: "Ce que vous faites aux plus petits d'entre les miens, c'est à moi que vous le faites." Aujourd'hui nous ne pourorns pas aller à l'église célébrer et adorer la croix. Je voudrais ce matin, m'agenouiller devant les crucifiés de la vie. Je pense à ces enfants victimes de pédophilie dont la vie est brisée, ces enfants qui meurent de faim par centaines chaque jour aujourd'hui encore, ces femmes qui luttent pour une égalité véritable, ces hommes qui sont tombés sous les balles -Martin Luther King, ou Louis Riel, Elder Camara, et combien d'autres, tout cela trop souvent parce que des hommes de pouvoir ont peur et ferment les yeux. 

À cause de notre confinement,  ce Vendredi Saint a, il me semble, un sens particulier et nous interpelle bien différemment de ceux d'hier. Au lieu de le célébrer, nous le vivons en communion avec toutes ces personnes qui de par le monde ont peur et sont angoissés devant le spectre de la maladie et de la mort provoqué par la covid-19. Le vendredi sant est encore là à notre porte, alors cette année dans le silence de notre solitude au lieu de lire la passion dans le prions en église, lisons la Pasison de Jésus dans le vécu quotidien. La Passion qui a fait vvire Jésus est encore là dans le coeur des personnes qui affrontent le danger pour nous, et la souffrance du Christ est encore là dans la vie et le corps des personnes sacrifiées sur l'autel de la peur et du pouvoir.

Demain, nous rencontrerons Jésus sur une route où personne ne l'attendait.

jeudi, 09 avril 2020 16:23

L'Église est-elle...?

L'Église ou les Églises sont-elles des services essentiels? Au sens de l'état, non parce que nous sommes dans une société laïque. Dans cette ligne, Mgr Tramblay de la Basilique du Cap de la Madeleine fait une belle réflexion sur le Soleil d'aujourd'hui jeudi 9 avril. Nous sommes un service essentiel, je le crois, au plan spirituel, psychologique et symbolique. Je crois qu'en ce temps de confinement nous avons comme Église une parole et une présence très précieuses pour le soutien moral et psychologique des personnes. Les gens demandent des renseignements tant sur le plan de la santé que de l'économie et les spécialistes se donnent à répondre pour accompagner les gens sur cette route difficile. Nous devons être là aussi avec une parole de réconfort, d'éclairage et de soutien sur la route d el'homme d'aujourd'hui. Ce temps de pandémie nous fait srortir des rites pour aller au plan intérieur de la vie et des valeurs.  Nous sommes moins au niveau d'une organisation religieuse que d'une Église qui fait  sens et apporte une parole qui redonne confiance et fait vivre. L'internet  nous apporte la naissance de différentes expériences de célébrations et de prière qui donne sens à notre vécu. Il nous reste à souhaiter que ce temps de confinement dévelope l'esprit de solidarité, d'entraide, de communion qui fasse renaitre les communautés chrétiennes sur un chemin de liberté et de communion. Bonne route ensemble.

 

 

jeudi, 09 avril 2020 14:06

Un message d'amour.

Aujourd'hui, jeudi saint, Jésus entre dans la salle à manger pour célébrer la Pâque. ll n'est pas au Temple avec les grands prêtres, il est autour d'une table avec les siens. Jésus vit un moment de communion, de fraternité avec ses disciples. Ce soir, nous serons aussi comme Jésus non dans nos églises ou nos cathédrales bien décorées, avec de beaux habits flamboyants, comme Jésus nous serons autour de la table de la cuisine, seul ou en famille, pour vivre le repas du Christ. Nous serons ensemble, à distance, en communion d'esprit et de coeur  pour vivre le message de Jésus. Souhaitons-nous de mieux découvrir l'importance de ce repas dans nos vies pour retrouver dans la suite un goût de célébrer pour retrouver la table de la communion et moins l'autel du sacrifce. Nous sommes habitués à célébrer devant un autel et à voir davantage la dimension sacrifice; ce soir, nous sommes invités à la table de la COMMUNION.

Nous sommes habitués aussi à la pyramide. Quelqu'un en haut qui gouverne, des échelons de pouvoir jusqu'à nous en bas, jusqu'aux pauvres, aux travailleurs, aux inutiles. Ce soir, Jésus renverse la pyramide et nous invite à  passer du pouvoir à l'autorité et au service. Jésus s'agenouille et lave les pieds des siens. La coutume veut que ce soit le serviteur qui lave les pieds et non le maitre. Le message de Jésus est clair. "Je suis venu non pour être servi, mais pour servir." Le plus grand parmi vous est celui qui sert." Jésus donne un exemple concrêt. Enlever votre vêtement de pouvoir pour revêtir le vêtement du serviteur. Je suis venu établir entre vous un lien de communion et de service et non de pouvoir. Je suis le Bon Pasteur. Ce soir, au lieu d'imiter le geste de Jésus, prenons conscience là où ce message se vit. Ce soir, il y a des femmes et des hommes au service des malades sur  la ligne du danger. C'est cela laver les pieds comme Jésus. Il y a des serveurs dans les magasins et des policiers sur la rue qui s'occupent de notre sécurité. C'est cela aussi laver les pieds comme Jésus.

Ce soir, soeurs et frères chrétiens, je serai en communion avec vous. Je ne prendrai ni les beaux vêtements liturgiques, ni le calice en or, je mangerai ma croute de l'amitié sur le coin de ma table et je boirai la coupe de la vie et de la tendresse en communion d'esprit et de coeur avec vous tous et toutes qui ne vivrez pas de célébrations communautaires.

En nous demandant de nous laver les pieds les uns les autres, Jésus nous demande de nous aimer et de servir dans la simplicité.  Le Pape François nous invite sur le chemin du   service et du souci des pauvres et des  mal gommés de la société. Il est facile pour nous de retrouver le chemin de la pyramide et la socité nous y inmvite. Jésus nous redit«; "Je vous ai donné l'exemple pour que fassiez de même." Que notre jeudi saint soit aujourd'hui un jour de grâce pour une vie chrétienne renouvelée.

 

mercredi, 08 avril 2020 13:35

Un repas qui finit mal.

Mercredi, nous entrons de plus en plus proche du dénouement de la vie de Jésus sur terre. Jésus vit un dernier moment de communion avec les siens autour d'un repas voulant signifier la libération du peuple juif de l'esclavage d'Égypte. Un disciple s'apprête à livrer le Maitre. Prenons conscience que Judas va livrer Jésus non au pouvoir civil pour le faire condamner, mais au pouvoir religieux, aux Grands Prêtres. C'est le pouvoir religieux qui livre Jésus au pouvoir civil pour le faire condamner parce qu'ils n'ont pas le pouvoir de condamner à mort sinon, ils l'aurait sans doute fait eux-mêmes. Dans les commentaires nous parlons de Judas et de Pilate mais très peu des grands prêtres. Ceci m'a conduit ce matin à méditer un peu sur les systèmes.

Le Père Arnold nous disait dans une retraite qu'un système défend un pouvoir, des structures, des doctrines avant les personnes qu'il devrait servir. Nous le voyons souvent dans le système politique, de santé, d'éducation, économique et même religieux. Je me souviens un jour, j'étais vicaire général, j'ai voulu doucement discuter avec un confrère d'une décision qu'il avait prise  et qui ne m'apparaissait pas trop évangélique. Il m'a simplement répondu: C'est moi qui est curé, c'est moi qui décide, s'ils ne sont pas content qu'ils restent chez eux. Il s'agit d'une exception ....

La méditation de ces texte depuis quelques années m'a invité à un peu d'humilité. Même pour nous les bons pratiquants du dimanche, il nous est difficile de sortir de nos sécurités pour regarder les autres et la vie autrement. Nous aimerions bien encore voir nos églises remplies comme autrefois. N'oublions pas que c'est aux grands prêtres, aux hommes forts de la religion du temps que Judas va livrer Jésus. Nous serons ainsi invités à redécouvrir de l'intérieur notre vie chrétienne et vie en Église.

Je me suis arrêté un peu avec notre frère Judas. Dans les commentaires que j'ai lus, on qualifie rapidement Judas de traite. Je trouve que l'on va vite en affaire. "Ce que tu as à faire, fais-le vite," dira Jésus. Judas n'était pas Galiléen mais de la Judée, donc proche du système religieux du temps. Judas devait être traversé ce soir-là par une tristesse épouvantable. Sa mission était de livrer Jésus qui avait tellement déçu ses amis du Temple. Quand quelqu'un dérange, le système le fait taire. Jésus lui avait dit: tu as une mission à accomplir, fais-le vite. Pendant que les autres vont se cacher comme de bons vieux peureux, lui est sur la ligne de front pour livrer le Christ. Remarquons "l'attitude pastorale" des grands prêtres, officiers du système religieux du temps, lorsqu'il va leur redonner l'argent: C'est pas notre problème, arrange-toi avec tes toubles. Je m'imagie aussi les réflexions des apôtres envers Judas. Il est allé se pendre, nous dit Mathieu.

Lors du procès de Jésus, il est seul devant Pilate, les apôtres sont cachés comme des hommes braves, et Jésus sera condamné; Judas est seul avec sa détresse, il va se pendre. Ce jour-là le système religieux du temps aura fait deux victimes: Jésus et Judas.   Saint Judas, prie pour nous.

Page 10 sur 136