Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

vendredi, 01 janvier 2021 17:02

C'était beau et bon.

Nous avons vécu un excellent moment de fin d 'année 2020 avec l'émission "En direct de l'Univers." C'était beau et bon: BEAU pour les yeux et BON pour le coeur. C'était un beau moment d'une spiritualité profonde. Je n'ai pû m'empêcher d'aller lire un texte de Jacques Grand'Maison dans son livre: "Une spiritualité laïque au quotidien. La beauté fait partie de la spiritualité. A la fin de l'émission j'avais le goût de rester en silence pour goûter ce beau moment. Il m'avait laissé un petit goût de "revenez-y". Dostoïevski  disait  que la beauté sauvera le monde.  On dit souvent: Que c'est beau, devant un paysage, deux personnes qui s'aiment, quand je voyais mes parents se regarder sans dire un mot, c'était beau. C'est beau et c'est bon. Ce qui est beau, c'est ce qui est plus élevé que nous et nous entraine ves le haut et le profond.

"J'ai accompagné à l'hôpital un vieil homme parvenu à la fin de sa vie. Il vivait une douloureuse crise de foi qui le plongeait dans une profonde nuit intérieure. Je me sentais impuissant. Un soir, son arrère-petit-fils vient ;e visiter avec ses parents. On le fait monter sur un banc pour qu'il puisse le voir et le toucher. De ses bras, il netoure la tête du vieil homme et lui dit: "Papi, tu t'en vas au ciel, tu vas pas m'oubler, tu vas m'aimer encore avec le Bon Dieu." J'étais dans la chambre à ce moment-là. J'ia vu le visage transfiguré du moribond qui m'a fait signe de la tête et a murmuré: "Bénis-moi." On était tous là avec le sentiment d'assiter à quelque chose d'une beauté sublime. J'ai pensé à l atransfiguration de Jésus de Nazareth qui annonçait que sa mort n'aurait pas le denrier rmot." J. Grand'Maison.

Dans cette émission de télé, j'avais l'impression de vivre un moment religieux très fort; pour moi, c'était de la religion. La religion est une façon d'être ensemble qui nourrit, fait du bien et donne le goût d'y revenir. On n'a pas besoin d'obligation  pour y aller. Je crois que ce temps de confinement nous conduit vers l'essentiel, vers la spiritualité et la religion qui refera le tissu de notre vie quotidienne. Éric Emmanuel Schmitt  écrit devant une nuit étoilée et silenciesuse: L'être  l'emportait sur le néant, la présence sur l'absence, comme lorsque j'écoute Mozart. 

Alors souhaitons-nous une année où la beauté et l'essentiel soient un aliment quotidien qui donnent du goût à la vie. Bonne Année à vous tous.  

jeudi, 31 décembre 2020 15:11

Un visiteur

2021 frappe à ma porte et me demande à entrer. Je veux bien l'accueillir, mais je veux lui dire aussi comment j'aimerais la vivre. Depuis la période de confinement, un mot revient souvent dans les conversations et souvent à la télé, c'est "nous avons retrouver l'essentiel." L'essentiel, n'est-ce pas un mot magique, mais c e mot je l'entends dans la bouche des gens d'en bas. Les gens d'en haut parlent d'argent perdu, de commerces qui ferment ou d'églises qui ne pourront ouvrir à la fin de la pandémie.

L'essentiel pour moi sera de redécouvrir pourquoi je suis là. Pourquoi je suis né? Les premiers versets de la Bible me disent QUI je suis, ils me disent POURQUOI je suis. Comme nous avons mis l'accent sur la "faute"  nous avons édulcoré le visage de Dieu et de même coup le visage de l'être humain. Essayons en cette année où il y a encore du confinement de découvrir qui nous sommes et pourquoi nous sommes. Une image très belle est celle du potier utilisée en Genèse. Dieu prend de l'argile et façonne un être à son image. Il se façonne un vis-à-vis capable d'aimer et de dialoguer avec lui. Il façonne un être en croissance qu'il va accompagner et conduire à une plénitude de vie. Nous sommes dans la main de la divinité en nous.

Plusieurs millons d'années plus tard, un homme est né. L'important n'est pas pour moi  comment et où il est né, mais pourquoi il est né? Il est venu refaire le visage de Dieu et du même coup refaire le visage de l'être humain. Mais comme il a chambardé le système établi, nous l'avons crucifié et l'accent fut mis sur le sacrifice et le péché au lieu du sacré de la vie et de l'amour. Je voudrais en 2021 essayer de retrouver l'essentiel de la venue de Jésus. Jésus pose  le même geste que le Père à la création. Il prend du pain dans ses mains, le pain symbole de son humanité et de notre humanité; il nous prend dans ses mais pour nous façonner à son image  de Fils de Dieu. À chaque Eucharistie, Jésus répête le même geste, il nous façonne à son image; il fait du sacré de notre vie. Nous sommes dans les mains du Christ pour devenir être de louange et d'action de grâce au Père. 

Profitons de ce temps de confinement où nous devons jeûner de célébrations pour redécouvrir l'essentiel de notre vie chrétienne.  Qui suis-je vraiment et pourquoi je suis là? Demain, le monde sera meilleur. Que la bénédiction du Seigneur sur cette nouvelle année nous permette d'aprofondir l'essentiel de notre vie divine en nous.  Souhaitons-nous simplement de laisser ouvrir notre coeur à cette merveille que nous  sommes dans notre corps, notre coeur, notre intelligence, notre  spiritualité.

 

 

mercredi, 30 décembre 2020 15:32

J'ai réfléchi...

Appuyé sur le parapet de la rivière Ste-Anne, je regarde la rivière se déverser dans le fleuve St-Laurent. Je me dis: la petite rivière devient fleuve. Le fleuve coule vers le golfe et devient golfe, celui-ci s'en va vers l'océan et devient océan. La petite rivière devient océan. C'est cela la vie. Nous commençons petit ruisseau pour devenir avec les années océan. Nous cheminons toujours vers quelque chose de plus grand, de plus profond de l'enfance à l'âge avancée. C'est vrai aussi dans la vie spirituelle. Notre vie chrétienne est au départ plus intellectuelle, nous apprenons des choses que d'autres nous enseignent. petit à petit nous passons à une expérience vitale. Je ne crois plus parce que l'on me l'a dit, mais parce que je l'ai expérimenté. Ainsi l'on passe souvent des dévotions à la prière qui devient communion avec quelqu'un en moi. J'ai découvert que la foi n'était pas de croire en des vérités, mais en quelqu'un qui habite au coeur de ma vie..  Les sacrements deviennent célébration d'une expérience de vie qui me donnent la force de vivre d'une meilleure façon ma condition d'enfant de Dieu. Mon ordination presbytérale est moins une vocation au service du Christ, mais une mission au coeur de la communauté-Église et l'ordination me donne la forde de vivre cette mission: "Allez, faites des disciples et apprenez-leur à conserver tout ce que je vous ai enseigné."  Mth 28, 19 -20. Devenir océan, c'est apprendre la profondeur de notre  être spirituel, c'est apprende à descendre en nous pour découvrir la richesse d'une présence de tous les instants. Devenir océan, c'est devenir des contemplatifs de la nature, de la vie, c'est devenir des amoureux de la vie. N'érigeons pas de barrages, débâtissons le sobstacles  qui empêchent notre vie de couler vers l'océan de l'amour et de la richesse de Dieu. Laissons notre petite rivière devenir fleuve, puis océan. 

mardi, 29 décembre 2020 16:38

Toc, Toc, toc.

Oui, toc toc, 2021 frappe à la porte. Il faut lui ouvrir avec plaisir. Dans l'Évangile de Luc, les bergers sont arrivés à la crèche avec pour tout cadeau que l'amour de leur coeur. C'est avec ce cadeau que je voudrais entamer cette nouvelle année: de l'amour plein le coeur.  C'est ce cadeau que Jésus nous donne aussi dans sa crèche. C'est le seul commandement que le Christ Jésus nous a donné.

Un autre cadeau que nous donne la crèche est la confiance; confiance en la vie, confiance en moi, confinace en  l'autre,  ces moments de confiance me disent la foi que j'ai en Dieu, comme nou sle disent si bien Marie et Joseph. Le temps de confinement nous demande à avoir confiance en nos dirigeants, notre système de santé et nous invite aussi à la reconnaissance. Les bergers ssont venus dans leur grande pauvreté dans la confiance en l'annonce qui leur était faite. "Ils ont trouvé tout comme l'ange leur avait dit." Si nous savons faire confiance, avoir foi nous trouverons nous aussi tout comme le Seigneur le veut. Cette année doit commencer, il me semble, sous le signe de l'amour, de la confiance et de la reconnaissance.

Cette année, je la souhaite vécue sous le signe du plaisir. donner du plaisir pour que la vie soit meilleure. le plaisir découle de cette joie intérieure, ce goût d'être bien avec soi et avec les autres. Le plaisir n'est pas le "fun", le fun est passager, le plaisir vient du dedans et demeure. Qu'ensemble nous apprenions à être heureux même dans les moments plus difficiles. La plaisir donne des ailes pour affronter les orages. Le plaisir nous apprend à vivre dans la joie et l'action de grâce comme les bergers l'ont vécu.

Enfin cette année qui frappe à la porte, je souhaite qu'elle soit bénie de Dieu. La bénédiction du Seigneur rend fécond, donne la force de vivre les moments difficiles et permet de les dépasser de les surmonter et d'en sortir grandi. Que nous ne soyons pas des saules pleureurs mais des chênes solides et tournés vers l'Avenir. Et comme le dit le texte du livre des Nombres: Que le visage du Seigneur soit toruné vers nous toutes et tous et fasse de nous des êtres d'action de grâce. Bonne et Sainte Année à tous. 

lundi, 28 décembre 2020 18:26

Un Maitre nous dit:

Ce que l'homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l'apprendra par la souffrance.  Maitre Melchisédech.

 

lundi, 28 décembre 2020 18:15

Une vertigineuse aventure

Nicole Bordeleau: Tout passe. Comment vivre les changements avec sérénité. Ed. Edito. 2020. Dans notre monde de changements et d'incertitude, ce livre est un magnifique  outil pour apprendre à bien vivre ce temps présent parfois lourd et le vivre sereinement. "Au fil d'une écriture apaisante et toute en finesse, l'auteure nous fait découvrir les bienfaits de l'art de l'attention: une façon d'être et de voir le monde qui peut changer nottre quotidien." Tout passe, il s'agit d'apprendre à bien vivre le moment qui passe. Excellente lecture.  

 

lundi, 28 décembre 2020 15:34

Monsieur Marc

Bonne journée à vous toutes et tous mes amis. Ce matin, j'ai le goût de saluer l'évangéliste Marc dont nous avons commencé la lecture en cette année B de la liturgie. Arrêtons-nous ensemble sur le chapitre 4 de l'Évangile où Marc nous présente des paraboles. La parabole est un message enveloppé un peu comme un oignon, il s'agit d'enlever l'écorce pour saisir le contenu. La parabole nous fait entrer dans l'événement, nous devenons acteur de l'événement contrairement à une histoire.

Marc commence avec la paprabole du semeur. Le semeur qui jette la semence partout avec confiance sans se soucier du terrain qui la reçoit. Nous sommes invités à contempler Jésus semeur du royaume du Père dans le monde. L'important est la semence qu'il dépose en terre. Il a confiance en la puissance de la parole semée. Il laisse à la terre la liberté d'accueillir ou non la  Parole. Il est admirable ce semeur. Il donne sans condition. Il compte sur la capacité d'accueil de celui qui reçoit la Parole.  Si la terre est revêche et ne produit rien, il ne condamne pas, il attend. Il respecte le rythme de chacun. Nous avons à méditer profondément cette attitude de Jésus. Pourquoi obligeons-nous les gens à faire des choses?

Marc poursuit son texte avec la parabole de la lumière, 4, 21. Attention, Jésus est la lumière; attention, nous sommes la lumière. La lumière du Christ la plaçons-nous sous le boissseau?  La lumière de notre foi, où la plaçons-nous? La lumière aussi ne s'impose pas, elle éclaire la personne qui l'accepte. Nous pouvons la cacher en fermant nos fenêtres et rester dans l'obscurité. La lumière de l'Évangile nous fait comprendre des chsoes que nous aimons mieux ne pas  voir.

Enfin Marc nous parle de la puissance de la parole semée en nous et de la petite graince de moutarde qui devient un grand arbre.

Une première leçon que ces paraboles me laissent est que pour être discile du Christ, ça ne demande pas d'efforts, simplement d'être disponible et attentif à l'action du Christ en nous.  Pour cela il suffit d'être à l'écoute de l'action de l'Esprit en nous. Le Christ réalise le royaume du Père en nous et avec nous. Il respecte notre liberté et n'agit pas sans nous ou contre nous. Si je compare à mon interent, il est là, il ma'pporte des choses de l'autre bout du monde, mais je dois le comprendre, le respecter et agir avec lui pour qu'il me donne tout ce qu'il m'offre. Je sais que mon internet peut me donner beaucoup plus que ce que je lui demande parce que je ne le connais pas assez. Il en est de même avec le Seigneur. Il peut me donner bien plus que ce que je lui demande,  mais je suis trop restreint à mes demandes et pas assez attentif et accueillant à ce que lui peut me donner.

Seigneur apprends-moi ce matin  à apaiser les tempêtes dans ma vie pour être disponible à accueillir ta présence et l'action de l'Esprit en moi aujourd'hui.  Apprends-moi l'écoute et le silence afin de devenir un peu plus ton disciple. Amen. 

dimanche, 27 décembre 2020 15:38

La Sainte Famille.

La liturgie nous fait célébrer aujourd'hui la Sainte Famille et du même coup nous ramène à nos familles. La famille de Nazareth est un modèle qui inspire la vie de nos familles; ce n'est pas un modèle à imiter mais qui inspire notre vie.  Beaucoup de  nos familles aujourd'hui ne sont plus dans le modèle traditionnel mais elles doivent être toujorus des familles. La famille est un milieu de vie, d'amour, de rencontre et de fraternité. Quelque soit le modèle vécu, nous devons toujours revenir à l'essentiel: La vie et l'amour. C'est là le modèle qui  nous inspire de la famille de Nazareth: Revenir à l'essentiel. Ce qui nous reste de nos familles le plus souvent, c'est ce qu'elle nous a donné, ce qu'elle a inscrit au fond du coeur. La famille peut connaitre des échecs, prendre de nouvelles façons d'être avec d'autres conjoints: l'essentiel doit toujours demeurer. Nous le réalisons quand souvent des enfants vont appeler papa ou maman le nouveau conjoint  ou la nouvelle conjointe venue dans la maison. L'essentiel est la vie et l'amour et non la forme. C'est ce que Marie et Joseph ont le goût de nous dire aujourd'hui.

 

dimanche, 27 décembre 2020 15:18

L'avenir...

L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre. A. de St Exupéry. J'ajouterais: L'avenir de l'Église ou de ta vie spirituelle, tu n'as qu'à le laisser advenir, l'Esprit Saint s'en occupe.

 

samedi, 26 décembre 2020 15:35

Hier, j'ai écouté ...

Hier, j'ai écouté deux célébrations à la télé,  les deux se situaient dans une église. L'une était une messe dominicale et l'autre, l'émission "y à du monde a messe."  Les deux avaient des airs de Noël. Je ne veux pas comparer, mais l'émission a retenu mon attention et m'a laissé le goût de revenir. Nos célébrations sont vécues en fonction d'un rite à respecter et le message du Christ n'est pas toujours bien dégagé, alors que l'émission était vécue en fonction de la vie, des situations présentes et transmettaient un message vivant. je me suis dit: Il serait temps de réinventer nos célébrations en fonction de la psychologie et des besoins des chrétiens d'aujourd'hui. Je me permets de me rappeler trois moyens d'améliorer nos célébrations, moyens que mes professeurs de liturgie m'ont donnés.

D'abord nos célébrations devraient être tournées vers l'action de grâce alors que nous parlons beaucoup de péchés, de pardon, nous sommes négatifs. Il me semble que demander pardon un fois ce serait suffisant. L'Eucharistie est un chant d'acion de grâce en même temps qu'un envoie en mission. "Rendez grâce au Seigneur car il est bon, éternel est son amour."

 Une autre chose importante pour moi est la proclamation de la Parole. On ne lit pas un texte en liturgie, nous proclamons un message, c'est quelqu'un qui nous parle. Les personnes qui font les lectures devraient être mieux formées afin de bien préparer la lecture pour en dégager le message. Réalité que j'ai beaucoup de difficulté à vivre. Je crois que nous ne croyons pas à l'importance de la Parole dans la célébration. Henri Bergeron nous disait lors d'une session sur l'homélie: Moi, j'ai quelques minutes de nouvelles à donner et je passe beaucoup de temps à lire et relire le texte pour donner une nouvelle et vous, vous avez la parole de Dieu et vous ne la lisez même pas avant la célébration" J'ai mis mon chapeau. Prochainement, nous aurons le dimanche de la Parole, comment allons-nous le vivre? le ferons-nous à l'intérieur d'une messe? Pourquoi ne pas enlever l'Eucharistie et faire un dimanche de la Parole? Peut être faut-il attendre de croire à la Pparole de Dieu pour être en mesure de la célébrer. Les Évêques de l'Inter Est nous parle de la Parole comme sacrement en citant Benoit XVI. On écrit: "LEsprit Saint nous accompagne pour nous aider à découvrir le mystère de la présence du Christ dans sa Parole." Dans l'apocalypse:  Je m'en fus trouver l'ange pour me remettre le livre, il me dit: tiens, mange-le, il te remplira les entrailles d'amertume, mais en ta bouche il aura la douceur du miel. Apoc. 10, 9 ss. En Ezéchiel nous lisons le même message: "Fils d'homme, ce qui t'est présenté, mange ce livre et va parler à la maison d'Israël. Ez 2, 3.  Mange ce livre avant de parler. Nourris-toi de la Parole avant d'en parler. Si nous croyons à l'importance de la Parole, faudra bien le montrer. 

Actuellement, les artistes à la télévision nous interpellent fortement. Nous avons un message à donner, nous avons quelqu'un à présenter et ma convition comme prêtre est que nous sommes mal préparer pour le faire parce que le monde a changé, les défis sont autres et les chrétiens sont plus exigeants qu'hier. Que l'Esprit Saint nous éclaire. 

Page 3 sur 171