homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 08 décembre 2020 17:01

Message d'un témoin. Jn 1, 6-8 et 19-28

Qui es-tu? demande-t-on à Jean le Baptiste. les grands Messieurs de la religion -Grands prêtres et pharisiens- sont inquiets devant ce que fait Jean Bapiste. Il n'est pas de leur groupe et fait du bien, ce n'est pas normal. Alors on lui envoie des messagers lui demander: Qui es-tu? Et pourquoi tu baptises? Il n'est pas mandaté par les grands de la religion du temps, il n'a pas le droit d'enseigner et encore moins de baptiser. Le texte de Jean commence par ces mots: Un homme fut envoyé comme témoin pour rendre témoignage à la lumière. Il n'était qu'un témoin, quelqu'un qui présente un autre plus grand que lui et déjà les chefs religieux s'inquiètent. Le système religieux n'aime pas être dérangé.  Jean fait preuve d'une grande humilité et répond par la négative: Je ne suis ni le Messie, ni le prophète, je ne suis que le témoin qui vient vous annoncer le Messie. Il me semble que Jean devait se dire: si vous commencez déjà à avoir peur de moi, vous n'êtes pas au bout de vos peurs avec Celui qui s'en vient. Je ne suis qu'un témoin et un témoin est celui qui laisse passer le Christ, quelqu'un qui prépare …
Un médecin, devant l'expansion de la covid-19, disait que l'arrivée aussi fulgurante de cet ennemi nous faisait réaliser que quelque chose ne marche plus dans notre monde. Cette pandémie nous forcerait à un retour à l'essentiel. Nous apprendrons à nous écouter, à écouter les autres et à changer certaines habitudes de vie. les relations humaines deviendront plus importantes que la course à l'argent et au confort. En relisant l'Évangile de Marc et de Monsieur Isaïe, j'aivais l'impression d'entendre la même réflexion. L'évangéliste dit: Il y a quelque chose qui ne marche plus dans votre monde; Jean est venu nous inviter à redresser nos chemins, à ouvrir nos coeurs à l'essentiel et votre système religieux ne marche pas, dira Jean. Vous opprimez les gens avec des lois et de sobligations insensées, réveillez-vous et prenez conscience de ce qui se passe.  Jean était la covid du temps. La covid est venu nous révéler la fragilité de nos systèmes. Les gens me disent: Il n'y a plus de messe, nous sommes devenus païens. Ce temps de pandémie nous permet de réfléchir sur notre façon de vivre, le temps de l'Avent nous invite à réfléchir sur la qualité de notre vie chrétienne au quotidien.…
mardi, 24 novembre 2020 15:16

Un temps de gestation. Marc 13, 33-37

Dans notre société et dans notre Église  de 2020, Nous sommes en état de gestation, un temps qui prépare une nouvelle naissance. Après le temps de pandémie nous devrons vivre une sorte de renaissance à une vie nouvelle et il en est ainsi dans l'Église et dans nos vie personnelle. De sorte que le temps de l'Avent est moins un temps d'attente à Noël, mais un temps de préparation à cette nouvelle naissance qui veut se faire jour.  Le texte de Marc aujourd'hui se situe juste après l'annonce de la destruction du temple de Jérusalem et la Pasison du christ. C'est pourquoi l'évangéliste invite les chrétiens à rester sur leur garde pour accueillir le monde nouveau qui se prépare. Nous sommes placés un peu dans cette même situation où quelque chose de neuf se prépare. Ce qui est en train de naitre vient de Dieu. Nous vivons un bouleversement et un abandon de nos institutions et pratiques religieuses. Le temps de pandémie nous oblige à redécouvrir l'essentiel. Marc en ce premier dimanche de l'Avent nous adresse un sérieux avertissement: Prenez garde, Veillez,restez éveillés. Rester éveillés pour des chrétiens, c'est aussi savoir lire les signes des temps, savoir écouter l'Esprit du Seigneur…
mardi, 17 novembre 2020 16:43

Chahuteur d'amour. Mth 25, 31-46

Le premier sens du mot chahuteur est danseur. Le Seigneur nous apprend à danser l'amour et la tendresse. À la suite de la lecture de l'Évangile de ce dimanche, j'ai fait une drôle d'expérience. En me rasant la barbe devant mon miroir ce texte m'est revenu et je me suis dit: Je suis le visage du Christ. Si ce que nous faisons aux autres, c'est à Jésus que nous le faisons, c'est que le Christ est présent en nous: Nous sommes visage du Christ.  Le visage reflète notre identité intérieure, nos sentiments que les mots ne disent pas. L'expression du visage reflète ce que nous vivons intérieurement très souvent.  Quand nous chantons que nous sommes visage du Christ, ce n'est pas de simples mots. Ces mots pour être vrais doivent s'enraciner dans notre expérience profonde du Christ en nous. Il me semble que c'est le message que Jésus nous adresse aujourd'hui. Le Christ-Roi est surtout un Christ-pasteur présent au coeur de nos vies. Il nous identifie à lui et il s'identifie à chacun et chacune de nous. Ce roi pasteur est venu nous convaincre non de péché mais d'amour.  C'est ainsi qu'il devient pour nous un danseur, un chahuteur,  de…
mardi, 10 novembre 2020 14:34

J'ai confiance en vous. Mth 25, 14-30

Le maitre met à l'épreuve la confianc de ses employés. En partant en voyage, il leur confie une part de ses biens à faire profiter. Il donne à chacun l'occasion de développer son initiative, son sens des responsabiltiés. Les uns réussissent, d'autres échouent. Le Maitre n'avait pas réalisé le peur installée dans le coeur de ses employés. Nous sommes les gens de cette parabole. Nous sommes parfois le maitre et d'autres fois les employés. Le Seigneur a répandu en chacun et chaucne de nous une quantité de talents et de charismes à mettre au service de la communauté, au service de la vie. Dieu nous fait confiance et nous laisse libre de développer ces talents  selon notre façon personnelle de vivre. À l'un il a donné d'être apôtres, ou missionnaire, ou enseignant ou pasteur afin que sa mission soit bien réalisée. Ainsi tout est bien organisé pour que la vie de la communauté soit bien animée et que tous soient rassemblés dans l'amour.  Mais cette parabole nous révèle une autre dimension importante et que nous vivons trop souvent: La peur. Tous ont peur. Les uns font fructifier leurs talents par peur du maitre et un autre le cache par peur…
mardi, 03 novembre 2020 15:05

L'appel de l'Amour. Mth25, 1-13.

Mathieu met sous nos yeux la parabole des jeunes filles qui attendent l'époux, les unes ont prévu une réserve d'huile, les autres ont oublié. Alors je commence avec une question: Pourrions-nous nommer le prix nobel de la paix de 2001, le gérant de provigo à Matane en 2004, le président de la Bolivie en 1990? Peu de gens parmi pourrait répondre à ces questions. Cependant si je demande: Nommez un professeur qui vous a marqué dans vos études, un voisin qui vous a aidé dans la malchance, un ami qui vous a soutenu dans l'érpeuve,  ce sera chose facile. Voila le message de la parabole d'aujourd'hui à mes yeux. La vie est un tissu de relations et le temps de confinement actuel nous le fait bien comprendre. La vie n'est pas un tas de connaissance mais un acte du coeur. La popularité est éphémère, les connaissances s'oublient, mais les relations profondes venant du coeur demeurent et résistent  au temps et à l'oubli. L'être humain ne peut exister sans relations humaines vraies. Ces relations découlent d'une connaissance réciproque en vérité, à la condition que chacun s'investisse vraiment. Ceci prend du temps. Ces relations d'amiité ou d'amour ne sont pas interchangeables. Je…
mardi, 27 octobre 2020 14:14

Le vêtement de la foi. Mth 5, 1-12.

Dans la parabole des invités à la noce, le Seigneur fait état de l'invité qui n'a pas la robe nuptiale. Aujourd'hui en cette fête de la toussaint, nous fâtons tous ces gens qui snt arrivés au banquet revêtu du vêtement de noce. Le vêtement des béatitudes. Ce vêtement n'est pas le fruit du travail des meilleurs couturiers du monde; il est le travail de l'Esprit Saint fruit de l'amour et de la miséricorde. Ce vêtement est fait du tissu de l'amour, cousu avec le fil d'or du pardon et de la miséricorde, décoré de l'accueil, de la douceur, de la charité. Ce vêtement est celui de tous les jours et de tous les instants. Celui qui enveloppe nos coeurs et notre agir quptidien. Ce vêtement est le nôtre aussi. C'est l'habit de la foi que nous devons porter dans un monde dont la foi est afffaiblie. L'habit de la foi dans un monde qui met souvent sa foi dans le succès, l'argent, le pouvoir et oublie les valeurs spirituelles. C'est l'habit de l'amour et du pardon que nous portons dans un monde où la violence, l'agressivité se tissent davantage de place, dans un monde du oeil pour oeil et dent…
mardi, 20 octobre 2020 15:47

Je t'aime tout court. Mth 22, 34-40.

Je t'aime tout court, je n'ai pas besoin de mots pour te dire que je t'aime. L'amour n'est qu'un mot, chante Nicolas Ciccone. L'amour n'est qu'un mot. Mais si l'amour etait plus ou autre chose qu'un mot. L'amour en se dit pas, il se donne.  L'amour n'est pas seulement un mot, il est une façon de vivre ensemble. Dans l'Évangile de ce dimanche, Mathieu fait appel au grand commandement de l'amour donné par Jésus. Un commandement nous signifie un ordre venant de l'extérieur qui oblige; pour le commandement de Jésus, j'aimerais mieux parler de l'invitation de Jésus à aimer. Cela s'inscrit dans la logique des béatitudes.  L'amour ne se dit pas d'abord avc desmots, mais  par une attitude, une façon d'être. Les parents disent d'abord leur amour aux enfants par des gestes; ne me dis pas que tu m'aimes, je le sens, ton attitude me le révèle. Aimer, c'est accepter l'autre dans toutes ses différences et prendre la route avec lui pour aller plus loin à l'exmple de Jésus avec les disciples d'Emmaüs. "Nous ne pouvons aimer vraiment les autres, nous ne pouvons leur ouvrir un espace où ils se sentent accuiellis que pour les aider à acquérir au plutôt devenir,…
mercredi, 14 octobre 2020 14:23

À l'effigie de Dieu. Mth 22, 15-21.

Hier, je rencontrais quelqu'un sur la route, je ne le connaissais pas, mais je lui dis: tu es un Levesque, son air de famille l'avait trahi. La ressemblance était là. Pourrait-on dire de moi: Tu est fils de Dieu? Est-ce que ma façon d.être, de penser ou de juger me révèle comme chrétien? De qui suis-je l'effigie? C'est la question que l'Évangile me pose aujourd'hui: De qui es-tu à l'effigie? Suis-je conscient que je suis frappé à l'effigie de l'Esprit même de Dieu?  Jésus est encore aux prises avec les pharisiens, les anciens du peuple et aujourd'hui on y ajoute le hérodiens, disciples d'Hérode l'envahisseur du pays. Ce sont des ennemis du peuple juif. Alors Jésus est pégé. S'il répond de payer  l'impot à César, il est contre le peuple et en faveur de l'envahisseur; si au contraire, il répond de ne pas le faire, il est contre la loi et le dieu César. Jésus est dans un étau. Jésus va profiter de l'occasion pour faire une bonne catéchèse. Il refuse d'entrer dans la logique du permis et défendu pour se situer au niveau du sens. D'ailleurs toute sa vie. Jésus se refuse à se situer au niveau de la…
mardi, 06 octobre 2020 14:10

Je suis invité. Mth 22, 1-14.

Jésus entreprend un autre débat avec les pharisiens et les anciens du peuple. Il nous donne une excellente vision du royaume qui nous habite. Le royaume est comparable à un roi qui fit une noce pour son fils.Voila! La première image que Jésus donne du royaume est celle d'une noce, d'une alliance. Le royaume esten moi, en chacun et chacune de nous et la façon pour nous de vivre ce royaume est celle d'une alliance, donc d'une communion profonde en nous et le Seigneur. Pouvons-nous imaginer quelque chose de plus extraordinaire que d'être en communion, en état nuptial avec le Seigneur en nous. Au point de départ, nous devons être dans un état d'allégresse et d'action de grâce. Le Père envoie son Fils vivre ses noces avec l'humanité, avec chacune et chacun de nous. Nous sommes en état d'époussaille avec le Ffls de Dieu. Nous ne pourrons jamais assez comprendre et réaliser ce don merveilleux dont nous sommes bénéficiaires. Nous devrions être en perpétuel action de grâce. Jésus ajoute que nous sommes des invités. Nous ne sommes pas obligés, nous sommes invités à vivre cette relation avec le Seigneur. C'est pourquoi notre réponse sera variée selon notre degré de relation…
Page 5 sur 26