reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

dimanche, 07 mars 2021 15:17

Un jour.

Écrit par

Demain 8 mars appelé  journée de la femme. Si la femme a un problème de reconnaissance dans  la société, l'homme a aussi un problème de pouvoir. Les deux sont des êtres en problèmes. Pourquoi alors ne pas les inclure ensemble dans une JOURNÉE DU COUPLE HUMAIN.  quand on parle de la création, nous parlons de l'homme et de le femme qui forme un couple humain et le texte nous dit: Qure l'homme ne sépare pas ce que Dieu a unit. Je ne parle pas du mariage, mais du coupe humain. Avec cette journée, les deux seraient partie prenante de la transformation. Avec la journée de la femme, cela donne l'impression que l'un se bat pour ses droits alors que l'autre veut conserver son pouvoir. Mettons-les tous les deux dans le même sac. Ceci pourrait contribuer à corriger bien des difficultés de relations. Ce serait un beau projet pour nous, chrétiens, et nos mouvements chrétiens pourraient devenir des artisans de ce renouveau de valeurs et de relations humaines. 

Je trouve que nous sommes trop portés à une vie en tiroir et même en Église nous avons bâti une pastorale à tiroir et j'ai été inconciemment un artisan de cette organisation. Comme Église et comme société nous devons être des bâtisseurs de relations, des bâtisseurs de communion entre les êtres humains.  Ne serait-il pas temps que nos communions à l'Eucharistie paraissent sur le terrain quotidien? Arrêtons de nous séparés et mettons-nous ensemble pour cérer un monde meilleur.

 

samedi, 06 mars 2021 15:30

Aimer comme Jésus.

Écrit par

Aimer à la façon de Jésus, ce n'est pas se lancer dans de grands discours sur l'amour. C'est savoir poser des gestes concrêts auprès de ceux qu'il nous est donné de rencontrer chaque jour. Jésus ne s'eat pas contenté de parler, il a pris les routes de Palestine allant à la rencontre des boiteux, des infirmes, des aveugles, etc..

Aimer à la façon de Jésus, c'est d'abord savoir accueillir l'autre. Acueillir ne s'apprend pas dans les livres, c'est une attitude intérieure d'ouverture et de partage. 

Aimer à la façon de Jésus, c'est aussi accepter l'autre avec ses différences. Aimer n'est pas supprimer les différences Aimer ces voir ces différences comme des chances, des trésors qui nous font avancer.

Aimer à la façon de Jésus, c'est apprendre à donner et à recevoir. On s'imagine qu'aimer c'est vouloir apporter à l'autre tout ce qu'on peut lui donner et on oublie que le plus grand don fait à quelqu'un c'est de lui permetttre de donner.

Aimer à la façon de Jésus, c'est aller jsuqu'au bout de l'amour quelles que puissent être les difficultés rencontrées en chemin. Pour Jésus cela l'a conduit au Calvaire.

Tiré de: Éduquer aujourd'hui pour demain, de Jean-Marie Petiticlair.

 

vendredi, 05 mars 2021 15:07

Où prier?

Écrit par

Où prier? Le temps de confinement me pose cette question. Nos temples sont fermés. Pour Dieu les lieux sacrés n'existent pas, ils n'existe que pour nous. Cette distinction de profane et sacré n'est pas évangélique. Dieu est présent partout et tout est sacré. Nous pouvons aussi bien prier dans l'autobus que dans la basilique de Saint Pierre de Rome.  Le rideau du temple s'est déchiré à la mort de Jésus, le ciel se déchire à son baptême. Jsus passe son temps a déchirer les murs que nous dressons entre les personnes et les lieux sacrés et profanes.  Les temples sont nécessaires pour le rassemblement de la communauté. C'est la maison familiale des chrétiens  mais n'emprisonnons pas Jésus dans ces temples. Le premier temple où Jésus demeure est notre vie , notre coeur. C'est là qu'il nous faut d'abord l'adorer. Le temps de confinement devra nous apprendre à découvrir ces temples que nous sommes. Un jour un moine alla voir l'Abbé pour lui demander une parole. L'Abbé lui dit: Rentre dans ta chambre, dans le sielne  elle t'enseignera toutes choses. C'est dans notre temple personnel que nous toruverons un bon enseignement qui nous fera mieux goûter la prière communautaire dans nos temples.

 

jeudi, 04 mars 2021 15:23

Réfléchissez Messieurs!

Écrit par

On nous disait hier que cinq femmes étaient mortes vicitmes de violence dans le dernie rmois. les responsables commencent à se dire qu'il faut aller plus loin que le loi. La loi punit, mais l'édication corrige. Il faut aller aux causes du mal si nous voulons corriger la situation. Les causes sont mutiples. Cette mentalité remonte dès l'apparition de l'être humain sur la terre. "C'est la femme qui m'a trompé." Est-il permsi de renvopyer sa femme, demande-t-on à Jésus. Celui-ci répond: Ce que Dieu a unit, qu el'homme ne le sépare pas. A cette époque la femme était la propriété de l'homme et il pouvait en disposer comme on dispose d'un bien matériel. Je crois que nous avons mis l'accent sur l'indissolubilité du mariage et pas asez sur l'égalité des perosnnes. On parle beacoup de la parité dans la représentation de sperosnnes aux postes de commandes, mais je crois qu'il faut aller plus loin; il faut l'Égalité des personnes. Il ne s'agit pas seulement des inéglaités de sexe, mais aussi les inéglaités sociales. L'épaisseur du porte-monnaie et du pouvoir ont  trop de place dans nos relations sociales. Comme Église, nous aurions un rôle important à jouer mais les Églises ne sont pas toujours à la hauteur et nous avons un mea culpa à faire aussi. Une question: Demain, quelle place ou quel ministère, quel rôle d'autorité je vais donner aux chrétiens hommes ou femmes pour manifester l'égalité? Nos communautés chrétiennes devraient être des lieux de contestaiton de cette mentalité patriarchale et de pouvoir. Posons-nous les verais questions. Bone journée.

 

Prêtez l'oreille ;a l'enseignement de notre Dieu, lisons-nous aujourd'hui dans le prophète  Isaïe. de ce temps-ci nous parlons beaucxoup d'écoute et de la parole de Dieu. Le besoin d'évangélisation est très grand et évangéliser demande d'écouter la Paorle de Dieu non seulement dans les lectures d el aBible, mais surtout dans le langage du peuple chrétien autour de nous. Le Seigneur nou sparle encore par  la bouche des hommes et fdes femmes d'ici. La Parole continue de s'écrire chaque jour. La Parole est dans notre oceur et elle monte selon les besoins et le vécu des chrétiennes et chrétiens d'aujourd'hui. Ce cri d'Isaïe retentit encore de nos jours. "N fermons pas notre coeur, mais écoutons la voix du Seigneur."

  

lundi, 01 mars 2021 15:24

Descendre de la montagne.

Écrit par

Après la transfiguration,  Jésus invite ses disciples à descendre de la montagne pour se retrouver dans la plaine. Ce matin, je me suis imaginé descendu de la montagne et me demandant quoi faire. Pourquoi suis-je descendu?  C'est facile de descendre, moins facile de se demander quoi faire maintenant. Je viens de commener la lecture d'un petit livre; L'art d'écouter. Je me suis dit que peut être mon premier geste serait de m'asseoir et d'écouter ce que les chrétiens ont à me dire, et aussi ce que l'esprit me dit à moi à travers ce confinement. J'entends encore quelqu'un dire: "Ne faites rien pour moi sans moi."  "Bias le sage demanda un jour à Amasis de lui envoyer le pire et le meilleur morceau d'un animal. Celui-ci lui envoya la langue. Il voulait lui signifer que la parole est à la fois ce qu'il y a de plus dangereux et de plus utile." L'art d'accueillir la parole est antérieur à l'art de la prononcer. Dans notre monde actuel, je crois qu'une difficulté vécue avec acuité est le manque d'écoute. 

Nous avons entendu Dany Turcote à la télé, Il exprimait la souffrance de beaucoup de gens vicitmes de gens qui parlent sans s'écouter. Le temps de confinement ne serait=il pas un temps propice pour s'écouter d'abord et écouter les autres autour de nous. Et je me suis posé la question: Avec quoi vais-je sortir comme chrétien  de cette crise. Qu'est-ce qu'elle m'aura appris sur ma vie chrétienne, ma prière,, mon service autour de moi? Beaucoup d'artistes nous ont parlé de ce que cette pandémie leur avait permis de découvrir  d'eux-même, de leur travail, des valeurs de la vie en famille.... Je n'entends pas beaucoup de chrétiens nous dire ce que le temps de confinement leur apporte. On attend que les églises ouvrent pour aller à la messe. 

J'ai suivit des cours d'élocution, j'ai appris à faire homélie, à prononcer, un seul m'a appris à écouter, c'était Henri Bergeron de Radio Canada qui m'a appris que si je voulais annoncer la parole de Dieu, je devais d'abord m'arrêter pour l'écouter et l'intégrer dans ma vie. Ma conviction est que nous ne connaitrons jamais un renouveau de la vie chrétienne et de l'Église si nous ne commençons pas par nous asseoir et écouter la voix de Dieu proclamée par le peuple chrétien d'aujourd'hui. Savoir écouter est un art  disait Épitecte.  Cet art nous devons l'apprendre. Une parole n'est pas seulement des mots, ce peut être un regard, une attitude, une absence,  ... Au plan chrétien, l'absence dans nos églises est une parole que nous devons écouter. les funérailles au salon funéraire est une parole que nous devons écouter. Hier soi rà Tout le Monde en parle, Danys Turcotte a parlé beaucoup plus par son attitude quepar ses mots. SAVOIR ÉCOUTER EST UN ART. le Pape François nous invite souvent à écouter le monde.

 

dimanche, 28 février 2021 15:19

Il fait bon d'être ici.

Écrit par

Sur la montagne de la transfiguration, les apôtres sont tellement bien que Pierre propose de construire trois tentes pour y rester. Jésus redescend de la montagne car la mission est en bas. Je tire deux réflexions de ce moment. D'abord l'importance d'aller sur la montagne pour rencontrer le Seigneur. L'importance de ces moments  de silence, de contemplation pour écouter la voix du Christ résonner au fond de nous. Dans la même liturgie d'aujourd'hui nous avons grand père Abraham qui va aussi sur la montagne pour comprendre le message de Dieu. Si nous voulons un renouveau de notre vie spirituelle comme de notre Église, nous ne pouvons pas faire l'économie de ces moments de rencontre personnelle avec le Christ ressuscité.

Un deuxième message pour moi est que ces moments nous conduisent inévitableent à la mission.  Nous devons descendre de la montagne pour nous retrouver sur le terrain au coeur de la mission. Toutes ces femmes et tous ces hommes qui ont travaillé à la renaissance de la société et de l'Église furent des contemplatifs qui découvirrent la mission. Ils étaient des témoins nourris de l'amour inconditionnel du Christ. Si nous voulons  une renaissance de notre Église, elle devra passer par la renaissance de notre vie spirituelle. Elle devra passer par ces moments sur la montagne qui nous enverrons dans la misison sur le terrain chargés du zèle de la maison de Dieu. Si nous avons bâti des tentes, des sécurités, des traditions, des coutumes, ce sont des ornières dont il faut se débarasser. Le Christ nous a donné rendes-vous en bas. Bonen journée.

 

samedi, 27 février 2021 14:54

Aime même ton ennemi.

Écrit par

Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Mth 5, 43-48. Nous sommes des êtres spirituels et non seulement des êtres "animal." Nous sommes tous des êtres en croissance, donc imparfaits. Nous sommes tous et toutes bâtis à l'image de la divinité et en croissance vers l'accomplissement total de notre être. Nous sommes tous de même nature. Le premier ennemi à regarder, c'est moi. C'est moi qui ne suis pas capable de lire la souffrance de l'autre, de voir son cheminement et de l'accompagner.  J'ai parfois dit à des personnes qui n'aimaient pas l'Église et me crachait leur colère dans des termes pas très élogieux: Vous avez souffert beaucoup pour avoir autant d'agressivité au fond de vous. Ces personnes m'ont demandé de retourner les voir pour engager une discussion  amicale et signifiante. Je remerciai le Seigneur de me donner cette pensée qui ont portée des fruits.  Nous devons compter sur la force de l'Esprit Saint qui nous habite pour vivre en chrétien ces événements.  "Je suis avec vous jusqu'à la fin des temps." Ce texte de l'Évangile ne vient pas questionner ma foi, mais mon amour des autres. Si je ne peux pas m'agenouiller devant ces blessés de la vie, je ne peux m'agenouiller avec vérité devant le grand Blessé. "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font." 

 

vendredi, 26 février 2021 15:32

Le Dieu des égyptiens.

Écrit par

Simonne Weil écrit que le Dieu des égyptiens était un Dieu de douceur alors que celui des Hébreux était un Dieu de puissance. Nous sommes tributaire du Dieu est Hébreux. C'était le Dieu du Paradis Terrestre qui punit et chasse, c'était le Dieu d'abraham qui lui demande la mort de son fils, C'était le Dieu du peuple dans sa marche au désert qui détruit des armées pour sauver son peuple, ex. le passage de la mer rouge. Ce fut le Dieu du peuple juif qui demanda la mort de Jésus parce qu'ils attendaient un Dieu puissant et ils se retrouvent devant un serviteur. C'était un Dieu fabriqué à l'image de l'être humain.

Nous avons un peu hérité de ce Dieu là. Notre liturgie est teintée de ce Dieu de puissance. Nous prions souvent un Dieu "Tout Puissant" et très peu un Dieu "Tout Aimant." les Églises se sont structurées sur cette image de puissance et nous avons entendu souvent à l'époque du Concile l'expression: "La pyramide de pouvoir." Avec le partage de la parole de Dieu nous commençons à mieux découvrir le Dieu de Jésus Christ.  Cette image du Dieu de Jésus Christ viendra d'une méditation profonde de l'enseignement de Jésus et de l'expérience personnelle de la présence du ressuscité en nous. Nous avons à purifier notre image de Dieu et à revoir la définition notre acte de foi. Notre acrême et le confinement nous invitent à cette expérience. bonen journée. 

 

jeudi, 25 février 2021 15:40

Demander.

Écrit par

Jésus nous dit ce matin: Lequel d'entre vous donnera une pierre à son fils qui lui demande du pain? Ou bien lui donnera un serpent quand il demande un poisson?

Que signifie pour nous ces symboles. Le pain représente l'amour, le poisson représente la foi; la pierre signifie la dureté, le serpent signifie ce qui blesse.

Alors nous pourrions réécrire pour nous: Quel père donnera la dureté, la méchanceté et l'indifférence à son enfant qui demande un peu d'amour. Quel père blessera son enfant par le rejet alors qu'il demande simplement de croire à son amour.   

Ce texte là nous dit aussi l'importance de guérir les blessures que trop souvent nous conservons de notre enfance. 

La neige blanche qui tombe silencieusement sur notre terrain ce matin me rappelle la beauté de l'enfance qui ne demande qu'à être aimée et respectée. Bonne journée.

Page 10 sur 68