reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

jeudi, 08 juillet 2021 13:59

Sur la route. Mth 10, 7-15.

Écrit par

Sur votre route, proclamez que le royaume des cieux est tout proche, guérissez, ressuscitez, purifiez, expulsez, donnez gratuitement. Voila la mission donnée aux apôtres et à nous à travers eux. Jésus nous envoie guérir le coeur sendoloris, ressusciter les morts vivants, purifier les coeurs, expulser les idées mauvaises.  Nos frères et soeurs sont malades et souffrants. Ils ont besoin d'une parole de réconfort, une parole qui soit un baume sur les plaies vives que la vie ouvrent, une parole qui donne courage d'avancer même si le chemin est difficile. Beaucoup de femmes et d'hommes son tblessés et ont besoin d'être accompagnés et non punis. Guérissez les coeurs endoloris nous dit Jésus.

Beaucoup de nos soeurs et frères chrétiens sont endormis ou morts pdans la routine ou l'indifférence,ressuscitez-les nous dit Jésus. donnez-leur la passion du règne du Père dans leur vie. Expulsez les idées portifères qui découragent et empêchent d'avancer.  Le royaume du Père est en vous, non seulement il est proche, il est en vous. Jésus nous domme sa  mission à travers des verbes d'action; il nous propose un agir. C'est donc au quotidien que cettem ission se réalise. Pour vivre cette mission, nous devons développer une grande puissance d'écoute. Écouter le Seigneur nous parler dans la parole d.Évangile écrite et dans cette parole d'Évangile qui s'écrit au quotidien par els chrétiennes et les chrétiens sur le terrain. Méditons bien ce que signifie pour nous aujourd'hui: guérir, ressusciter, expulser, purifier, c'est tout le chemin de l'évangélisation. Donnons gratuitement et largement.

 

mercredi, 07 juillet 2021 14:51

Joseph comprenait.

Écrit par

L'histoire de Joseph dans la Genèse m'invite aujourd'hui a une petite méditation sur les événements de la vie. Joseph fut vendu par ses frères par jalousie. L'hisoire nous montre que le Seigneur se servit de cet événememt pour venir au secours de la famille de Jacob dans une période de disette. Dieu ne veut pas les événements malheureux, mais il s'en sert souvent pour un meilleur pour nous. Cette histoire nous apprend à mieux lire les événements de nos vies. Nous disons souvent: "Qu'est-ce qu ej'ai fait au Bon Dieu pour avoir cette épreuve?" Ce n'est pas Dieu qui m'éprouve. Saint Jacques nous le dit bien dans sa lettre, 1, 13. la vie m'envoie des difficultés et le Seigneur s'en sert pour me donner des leçons. Nous devons apprendre à mieux lire notre quotidien. 

Il en est ainsi de la pandémie.  De cette situation nous retirerons des leçons de vie. D'ailleurs plusieurs personnes nous  donnent déjà des messages profitables pour l'avenir. Les événememts sont des messages de vie habillés, ce sont des paroles que nous devons décodées. Le confinemement nous aura appris l'importance des relations humaines, la richesse de la vie en famillle et de donner plus de temps aux personnes et moins mettre l'.accent seulement sur le travail, la réussite, l'argent etc .. Il y a toujours deux facettes àune médaille. Apprenons à lire la vie. 

 

lundi, 05 juillet 2021 15:14

La pandémie.

Écrit par

Le Pape François écrivait concernant la pandémie actuelle: D'une crise comme cella-ci on ne sort pas indemne comme avant: on sort meilleur ou pire.  Ce matin, je me suis posé la question: comment je vais sortir de cette pandémie, meilleur ou pire? Qu'est-ce que j'aurai appris de ce temps de confinement? Est-ce que je suis tourné vers l'essentiel, vers les valeurs profondes de la vie? Est-ce que j'en sors aigri et plus bougonneux qu'avant? Nous serons peut être plus pauvre économiquement, et notre Église le sera, mais nous serons plus riche spirituellement. Espérons-le.

 

dimanche, 04 juillet 2021 14:32

Le temps présent.

Écrit par

Le Pape François pointe les trois grandes dégradations qui marquent le temps  présent.

L'iniquité des inégalités qui se sont systématiquement accrues ces dernières décennies.

Les nouveaux esclavages qui forcent des millions d'hommes et de femmes, d'enfants à vivre dans des conditions inhumaines le travail et l'exploitation sexuelle.

La dégradation de la nature, aux conséquences négatives sur les conditions de vie de nos contemporains, avec des retombées particulièrement désastreuses pour les exclus.

Pour ces raisons, le Pape François invite à écouter le cri de la terre et des pauvres. Il dénonce la "mondialisation de l'indifférence." Je ne peux m'empêcher de penser aux pensionnats autochtones.

 

samedi, 03 juillet 2021 15:07

Qui sommes-nous?

Écrit par

Nous ne sommes plus des étrangers ni des gens de passage, nous sommes membres de la grande famille des enfants de Dieu. Eph. 2, 19. Saint Paul vient nous rappeler notre identité d'être humain et chrétien. Nous sommes une famille, non des étrangers. Pouvons-nous mesurer cette réalité au coeur de nos vies? Nous ne sommes pas seulement des êtres humains appartenant à une espèce qui mange et qui dort, nous appartenons à une famille, nous sommes des êtres spirituels, des êtres de relation qui vivons des valeurs profondes comme l'amour, la bonté, la justice, le respect des personnes... Comme on disait hier à la télé, ça goûte la maison. Quand on est ensemble pour vivre des événements ou pour prier "ça goûte la maison." Est-ce qu'aujourd'hui dans mes rencontres, ça va goûter la maison? 

 

vendredi, 02 juillet 2021 16:12

Besoin de médecin.

Écrit par

Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Mth 9, 9-13.  Jésus mange avec les malades c'est à dire avec les pécheurs, il travrse sur la rive des païens, il pardonne les péchés, et un soir avec ses apôtres il leur a dit: Ce que j'ai fait et enseigné avec vous, faites-le en mémoire de moi. La mission donnée par le Christ est une mission de présence, d'écoute de soutien et d'accompagnement des personnes surtout les plus fragiles et les plus malheureuses. Et le Pape François nous invite aux frontières, il nous invite à aller vers les malades du royaume. Force nous est de constater que nous avons mis l'accent sur la liturgie au détriment de la mission. Nos églises sont vides et nous ne nous laissons pas questionner par ce vide. Nous disons souvent: Les gens ne croient plus, ne célèbrent plus et on se désole. C'est vers eux que Jésus nous envoie. Il nous envoie écouter leurs besoins, leur soif, leur attente, leur colère ausi, leurs frustrations, et poser sur ces plaies le baume de l'accueil, de l'amour, du réconfort

Jésus mange avec les pécheurs. Il partage un moment de fraternité, de communion. Dans un repas nous sommes reconnus pour des amis, et ce qui compte est la relation vécue. Le repas est un moment pour créer des liens, faire grandir l'amitié, Jésus a mangé souvent avec les gens, les pharisiens et les pécheurs. Pour Jésus la personne est importante et non son rang social ou l'épaisseur de son porte-monaie. Cette attitude de Jésus vient questionner notre mentalité. Comme je l'écrivais,  cette attitude de Jésus nous demande de faire Église,  de vivre ensemble l'Eucharistie qui est don de sa vie et de sa mission, de vivre pleinement notre baptême au quotidien.  Soyons contemplatifs du monde et de l'Évangile comme nous y invite François notre pasteur.

 

jeudi, 01 juillet 2021 16:28

La foi d'Abraham.

Écrit par

Ce matin, la liturgie nous fait méditer le texte de Genèse 22, 1-19, où nous relate le sacrifice d'Isaac. Nous parlons beaucoup de la foi d'Abraham dans cet événement. C'est évident, cependant j'aimerais m'arrêter pour méditer un autre aspect de cette lecture.

Notons d'abord qu'Abraham est parti d'Ur en Chaldée pour venir au pays de Canaan en vue d'être le père d'une multitude de peuple. Il n'a qu'un fils et Dieu lui demande de le sacrifier. D'abord Dieu défend les sacrifices humains et de plus Isaac doit être à l'origine d'un peuple nombreux. Nous avons compris que Dieu voulait mettre Abraham à l'épreuve. Et celui-ci a montré sa foi. Je voudrais simplement dégager un autre aspect de ce récit

Abraham marche trois jours pour parvenir à l'endroit où Dieu l'attend. Il gravit la montagne; au lieu de sacrifier  Isaac, il sacrifie un bouc. Dieu le bénit et lui promet une descendance aussi nombreuse que les étoiles au firmament et le sable au rivage de la mer. Nous sommes devant une série de symbole intéressant à découvrir.

Trois est un chiffre symbolique dans la Bible, il signifie la totalité, le complet. Abraham marche trois jours, c'est à dire qu'il marche assez longtemps pour être en mesure de mieux comprendre le message de Dieu et peut-êtres se demander si cela a du sens de sacrifier Isaac. 

Il gravit la montagne, c'est à dire qu'il parvient à cet état intérieur de présence à Dieu et d'écoute qui lui permet de mieux comprendre le message de Dieu. Libéré de ses responsabilités et de ses travaux, il est entièrement en présence du Seigneur et dans cet état d'Accueil qui lui permet de mieux accueillir le message de Dieu.

Il sacrifie un bouc pris dans des broussailles. Le bouc est l'image du père, image du pouvoir. Ce bouc à l'image d'Abraham est pris dans ses responsabilités, entravé dans sa liberté. Alors Abraham tue son image de père, sa façon de contrôler Isaac et lui rend sa liberté. Il se convertit à la mission que Dieu lui a donnée.  En se libérant et redevenant un vrai père, il libère Isaac et le projet de Dieu peut se réaliser. La façon d'Abraham d'être père est en train d'étouffer Isaac et de compromettre le projet de Dieu. 

Dieu lui dti:Je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable a bord de la mer.  Le projet de Dieu peut  maintenant se réaliser. N'y a-t-il pas là pour nous une leçon à retenir. Devant  les difficultés vécues en Église aujourd'hui, ne devrions-nous pas nous aussi aller sur la montagne pour mieux découvrir le projet de Dieu avec nous. Nous demander aussi ce qu'il nous faudra sacrifier, de quoi nous convertir pour que le projet de Dieu se réalise avec nous. Comme Abraham sommes-nous en train d'étouffer Isaac et de voir mourir la vie ecclésiale? Continuons notre méditation.

mercredi, 30 juin 2021 14:22

Sur l'autre rive.

Écrit par

Ce matin, en Mathieu 8, 28-34, Jésus est rendu sur l'autre rive du lac et rencontre deux malades qui voifèrent contre Lui. Jésus rencontre l'opposition. Jésus nous dit souvent dans l'Évangile: Passons sur l'autre rive. Nous sommes envoyés sur l'autre rive. sur l'autre rive, il y a des malheureux, des gens prisonniers de démons, de maladie, d'incompréhension, de frustration, blessé dans leur coeur, leur intelligence et leur psychologie, comme il y a aussi des gens heureux.  Mais les malades et les malheureux attirent davantage l'attention. Jésus rencontre ces gens, les libère et les guérit. Quand Jésus nous demande de passer sur l'autre, c'est à cela aussi qu'il nous invite: guérir les malades du coeur et de l'intelligence.  Sur cette rive, il y a nos parents, nos amis, nos voisins peut être et Jésus nous y attend. Le seul moyen de parvenir sur cette rive, c'est l'amour. Aimer profondément ces gens sur leur rive. Jésus ne dit pas de les conduire sur notre rive, mais de les rejoindre sur leur propre rive. Le Pape François nous invite souvent à être des contemplatifs du monde et de la parole de Dieu. Les deux peuvent nous évnagéliser et nous faire découvrir le mission du Christ ici et maintenant.  Alléluia. 

 

mardi, 29 juin 2021 14:30

Les chaines tombèrent.

Écrit par

Pierre est emprisonné parce qu'il n'a pas été fin avec les messieurs de la religion du temps. Et oila qu'en prison: Les chaines tombèrent. L'ange lui dit: Mets ta ceinture et chausse tes sandales. Enveloppe-toi de ton manteau et suis-moi. L'ange sortit et Pierre le suivit. Act. 12, 1-11. Pierre est libéré de ce qui l'empêche de remplir sa mission de prédicateur de l'Évangile. Devant ce texte, ce matin, posons-nous la question: Quelles sont les chaines qui m'empêchent de remplir ma mission de baptisé? Ce peut être la peur, ne pas savoir quoi dire, l'indifférence, et que sais-je encore. Mais il est important pour moi que j'identifie mes chaines.

Il y a devant nous une société pas pire que celle du passé, elle est différente et plus exigeante parce que plus instruite et parfois blessée. J'ai à lui dire l'amour du Christ ressuscité. J'ai à faire découvrir à des personnes autour de moi qui elles sont. Des êtres spirituels, remplis d'un Esprit de bonté, de tendresse et de douceur. Nous avons à découvrir ensemble que nous ne sommespas seulement des bouches à nourrir mais des gens capables d'aimer, de rendre service, de pardonner, capabe de vivre ce message de Jésus.  Nous avons ensemble à découvrir nos chaines et avec l'aide du Seigneur à nous en débarrasser. Et nous pourrons répondre à la question de Jésus:  Pour toi, ce matin, qui suis-je? Suis-je un bonhomme dans les nuages qui te regarde agir et répond à tes prières? Quelle réponse ai-je le goût de donner à Jésus aujourd'hui?

 

lundi, 28 juin 2021 15:09

Allumer un feu

Écrit par

Jésus disait: "Je suis venu allumer un feu sur la terre et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé." Et le Pape François ajoutait: "Il nous faut transmettre le feu de la mission plutôt qu'adorer les cendres." Jésus est venu allumer le feu de l'amour, du pardon, du respect des personnes et ce feu a besoin d'être allumé. C'est la mission qu'il nous a confié d'allumer et d'entretenir ce feu sur la terre. Ce feu, je dois d'abord l'avoir au fond du coeur, il doit brûler en moi, sinon je ne pourrai jamais l'allumer ailleurs. "Élevé sur la croix j'attirerai tout à moi." Sur la croix, Jésus étend les bras pour accueillir le monde entier dans son coeur transpercé.  Le feu réchauffe, rassemble, éclaire et purifie. Notre monde manque cruellement de ce feu de Jésus Christ. La prière de Saint François est d'actualité: Là où est la hane, que je mette l'amour; là où est la discorde que je mette le pardon; ... C'est ce feu que le Seigneur m'invite à allumer aujourd'hui. 

Page 6 sur 72