reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

samedi, 21 mai 2016 00:11

Un vieux médite.

En feuilletant l'Évangile, le Seigneur me dit que je suis l'enfant bien-aimé du Père et tatoué de l'Esprit de Dieu. Jésus est venu me révéler à moi-même. Et Jean-Paul 11 nous a dit que nous l'étions dès notre conception. Dieu n'étant pas visible avec nos yeux, quelqu'un est venu nous le faire connaitre tel qu'il est. A mon sens  Jésus devient le signe ou le sacrement du Père pour nous. D'ailleurs à l'époque du Concile, un théologien, le Père Schillebeeckx a écrit un magnifique volume intitulé: "Jésus  sacrement de la rencontre de l'homme et de Dieu." Il écrit: "Les sept sacrements de l'Église ne sont que les foyers d'une sacramentalité aux dimensions plus vastes, aux dimensions du monde." Le sacrement est donc à l'origine une personne.

En continuant ma  lecture, le Seigneur dit aux disciples après la résurrection: "Vous serez mes témoins jusqu'aux confins de la terre." Act. 1, 8. Alors je deviens le sacrement du sacrement, ou le signe visible du Christ ressuscité. Étant un être spirituel, il a besoin de d'autres personnes pour se faire connaitre. Le Père Congar nous disait dans ses conférences qu'il n'y avait qu'un sacrement Jésus continué dans la communauté chrétienne. En relisant l'Évangile, Monseur Jésus Christ me révèle cette réalité. C'est tout un honneur de découvrir que nous sommes le sacrement du ressuscité. C'est pourquoi chaque fois que j'ouvre une célébration je dis à la foule présente; "Le Seigneur est avec vous." Je salue le sacrement du Christ ressuscité et je fais un acte de foi en la présence du Christ en eux. Les sacrements sont une vie célébrée. Dans le sacrement, il y a un temps et un moment. Le temps est la vie et le moment est la célébration.

Alors les sept sacrements sont à la fois la célébration de ce qui existe déjà et le don de grâce ou de mission selon le cas. Comme quelqu'un disait parlant du baptême, c'est un sceau posé sur ma réalité d'enfant de Dieu. La célébration me donne une force pour vivre mieux ma réalité  d'enfant de Dieu. J'ai compris aussi que je ne vais pas aux sacrements "pour" mais "parce que."  Je vais à l'Eucharistie parce que je suis un être en communion avec Dieu et mes frères et soeurs, je vais célébrer cette réalité et grandir ensemble dans cette communion. La vie sacramentelle est comme un aimant qui m'attire et me colle sur le Christ.

La célébration du sacrement  vient donc ajouter à mon agir en me donnant une présence spéciale du Seigneur pour vivre ce que je suis et en témoigner. La célébration me donne la force de mieux vivre ma communion à Dieu et avec mes frères et soeurs en communauté; il vient confirmer l'action de l'Esprit agissant en moi, etc ... C'est une réalité vivante, dynamique qui me fait avancer. Le sacrement est une expérience de vie, et la célébration une réponse d'amour à un amour qui m'habite, me soutien et me fait vivre.

L'Évangile est inépuisable, il est un trésor que nous ne pourrons jamais découvrir à fond. Mon rêve, mon souhait aujourd'hui, que mon Église devienne une Église biblique, une Église où le livre de l'Évangile est grand ouvert pour qu'ensemble nous nous évangélisions. S'évangéliser, c'est être proche de la vie, proche de l'être humain, et ainsi est tout près de Dieu. Alléluia.

mardi, 17 mai 2016 14:42

Un amour de relation.

Quelqu'un m'écrivait dernièrement pour me demander ce qu'était la Trinité et qu'est-ce que cela venait faire dans sa vie chrétienne. Alors je transmets la méditation que cette question m'a inspirée.

L'Écriture nous fait d'abord connaitre Dieu comme un Père. Dieu vient vivre avec nous une relation comme celle d'un père avec son enfant et un enfant bien-aimé. Il est un Père, donc il est près de moi. Dieu est à la fois Père et Mère. Quelqu'un qui me soutien, m'accompagne et qui a un visage de tendresse. Comme nous dit le psaume: Dieu plein de tendresse et d'amour, lent à la colère." Il est le Père qui m'a façonné de ses propres mains comme fait le potier.

L'Écriture nous révèle aussi Dieu comme Fils du Père, donc notre frère. Dans l'Incarnation, Jésus est devenu le sacrement du Père pour le monde. Il a récapitulé tous les visages du monde, c'est ainsi que je découvre le visage du Christ dans celui des êtres qui m'entourent ou que je cotoie.

L'Écriture nous rvèle aussi que Le Père et le Fils nous envoie l'Esprit. L'Esprit est le souffle de l'amour qui vit en Dieu. Il est communion et me rend capable de communion. Cet Esprit de communion, de relation dans l'amour ne s'exprime pas avec des mots, mais est une expérience quotidienne. Là où il y a l'amour, là est l'Esprit. Comme dit le Pape François, c'est la tendresse de l'accolade de Dieu avec l'humanité. L'Esprit est aussi celui qui nous fait comprendre tout ce que le Christ nous a enseigné. Nous sommes greffés de cet Espit du Seigneur. "Il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaitre."

La fête de la Trinité est le moment pour découvrir cette triple relation que nous vivons avec Dieu: relation avec un Père, avec un frère, et avec un Esprit qui anime et soude cette relation. C'est aussi le signe de la communion dans laquelle nous sommes invités à vivre et mandatés à révéler.

mardi, 17 mai 2016 12:51

Ce soir là!

Ce soir-là, Jésus entre au Cénacle avec ses disciples pour manger le repas de la Pâques. Ce repas sera chargé d'une dimension nouvelle. Jésus est placé devant un choix: soit de rester fidèle à ce qu'il est Fils bien-aimé du Père et à la mission que le Père lui a donnée, et ceci va le conduire à la mort. Ou bien abandonner la mission, se trahir lui-même et sauver sa vie. Jésus fera l'option de la fidélité. Alors sa vie se terminera demain. La mission ne fait que commencer. Il doit donc la donner à ses disciples pour la continuer.

Ce soir-là, Jésus prend du pain et du vin. Le pain est la nourriture du nomade. Le chrétien sera toujours un nomade, toujours en marche. Le pain est aussi le symbole de la "féminité." Jésus prend du vin, breuvage du stationnaire, de l'être arrêté. Il est aussi symbole de la tendresse et de la vie de Dieu. Il est en plus le signe de la "masculinité". Alors Jésus prend ces deux symboles dans ses mains: ils représentent toute sa vie, son enseignement., ses valeurs,  sa mission. Ils les donnent à ses disciples en disant: mangez, buvez, et faites ceci en mémoire de moi. Venez vous  nourrir à ma parole, au témoignage de ma vie, aux valeurs qui m'on fait vivre; venez vous abreuver à la vie du Père, à sa tendresse et faites ceci en mémoire de moi. C'est à dire rendez présent au coeur du monde ces valeurs, ces enseignements que je vous ai donnés. Jésus fait de nous le sacrement de sa présence de ressuscité dans le monde. L'Hostie consacrée n'est pas seulement le Christ, c'est l'être humain christifié avec Jésus.

Communier, c'est faire option -comme le Christ- pour la fidélité: fidélité à moi-même comme enfant de Dieu, fidélité à ma mission de baptisé sacrement du Christ ressuscité, fidélité aux valeurs de vie que le Seigneur m'a laissées.

Ce soir-là, Jésus brisa le pain pour le donner. Souvenons-nous que dans le récit de la création, les premiers haibtants on briser "un fruit". Ils ont prit un "entier" qui est devenu morceaux et ainsi se sont brisées les relations entre l'homme et Dieu, et les humains entre eux. Jésus brise le pain et le donne, avec ces brisures, il refait l'unité de son corps, il refait la communion entre l'homme et Dieu et les hommes entre eux. L'Eucharistie devient l'anti repas de l'Eden.

Ce soir-là aussi Jésus a pris le féminin et le masculin dans ses mains, l'homme et la femme deviennent envoyés en mission et deviennent ainsi sacrement du ressuscité. Et à l'exemple du potier, il nous façonne à son image et ressemblance pour devenir témoin de sa résurrection. Dans l'Eucharistie, Le Christ prend mon humanité avec la sienne pour la "christifier" et la présenter au Père comme un chant d'action de grâce. L'Eucharietie n'est pas le Christ qui descend dans l'humanité, mais le Christ qui prend l'humanité pour la monter avec LUI vers le Père en action de grâce, ce que nous disons dans le "par lui, avec lui .. ." qui devrait être le cri de l'assemblée vers le Père.

Ce soir-là, Jésus ne nous a pas donné un rite à faire mais une mission à vivre et à célébrer. Je ne vais pas communier " pour" mais "parce que". Je vais communier parce que je suis un être de communion, parce que je vis la communion au quotidien avec Dieu et mes frères et soeurs et que nous avons le besoin de nous rassembler pour célébrer ensemble cette communion comme communauté. La fin de l'Eucharistie n'est pas la communion mais  la mission. Jésus dans ce repas pascal, repas de la fidélité a voulu refaire le CORPS du Dieu vivant et il m'a donné la mission de la réaliser. De même que Jésus Christ est le sacrement du Père au milieu des êtres humains, nous devenons le sacrement qui rend visible le Christ ressuscité au coeur du monde. L'Eucharistie est célébration de cette mission, et le pain et vin sont le symbole de cette force que Dieu me donne pour réaliser sa mission.

Ce soir-là, Jésus m'a dit: C'est dans la fidélité à cette mission que demain j'affronterai la mort et que je resterai avec toi pour vivre la même fidélité. L'Eucharistie n'est pas un rite, n'est pas une célébration, n'est pas un moment où je reçois une hostie, elle est une mission à réaliser avec la présence et la force du Ressuscité. Nous sommes envoyés faire communauté.

Ma conviction ce matin est que les hommes et les femmes d'aujourd'hui croiront à l'Eucharistie quand elle redeviendra le repas de l'amour entre frères et soeurs; Quand on comprendra que nous devenons corps visible du Christ, Quand on comprendra que l'Eucharistie nous prend sur la route de la vie pour un moment de communion et nous renvoie sur la route de la mission pour bâtir le règne du Père qui est communion. L'Eucharistie vient célébrer ma capacité à vivre en communion avec les autres et avec Dieu. Et je termine ma méditation avec ce mot d'un savant théologien liturge: Il doit naitre le jour où nous sortirons l'Eucharistie du corset liturgique dans lequel nous l'avons enfermée.

Ce jour-là, notre Eucharistie sera celle du Seigneur.

lundi, 16 mai 2016 16:01

Une parole de Pasteur.

L'Église, même si elle comprend les situations conflictuelles que doivent traverser les couples, ne  peut cesser d'être la voix des plus fragiles, qui sont les enfants qui souffrent, bien des fois en silence. Aujourd,hui, "malgré notre sensibilité en apparence évoluée, et toutes nos analyses psychologiques raffinées," je me demande si nous ne sommes pas aussi anesthésiés par rapport aux blessures de l'âme des enfants (...). Sentons-nous le poids de la montagne qui écrase l'âme d'un enfant. Par conséquent, nos communautés chrétiennes ne doivent pas laisser seuls, dans leur nouvelle union, les parents divorcés. "La joie de l'amour" no 246.

Et le texte continue dans la même veine. C'est une parole de Pasteur qui sent "l'odeur des brebis."  Ne serait-il pas intéressant de penser une pastorale d'accompagnement des familles et non seulement une pastorale du sacrement de mariage. Je vois le même appel dans la situation des funérailles. Les familles qui ne viennent pas célébrer les funérailles à l'église mais célèbrent au salon funéraire sont aussi des chrétiens en souffrance, en deuil qui ont besoin d'un accompagnement et de découvrir les valeurs spirituelles. Si nous nous occupons seulement des personnes qui viennent demander un sacrement, ne sommes-nous pas devenus une secte ou un ghetto religieux.

Le Pape François ajoute, "notre tâche pastorale est de renforcer l'amour et d'aider à guérir les blessures." Notre tâche pastorale  n'est-elle pas au niveau des personnes et des valeurs plutôt que des rites et des célébrations. Comme le dit Mgr Rouet, le contenant ne doit pas prendre la place du contenu. Le Pape François nous parle comme un Pasteur et un Père. Il me questionne et me dérange et c'est tant mieux.

mercredi, 11 mai 2016 17:06

Un éleveur de puces.

Nous avions chez-nous dans ma paroisse natale, un éleveur de puces. Il gardait ses puces dans un panier dans la maison. Comme les puces sautaient par dessus le panier et couraient dans  la maison, il décida de se placer près du panier avec une palette. Chaque fois que les puces voulaient sauter trop haut, il leur frappait sur le tête. Les puces furent si bien domptées par la peur qu'elles n'osaient plus sauter. Un jour le monsieur mourut et son garçon prit la relève près des puces. Moins zélé que son père, il laissait les puces sauter à leur guise. Guéries de la peur, les puces sautaient plus haut que le panier, sautèrent hors du panier et ce fut la débandade dans la maison. Ce fut l'éclatement de la vie de ces pauvres puces.

C'est ce qui s'est passé le jour de la Pentecôte. Les apôtres par peur des juifs s'étaient réfugiés dans la salle à Jérusalem et n'osaient plus sauter en dehors. Une force intérieure leur a fait vaincre leur peur, ils se sont mis à sauter et leur saut à travers le temps s'est rendu jusqu'au Québec. La Pentecôte n'est pas l'arrivée de l'Esprit chez les apôtres, mais bien davantage la découverte et l'éclatement de cette force qui les habitait. Les apôtres par peur avait enfermé l'Esprit. Dans notre Église, nous avons encore aujourd'hui besoin de libérer l'Esprit, de laisser sauter les puces -celles qui sont encore capables de sauter- avec plus de liberté. 

En d'autres mots, les forces du sacerdoce baptismal sont là latentes au coeur des chrétiens et chrétiennes d'ici; beaucoup de chrétiens ont peur de s'avancer par crainte des lois, des pouvoirs, et préfèrent rester à la maison. La Pentecôte que nous célébrerons dimanche le 15 serait l'occasion de remettre en place les trois P. du baptême  et de laisser surgir les pasteurs que l'Esprit suscite dans nos communautés. Nous avons le droit de rêver.

mardi, 10 mai 2016 16:01

Une amicale bousculée.

Les amis du Christ ressuscité, heureux de l'expérience vécue avec le Seigneur, se sont faits une petite amicale à Jérusalem. Un peu comme les anciens d'un collège autrefois se font des rencontres amicales pour se retrouver et fraterniser. Cependant les amis de Jésus s'étaient cachés par peur de subir le même sort que le Maitre.

Mais soudain cette amicale est dérangée. Un violent coup de vent rempli la maison. Le souffle de Dieu passe en eux, leur sécurité et leur peur sont ébranlées. La peur fait place à l'audace qui les fait sortir et aller vers le peuple rassemblé. L'Église vient de vivre les contractions de sa naissance. Jésus vient leur dire que la récréation est finie, c'est l'heure d'aller au travail.

Alors ils voient apparaitre des langues de feu. C'est comme si le Seigneur leur disait: Votre mission n'est pas de rester enfermés. Je vous ai envoyés témoigner de ma présence de ressuscité au monde entier. "Vous serez mes témoins jusqu'aux confins de la terre." Act. 1, 8. Les langeus sont le symbole que la mission donnée est celle de l'évangélisation. Aller dire aux êtres humains qu'ils sont les enfants bien-aimés du Père, aimés et sauvés éternellement.

Les langues de feu symbolise la force de l'amour de Dieu venu réchauffer le monde. Les disciples -et nous à leur suite- sont envoyés réchauffer le monde au feu de l'amour, de la miséricorde, de la tendresse du Père. Je veux, dirait Jésus, que vous rassembliez les êtres humains dans la communion les uns avec les autres et avec votre Père. "Notre coeur n'était-il pas tout chaud quand il nous parlait en chemin." Lc 24, 32.

Et la merveille s'est produit. Les apôtres sortent parler au peuple. Il y avait des gens de partout, de langue différente et voila que chacun comprenait ce qu'ils disaient. Les apôtres avaient cette capacité de traduire le message de l'Évangile dans un langage que tous comprenaient. Et la merveille s'étendit jusqu'aux limites du monde, jusqu'à nous. La nouvelle du ressuscité s'est répandu dans le monde entier.

L'après Pentecôte est le temps de l'Église, le temps des témoins. C'est notre temps. Notons que cette Pentecôte s'est réalisée en dehors du temple de Jérusalem au coeur de la vie. La pentecôte des samaritains aussi, Act. 8, 3; tout comme celle des païens Act. 10, 44. L'Esprit souffle où il veut. Notre propre pentecôte viendra peut être aussi du coeur de la vie, restons à l'écoute de l'Esprit.

Nous sommes invités à être des chrétiens de pentacôte. Des chrétiens dociles au souffle de l'Esprit pour sortir des sentiers battus et bâtir nos propres chemins pour les chrétiens d'aujourd'hui, pour les jeunes qui cherchent une lumière, les pauvres qui cherchent un soutien,  les enfants qui attendent une main de tendresse. Nous devons être des chrétiens de pentecote pour trouver la parole qui réchauffe le coeur et fait avancer.

Actes des Apôtres: 2, 1-11;

lundi, 09 mai 2016 14:48

Pourquoi se diviser?

La course à la chefferie du Parti Québécois m'amène une piste de réflexion ce matin. Est-ce bon de se diviser en indépnedantistes et fédéralistes? Il me semble que l'option nationale n'est pas une question de politique mais de coeur. Je m'explique. Être maitre chez nous et vivre nos propres valeurs, notre langues et notre culture française et québécoise est une affaire de coeur qui doit motiver toutes personnes sans égard de sa couleur politique. J'aimerais voter pour un gouvernement qui administre sainement la province en fonction d'une  philosophie politique. Notre langue, nos valeurs comme peuple français sont les mêmes pour tout le monde et devrait être un moyen de rassemblement et non de division. Ce qui divise, ce sont les modalités et non les valeurs. Il me semble qu'il ne devrait pas y avoir de fédéralistes  et indépendantistes, mais des québécois qui vivent et défendent leurs valeurs comme peuple. C'est une question de coeur et non de politique, il me semble.

Je me tourne vers la religion et je fais le même constat. Nous avons tous le même Dieu, le même Père; nous nous divisons sur les modalités de vivre cette relation avec le Père. Ce n'est pas Dieu qui divise, ce ne sont pas les valeurs chrétiennes qui divisent, mais la religion. Ce sont les modalités d'où chacun part pour rejoindre le Seigneur. Ce n'est pas une affaire de pratique, de lois, d'idées mais de coeur. Il me semble que c'est passer des croyances à la foi. La foi s'adresse à une personne: Le Christ ou Dieu le Père et nous avons tous le même. Ne serait-ce pas les coyances qui divisent les personnes? Moi je rejoins Dieu dans ma fâçon de prier, l'autre à côté le rejoint dans un service caritatif, c'est quoi le problème? Ouvrons ensemble l'Évangile et soyons unis autour de l'amour du ressuscité. Voila mon rêve pour aujourd'hui. 

jeudi, 05 mai 2016 19:51

Mai, mois le plus beau

Nous avons chanté et chantons encore«; C'est le mois de Marie, c'est le mois le plus beau. La place de Marie dans la vie du Christ fut très importante et elle l'est également dans la vie de notre Église. La Pape François parle de la place de la femme dans l'Église à partir de Marie dans la Bible. Ma conviction est que nous avons fait de Marie une petite femme mièvre à la maison et que nous rencontrons avec le chapelet. quand arrive le mois de mai, nous parlons toujours du chapelet ou aller au mois de Marie. Tout cela est bien mais ce sont des dévotions et il me semble que Marie nous appelle ailleurs.

Marie est une femme extraordinaire, femme forte par excellence qui fut  la première à accueillir la nouveauté de l'Évangile. Une femme qui a présenté Jésus au monde. Elle fut la première missionnaire. Nous avons développé une dévotion mariale, un culte marial, mais pensons à développer un engagement marial, vivre un baptême à la Marie. Marie a été présente dans la Bible chaque fois que le vie devait apparaitre: naissance du Christ, Cana avec la naissance de la mission de Jésus, au Calvaire avec la naissance du Christ au monde de Diue, à la Pentecôte naissance de l'Église. Marie est encore présente aujourd'hui à la renaissance de notre Église. Le OUI de Marie est le OUI à la nouveauté de l'Évangile, à la naissance d'une nouvelle relation à Dieu et au monde, c'est un oui à l'avenir. Prier un sant, contempler un saint, c'est s'inspirer de sa vie pour bâtir aujourd'hui.

Marie inspire la place de la femme dans la société et l'Église d'aujourd'hui. Les femmes biblistes nous ont fait découvrir la beauté et l'actualité de la Parole de Dieu. Les théologiennes ont fait atterrir la théologie. Les femmes pasteurs feront naitre des relations et des communautés riches de sens et de vie. Le mois de mai devra nous inspirer à méditer le rôle irremplaçable de Marie dans la vie du rédempteur et des femmes dans notre Église. Il faut sortir notre prière à Marie des cadres de la dévotion pour l'amener à la rampe de lancement d'un monde nouveau comme fut la vie de Marie. Je te rends grâce Marie d'être la femme extraordinaire que tu es, d'inspirer mon engagement en Église, d'ouvrir ma vie à la nouveauté de l'Évangile, et de m'apprendre que l'important est d'accueillir la vie et de l'accompagner. Merci aussi de m'apprendre la louange et l'Action de grâce devant les merveilles que le Seigneur réalise pour notre Église et notre monde.

jeudi, 05 mai 2016 15:00

Dieu me reconnait.

"C'était au temps où dans le nord de la France il y avait encore des mines de charbon. On raconte qu'un jeune garçon d'une dizaine d'années allait souvent le soir attendre son père à la sortie de la mine. Il se trouvait donc là à l'attendre ... Les mineurs sortaient, le visage noirci de la poussière de charbon. L'un d'eux aperçoit l'enfant et lui demande ce qu'il fait là. L'enfant répond: J'attends mon père. Et l'homme alors de répliquer, ironiquement: Mais regarde la face de tous ceux qui sortent: ton père, tu ne le reconnaitras pas! Et le jeune de trancher: Oui, mais lui, il me reconnaitra." Tiré de Chantier de Rimouski sous la plume de René Desrosiers.

Dieu me reconnait toujours comme son enfant bien-aimé. Même si je m'en sens point digne, Dieu regarde ce que je suis d'abord et non ce que je fais. Même si mon visage est défiguré par la suie du péché, Dieu me reconnait toujours.

jeudi, 05 mai 2016 14:59

Pensée

"Peu importe la justesse de vos paroles: vous ruinez tout quand vous parlez avec colère." S. Jean Chrysostome.

Page 92 sur 108