reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

lundi, 22 juillet 2019 13:59

Bonne Lecture

James Alison: Connaitre Jésus. Artège. L'auteur raconte l'expérience du Ressuscité à partir de la vie et de l'expérience des apôtres. Il répond aux questions que nos nous posons souvent: Est-ce que la résurrection du Christ a changé quelque chose dans ma vie? Est-ce que la résurrection me permet d'établir une relation personnelle avec le Christ? L'auteur y répond à partir de son expérience et montre que si Jésus est ressuscité, il reste humain et au coeur de l'humanité. Bonne lecture.

 

lundi, 22 juillet 2019 13:43

N'aie pas peur 6.

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ. Aujourd'hui Marie Madeleine fait l'expérience du Christ ressuscité, Jn 20, 11-18. Cette expérience se vit à travers une rencontre personelle et une reconnaissance: Marie, Maitre. Le regard de Jésus est celui qui reconnait en Marie une personne en recherche mais qui cherche à la mauvaise place. Et Jésus pose le geste nécessaire à se faire reconnaitre. Jésus ne pose pas un regard de condamnation, mais de reconnaissance et d'amour. Se laisser regarder par le Christ, c'est laisser convertir son regard pour reconnaitre en chacune et chacun un être en recherche de spiritualité, de sens à la vie, de bonheur. C'est passer avec Marie Madeleine de la recherche du Seigneur là où il n'est pas pour le découvrir dans notre vie, dans notre coeur et dans la vie et le cooeur des autres. Laissons convertir notre regard pour le rendre positif.

 

dimanche, 21 juillet 2019 17:08

Une interrogation.

Hier, assis dans le choeur de l'église durant la célébraiton des funérailles d'un jeune décédé accidentellement à 14 ans, je regardais tous ces jeunes présents à côté de leur ami et je lisais dans leur yeux comme dans ceux des parents une question: Pourquoi. Pourquoi cela est-il arrivé? Pourqui est-il venu le chercher? Un jeune me disait: C'est tout mêlé dans ma tête, je ne sais plus. J'écoutais notre célébration se dérouler et en moi montait cette réflexion: Nous sommes loin, nous sommes étrangers à ce qui se vit devant nous. Je me sentais comme célibataire et habitué à ces célébrations combien j'étais loin du vécu de ce monde rassemblé. Ces gens avaient besoin de quelque chose qui parle au coeur, qui comprend leur détresse et nous leur servions un plat cuisiné depuis des centaines d'années. J'aurais voulu que comme prêtre, nous descendions du CHOEUR pour être au COEUR de la vie avec eux. Ces jeunes devant nous étaient dignes dans leur souffrance, ils étaient beaux en dedans. Ils ont fait un témoignage, magnifique parole de Dieu incarnée dans leur vécu. L'un qui l'accompagrnait lors de l'accident a dit: Je suis parti avec lui et je suis revenu seul. Qui va lui faire découvrir qu'il n'était pas seul....

Je pensais au chant de Jacques Michel: Si le coeur te fait mal, si tu ne sais plus rire, si tu ne sais plus être gai comme autrefois, amène-toi chez nous je t'ouvrirai les bras.

Si tu ne peux plus mordre dans la vie qui t'emporte parce que c'est la vie qui te mord trop fort, si tu ne peux plus répondre aux coups qu'elle te porte, amène- toi chez nous. Si tu vois ton bateau  voguer à la dérive, amène-toi chez nous j'aurai du rhum pour toi. SI LES RUISSEAUX SAVENT TROUVER LA MER PEUT-ÊTRE TROUVERONS-NOUS LA LUMIÈRE.

Il me semble entendre la parole de Jésus: Venez à moi vous tous qui peinez sous le fardeau et moi je vous soulagerai. Le Seigneur disait à travers chacune et chacun de nous, venez vous asseoir avec nous, ensemble nous cueillerons la force de traverser sur l'autre rive. Ces gens sont repartis sans une parole qui les touche dans leur vécu. Je sentais la pauvreté de notre Église, pauvreté de notre foi, prisonnière de ses structures. Une grand maman m'a dit: J'aimerais que ces jeunes repartent avec quelque chose qui les nourrit, qui les intéresse afin qu'ils n'attendent pas que ça finisse pour partir. le peuple chrétien sent aussi la pauvreté de notre liturgie dans de tels moments.  Je n'ai plus la force de bâtir, mais je puis encore dire: ça ne marche plus notre affaire.

 

dimanche, 21 juillet 2019 16:56

N'aie pas peur. 5

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ.  Laisse façonner ton regard par celui de Jésus. Aujourd'hui dans l'Évangile, Lc 10, 38-42, Jésus pose son regard sur Marthe et Marie qui l'accueillent  dans leur maison. L'une se place comme disicple à l'écoute de Jésus, l'autre se met résolument à la tâche de préparer le repas. Jésus veut nous dire que ces deux attitudes sont importantes dans la vie chrétienne: la contemplation et l'action. L'action sera riche dans la mesure où elle sera nourrie de la contemplation. Le regard de Jésus sait reconnaitre la valeur de l'une et de l'autre. Notre regard modelé par celui de Jésus fera que notre présence et notre agir seront nourris par la parole de Dieu. Nous devons éviter d'apprécier la contemplation au détriment de l'action ou vice versa. Les deux sont importants dans la vie de l'Église. Laissons transformer notre regard.

 

samedi, 20 juillet 2019 14:54

J'ai 90 ans!

Un jour en 1929, deux prophètes: une femme et un homm, devant un besoin précis du temps: un service d'Église auprês des pasteurs, décidèrent de répondre présents. La communauté des Religeuses Servantes Marie Reine du clergé venait de naitre dans le décor enchanteur du Lac-au-Saumon.

Dieu les regarda et vit que cela était bon.

Refrain: Mon Dieu tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, etc...

À la suite de ce premier jour de création, l'enfant grandit, les besoins étaient là appelant des ouvrières que l'Esprit envoya tant en Gaspésie que partout au Québec et même à l'extérieur. La lumière du service dans l'amour et l'abnégation se répandaient dans les communautés chrétiennes.

Dieu les regarda et vit que cela était bon.

R.

Un autre jour de création se manifesta dans l'accueil et le soin des personnes âgées. Un autre service d'Église voyait le jour auprès des bibliothèques  vivantes de notre société. Les Servantes de Marie prenaient soin de la vie affaibies  par les années de travail.

Dieu le sregarda et vit que cela était bon.

R.

Un quatrième jour de création fut vécu dans l'envoie  de personnes dans l'action pastorale. Un autre besoin d'Église se faisait jour  et une réponse est venue. Une action vécue au niveau paroissiale et diocésaine.  C'était le signe que la communauté vivait au rythme des besoins de l'Église.

Dieu les regarda et vit que cela était bon.

R.

Un cinquième jour de création se vit présentement, jour où on entre dans son univers intérieur pour en découvrir les richesses. Ce jour merveilleux où nous passons du faire à l'être. Ce jour où nous apprenons à goûter la saveur du vécu bien rempli, du service rendu, de l'amour semé, de la prière égrenée au fil des jours. Jour de deuil aussi où nous devons quitter bien des choses, mais où nous devons apprendre à regarder davantage ce que nous avons acquis, ce que nous sommes devenues plutôt que ce que nous perdons.

Dieu nous regarde et voit que cela est bon.

Aujourd'hui en ce 90 ans d'existence, il s'agit pour nous de laisser monter un chant d'action de grâce pour ces fidèles servantes de l'amour. Devant l'oeuvre accomplie, le silence respectueux parle plus que les mots.

 

 

samedi, 20 juillet 2019 14:01

Naie pas peur 4

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ. Aujourd'hui encore dans l'Évangile de Mathieu, 12, 1-8, Jésus vient façonner notre regard à l'image du sien. De grands Messieurs de la religion du temps s'nquiètent devant les foules qui suivent Jésus. Ils dérangent, alors ils complotent pour le faire périr. C'était vrai au temps de Jésus, ce l'est encore aujourd'hui. les prophètes qui questionnent ne sont pas toujours les bienvenues dans notre monde. Aujourd'hui encore des gens se lèvent pour dénoner les situations injustes ou discriminatoires dans notre monde, mais leur voix est trop souvent bloquée par la force du pouvoir. Alors Jésus nous apprend la force de son regard qui ne vient pas détruire mais faire grandir, faire respecter les petits et les pauvres etc.   Il vient m'inviter à me laisser déranger pour une meilleure qualité de vie. Ne nous laissons pas englutiner dans la routine et les ornières du ritualisme.  

 

samedi, 20 juillet 2019 13:45

N'aie pas peur 3

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le christ. Se laisser regarder par le Christ, c'est laisser son regard façonner le nôtre à son image. Aujourd'hui dans l'Évangile, Mth 12, 1-8, deux groupes posent leur regard sur le même événement. D'une part, Jésus avec ses disciples ont faim sur la route et cueillent des épis de blé pour se nourrir, mais c'est le jour du  sabbat. D'autre part, des pharisiens voient le même événement et disent à Jésus tu n'as pas le droit, c'est défendu par la loi du sabbat. Deux regards différents sur la même situation. L'un est au niveau des personnes et de la vie, l'autre au niveau de la loi, du permis et défendu. Alors Jésus vient façonner mon regard pour m'apprendre à poser le même regard que lui sur les personnes et les événements. Il m'apprend à me situer au niveau de la vie, des personnes et non d'abord des lois. Celles-ci sont au service des personnes et de la vie et non l'inverse. Est-ce que moi, j'ai le regard des pharisiens ou de Jésus quand je regarde la vie et les autres?

 

vendredi, 19 juillet 2019 17:17

Un événement et un silence.

Quelqu'un cérivait que la valeur d'une oeuvre ou la profondeur d'un événement se mesure à la qualité du silence qu'ils font descendre en nous. Ce matin, je participais à la célébration des funérailles d'un jeune décédé accidentellement à 14 ans. Quand j'entrai au salon funéraire, contrairement à l'habitude, un silence régnait. Un silence un peu lourd, mais un silence plein. Les gens parlaient à voix basse. On sentait une sorte de respect tant pour la famille que pour la masse de ses amis étudiants à la même école. Cet événement tragique nous frappait en plein visage et suscitait en même temps que le respect un silence profond, au fond du coeur. Mais ce silence conduisait à une communication profonde entre les personnes.

Au coeur de la célébration, un jeune a chanté. Il lui a dit à sa façon son goût de vivre et d'aimer. Ce n'était pas un chant, c'était une prière qui invitait au silence et à la communion. Une célébration comme celle-là doit se situer au niveau de la communion et moins au niveau de la communication. J'ai dit au garçon décédé: Louis à partir de maintenant tu es en mission. Ta famille va confier ton corps à la terre dans un geste de respect. Toi, tu repars avec eux et tes amis de l'école pour les accompagner et les soutenir dans l'expérience de vie qu'ils sont invités à vivre. Et surtout apprends-leur que ta mort n'est pas un acte injuste et que Dieu n'est venu te chercher. La vie t'a jeté dans ses bras et il t'a accueilli comme un Père. Fais-leur découvrir que tu n'es pas parti, mais arrivé autrement.

Il restera de toi ce que tu as semé comme joie de vivre, dynamisme de vie, goût de l'aventure,  et tout cela fleurira dans les mains et le coeur de celles et ceux qui t'on connu et aimé. 

 

jeudi, 18 juillet 2019 14:57

Naie pas peur. 2

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ. En ce deuxième jour de neuvaine, Jésus pose son regard sur moi, un regard d'homme libre et qui rend l'être humain libre.  Jésus n'impose pas de joug lourd et difficile à porter.  Mon joug est léger et mon fardeau est facile à porter. Le joug de Jésus est un joug d'amour qui vient de l'intérieur et nous pousse vers Lui, donc un joug qui fait grandir et nous met en communion non seulement avec le Seigneur mais surtout en communion avec le Seigneur dans les frères et soeurs. Alors Jésus vient questionner notre regard. Le regard que nous posons sur Jésus dans les autres que nous rencontrons est-il léger, respectueux des différences et des personnes, fait-il grandir les personnes ou s'il les rabaisse? Une fois encore laissons-nous transformer par le regard de Jésus. O ce regard, je ne l'oublierai jamais.

 

jeudi, 18 juillet 2019 00:28

Laissez-vous regarder par le Christ.

"Nai pas peur, laisse-toi regarder par le christ." La neuvaine de la fête à Sainte Anne nous invite cette anée à nous placer sous le regard du Seigneur. Le regard de Jésus sur nous est le même que Jésus posa sur Pierre aprês son reniement, sur le larron crucifié à ses côtés, sur le jeune homme riche et le texte nous dit qu'il posa son regard sur lui et qu'il l'aima. Le regard qu'il  posa aussi sur ses disicples pour les inviter à le suivre. Ce regard Jésus le pose sur moi, sur vous avec le même amour, et la même tendresse. Jésus est venu nous révéler l'alliance du Père avec l'humanité. Nous sommes avec Dieu dans une relation nuptiale. Il pose alors sur nous un regard d'époux sur son épouse, d'un père sur ses enfants, d'un fiancé sur sa fiancée. Dieu n'est pas un être qui flotte dans l'espace -à la manière d'un ballon soufflé à l'élium-  Il s'est inscrit dans l'humain pour se faire proche, être en nous.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus vient questionner le regard que nous posons sur Lui. Jésus loue le Père d'avoir caché sa loi d'amour aux savants pour la révéler aux petits du royaume. Alors mon regard sur Jésus est-il celui d'un savant qui veut comprendre et expliquer; ou celui du pauvre qui accueille et se laisse aimer. Nous y reviendrons chaque jour.

 

Page 1 sur 100