reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

Jos. Deschênes

Jos. Deschênes

samedi, 20 juillet 2019 13:45

N'aie pas peur 3

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le christ. Se laisser regarder par le Christ, c'est laisser son regard façonner le nôtre à son image. Aujourd'hui dans l'Évangile, Mth 12, 1-8, deux groupes posent leur regard sur le même événement. D'une part, Jésus avec ses disciples ont faim sur la route et cueillent des épis de blé pour se nourrir, mais c'est le jour du  sabbat. D'autre part, des pharisiens voient le même événement et disent à Jésus tu n'as pas le droit, c'est défendu par la loi du sabbat. Deux regards différents sur la même situation. L'un est au niveau des personnes et de la vie, l'autre au niveau de la loi, du permis et défendu. Alors Jésus vient façonner mon regard pour m'apprendre à poser le même regard que lui sur les personnes et les événements. Il m'apprend à me situer au niveau de la vie, des personnes et non d'abord des lois. Celles-ci sont au service des personnes et de la vie et non l'inverse. Est-ce que moi, j'ai le regard des pharisiens ou de Jésus quand je regarde la vie et les autres?

 

vendredi, 19 juillet 2019 17:17

Un événement et un silence.

Quelqu'un cérivait que la valeur d'une oeuvre ou la profondeur d'un événement se mesure à la qualité du silence qu'ils font descendre en nous. Ce matin, je participais à la célébration des funérailles d'un jeune décédé accidentellement à 14 ans. Quand j'entrai au salon funéraire, contrairement à l'habitude, un silence régnait. Un silence un peu lourd, mais un silence plein. Les gens parlaient à voix basse. On sentait une sorte de respect tant pour la famille que pour la masse de ses amis étudiants à la même école. Cet événement tragique nous frappait en plein visage et suscitait en même temps que le respect un silence profond, au fond du coeur. Mais ce silence conduisait à une communication profonde entre les personnes.

Au coeur de la célébration, un jeune a chanté. Il lui a dit à sa façon son goût de vivre et d'aimer. Ce n'était pas un chant, c'était une prière qui invitait au silence et à la communion. Une célébration comme celle-là doit se situer au niveau de la communion et moins au niveau de la communication. J'ai dit au garçon décédé: Louis à partir de maintenant tu es en mission. Ta famille va confier ton corps à la terre dans un geste de respect. Toi, tu repars avec eux et tes amis de l'école pour les accompagner et les soutenir dans l'expérience de vie qu'ils sont invités à vivre. Et surtout apprends-leur que ta mort n'est pas un acte injuste et que Dieu n'est venu te chercher. La vie t'a jeté dans ses bras et il t'a accueilli comme un Père. Fais-leur découvrir que tu n'es pas parti, mais arrivé autrement.

Il restera de toi ce que tu as semé comme joie de vivre, dynamisme de vie, goût de l'aventure,  et tout cela fleurira dans les mains et le coeur de celles et ceux qui t'on connu et aimé. 

 

jeudi, 18 juillet 2019 14:57

Naie pas peur. 2

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ. En ce deuxième jour de neuvaine, Jésus pose son regard sur moi, un regard d'homme libre et qui rend l'être humain libre.  Jésus n'impose pas de joug lourd et difficile à porter.  Mon joug est léger et mon fardeau est facile à porter. Le joug de Jésus est un joug d'amour qui vient de l'intérieur et nous pousse vers Lui, donc un joug qui fait grandir et nous met en communion non seulement avec le Seigneur mais surtout en communion avec le Seigneur dans les frères et soeurs. Alors Jésus vient questionner notre regard. Le regard que nous posons sur Jésus dans les autres que nous rencontrons est-il léger, respectueux des différences et des personnes, fait-il grandir les personnes ou s'il les rabaisse? Une fois encore laissons-nous transformer par le regard de Jésus. O ce regard, je ne l'oublierai jamais.

 

jeudi, 18 juillet 2019 00:28

Laissez-vous regarder par le Christ.

"Nai pas peur, laisse-toi regarder par le christ." La neuvaine de la fête à Sainte Anne nous invite cette anée à nous placer sous le regard du Seigneur. Le regard de Jésus sur nous est le même que Jésus posa sur Pierre aprês son reniement, sur le larron crucifié à ses côtés, sur le jeune homme riche et le texte nous dit qu'il posa son regard sur lui et qu'il l'aima. Le regard qu'il  posa aussi sur ses disicples pour les inviter à le suivre. Ce regard Jésus le pose sur moi, sur vous avec le même amour, et la même tendresse. Jésus est venu nous révéler l'alliance du Père avec l'humanité. Nous sommes avec Dieu dans une relation nuptiale. Il pose alors sur nous un regard d'époux sur son épouse, d'un père sur ses enfants, d'un fiancé sur sa fiancée. Dieu n'est pas un être qui flotte dans l'espace -à la manière d'un ballon soufflé à l'élium-  Il s'est inscrit dans l'humain pour se faire proche, être en nous.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus vient questionner le regard que nous posons sur Lui. Jésus loue le Père d'avoir caché sa loi d'amour aux savants pour la révéler aux petits du royaume. Alors mon regard sur Jésus est-il celui d'un savant qui veut comprendre et expliquer; ou celui du pauvre qui accueille et se laisse aimer. Nous y reviendrons chaque jour.

 

"Elle a choisi la meilleure part." Qu'est-ce à dire? Nous avons longtemps réduit cette phrase à la vocation religieuse. Cependant Marthe et Marie sont deux aspects de la vie chrétienne et vie en Église qui sont d'une égale importance. Laissons ce texte nous instruire.

Marie assise au pied de Jésus symolise notre état de disciple à l'écoute de la Parole de Jésus; l'état du disciple à l'école d'un maitre. Elle vient nous dire l'importance pour nous de nous laisser façonner par le Maitre Jésus si nous voulons être envoyé. Le témoin est d'abord quelqu'un qui fut disciple, qui s'est laissé pétrir par le main du Maitre. Le Pape François nous invite à être des contemplatifs de la Parole pour avoir la lumière nécessaire et du peuple chrétien pour en connaitre les désirs et les besoins.

Marthe est le symbole du témoin qui travaille à l'oeuvre du Seigneur. Elle s'affaire à son travail d'hôtesse sans s'occuper des personnes et laisse Jésus dans un état passif. Elle fait son projet et non celui du Maitre. Alors le Seigneur lui rappelle l'essentiel: avant d'être envoyé, il est nécessaire d'être disciple. La personne que l'on accueille est plus importante que le devoir d'hôtesse.

Ce texte nous rappelle le début de l'Évangile de Jean: "Le Verbe était en Dieu, il était tourné vers Dieu et fut envoyé dans le monde." Ce sont là les deux mouvements de toute vie chrétienne et de vie en Église: Êtr d'abord à l'écoute de Jésus pour accueillir son projet de vie pour ensuite être envoyé le réaliser. Si nous n'écoutons pas d'abord Jésus nous risquons de faire nos propres projets et non celui du Maitre. A l'exemple des disciples d'Emmaüs laissons-nous nous réchauffer le coeur par le parole du Seigneur.

C'est la situation fondamentale de la vie en Église. Savoir écouter le Seigneur, savoir écouter les chrétiens autour de nous afin de bâtir le projet ecclésial du Seigneur et non le nôtre. Le Père Grün écrit: "Il arrive trop souvent, en pastorale, que nous figions les gens dans un rôle prédéterminé. Nous poursuivons une activité pastorale en pensant qu«'elle correspond aux attentes des personnes. En réalité, elles passent totalement à côté." Nous vivons et travaillons comme Marthe sans nous occuper des personnes.

Concernant les projets en Église, le prophète aggée rejoint nos deux personnes d'aujourd'hui dans l'Évangile. Lorsque le peuple voulu rebâtir le temple, Aggée s'adressa au peuple: "Réfléchissez en votre coeur aux chemins que vous avez pris, vous avez semé mais peu engrangé (...) Eh bien, montez à la montagne et rapportez le bois pour construire le temple."  Aggée rappelle aux gens l'importance de se placer à l'écoute de la Parole pour bien comprendre la mission. Aller sur la montagne, c'est se mettre à l'écoute de Jésus Christ comme Marie. Depuis un certain temps, nos églises se sont vidées, nous avons multiplié les projets pastoraux qui se sont avérés inefficaces. Avons-nous oublié Marie? le peuple chrétien est toujours à la recherche de spiritualité, de valeurs et sens de la vie, le temps est venu de nous placer à l'écoute du Maitre et à l'écoute du peuple si nous voulons poursuivre la mission du Christ.

Marthe et Marie font partie de notre vie chrétienne, elles sont les deux volets indispensables à toute vie en Église. Il est important d'équilibrer ces deux aspects tant dans notre vie personnelle que vie en Église. Souvenons-nous que lorsque nous écoutons, nous apprenons des choses nouvelles et lorsque nous parlons, nous disons simplement ce que nous savons. Nous avons souvent besoin de secouer notre léthargie spirituelle, notre indifférence religieuse et nous mettre en route avec le Seigneur. C'est ce que nous vivons dans chaque célébration eucharistique.: Écouter et communier au christ dans la parole et dans l'Eucharistie pour être envoyés le dire au monde.

 

lundi, 15 juillet 2019 19:28

Il ploie.

Avez-vous remarqué quand un arbre fruitier est chargé de fruits ses branches ploient vers le sol. C'est l'image du chrétien chargé de la présence du Christ en lui. Plus nous sommes chagés de l'amour, de la joie du Christ, plus nous nous rapprochons de l'humain. Plus nous sommes près de Dieu, plus nous sommes près de la vie, de la nature, près de l'homme.

 

dimanche, 14 juillet 2019 14:22

Idée à réfléchir.

Maurice Zundel écrivait: "Un rat qui mange une toile de Rembrant goûte le chiffon comme s'il mageait un chiffon car il ne connait pas l'oeuvre." Je me disais que souvent nous lisons la Parole de Dieu comme le rat sans goûter vraiment le message parce que nous ne connaissons pas la Parole. Nous savons qu'il ne peut y avoir de renouveau de notre vie chrétienne comme de l'Église sans  cette dégustation savoureuse de la Parole de Dieu. Cette Parole est inscrite au fond de notre coeur, elle fait partie de notre vie, elle est un moment de communion profonde avec le Seigneur. C'est la Parole qui convoque, rassemble, convertit et nous met en état de célébrer. Sans cette démarche nos célébrations risquent de demeurer des rites. Apprenons à manger la Parole de Dieu comme une oeuvre d'art, et la qualité de l'oeuvre est proportionnelle au silence et à la paix qu'elle fait descendre en nous.

 

samedi, 13 juillet 2019 17:59

En réfléchissant.

Quand Mgr Lebel fut nommé évêque auxiliaire à S. Jean de Longueil, un de ses élèves lui dit: "Vous montez d'un barrea dans l'échelle ecclésiastique." Il lui répond: "Je change de barreau mais mon échelle est paer terre, horizontale.

En lisant ce texte, des souvenirs me snt remontés à la mémoire. En 1971 lorsque je fus nommé coordonnateur diocésain de la pastorale et vicaire général, un prêtre m'a écrit un mot me disant: Tu es passé à l'évêché mais tu es reste du même côté de la clôture que nous." Mon échelle était à l'horizontale. Ce premier terme prit fin en 1977.

En 1994, je reviens à l'évêché comme vicaire général responable à la vie des prêtres et séminaristes. Je n'avais plus affaire à la pastorale. Le même prêtre m'écit un petit mot en disant: Cette fois tu es de l'autre côté de la clôture. J'ai eu bien du plaisir avec ce bon monsieur, mais cette fois j'ai réalisé que mon échelle était à la verticale. En relisant ce temps aujourd'hui, je réalise que je  venais d'être happé par le système clérical; pour préserver des prêtres, j'ai blessé des gens et ne suis pas resté fidèle à moi-même. 

 

samedi, 13 juillet 2019 17:56

Pensée.

Nous devons faire naitre le désir. Le besoin est de l'ordre de la nécessité; le désir de l'ordre de la gratuité. M. Zundel.

 

samedi, 13 juillet 2019 17:47

J'ai lus.

Rober Lebel: Mon Église que j'aime. Anne Sigier. Témoignage d'un évêque face à une Église en changement après le Concile et la Révolutin tranquille. Il fu tun témoin des efforts d'ajustement de l'Église devant notre société en voie de changement. Lecture intéressante et riche de leçons.

Christian Bobin: Le très bas. Gallimard. La vision de François d'Assise.

François d Darbois: Oraison sur la vie. Naissance de Dieu en l'homme cehez Maurice Zundel. Dans ses écrits, Zundel a privilégié la voier de la pauvreté, de l'humilité et de la désappropriation comme chemin d'accès au Dieu intérieur.

 

 

Page 11 sur 109