homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 20 décembre 2016 15:33

Ce n'était pas une place pour eux.

L'évangéliste Luc nous dit ce matin: "Il N'y avait pas de place pour eux dans la salle commune." Lc 2, 1-14. Un auteur traduit: "Ce n'était pas une place pour eux dans la salle commune." Dans cette salle publique, il y avait des services, un certain confort et Jésus n'aurait pas été chez lui en cet endroit. Marie et Joseph se sont dirigés vers un endroit plus convenable pour le Sauveur. Je me demande donc, quand j'accueille Jésus en moi est-ce ma salle lui convient? Je veux qu'il soit à l'aise, alors j'enlèverai ce qui sent l'apparat des grandes salles, j'enlèverai les peintures de grands prix pour laisser la figure du pauvre et de l'exclus, j'y laisserai le visage amoureux de la mère penché sur son enfant j'enlèverai les vases dorés et le servirai avec le gobelet du berger. Je veux que Jésus soit chez lui dans ma salle personnelle. Dans mon coeur  Jésus veut cohabiter avec le pauvre que je suis pour m'aider à accueillir l'autre tel qu'il est. Marie m'invite aussi ce matin à emmailloter Jésus dans ma maison. Aujouird'hui Jésus demande à être envelopper de l'amour et de l'accueil dans le malade qui demande un moment d'attention…
mardi, 13 décembre 2016 15:05

Prends chez toi ...

Un être spécial s'annonce dans notre histoire. Il ne nait pas comme les autres, il n'agit pas comme tout le monde, il dérange. Même le brave Joseph se trouve embarrassé par sa venue. Mais ce brave nous invite à réfléchir avec lui. "Ne crains pas de prendre chez toi Marie, ce qui naitra d'elle vient de Dieu." L'ange lui dit de prendre chez lui ce qui vient de Dieu. Dimanche dernier nous étions invités à lire le ssignes de la présence du Christ chez nous; aujourd'hui nous sommes invités à faire un pas de plus et non seulement à comprendre des signes, mais à accueillir le Christ lui-même dans ces signes. Joseph hésite devant la situation de Marie. Le premier dimanche de l'Avent, Isaïe nous invitait sur la montagne pour saisir les chemins du Seigneur. C'est l'attitude de Joseph. Il prend le temps de réfléchir, il va sur la montagne pour décider du meilleur chemin à prendre. Ouvert à son Dieu, il comprend que le Seigneur lui demande d'être coopérateur de son projet et il accepte. Il accepte de prendre chez lui ce qui vient de Dieu. C'est l'invitation que Joseph nous lance aujourd'hui: savoir accueillir chez nous ce que…
"Je veux mettre de la couleur et de la fantaisie dans ma vie parce qu'un Dieu aimant qui s'amuse avec moi est plus intéressant qu'un Dieu expliqué par les thèses des savants." Ce texte cueilli au hasard de mes lectures  me rapproche de l'Évangile de ce dimanche. Lc 11, 2-11. Qu'êtes-vous allé voir demande Jésus aux envoyés de Jean Baptiste. Vous avez vu un Dieu qui rend la vue au aveugle, fais marcher les boiteux, gérit les sourds. Vous avez vu un Dieu qui s'amuse à aider et secourir les personnes dans le besoin.  Ces pauvres juifs attendaient un libérateur du peuple juif et voila que celui qui s'amène s'amuse à faire parler les muets, entendre les sourds ... Jésus ne se définit pas avec des théories, mais par des gestes. Ouvez vos yeux et regardez ce qui se passe. Les sigens du royaume sont là au milieu de vous, reconnaissez-les. C'est ce que nous vivons aujourd'hui encore. Nous aimerions voir nos églises remplies chaque dimanche, nos couvent remplis de novices, mais ces signes ne sont plus là. Jésus ressuscité s'amuse à nous donner des signes du royaume, des signes de sa présence et de son amour, il s'amuse à…
mardi, 29 novembre 2016 16:36

Une invitation

"Convertissez-vous car le royaume des cieux est proche." Jean Baptiste invite ainsi les gens à se préparer à accueillir la nouveauté du royaume dans la venue de Jésus de Nazareth. Les pharisiens venaient se faire baptiser pour faire comme les autres et Jean les appelle "engeance de vipères." Jean les invite à agir par conviction et non par ambition. Plus loin (Math 3, 11-12) Jean nous dit: "Moi, je vous baptise dans l'eau, mais celui qui vient derrière moi vous baptisera dans l'Esprit et le feu." Jésus est venu annoncer un baptême de feu animé de l'Esprit même de Dieu. Jésus lui-même dira: "Je suis venu allumer un feu sur la terre et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé." A la Pentecôte, les apôtres ont aussi été baptisés dans l'Esprit et le feu. Notre baptême est aussi un baptême dans l'Esprit et le feu. Qu'est, ce baptême de feu, devenu? Le feu réchauffe, éclaire, rassemble. Nous aimons nous rassembler autour d'un bon feu de camp ou autour du foyer dans une soirée froide de   l'hiver. La Parole de Jean était chaude et rassemblait la foule tout comme celle de Jésus. Les disciples qui ont écouté Jésus avc le…
mardi, 22 novembre 2016 17:19

En route avec Jésus.

Aujourd'hui, premier dimanche de l'Avent. Nous considérons ce temps comme une période liturgique et nous parlons de la naissance de Jésus. Nous sommes invités à la passivité et chaque année nous ramène le même discours et nous nous endormons dans des rites obsolètes : Viens, Seigneur Jésus. Il y a déjà 2000 ans qu'il est là. J'aurais le goût de m'inscrire cette année dans une démarche plus positive. Comment faire naitre Jésus dans le monde d'aujourd'hui? Nous vivons dans une société laïque où le religieux n'a pas de place dans l'espace publique. Notre société d'hier baignée de religieux a pris ses distances face à la religion et un vide s'est creusé dans la vie des hommes et des femmes d'ici. Le film, L'Heureux naufrage, nous en donne un bel exemple. Le temps de l'Avent devrait être ce temps où on se prépare à faire naitre le Christ dans ce monde nouveau. Ce premier dimanche nous trace un premier chemin. "Venez! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob! Qu'il nous enseigne ses chemins et nous irons par ses sentiers." Is 2, 3. Pour entreprendre ce chantier de faire naitre le Christ, Isaïe nous invite à…
mardi, 15 novembre 2016 16:29

A la découverte d'un roi.

Nous sommes souvent mal à l'aise de parler de Jésus roi de l'univers par suite des images pas toujours constructives véhiculées des systèmes de pouvoir. Cependant, je me plais à nommer Jésus roi de l'univers et mon roi. J'aime lui donner ce nom. Allons à la découverte de notre roi. Un roi est à la tête d'un royaume; il s'agit d'abord d'un peupleavant un territoire. Parlant de Jésus, Saint Paul écrit: "Il est la tête du corps, la tête de l'Église." Col. 1, 18. Jésus est la tête, c'est à dire le rassembleur du peuple. durant ses trois années de vie publique, il nous a enseigné quelle sorte de roi il était pour nous. Jésus est d'abord un roi qui a du coeur. "Un samaritain qui était en route arriva près du blessé au bord du chemin, il le vit et fut saisi de compassion. " Lc 10, 29. Notre roi est pris de compassion devant un blessé et le prend en charge. Il fu tému jusqu'aux entrailles. Notre roi prend le pauvre sur ses épaules et en prend soin. Notre roi est celui qui accueille à bras ouvert le pécheur qui revient et il fait la fête ppour marquer…
mardi, 15 novembre 2016 15:26

A la découverte d'un Roi.

Nous sommes ordinairement mal à laise de parler de Jésus comme un roi. Notre monde est allergique à la royauté et aux systèmes de pouvoir.Cependant je me plais à appeler Jésus roi de l'univers, à l'appeler mon roi. J'aime lui donner ce nom. allons ensemble à la découverte de notre ROI. Le roi es tà la tête d'un royaume; il s'agit d'abord d'un peuple avant le territoire. Parlant de Jésus, Saint Paul écrit: "Il est la tête du corps, la tête de l'Église." Col. 1, 18. Jésus est le roi d'un peuple, d'une multitude de frères et soeurs à travers l'univers. Dans ses trois ans de viepublique, Jésus nous a tracé le portrait de sa royauté. Jésus est d'abord un roi qui a du coeur. "Mais un samaritain, qui était en route, arriva près du blessé
mardi, 08 novembre 2016 16:35

Apprendre à lire.

J'ai découvert souvent lorsque je changeais de paroisse, combien il était difficile  de bien connaitre ce nouveu milieu de travail et de s.y ajuster. C'était parfois comme une terre étrangère. J'avais perdu beaucoup de sécurité mais je découvrais un tout  nouvel univers, d'autres richesses et d'autres façons de vivre les valeurs. C'était un enrichissement. Le peuple de Dieu dans l'ancien testament a vécu ce même tiraillement lors de sa déportation à Babylone. Il avait tout perdu et se trouvait dans une terre étrangère. Il avait perdu son temple, ses prêtres, (moins de messes et des funérailles sans prêtre). C'est ce que nous vivons dans notre société moderne. Jésus nous dit dans l'Évangie d'aujourd'hui (Lc 21, 5-19) "Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre. tout sera détruit." Il y aura des tremblements de terre, des luttes entre nation, on ne s'y reconnaitra plus. C'est la disparition d'un monde pour la naissance d'un monde nouveau. Le prophète Malachie tout comme le Seigneur nous disent: Apprenez à lire. Apprendre à lire ces signes qui sous sont donnés. Nos églises se vident et disparaissent tranquillement, les prêtres sont de moins en moins nombreux,  ce sont des…
mardi, 01 novembre 2016 14:30

Dieu m'a fait un cadeau.

Dieu m'a fait un magnifique cadeau, celui de la vie. Et Jésus me dit que Celui qui m'a fait ce cadeau est le Dieu des vivants et non des morts. C'est en même temps un mystère. Souvent nous nous posons la question: Qu'y-a-t-il de l'autre côté? C'est la question de nos bons saducéens de l'Évangile d'aujourd'hui. (Lc 20, 27-38). Vous croyez à la réssurrection des morts, et voila qu'un homme a été marié a sept femmes; de laquelle sera-t-il la femme à la résurrection? Voila Jésus pris au piège. Ceci donne à Jésus l'occasion de faire un enseignement sur la vie. Sur la terre, nous sommes dans une relation de communication et nous vivons des relations de filiation, de partenité, d'épouse et d'époux, relations d'amitié. Dans le monde de la résurrection, nous entrons dans un mode de communion entre des enfants de Dieu ressuscités. Il n'y a plus de relations de communication.  Les êtres sont égaux devant Dieu. La vie est un peupétuel mouvement. Nous vivons des changements constamment, de la naissance à l'âge adulte et à la mort nous sommes en progression. La mort est la dernière étape qui assure le plein épanouissement de notre être d'enfant de Dieu.…
mardi, 25 octobre 2016 15:33

Descend au ras des marguerites.

Le petit Zachée de l'Évangile s'est permis une escapade dans les hauteurs. Il voulait voir Jésus de ses yeux vus. Il s'élève au-dessus du quotidien pour bien observer Il ne voulait pas rencontrer Jésus mais le voir. Jésus passe, lève les yeux, et lui dit: Descend, je veux loger chez toi. Zachée est obligé de passer du voir à l'accueil et la rencontre. Jésus demande à Zachée de descendre au niveau de son quotidien, dans sa maison, c'est là qu'aura lieu la rencontre. Zachée doit apprendre à voir Jésus avec les yeux du coeur. C'est la première interrogation que Jésus me pose aujourd'hui: il ne veut pas me voir, il veut me rencontrer. Et moi? Suis-je comme Zachée qui veut voir, veut apprendre des choses sur Jésus ou si je veux faire une expérience de présence du Christ dans ma vie?  Est-ce que je suis grimpé sur le sycomore de mes principes, mes traditions, mes connaissances, mes idées toutes faites? Remarquons que Zachée est un riche collecteur d'impôt donc quelqu'un de pas très aimé dans son milieu. Pour la première fois peut-être quelqu'un s'arrête près de lui pour le reconnaitre et s'inviter chez lui. Une marque d'amitié et de reconnaissance…
Page 9 sur 14