homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

jeudi, 09 avril 2020 14:06

Un message d'amour.

Aujourd'hui, jeudi saint, Jésus entre dans la salle à manger pour célébrer la Pâque. ll n'est pas au Temple avec les grands prêtres, il est autour d'une table avec les siens. Jésus vit un moment de communion, de fraternité avec ses disciples. Ce soir, nous serons aussi comme Jésus non dans nos églises ou nos cathédrales bien décorées, avec de beaux habits flamboyants, comme Jésus nous serons autour de la table de la cuisine, seul ou en famille, pour vivre le repas du Christ. Nous serons ensemble, à distance, en communion d'esprit et de coeur  pour vivre le message de Jésus. Souhaitons-nous de mieux découvrir l'importance de ce repas dans nos vies pour retrouver dans la suite un goût de célébrer pour retrouver la table de la communion et moins l'autel du sacrifce. Nous sommes habitués à célébrer devant un autel et à voir davantage la dimension sacrifice; ce soir, nous sommes invités à la table de la COMMUNION. Nous sommes habitués aussi à la pyramide. Quelqu'un en haut qui gouverne, des échelons de pouvoir jusqu'à nous en bas, jusqu'aux pauvres, aux travailleurs, aux inutiles. Ce soir, Jésus renverse la pyramide et nous invite à  passer du pouvoir à l'autorité et au service. Jésus s'agenouille…
mercredi, 08 avril 2020 13:35

Un repas qui finit mal.

Mercredi, nous entrons de plus en plus proche du dénouement de la vie de Jésus sur terre. Jésus vit un dernier moment de communion avec les siens autour d'un repas voulant signifier la libération du peuple juif de l'esclavage d'Égypte. Un disciple s'apprête à livrer le Maitre. Prenons conscience que Judas va livrer Jésus non au pouvoir civil pour le faire condamner, mais au pouvoir religieux, aux Grands Prêtres. C'est le pouvoir religieux qui livre Jésus au pouvoir civil pour le faire condamner parce qu'ils n'ont pas le pouvoir de condamner à mort sinon, ils l'aurait sans doute fait eux-mêmes. Dans les commentaires nous parlons de Judas et de Pilate mais très peu des grands prêtres. Ceci m'a conduit ce matin à méditer un peu sur les systèmes. Le Père Arnold nous disait dans une retraite qu'un système défend un pouvoir, des structures, des doctrines avant les personnes qu'il devrait servir. Nous le voyons souvent dans le système politique, de santé, d'éducation, économique et même religieux. Je me souviens un jour, j'étais vicaire général, j'ai voulu doucement discuter avec un confrère d'une décision qu'il avait prise  et qui ne m'apparaissait pas trop évangélique. Il m'a simplement répondu: C'est moi qui est curé, c'est…
Jésus entre à Jérusalem. Il n'arrive pas en limousine ou en JET. Il arrive à dos d'âne. Mais il est intéressant de s'arrêter avec lui un petit moment  à l'entrée de Jérusalem. Il s'amuse à guérir deux aveugles. Depuis un certain temps, Jésus annonce aux siens la fin qui l'attend en ville, mais les disciples n'ont rien compris. Il veut leur faire comprendre leur  aveuglement, il veut leur dire qu'ils sont complètement dans le champ avec leur roi triomphateur, mais les disciples restent "bouchés." Ils se trompent de Jésus. En méditant l'Évangile nous essaieront de ne pas nous tromper comme eux. Jésus envoie deux disciples chercher un âne attaché au coeur de la ville. Il met ses disciples en mission. "Allez chercher le petit âne, détachez-le et emmenez-le moi." Voila les apôtres, et nous à leur suite, en mission. Ils sont envoyés libérer, rendre libre, détacher; voila la misison des disciples, voila notre mission: libérer les gens de leur attachement. Détachez-le. Libérer les gens prisoniers de leurs habitudes, leurs traditions, leurs mauvais penchants, de tout ce qui les empêche d'être libre. La mission de Jésus est une mission de liberté. Emmenez-les moi et je vais m'en occuper. Un chemin d'évangélisation.…
mardi, 24 mars 2020 14:19

Appelés à ressusciter. Jn 11, 1-45.

En ce temps de pandémie, l'Évangile de ce dimanche nous invite à regarder l'avenir avec confiance. Nous sommes invités à ressusciter aujourd'hui dans l'amour. Je voudrais méditer ce texte du retour à la vie de Lazare dans une lecture symbolique et non logique. "Celui que tu aimes est malade." Ce bon Lazare malade est chacune et chacun de nous.  Et cette phrase à Jésus ne peut mieux se trouver en nous qu'aujourd'hui où beaucoup de ceux que le Seigneur aime sont malades. L'attitude de Jésus est celle du Bon Pasteur qui connait les siens et les aime. Près du tombeau, il frémit de douleur: "Voyez comme il l'aimait" diront les gens autour de lui. La première posture de Jésus devant la souffrance est celle de l'amour et de la compassion. Ce sera l'atittude des parents devant la souffrance de leur enfant. C'est l'attitude que le Seigneur nous invite à avoir pour les autres tout au long de notre vie: Celui que j'aime est malade, prisonnier, mendiant ou rend service autour de lui.  L'attitude de Jésus envers Lazare est une attitude de libération: "Lazare, viens dehors." Sors de ton tombeau, sors de tout ce qui est ténèbres dans ta vie, viens au grand…
mardi, 17 mars 2020 14:09

Chercheurs de lumière. Jn 9, 1-38.

Trois groupes de chercheurs de lumière rencontre Jésus sur la route aujourd'hui. Nous y verrons un aveugle de naissance et deux groupes de personnes aveuglées par leur façon de voir la vie. Ces trois groupes se retoruvent parfois en chacun et chacune de nous. Alors nous ferons route avec eux pendant queques instants. "Qui a péché? lui ou ses parents pour qu'il soit né aveugle?" À l'époque de Jésus la maladie était la conséquence du péché, donc cet aveugle de naissance doit être victime d'un grand péché. Voila le premier groupe de personnes aveuglées par des superstitions. Jésus essaiera de guérir leur jugement: personne n'a péché. Il est aveugle voila tout. Nous entendons encore aujourd'hui des expressions de même nature: Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir telle épreuve. Nous sommes trop souvent en présence d'un Dieu punisseur. Et pourtant nous disons le Bon Dieu. Plus loin des pharisiens, hommes forts de la religion à l'époque, diront aussi à l'aveugle: Tu es dans le péché depuis ta naissance et celui qui t'a guérit ne respecte pas la loi de Moïse en guérissant le jour du sabbat et tu veux nous faire la leçon. Voila le deuxième groupe de personnes aveuglées par…
mardi, 10 mars 2020 13:46

Une femme blessée. Jn 4, 1 sss.

Fait étonnant dans l'Évangile de Jean, Jésus commence sa vie publique dans un pays païen qui a rejeté toutes formes de pratiques religieuses du temps et que l'on appelle souvent les "maudits." C'est dans ce pays que Jésus s'assoit au puits de Jacob pour demander de l'eau. Une femme vient cueillir l'eau pour ses besoins. Cette femme est blessée. Elle fut rejetée par cinq maris déjà et pour éviter les commérages elle vient le midi alors qu'il n'y a personne au puits. Mais ce jour-là, au puits, il y a un homme, un juif qui a l'audace de lui adresser la parole brisant les traditions de son temps où un juif ne parle pas à une femme en public et surtout pas une païenne.  Jésus conteste les coutumes de son temps, mais peut être aussi que Jésus s'adresse à une païenne parce que les païens seraient plus réceptifs que les bons religieux juifs prisonniers de leurs structures et traditions. Il accueille cette femme au niveau de sa perosnne et non de son agir. Jésus l'accueille comme un être humain blessé par la vie et les lois des hommes. Ce qui compte pour Jésus n'est pas l'agir mais la personne humaine.…
"Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, va vers le pays que je te montrerai."  Jésus dans l'Évangile, avec trois disciples, quitte les autres disciples et les foules vers la montagne. Abraham comme les disciples sont appelés ailleurs, appelés à autre chose. Ils doivent quitter leur sécurité, leurs coutumes pour s'engager sur la route de la mission. C'est l'invitation qui nous est adressée aujourd'hui. Partir vers l'inconnu contient toujours à la fois un risque devant l'inconnu, mais une joie de découvrir des choses nouvelles, une nouvelle culture, de nouvelles connaissances. Un prêtre me racontait qu'au lendemain de son  ordination, son évêque l'envoya étudier en Europe. Quitter son milieu, sa famille vers un inconnu et surtout une langue inconnue contenait un risque. C'était un premier départ. Après un an, il déménagea à Paris où il reçut des enseignements de théologiens du Concile qui lui firent connaitre une autre façon de voir l'Église et les célébrations. Ce fut un autre départ. Quitter ses connaissances et certaines convictions pour aller sur une autre route. Il était devenu un peu comme les disciples sur le montagne: Transfiguré. Ce nouveau départ contenait aussi sa part de risques. Il me disait que comme les disciples, il du…
mercredi, 26 février 2020 15:17

Qui suis-je? Gn 2, 7-9 et 3,1-7; Mth 4, 1-11.

Ce premier dimanche du carême nous invite en méditant la Parole de Dieu à découvrir qui nous sommes vraiment. Plaçons-nous à l'écoute de cette Parole. Premièrement, le jardn de l'Éden est le symbole de cet état intérieur de l'être human créé à l'image de Dieu qui possède en lui tout ce dont il a besoin pour grandir et choisir ce qui lui est le meilleur. C'est un état d'abondance et de paix intérieure. Nous avons en nous toutes les forces nécessaires pour être heureux et prendre nos décisions. Au jardin, l'être humain a voulu être le maitre de sa vie et au lieu de la recevoir  de Dieu, il voulu en être l'auteur. Alors il alla chercher à l'extérieur de lui-même: il mangea le fruit. Il passa de l'intérieur à l'extérieur. Ses critères de jugement ne venait plus de son être rempli de l'Eprit de Dieu, mais de l'extérieur. Il se jugeait à partir du regard de l'autre. Il jugeait à partir de l'agir et non plus de l'être même. C'est encore ce que nous faisons: c'est un criminel, un bandit, un voyou, un petit "boum", Nous ne jugeons plus la personne à partir de ce qu'elle est mais à partir de…
dimanche, 23 février 2020 15:06

Un trépied spirituel. Mth 6, 16.

En ce mercredi des cendres, le Seigneur nous présente un trépied spirituel pour notre mission de carême. Il nous parle de la prière, l'aumône et le jeûne. Trois façon d'intégrer le message de l'Évangile au coeur de nos vies et d'en témoigner. Mais l'important nous dit Jésus est la façon dont vous vivez ces réalités. L'élément essentiel est la raison pour laquelle nous le faisons, les motifs qui animent notre agir. "C'est ce qui sort de la bouche de l'homme qui le rend impur." Ce sont les motifs de notre agir qui donnent de la valeur à nos actes. Est-ce que je prie par obligation ou pour ne pas être mal juger? Est-ce que je fais l'aumône pour m'attirer de la reconnaissance? Est-ce que je vais à la messe parce qu'il faut aller à la messe le dimanche?  Mais ne sommes-nous pas inviter à prendre conscience que ces gestes ne sont pas d'abord des actes extérieurs, mais des gestes du coeur. Ces réalités doivent faire partie de notre vie de chrétien et non venir de l'extérieur par une loi ou une coutume. La prière n'est pas un ou des gestes que je dois accomplir chaque jour. Cela devient onéreux. La prière…
mardi, 18 février 2020 15:19

Peuple de saints. Mth 5, 38-48

Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que  l'Esprit de Dieu habite en vous?  L'apôtre Paul écrit ces beaux mots pour nous aujourd'hui. Nous sommes des tabernacles vivants remplis de l'Esprit même de Dieu. Paul dira souvent à ses communuatés: A vous les saints de ... Nous sommes invités aujourd'hui par notre ami Paul comme par l'Évangile a changé notre regard, que notre regard posé sur les autres soit positif, nous sommes tous membres de la famille des enfants de Dieu remplis de sa présence. Jésus nous parle de l'amour des ennemis. Nous n'aimons pas quelqu'un parce qu'il faut l'aimer, mais parce qu'il est membre de la même famille que nous, il est rempli du même Esprit divin. Nous sommes invités à passer de l'extérieur à l'intérieur. Dieu ne nous aime pas à partir de ce que nous faisons mais à partir de ce que nous sommes.  Comme les parents vont dire: c'est ma fille ou mon fils, même devant un enfant qui a fait des gaffes parfois importantes. Nous ne pouvons pas accepter ce qu'il a fait mais il sera toujours notre enfant. Ce doit être notre attitude de chrétien à l'égard des autres.  Notre…
Page 2 sur 20