homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 18 juillet 2017 13:21

Un royaume en croissance.

L'évangéliste Mathieu dans le chapitre 13 de son Évangile condense un enseignement sur la croissance du royaume du Père.  Ces enseignements se font sous formes de paraboles. Une parabole est un message enveloppé qu'il nous faut découvrir. Le royaume nous est présenté comme une petite semence jetée dans notre terre et que nous avons mission de faire grandir. Aujourd'hui (13, 24-43) Jésus nous parle des difficultés que rencontre la croissance du royaume et en même tmeps nous invite à l'espérance. Rappelons-nous qu'au temps de Mathieu le groupe des disciples était vu comme une secte qui bousculait la routine du système religieux. Ils étaient menaçant à leurs yeux. Alors on jetait de l'ivraie pour étouffer la montée de ce groupe religieux. Les disciples du Christ étaient opposés à la rigueur des lois établies, dérangeaient le pouvoir des grands prêtres, on voulait s'en débarasser. Le système établit avait  fait mourir le fondateur, il se devait de faire disparaitre les disciples. Mais Jésus avait averti ses disciples de laisser pousser l'ivraie avec le bon grain afin de ne pas arracher le bon grain. Dans notre vie personnelle, l'ivraie fait parfois son apparition. L'ivraie ne vient pas seulement du dehors comme action d'un  ennemi,…
mardi, 11 juillet 2017 14:08

Suis-je une bonne terre?

Un prisonnir disait un jour à l'animateur spirituel du milieu: "Ma vie est du fumier". L'animateur lui répondit: "Les cultivateurs font pousser de belles plantesdte de bons légumes avec du fumier." Quelques années plus tard, ce même homme cueillait de bons fruits avec son fumier. Il est important de bien connaitre sa terre et de ne pas se fier seulement à l'extérieur. Nous pouvons regarder la parabole du semeur du côté du semeur et de la semence, nous pouvons aussi la regarder du côté de la terre qui reçoit la semence, cette terre que je suis. Je peux me demander quelle sorte de terre je suis. Cependant, nous sommes habitués dans notre vision de voir le côté négatif de la terre que nous sommes. Il faut se dire que notre terre fut façonnée des mains même de Dieu qui nous habite. Nous sommes le fruit de l'amour. Comment ne pourrait-elle ne pas être bonne? Nous sommes des êtres en croissance. Notre terre est faite belle. Mais nous sommes marqués par la vie qui nous a façonnés aussi. L'éducation reçue, l'environement dans lequel nous grandissons ont parfois blessé notre terre et ainsi modifié nos comportements. Ainsi de trouvent des ronces, des…
mardi, 04 juillet 2017 13:45

Un geste d'amour

"Je T'aime tout court" chante Nicola Cicone.  Je t'aime comme tu es avec tes joies, tes échecs, tes beautés comme tes défauts. Ce qui compte pour moi nous dit Jésus, c'est ce que tu es et non pas d'abord ce que tu fais. Voila en résumé  notre Évangile de ce dimanche. (Mth 11, 25-30). Ces pages d'Évangile, nos chansonniers nous les écrivent bellement aujourd'hui. Jésus nous révèle le coeur de Dieu qui nous habite. Tu t'es fais conaitre des pettis et des pauvres; tu t'es fait connaitre des gens pas trop encombérs de leur propre personne et capables de découvrir ta présence au coeur de leur vie. Jésus nous découvre la grandeur de l'amour qui nous habite. Nous sommes des gens libres capables de faire des choix et nos choix doivent viser un plus grand amour. Nos choix doivent viser à faire grandir l'amour, faire grandir la vie. Nos choix doivent venir du  coeur et non seulement de la raison. Je suis doux et humble de coeur nous souffle le Christ à l'oreille. Nous devons puiser dans cette source de l'amour pour le semer autour de nous. Nous devons puiser dans ce qu'il y a de divin en nous. Ce…
mardi, 27 juin 2017 13:49

La beauté de l'acceuil.

Dans ce chapitre de l'Évangile de Mathieu, Jésus fait un long discours à ses apôtres pour leur indiquer la voie sur laquelle il les envoie. dans l'extrait d'aujourd'hui (10, 37-42), Jésus parle de l'importance de l'accueil. "Celui qui m'accueille, accueille celui qui m'a envoyé." Jésus vient en présenter un autre. Chez nous, mes parents accueillaient beaucoup les gens et parfois des étrangers, pour manger et dormir. Dans le temps les gens voyageaient à pied ou à voiture à cheval, il fallait des endroits pour  se reposer. Le plein d'essence ne se faisait pas  au poste d'essence mais autour d'une table bien garnie. Parfois le garde-manger était presque vide mais quand il y en a pour dix, il n'y en a pour douze. Cependant jamais le garde-manger fut complètement vide. Accueillir la vie, c'est aussi donner la vie, faire grandir la vie. Le prophète Élisée nous en donne l'exemple dans la première lecture: "A cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras." Le couple accueillait la vie et il reçoit la vie. Nous connaissons tous parfois la sécheresse d'une vie tournée sur soi, égoïste. La vie grandit quand elle est donnée, partagée. Accueillir…
mercredi, 21 juin 2017 16:10

Jean le Baptiste ...

"Sa langue se délia et ils se mit à parler." Voila ce que l'Évangile nous dit  aujourd'hui de Zacharie. Lc 1, 56-67. Beaucoup de gens et même des prêtres me disent aujourd'hui: comment dire Jésus au monde d'aujourd'hui. Nous sommes muet comme Zacharie, nous ne savons plus comment dire Jésus, comment dire l'Évangile. La langue de Zacharie s'est déliée et il parla le jour où il est sortit de ses propres idées, pour accepter la vision de Dieu, c'est à dire pour écouter ce qui montait en lui et qui venait de l'Esprit qui l'animait. C'est le jour où il décida de descendre de ses idées pour aller au niveau du coeur et de la vie. Comme Zacharie, nous pourorns traduire le message de Jésus pour notre monde le jour où nous accepterons de passer d'une religion entre les deux oreilles pour descendre au niveau du coeur. Nous avons tous besoin de sens, de signification et non d'abord de théorie. Tant que Zacharie est resté comme grand prêtre, il est demeuré muet. Taut qu'il est resté dans ses structures religieuses, il est resté muet. Le texte d'Isaïe nous dit que le Seigneur nous a façonné dès le sein de notre…
mercredi, 21 juin 2017 15:55

Le Sacré-Coeur

Vendredi, la liturgie nous fera commémorer la fête du Sacré-Coeur de Jésus. De quoi s'agit-il? On parle du coeur, de l'amour, et après ... Parler du Coeur de Jésus, c'est lire le texte sur le Bon Pasteur, c'est admirer Jésus au puits  avec la Samaritaine, c'est le voir accueillir la femme accusée d'adultère. Parler du coeur de Jésus, c'est regarder le Pape François laver les pieds des prisonniers et des clochards; c'est aussi voir mes voisins partir chaque matin vers les services de bénévolat pour soulager la misère de leurs semblables. Il ne suffit pas de jongler avec des mots, il nous faut vivre avec la réalité. Ce que les gens nous reprochent souvent, c'est notre habitude de jongler avec un vocabulaire qui n'atterrit pas concrètement. Parler du coeur de Jésus, c'est parler de sa tendresse envers les personnes, son accueil inconditionnel, ... Parler du coeur de Jésus, c'est apprendre avec Lui à partir de ce qui est bon dans l'être humain pour aller plus loin. Le Sacré-Coeur devrait se fêter dans les centres de bénévolat, les hopitaux, les maisons de pauvres ... Je vous ai donné l'exemple pour que vous fassiez de même nous dit Jésus. Nous avons l'habitude…
mardi, 20 juin 2017 13:53

Comment valons-nous?

Un milliardaire avait demandé un jour à l'un de ses amis de deviner combien il valait. Celuici répondit après un moment de silence: Jésus Christ a été vendu pour trente pièces d'argent, vaux-tu plus que Lui?. Mon père disait souvent la valeur d'un homme ne consiste pas dans ses titres ou ses diplomes, mais dans ce qu'il a dans le ventre. Ce sont les valeurs qui le font vivre. C'est un peu ce que le Seigneur vient nous dire aujourd'hui. Ce que tu entends dans le secret, proclame-le sur les toits. (Mth 10, 26-33). Notre Pape parlera de l'Église en sortie. L'Évangile, la vie chrétienne, c'est une valeur que l'on porte en soi et que l'on révèle par notre qualité de présence. Nous devons aller crier au monde que nous sommes remplis d'amour divin. Il ne s'agit pas de convertir le monde à nos valeurs, mais de faire découvrir aux autres le divin qui les habite. Ce que tu entends dans le secret nous dit l'Évangile de ce dimanche. Le prophète Ezéchiel nous dira que Dieu a inscrit sa loi au fond de notre coeur et non sur des tables de pierre. Ainsi ce qui monte de ton coeur, du…
Je rencontre souvent sur la promenade une personne que je salue et que je reconnais chaque fois. Un jour je me suis arrêté et nous avons parlé quelque temps. Aujourd'hui quand je la rencontre, je dis: "je te connais." je connais ses valeurs, ses joies comme ses peines, je connais ce qu'elle a dans le ventre, ce qui la fait vivre. Il me semble que la Fête du Saint Sacrement -comme on l'appelle- m'invite à me demander si je reconnais le Christ ou si je le connais. "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui." Je crois que le Seigneur nous invite à le connaitre, à découvrir la passion qui l'a fait vivre. Celui qui écoute mon enseignement et le met en pratique, celui qui communie à mes valeurs,  à ce qui me fait vivre, celui qui s'abreuve au vin de ma tendresse et de la miséricorde, celui-là demeure en moi. Celui-là me connais. Le sacrement de l'Eucharistie est le sacrement de la connaissance. Il n'est pas d'abord un rite à faire. Dans le compagnonnage quotidien avec le Christ nous apprenons à le connaitre, nous créons des liens de l'intérieur: dans le…
mardi, 06 juin 2017 14:03

UN DON À ACCUEILLIR.

On dit souvent qu'il est plus facile de donner que de recevoir. Nous regimbons parfois devant un geste de générosité à accepter. L'Évangéliste Jean nous place aujourd'hui devant le don merveilleux du Père qu'il nous faut découvrir en nous et accueillir pleinement. "Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique non pas pour que le monde soit jugé mais sauvé." Jn 3,m 16-18. L'évangéliste nous dit que le Père a donné son Fils par amour; il ne dit pas qu'il a sacrifié son Fils, qu'il a voulu qu'il meure sur la croix, mais il nous l'a donné dans un geste d'amour pour que nous apprenions à connaitre le Père et à vivre en enfants bien-aimés de ce Père. Et le plus merveilleux pour nous est que le Jeudi Saint, Jésus s'est donné à ses disciples dans un geste d'amour pour que nous le donnions au monde à notre tour  aussi dans un geste d'amour. La passion de Jésus fut de s'inscrire en faux devant les jugements des hommes sur leurs freres et soeurs, de dénoncer l'oppression des pauvres et des petits de la société, de dénoncer la violence et l'injustice, il est venu sauver les êtres…
mardi, 30 mai 2017 17:44

Une amicale dérangée.

Les apôtres avaient décidé après la mort de Jésus de se faire une belle petite amicale et avaient verrouillé les portes de la salle afin de ne pas être dérangés. Mais ils eurent droit à une visite inattendue. Soudain un coup de vent, des langues de feu qui se déposent sur chacun d'eux et une force invisible les pousse dehors.  l'amicale est finie. Les portes étaient verrouillées. Les disciples n'avaient rien compris de la mort résurrection du Christ. Leur coeur était verrouilé comme les portes. alors l'Esprit vient leur rafraichir la mémoire et les retourner à la mission. Un coup de vent symbolise ce passage de l'Esprit qui vient embraser leur coeur et leur donner le courage de reprendre la mission abandonnée. Aujourd'hui encore l'Esprit vient déverrouiller nos portes pour nous permettre d'annoncer le Christ ressuscité. Les langues de feu vinnent leur appeler que leur mission est d'annoncer  Jésus Christ. C'est une mission d'évangélisation que le Seigneur leur a donnée. Chaque disciple a droit à sa langue, chaque disciple reçoit son charisme, ses talents et sa mission. Dans nos vies et dans nos communautés chrétiennes, l'Esprit dépose encore des charismes, des dons pour l'annonce de l'Évangile. Il nous faut déverrouiller…
Page 2 sur 9