homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 01 novembre 2016 14:30

Dieu m'a fait un cadeau.

Dieu m'a fait un magnifique cadeau, celui de la vie. Et Jésus me dit que Celui qui m'a fait ce cadeau est le Dieu des vivants et non des morts. C'est en même temps un mystère. Souvent nous nous posons la question: Qu'y-a-t-il de l'autre côté? C'est la question de nos bons saducéens de l'Évangile d'aujourd'hui. (Lc 20, 27-38). Vous croyez à la réssurrection des morts, et voila qu'un homme a été marié a sept femmes; de laquelle sera-t-il la femme à la résurrection? Voila Jésus pris au piège. Ceci donne à Jésus l'occasion de faire un enseignement sur la vie. Sur la terre, nous sommes dans une relation de communication et nous vivons des relations de filiation, de partenité, d'épouse et d'époux, relations d'amitié. Dans le monde de la résurrection, nous entrons dans un mode de communion entre des enfants de Dieu ressuscités. Il n'y a plus de relations de communication.  Les êtres sont égaux devant Dieu. La vie est un peupétuel mouvement. Nous vivons des changements constamment, de la naissance à l'âge adulte et à la mort nous sommes en progression. La mort est la dernière étape qui assure le plein épanouissement de notre être d'enfant de Dieu.…
mardi, 25 octobre 2016 15:33

Descend au ras des marguerites.

Le petit Zachée de l'Évangile s'est permis une escapade dans les hauteurs. Il voulait voir Jésus de ses yeux vus. Il s'élève au-dessus du quotidien pour bien observer Il ne voulait pas rencontrer Jésus mais le voir. Jésus passe, lève les yeux, et lui dit: Descend, je veux loger chez toi. Zachée est obligé de passer du voir à l'accueil et la rencontre. Jésus demande à Zachée de descendre au niveau de son quotidien, dans sa maison, c'est là qu'aura lieu la rencontre. Zachée doit apprendre à voir Jésus avec les yeux du coeur. C'est la première interrogation que Jésus me pose aujourd'hui: il ne veut pas me voir, il veut me rencontrer. Et moi? Suis-je comme Zachée qui veut voir, veut apprendre des choses sur Jésus ou si je veux faire une expérience de présence du Christ dans ma vie?  Est-ce que je suis grimpé sur le sycomore de mes principes, mes traditions, mes connaissances, mes idées toutes faites? Remarquons que Zachée est un riche collecteur d'impôt donc quelqu'un de pas très aimé dans son milieu. Pour la première fois peut-être quelqu'un s'arrête près de lui pour le reconnaitre et s'inviter chez lui. Une marque d'amitié et de reconnaissance…
mardi, 18 octobre 2016 14:20

La prière du coeur.

J'arrive un jour à l'église pour présider l'Eucharistie, les personnes âgées présentes me disent: on est encore là, les jeunes ne veulent rien savoir, heureusement qu'ils nous ont. A mon retour chez moi, j'arrête à l'épicerie et je rencontre des jeunes couples qui me disent eux: on ne va plus à l'église, c'est seulement des personnes âgées qui ne veulent rien changer et faut entrer dans leur affaires qui ne nous disent plus rien. J'entre chez moi en réfléchissant sur ce monde qui ne se comprend plus. Aujoud'hui, l'Évangile de Luc 18, 9-14, nous présente un pharisien et un publicain venus à l'église pour prier. Le pharisien est un homme d'église qui respecte bien les lois, pratique sa religion très bien, et qui justifie sa foi par ses oeuvres. Il est un bon chrétien parce qu'il respecte les lois et coutumes. Il peut de permettre de lever le nez sur ce pauvre publicain, ce pauvre mécréant. Le publicain est ce pauvre serviteur, prisonnier du système qui doit collecter les impôts pour un ennemi du peuple. Le publicain est ce pécheur de tout acabit, souvent victime d'un système oppresseur qui détruit les libertés. Ce pauvre homme reconnait sa situation de pécheur…
mardi, 11 octobre 2016 17:18

La prière.

29e dimanche ordinaire, Luc 18, 1-8 Ex 17, 8-13. "Un jour, des religieux venaient dénoncer à leur supérieur le comportement scandaleux d'un des leurs. Ce dernier parlait très, voire trop souvent avec une belle femme, mais parait-il de mauvaise vie. Le supérieur soucieux de ce religieux en perdition le convoqua et lui expliqua ce qui lui avait été rapporté. Père, répondit sereinement l'intéressé, n'est-il pas mieux de parler à une belle créature de Dieu en pensant à lui, que de le prier en pensant sans cesse à une belle créature?" C'est une légende qui nous rappelle combien il est facile d'être distrait dans la prière et aussi comment nos distractions peuvent être objet de prière. Derrière l'humour de ce père se cache une réalité, la prière est un don que je découvre au quotidien selon mon rythme. Il n'ya pas de bonne ou mauvaise forme de prière, chacun trouve dans  son expérience la forme qui lui convient. La prière est une grâce que l'on découvre et qui nous met en relation avec la présence divine en nous. La prière est un moment  de communion profonde dans mon jardin secret avec L'Amour infini en moi. La prière me met en communion…
mardi, 04 octobre 2016 16:45

Un coeur de Samaritain.

J'aivais été nommé curé d'une paroisse où vivait des personnes blessées dans leur intelligence, leur psychologie et leur coeur. Ces gens qu'on appelait "handicapés" me dérangeaient. Je n'étais pas habitué à cotoyer ces personnes. au fil du temps, ces gens m'ont évangélisé. Ces personnes sont au niveau du coeur, d'une relation; ils vont traverser la rue pour venir nous donner la main. Ils sont libres de toute convenance, ils sont au niveau du coeur. Il m'ont appris à me libérer de certainnes convenances. C'est un peu l'Évangile de notre dimanche. (Luc 17, 11-19). Jésus et les siens en route vers Jérusalem rencontrent dix lépreux, dix personnes exclues de la société, dix personnes qui dérangent. Jésus s'arrête et les guérit. Il leur dit "Allez vous montrer aux prêtres." Ce sont les prêtres qui confirment les guérisons. Cependant un seul revient dire merci, les autres remplissent leurs obligations. Le seul qui revient est un étranger, un samaritain, nous pensons que les autres étaient juifs. le juif était prisonnier de ses obligations, ses lois et n'avaient pas le temps pour la reconnaissance. Pour le juif le respect de la loi est plus important que la reconnaissance. Le samaritain avait tout balancé de ces…
mardi, 27 septembre 2016 13:39

Ravive le don gratuit de Dieu.

Saint Paul s'adresse à son disciple timothée: "Ravive le don gratuit de Dieu reçu au moment de l'imposition des mains." Ne laissons pas dormir nos dons. Il y a quelques années, nos avions donné à un prêtre un souvenir pour son 50e d'ordinaiton. Cet homme a conservé ce cadeau bien enroulé dans son armoire et au moment de son décès, nous l'avons trouvé encore tout neuf au fond de son armoire. Il en est souvent ainsi dans les dons spirituels. Au moment de la mort nous les retrouvons encore tout neufs au fond de l'armoire de la vie. Nous avons reçu un magnifique don, celui de la vie et la vie d'enfant de Dieu. Le baptême nous fait participer au sacerdoce du Christ avec se multiples cadeaux qu'on appelle les "charismes." Dans notre situation d'Église actuelle, cette invitation de Paul résonne avec acuité: Ravive en toi le don reçu du Seigneur. Et Paul ajoute: "N'aie pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur." Le Seigneur ressuscité a demandé aux siens d'être des témoins jusqu'aux confins de la terre. Il n'a pas demandé d'être des colporteurs de l'Évangile mais des témoins du ressuscité. Dans l'Évangile, les disciples demandent  au Seigneur d'augmenter…
mardi, 20 septembre 2016 13:40

Retour au coeur.

Le jour de notre mort, nous n'apportons avec nous que ce que nous aurons donné. Ce que nous aurons gardé restera pour les autres. Ce qui nous restera pour l'éternité sera la qualité de notre coeur. Tout l'enseignement de Jésus fut de nous apprendre à vivre les uns avec les autres dans l'harmonie et le respect. Jésus nous invite toujours à retrouver la qualité de notre coeur. Jésus nous parle aujourd'hui en parabole: Luc 16, 19-31. Une parabole est un message habillé. La parabole d'aujourd'hui nous renvoie à la qualité de notre ceur dans les relations avec les autres surtout les plus démunis, les plus vulnérables de la société. Devant la situation du riche et du pauvre Lazare, on peut se dire que rien n'est changé. Pourquoi tant de gens meurent de faim alors que d'autres nagent dans l'abondance? Le Seigneur nous dit: regardez la qualité de votre coeur. Le riche n'est pas nommé dans l'Évangile, il est chacun et chacune de nous. C'est à nous que le message est adressé. Le pauvre Lazare à mes côtés peut être un malade seul, un démuni ou victime d'une société sans coeur, un enfant mal aimé ... L'Évangile me dit: regarde d'abord…
lundi, 12 septembre 2016 17:16

Homélie du 18 septembre.

L'homélie de dimanche prochain 18 septembre, je l'ai déjà inscrite par erreur, il y a quelque temps, sous le titre: De quel bois tu te chauffes? Vous pouvez trouver le texte sur le site. Bonne semaine.
mardi, 06 septembre 2016 13:35

La joie des retrouvailles. Lc 15, 1-32

Luc nous présente aujourd'hui  quelques paraboles qui nous parlent d'une façons spéciale de nos relations avec le Seigneur. La Bible coiffe ces textes du mot "retrouvé", c'est la joie des retrouvailles. La brebis retrouvée est placée sur les épaules du pasteur pour le retour au bercail. La dame fait la fête lorsqu'elle retrouve sa drachme perdue. Le père met la maison en fête au retour de son enfant. Une des grandes leçons de ces paraboles est la joie du retour et la fête familiale. Ce qui compte pour le Seigneur n'est pas ce que nous avons fait mais ce que nous sommes réellement, ses enfants bien-aimés. La brebis partie faire son expérience de vie, le pasteur part à sa recherche et sans aucun reproche, il la place sur ses épaules. La dame balaie sa maison et fait le fâte. Le Seigneur m'invite à regarder mes propres attitudes. Est-ce que je suis prêt balayer ma maison pour retrouver ma vie spirituelle et qu'est-ce qu'il me faut balayer? Le père accueille son fls qui revient et met la maison en fête. Le fils est parti comme un simple employé, sans un mot de dialogue avec le père et avec son frère, et…
mardi, 30 août 2016 20:46

Bâtir sur le roc

Dans l'Évangile de ce jour, (Lc 14,25-33) l'évangéliste nous demande sur quel roc avons-nous bâti notre vie chrétienne. Une maison qui n'est pas bâti sur le roc risque de s'effondrer. Je propose seulement quelques pistes de réflexion sur certaines bases solides pour notre vie chrétienne et vie en Église. Une des permières bases solides est la Parole de Dieu. C'est un poteau du trépied de toute vie chrétienne. La Parole de Dieu écrite et surtout celle qui s'écrit chaque jour pasr des milliers de chrétiens. Depuis longtemps on parle d'évangélisation, on parle de l'importance de la Parole dans nos vies. Le chemin est long à parcourir afin de parvenir à faire une place importante à la Parole de Dieu. Il est devenu très facile de s'approcher de la Parole soit par internet, soit avec nos célébrations dominicales de la Parole, soit avec des groupes de partage de la Parole. C'est la Parole qui convoque, convertit, rassemble et met en état de célébrer. Un deuxième poteau que je propose est la prière. La prière qui est communion profonde avec Dieu. Il nous faut distinguer entre les prières qui sont dévotions et la prière qui est communion au Christ. Les prières sont…
Page 5 sur 9