homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 20 septembre 2016 13:40

Retour au coeur.

Le jour de notre mort, nous n'apportons avec nous que ce que nous aurons donné. Ce que nous aurons gardé restera pour les autres. Ce qui nous restera pour l'éternité sera la qualité de notre coeur. Tout l'enseignement de Jésus fut de nous apprendre à vivre les uns avec les autres dans l'harmonie et le respect. Jésus nous invite toujours à retrouver la qualité de notre coeur. Jésus nous parle aujourd'hui en parabole: Luc 16, 19-31. Une parabole est un message habillé. La parabole d'aujourd'hui nous renvoie à la qualité de notre ceur dans les relations avec les autres surtout les plus démunis, les plus vulnérables de la société. Devant la situation du riche et du pauvre Lazare, on peut se dire que rien n'est changé. Pourquoi tant de gens meurent de faim alors que d'autres nagent dans l'abondance? Le Seigneur nous dit: regardez la qualité de votre coeur. Le riche n'est pas nommé dans l'Évangile, il est chacun et chacune de nous. C'est à nous que le message est adressé. Le pauvre Lazare à mes côtés peut être un malade seul, un démuni ou victime d'une société sans coeur, un enfant mal aimé ... L'Évangile me dit: regarde d'abord…
lundi, 12 septembre 2016 17:16

Homélie du 18 septembre.

L'homélie de dimanche prochain 18 septembre, je l'ai déjà inscrite par erreur, il y a quelque temps, sous le titre: De quel bois tu te chauffes? Vous pouvez trouver le texte sur le site. Bonne semaine.
mardi, 06 septembre 2016 13:35

La joie des retrouvailles. Lc 15, 1-32

Luc nous présente aujourd'hui  quelques paraboles qui nous parlent d'une façons spéciale de nos relations avec le Seigneur. La Bible coiffe ces textes du mot "retrouvé", c'est la joie des retrouvailles. La brebis retrouvée est placée sur les épaules du pasteur pour le retour au bercail. La dame fait la fête lorsqu'elle retrouve sa drachme perdue. Le père met la maison en fête au retour de son enfant. Une des grandes leçons de ces paraboles est la joie du retour et la fête familiale. Ce qui compte pour le Seigneur n'est pas ce que nous avons fait mais ce que nous sommes réellement, ses enfants bien-aimés. La brebis partie faire son expérience de vie, le pasteur part à sa recherche et sans aucun reproche, il la place sur ses épaules. La dame balaie sa maison et fait le fâte. Le Seigneur m'invite à regarder mes propres attitudes. Est-ce que je suis prêt balayer ma maison pour retrouver ma vie spirituelle et qu'est-ce qu'il me faut balayer? Le père accueille son fls qui revient et met la maison en fête. Le fils est parti comme un simple employé, sans un mot de dialogue avec le père et avec son frère, et…
mardi, 30 août 2016 20:46

Bâtir sur le roc

Dans l'Évangile de ce jour, (Lc 14,25-33) l'évangéliste nous demande sur quel roc avons-nous bâti notre vie chrétienne. Une maison qui n'est pas bâti sur le roc risque de s'effondrer. Je propose seulement quelques pistes de réflexion sur certaines bases solides pour notre vie chrétienne et vie en Église. Une des permières bases solides est la Parole de Dieu. C'est un poteau du trépied de toute vie chrétienne. La Parole de Dieu écrite et surtout celle qui s'écrit chaque jour pasr des milliers de chrétiens. Depuis longtemps on parle d'évangélisation, on parle de l'importance de la Parole dans nos vies. Le chemin est long à parcourir afin de parvenir à faire une place importante à la Parole de Dieu. Il est devenu très facile de s'approcher de la Parole soit par internet, soit avec nos célébrations dominicales de la Parole, soit avec des groupes de partage de la Parole. C'est la Parole qui convoque, convertit, rassemble et met en état de célébrer. Un deuxième poteau que je propose est la prière. La prière qui est communion profonde avec Dieu. Il nous faut distinguer entre les prières qui sont dévotions et la prière qui est communion au Christ. Les prières sont…
mardi, 30 août 2016 15:34

De quel bois tu te chauffes?

Jésus nous refile une parabole qui questionne notre agir chrétien. Une parabole est un message habillé parfois dans une robe de satin, d'autres fois c'est une main de fer dans un gant de velours. A prime abord, dans notre parabole d'aujourd'hui, Lc 16,1-13, la perte la plus pénible est la perte de la réputation. Le gérant est déclaré malhonnête, donc il perd  sa réputation et le propriétaire est blessé dans sa confiance envers son gérant. Les relations sont menacées. Alors le gérant va jouer d'astuce pour se protéger. Il invente donc une ruse qui pourrait lui servir. Jésus va louer cette habileté du gérant à se tirer d'embarras. La situation se répète encore aujourd'hui. Certains sont habiles pour contourner les lois, profiter du système et même dans les procès les pertes de mémoire sont d'autres astuces pour se tirer d'embarras. L'habileté est toujours présente mais pas nécessairement au profit de la justice. Beaucoup également savent jouer sur les points faibles des personnes pour réussir. Pensons aux arnaqueurs chez les personnes âgées. Jésus dit: "Les fils de ce monde sont plus habiles que les fils de la lumière." La question devant laquelle je suis: Quelle est notre habileté, comme chrétiens et…
mardi, 23 août 2016 14:24

Jésus, sagesse du Père.

Notre liturgie de ce 22e dimanche nous présente un extrait du livre de Ben Sirac le Sage. 3, 17-29. C'est le livre d'un sage. L'Évangile nous présente Jésus avec une parole de sagesse, Lc 14, 7-14. Ce qui m'invite aujourd'hui à méditer la parole de Paul: Jésus, sagesse de Dieu. "Car le Christ n'a pas été envoyé baptiser, mais annoncer l'Évangile avec la sagesse du langage ..." Nous avons bien appris l'humilité  dans l'église car à la messe nous prenons toujours les premères places mais celles d'en arrière.Nous avons connu et connaissons encore les décorations et titres et les places d'honneur de nos prélats en Église, les soutanes rouges ou violets. C'est profondément humain.  Une des qualités de cette sagesse est l'humilité nous dit Ben Sirac. L'humilité est cette vertu du sage qui lui permet de prendre sa place, toute sa place mais seulement sa place. Le sage le fait parce que c'est sa place et non pas ostentation. Je prends telle décision ou pose tel geste pour le bien commun parce que c'est ma mission et non par désir du pouvoir. L'humilité n'est pas de se dire incapable, pas bon, rien qu'un pécheur, c'est de l'orgueil déguisé. Quand je…
mardi, 16 août 2016 13:40

Drôle de question.

Un quidam demande à Jésus combien de gens seront sauvés. Question étrange puisque Jésus est venu pour que nous ayons tous la vie et la vie en abondance. La question serait plutôt: Qui acceptera d'être sauvé? Qui ajustera sa vie sur le salut donné? Isaïe dit aujourd'hui:"Je viens rassembler les hommes de toute nation et de toute langue. Ils viendront et verront ma gloire." Dieu vient rassembler sans poser de question. Il offre gratuitement la salut. Il attend de nous simplement que nous ajustions notre vie sur ce salut donné. Cet accueil ne vient que du coeur et non des actes extérieurs accomplis."Nous avons mangé et bu en ta présence, tu as enseigné sur nos places".Le Seigneur répondra: Je ne vous connais pas. Ça rappelle le texte d'Isaïe; J'en ai assez de vos sacrifices, ce que je veux c'est votre coeur. Aujourd'hui les gens dirait à Jésus: Nous sommes allés à la messe tous les dimanches, avons payé notre dîme et avons fait des dons pour répaer notre église. Peut être que Jésus répondait toujours: Je ne vous connais pas. la relation à Dieu vient du coeur et les actions extérieures doivent être l'expression de cet amour intérieur. Dans nos…
mardi, 09 août 2016 16:32

Le cri du coeur de Jésus

"Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé." lc 12, 49. Voila le cri du coeur de Jésus. Ce cri, Jésus nous l'adresse à chacun et chaucne de nous. Jésus est venu allumer un feu sur la terre. Il est venu allumer le feu de l'Amour, de l'Esprit Saint, de la miséricorde, du respect des pauvres et des petits du royaume. Le feu de l'Esprit qui réchauffe le coeur des disciples sur la route d'Emmaüs. Comme il serait bon d'entendre cette expression au sortir de nos célébrations: Notre coeur n'était-il pas tout chaud pendant qu'on célébrait. Le feu réchaufe, rassemble, éclaire la route; alors Jésus est venu allumer ce feu qui rassemble les chrétiens dans l'amour, ce feu qui éclaire la route et réchauffe le coeur quand les difficultés semblent l'emporter. Notre monde grelote sous le frimas de nos rites, nos coutumes, nos obligations qui paralysent trop souvent. Les jeunes ont besoin de ce feu qui réchauffe la coeur et chasse le doute et la peur. Notre monde a besoin de ce feu qui ne dit pas quoi faire mais accompagne la vie. C'est la mission donnée par Jésus au soir…
vendredi, 05 août 2016 13:10

Qui sommes-nous?

"Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume ." Lc 12, 35-48. Le Seigneur nous a donné son royaume. Prenons conscience que le Règne de Dieu, la Vie en plénitude sont inscrite en nous en toute gratuité. Nous n'avons pas à vouloir le mériter ou l'acheter avec  des mérites, des prières. Il nous est donné. Le royaume de Dieu est une vie de communion avec Dieu et les uns avec les autres. Le Royaume de dieu est un peuple uni dans une alliance d'amour avec Dieu. Il nous est demandé simplement d'ajuster notre vie sur cette réalité en nous. Nous n'avons qu'à vivre lemieux possible en enfant bien-aimé du Père. Le ciment de cette vie d'alliance est la charité. "Vends ce que tu as et fais l'aumône." C'est à dire ne fais pas de tes biens un dieu, une fin, ils ne sont que des moyens. la charité n'est pas seulement le partage de biens avc les plus démunis. La charité est surtout l'accueil des autres tels qu'ils sont avec leur joie comme leurs défauts et leur peine. Le respect des personnes. La charité est l'amour exprimé. La charité comme le dit…
mardi, 26 juillet 2016 15:28

être ou paraitre.

Luc de la Rochelière dans son chant "La vie est si fragile" chante: "On n'atteint pas toujours le but qu'on s'était fixé autrefois. On est rarement ce que l'on croit, on est seulement ce que l'on est." On est pas toujours ce que l'on parait être, mais seulement ce que l'on est. C'est l'évangile de ce dimanche, Lc 12, 13-21. Le riche veut engranger ses biens pour s'assurer une bonne vieillesse sans penser au partage. Il parle toujours en "JE". Chez nous on dirait: Il tourne le miroir toujours de son côté. Et avant même qu'il ait terminé d'engranger, il devra faire face à ce qu'Il est et abandonné ce qu'il voudrait être. Nous avons tous des ambitions, des rêves légitimes mais qui ne sont pas l'essentiel de notre vie. Nous conservons uniquement ce que nous avons donné, ce que nous avons gardé pour nous appartiendra aux autres.  L'essentiel de notre vie est que nous sommes l'enfant bien-aimé de Dieu. Notre vie doit travailler à développer le mieux possible notre humain et d'enfant de Dieu. C'est tout ce qui nous restera après la mort. Tous les biens, les richesses sont donnés pour réaliser au mieux notre être humain et chrétien. Les richesses…
Page 10 sur 14