homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 25 avril 2017 15:36

Le long réchauffement à la Parole.

Dimanche dernier, de vieux chrétiens discutaient sur le perron de l'église. Ils se partageaient leur tristesse de voir leur église presque vide le dimanche Pâque. Les jeunes ne croient plus, les mariages ne tiennent plus, nos fabriques n'arrivent plus à payer les réparations des églises. Ça m'a rappelé l'Évangile d'aujourd'hui: Luc 24, 13-35.   Le soir de Pâque, deux disciples rentraient à la maison découragés parce que leur sauveur était mort crucifié. Ils partagent ensemble leur découragement et sur cette route, ils font une merveilleuse expérience.  Sur leur route, quelqu'un est venu partager leur découragement et lui donner un sens. Les deux disciples avaient tourné le dos à la mission donnée par le Christ deux jours avant. Alors en partant des Écritures, le visiteur leur fait découvrir le sens de l'événement passé à Jérusalem. Ce qui leur fera dire: "Notre coeur n'était-il pas tout chaud pendant qu'il nous parlait en chemin?" "Vivante est la Parole de Dieu et plus tranchante qu'une épée à deux fils." C'est la Parole qui a préparé le coeur des disciples à reconnaitre le Seigneur dans le partage et la communion à l'auberge. La Parole de Dieu partagée et vécue continue de préparer le coeur des…
mardi, 18 avril 2017 14:17

Une affaire de coeur Jn 20, 19-31.

Au temps de Pâque, nous parlons beaucoup de la foi au Christ ressuscité. Il me semble que les Évangiles nous parlent surtout d'une expérience du coeur. Les gens ont cru en la résurrection quand ils ont fait une expérience du ressuscité. Et Thomas aujourd'hui en est une preuve. C'était le soir après la mort de Jésus, les apôtres paniqués avaient verrouillées les portes de la salle à Jérusalem. Ils n'avaient rien compris de ce qui s'était passé et tremblaient de peur. Jésus passe dans leur vie et se fait reconnaitre. Ils ont besoin de signes, il leur montre ses plaies. Jésus ne condamne pas, ne vilipende pas comme nous l'aurions sans doute fait. Il leur dit simplement: "La paix soit avc vous." Jésus rejoint les siens là où ils sont pour les faire cheminer. Belle exemple d'approche pastorale. Comme il s'est abaissé à leur laver les pieds, il s'abaisse au niveau de leur questionnement. Il donne une grande laçon d'amour et déverrouille la porte de leur coeur. Nous sommes invités comme eux à découvrir derrière quelle porte close je me cache pour éviter la réalité. La relation au Christ n'est pas une relation de l'intelligence qui s'explique et se comprend,…
jeudi, 13 avril 2017 20:42

Un vendredi pas comme les autres.

Ce vendredi-là, Jésus nous a donné une grande leçon. Si nous regardons la passion de Jésus dans la démarche d'alliance scellée par le Christ, nous ne nous attarderons pas sur l'agneau immolé qui s'en va à l'abattoir. Ce vendredi Jésus nous a donné une grande leçon d'amour et de fidélité. Au jardin de l'Eden, les premiers habitants avaient douté de la gratuité et de la bonté de Dieu et ont voulu vérifier et se faire Dieu. Il fallait que quelqu'un vienne poser un acte radical de confinace et d'abandon à Dieu et ainsi briser la vision de Dieu donnée au Paradis terrestre. Ce vendredi, Jésus sait qu'il sera mis à mort. Il sera fidèle à sa mission, à son être de Fils du Père, il ne reculera pas devant la mort, il n'acceptera pas d'enveloppe brune ni de pot-de-vin pour s'assurer un bel avenir. Jésus restera fidèle  à son Père. Il acceptera la mort plutôt que de trahir sa mission. Si Jésus avait accepté  de dire comme les grands prêtres et les puissants, il n'aurait pas  été mis à mort. Il dira sur le crois: "Père, entre tes mains je remets mon esprit." Lc 23, 46. En s'abandonnant entre les…
mercredi, 12 avril 2017 15:50

Ce soir-là.

 Il est étonnant que ce jeudi saint où l'on parle de l'Eucharistie et de la fête des prêtress, l'Évangile nous invite à méditer le lavement des pieds par Jésus. Le lavement des pieds est le symbole du service humble et désintéressé. Est-ce que le Seigneur veut remettre les pendules à l'heure? Nous sommes d'abord des baptisés au service du sacerdoce baptismal. Notre sacerdoce n'est pas d'abord un plus dans la vie chrétienne mais une mission à vivre au milieu de l'Église peuple de Dieu. Nous sommes d'abord avec nos frères et soeurs chrétiens des chercheurs de Dieu. Nous avons à vivre et célébrer l'Eucharistie au cour de la vie de nos communautés.  Nous avons à faire découvrir un Christ ressuscité et vivant au coeur du monde. Mais souvenons-nous toujours que nous portons ce trésor dans des vases d'argile. Nous parlons souvent de la rareté des vocations, nous voulons des vocations, mais il est important de regarder quelle image nous projetons de la vocation sacerdotale. Ce jeudi devrait nous inviter à méditer profondément notre image de prêtre en fonction du lavement des pieds. Le Christ nous parle aujourd'hui non seulement dans l'Évangile, mais aussi et surtout par la bouche du peuple…
En ce matin de Pâques, premier jour de la semaine, une femme se rend au tombeau de Jésus pour être près de celui que son coeur aime. Mais, le tombeau est vide. Deux disciples viennent à son appel. Le premier pape entre, voit et semble rester stoïque; l'autre plus jeunes entre à son tour, voit et croit. Voila le tableau que l'évangéliste nous propose de méditer aujourd'hui. De grand matin, Marie cherche Jésus. Notons que Marie cherche celui que son coeur aime. Et moi? Elle le cherche  et l'aime parce qu'elle a fait l'expérience de sa présence avec elle, elle le connait par expérience. Sa recherche n'est pas motivée par une obligation extérieure, par une loi, mais sa recherche vient du dedans, du coeur. Au pied de la croix nous retrouvons Marie, la mère de Jésus et Jean le disciple bien-aimé. Au pied de la croix, il n'y avait place que pour l'amour; au tombeau, il n'y a place que pour l'amour.   On peut se demander qui était Marie de Magdala. Luc nous la présente comme celle que Jésus a libérée de sept démons. (Lc 8, 2). Magdala était un camp romain près du lac de Tibériade et Marie…
mardi, 04 avril 2017 13:57

Aller jusqu'au bout.

Aujourd'hui, Jésus entre dans ma Jérusalem pour me parler au coeur. (Mth 21, 1-11). En entrant à Jérusalem, Jésus sait que sa vie est en danger et qu'il va être mis à mort. Il entre quand même. Sa fidélité à sa mission est plus forte que la peur. Ce matin, Jésus vient m'apprendre la fidélité. Il vient m'apprendre à aller jsuqu'au bout de la mission. Jésus porte au coeur des valeurs, une mission et il ne cèdera pas même devant la mort. Jésus vient m'enseigner cette fidélité au quotidien. Autour de moi des hommes et des femmes vivent cette fidélité au quotidien. Je vois des mamans se pencher avec amour pendant des années sur des enfants malades, des gens se porter à la défense des pauvres et des petits. Dans la vie spirituelle comme vie en Église, il y a des passes difficiles mais Jésus nous apprend la fidélité jusqu'au bout. Jésus nous apprend aussi que sa mission s'inscrit au coeur de la vie. Il envoie ses disciples au coeur du village là où les gens luttent, travaillent, rient et pleurent, Sa mission est d'abord au coeur de la vie.  J'entends la Pape François parler de l'Église de sortie, en…
"Celui que tu aimes est malade," voila la parole  que nous devrions adresser à Jésus pour chaque personne malade:  Celui ou celle que tu aimes est malade. C'est exprimer le sentiment d'amour et de tendresse du Seigneur à l'endroit des personnes que la maldie a atteint. Découvrir cette présence compatissante du Seigneur auprès des gens brisés  par la maladie. Jésus arrive auprès de cette famille qu'il aime particulièrement et prit de compassion, il s'approche du tombeau. Jésus compatissant  avec chacun de nous s'approche de nos tombeaux pour nous en libérer. Il s'approche de nos misères, de nos doutes, de nos péchés pour nous rendre libres. Il dira avec émotion d'enlever la pierre qui ferme le tombeau. Souvent nous posons une pierre entre nous et les autres pour nous protéger, pour éviter d'être attaquer. Nous protégeons notre vulnérabilité. Jésus nous invite aujourd'hui à prendre conscience de toutes ces pierres posées entre nous et souvent avec lui: pierre des préjugés, des jugements, de nos peurs, de notre indifférence ou manque de foi. Ces pierres qui rendent les relations difficiles ou impossibles. Marthe a ce réflexe humain: Il sent déjà. Le tombeau de Lazare sent mauvais. Quel est l'odeur de mon tombeau? Quand…
mardi, 21 mars 2017 20:43

ouvrir les yeux

Une hymne magnifique de l'Église presbytérienne nous fait dire: "Seigneur, je te demande trois choses, te voir clairement, t'aimer profondément, te suivre plus fidèlement chaque jour." Le geste que Jésus pose aujourd'hui nous invite à ouvrir nos yeux à la présence et aux actions du christ en nous. Il ne s'agit pas seulement d'un miracle fait dans le passé, il est une  invitation à voir clairement l'action même de Jésus dans nos vies et dans le monde actuel. Notons bien la progression que fait l'homme de la connaissance de Jésus. Il commence pas dire: L'homme qu'on appelle Jésus m'a appliqué de la boue sur les yeux et je vois." Aux pharisiens il affirme; "C'est un porphète." Et au Christ qui l'interroge, il répond: "Je crois, Seigneur." Il commence par dire ce que pense les gens, pour terminer par un acte de foi. Voila la croissance du cheminement de foi que fait cet aveugle. Voila aussi le chemin que nous  sommes invités à prendre, connaitre Jésus par expérience et non seulement par des exposés théoriques. Dans cet épisode nous avons la rencontre de la vie et des théories religieuses. Les pharisiens et les disciples coincés dans leur idéologie religieuse diront simplement,…
mardi, 14 mars 2017 14:13

Dis-moi, de quoi as-tu soif?

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jn 4, 5-42, Jésus nous dit bellement ce qu'il est venu faire dans notre monde. En quittant Jérusalem, Jésus ne commence pas sa mission en allant visiter des riches ou des puissants, il passe par la Samarie et surtout il se permet de parler à une samaritaine. Il est un bien étrange prophète. Jésus traverse la Samarie, pays qui a renié les traditions religieuses juives et considéré comme des païens. Et qui plus est, il s'arrête au puits demander un service à une samaritaine. Les juifs qui se respectent ne parlent pas aux samaritains et encore moins à une femme. Jésus rencontre une femme blessée dans son coeur et son amour. Il sait que cette femme a soif d'aimer et d'être aimée. Il lui demande un service: Donne-moi à boire. Jésus est venu sur terre refaire la communion entre les humains. Remettre le monde  à l'endroit. Il s'assoit au coeur d'un peuple rejeté et avec une femme méprisée et bafouée pour refaire les liens. Jésus nous donne ici une grande laçon de vie. Les personnes sont plus importantes que leur agir, les personnes sont plus importantes que les lois  ou les coutumes. Il nous dit aussi comment…
mardi, 07 mars 2017 14:23

Enlève ton masque!

Enlève ton masque, serait un message que je dégage de l'Évangile d'aujourd'hui. Jésus sur la montagne avec ses disciples enlève le masque qui empêche de le voir tel qu'il est: Fils bien-aimé du Père dans toute sa gloire. Nous voyons souvent des vieux parents transformés à la naissance d'un petit fils ou fille. Ils sont rayonnants de joie et de bonheur. Le même phénomène se produit aussi chez des jeunes qui "tombent en amour." Ils sont transfigurés. Leur réalité profonde est rejoint par l'événement et cela jaillit en éclat de lumière. La transfiguration vient du dedans. Sur la montagne, Jésus est dans cet état de proximité avec le Père, dégagé de ses préoccupation, il laisse éclater sa joie intérieure; il se révèle tel qu'il est en dedans. Ceci nous dit que toute rencontre vraie avec le Seigneur nous transforme, nous transfigure. Les grands contemplatifs nous le révèlent bien. Jésus nous fait part de notre dimension de prière, contemplation qui nourrit notre vie chrétienne et fait éclater  en joie intérieure. Comme les disciples, nous aimons demeurer dans cet état de bonheur intérieur et pensons bâtir nos tentes. Mais le Seigneur nous ramène dans la plaine à la mission. La contemplation conduit…
Page 3 sur 9