homelie2

Homélies, réflexions et spiritualité

Homélies

mardi, 20 février 2018 15:14

Invités sur la montagne.

La liturgie nous lance une invitation excellente pour la santé: escalader la montagne avec Abraham et Jésus. Mais attention à notre coeur. Abraham est allé sur la montagne, Gn 22; et Jésus est aussi sur la montagne Mc 9, 2-10.  Que se passe-t-il sur ces montagnes? Sur la première, un père nous est révélé; sur la seconde, un Fils se révèle. Abraham venu de Chaldée vers Canaan était encvoyé pour être le père d'une descendance nombreuse. Il est le père d'un seul fils et voila que Dieu lui demande de la sacrifier. Et pourtant dans l'Ancien Testament Dieu défend les sacrifices humains. Alors Abraham va sur la montagne avec Isaac et prépare l'autel du sacrifice. Au moment de poser le geste, il change d'idée et sacrifie un bouc pris dans les orties. La montagne est le symbole de cet état intérieur de présence au Seigneur qui lui a permit de comprendre le message de Dieu. Après avoir ligoter Isaac, il tue un bouc symbole du père, symbole de l'autorité parentale qui ligote le fils et l'empêche de devenir le père d'une grande descesdance. Abraham au lieu d'immoler le fils, immole son image de père. Il se convertit à son vrai…
mardi, 13 février 2018 14:38

Un illustre inconnu Mc 1, 12-15.

Aujourd.hui, premier dimanche du carême, la liturgie nous présente un temps de réflexion sur notre   vie chrétienne. Un temps pour entrer dans notre sanctuaire personnel et y découvrir nos forces intérieures. Nous sommes des êtres en croissance toujours en découverte de la spiritualité. Nous sommes invités à retrouver le divin qui nous habite. Un temps pour entrer dans notre désert. Pour réaliser ce projet de carême, nous sommes comme Jésus poussé par l'Esprit. L'Esprit pour plusieurs est un illustre inconnu. Et pourtant c'est l'Esprit qui anime nos vies au quotidien. Nous sommes donc invités à découvrir cette puissance de vie qui nous habite. Ouvonrs les portes à l'Esprit de Dieu. Le carême réussi sera l'oeuvre de l'Esprit en nous. Nous disons souvent de quelqu'un, c'est vraiment le fils d'un tel ou la fille d'une telle, ils ont l'esprit de famille. On reconnait la famille dans la façon de vivre et de s'exprimer des personnes. Avoir l'esprit de famille, c'est penser comme eux, s'inspirer de leurs valeurs pour vivre, tout en menant sa vie à sa façon. Avoir l'Esprit de Dieu, c'est s'inspirer des valeurs du Christ pour nourrir notre vie, c'est se nourrir de sa Parole pour orienter notre vie.…
mardi, 06 février 2018 14:26

J'ai soif. Mc 1, 40-45.

Ce cri: j'ai soif a retentit un certain  vendredi  après-midi. Ce cri était sortit du coeur du lépreux de Galilée. Le lépreux était quelqu'un que l'on croyait contagieux et qu'il fallait isoler. Il vivait à l'écart et on le "soignait au bout de la fourche" comme on disait chez nous. Cet homme vient au pied de Jésus en vivant la puissance infernale du rejet. Il a soif de relations normales avec ses semblables, il a soif d'être aimé et accepté tel qu'il est avec ses beautés et ses faiblesses. Il souffre du regard négatif que l'on porte sur lui. J'ai soif d'amour vient-il crier à Jésus. Alors le Bon Pasteur s'arrête, l'accueille, l'écoute et surtout le touche. Jésus semble lui dire: Je t'accueille tel que tu es. Toucher un lépreux était défendu à cause de la contagion. Et la maladie aussi était vu comme une conséquence du péché. Jésus pose un geste d'amour et lui donne la force de guérir. Jésus le Bon Pasteur lit la détresse de cet homme et répond à son attente. Il l'accueille avec son amertume, son désespoir pour lui redonner goût à la vie, lui redonner sa dignité d'être humain et d'enfant de Dieu. Du…
mardi, 30 janvier 2018 15:03

Pastorale de la guérison. Mc 1, 29-39.

J'ai souvent rencontré des personnes qui se confessaient régulièrement et se plaignaient que rien ne changeait dans leur vie. C'est toujours à recommencer qu'ils me disaient. C'est simple, vous travaillez sur les conséquences et non sur la cause. Nous posons des actes répréhensibles, mais l'important est de se demander pourquoi j'agis ainsi. Si on veut guérir un mal, il est nécessaire d'en regarder la cause. Jésus nous enseigne la pastorale de la guérison. Une dame est paralysée ce qui l'empêche de tenir son rôle de maitresse de maison. Elle est paralysée par la peur, le stress, la colère, l'inquiétude, quelque soit le genre de fièvre qui l'arrête, elle ne peut tenir son service régulier pour ses invités. Jésus la prend par la main. Jésus la touche, lui manifeste de l'amour, de l'attention, il l'écoute. Elle se relève et va les servir. Nous sommes souvent dans la stuation de cette dame, nous avons des amis ou voisins dans la même situation; Jésus m'enseigne l'attitude pour la pastorale de la guérison. Sans doute que si nous regardons bien nos souvenirs, il nous est arrivé de pratiquer cette pastorale. Beaucoup de gens se pressent à la porte pour voir Jésus et se faire…
Dans l'Évangile de Jean, Jésus répond aux disciples qui lui demandent où il demeure: "Venez et vous verrez." Aujourd'hui en Marc, il nous invite à regarder où il demeure, à quel enseigne il se situe. Jésus est à Capharnaüm, -lieu encombré ou on ne s'y retoruve plus-  il entre à la synogogue et le jour du sabbat, il se permet une  guérison. Capharnaüm est un lieu tellement à l'envers que même le "diable" est dans la synogogue. Et guérir le jour du sabbat, c'est enfreindre sérieusement la loi. Jésus pose un geste libre et guérit le malade. L'homme est prisonnier de ses servitudes, il est habité par la confusion, alors Jésus pose un signe évident de la présence de Dieu et libère cet homme de son esclavage. Il lui redonne sa dignité et sa liberté d'enfant de Dieu. Dès le point de départ de sa mission, Jésus veut montrer que la personne est plus importante que la loi. La loi est au service de la vie et des personnes. C'est là où je demeure et là où je vous invite. L'esprit parle dans l'homme et confesse la réalité de Fils de Dieu de Jésus. Alors dans ma vie quel esprit…
mardi, 16 janvier 2018 14:53

Pêcheurs demandés. Mc 1, 14-20.

"Les temps sont accomplis, le royaume de Dieu est proche. Convertissez-vous et croyez à l'Évangile." Plus loin Jésus ajoute: "Venez à ma suite, je vous ferai pêcheurs d'hommes." Jésus appelle ses disciples au bord du lac. Il appelle pour une mission parce que le règne de Dieu est arrivé. Le système religieux du temps ne répond plus au besoin des gens et Jésus annonce le nouvelle alliance et il a besoin de pêcheurs d'hommes.. Jésus appelle pour une mission et une mission selon les besoins du temps et le projet du Père. Le système religieux mis en place met l'accent sur les lois, les pratiques, les comportements religieux. Ce système ne répond ni au projet de Dieu avec le monde ni aux besoins des gens. Alors Jésus appelle des pêcheurs d'hommes, non pas des grands prêtres ou des scribes, mais des rassembleurs, des faiseurs de relations et des bâtisseurs de communion. Jésus ne dit pas: venez, nous allons au temple où vous apprendrez à faire marcher un système. Il invite en haute mer là où les hommes et les femmes travaillent, luttent, peinent et espèrent. Le pêcheur s'il veut prendre des poissons ne restera pas dans sa maiosn attendre que…
mardi, 09 janvier 2018 15:36

Un geste du Bon Pasteur. Jn 1, 35-42.

Deux disciples de Jean Baptiste suivent Jésus. Celui-ci se retourne et leur demande: "Que cherchez-vous?". Quel beau geste| Le geste d'un Bon Pasteur. Jésus se retourne pour regarder les disciples et leur demander ce dont ils ont besoin. C'est le premier geste de pasteur que Jésus nous enseigne, prendre le temps de se retourner, de regarder et de s'intéresser aux personnes. Jésus dira un jour: Je suis venu pour servir et non pour être servi. C'est le geste que Jésus fait pour moi aujourd'hui: Il se retourne pour me demander de quoi j'ai faim ou soif. C'est le geste que Jésus nous invite tous à poser à l'égard des autres: prendre le temps de les écouter et de connaitre leurs besoins. Jésus me pose à moi aussi cette question: Que cherches-tu? Quel est ton besoin, ta soif de vivre? Que cherches-tu en venant à l'église ce matin? Jésus me donne l'attitude de l'évangélisateur. Le Pape François nous invite souvent à adopter cette même attitude: s'intéresser aux besoins des gens autour de nous au lieu de croire que nous connaissons ce dont ils ont besoin. Souvent nous offrons une nourriture spirituelle très belle, mais qui ne correspond pas aux besoins des…
mardi, 02 janvier 2018 17:14

Une visite qui dérange. Mth 2, 1-12.

Quelqu'un racontait un jour son chemin de conversion. Pris dans les filets de la drogue, rempli d'idées suicidaires, agressif contre tout le monde, sa vie était un chemin de malheur et de tristesse. Un jour une lumière s'est allumée en lui et il comprit qu'il pouvait faire mieux. Il écouta cette lumière en dedans et prit doucement un autre chemin, celui de la liberté, de l'amour, du respect de sa vie et de celle des autres. L'étoile des Mages s'était allumée en lui et il était reparti par un autre chemin. C'est un des messages de l'Évangile d'aujourd'hui. Prenons la route avec les Mages vers la crèche de bethléem. La lumière du Christ vient éclairer notre route pour nous inviter à cette rencontre. L'étoile est le symbole de cette lumière intérieure qui nous éclaire, symbole de cette présence de Dieu en nous qui chemine sur la même route que nous. "Je suis la lumière du monde, celui qui marche à ma suite ne marche pas dans les ténèbres mais a la lumière de la vie." L'étoile qui a guidé les Mages est toujours là en nous pour guider notre route. Pour Mathieu, Jésus est le second Moïse qui prêche sur…
mardi, 26 décembre 2017 17:07

Un Noyau de fécondité.

Après avoir fêté la naissance de Jésus, la litugie nous invite aujourd'hui à fêter la famille de Nazareth. En ce dimanche de la Sainte Famille, nous sommes appelés à contempler ce noyau fécond qu'est la famille. La fécondité de la famille n'est pas que charnelle; la famille est un noyau d'anour et l'amour est toujours fécond. C'est la fécondité du coeur, fécondité de l'esprit, fécondité de l'intellignece et aussi de la chair. La famille est d'abord un nid de fécondité. La famille vit aujourd'hui bien des bouleversements dans une société en transformations continue. Le modèle traditionnel de la famile est éclaté et d'autres modèlese sont en enfantement. Noua avons parfois de la difficulté à nous y retrouver. Ces changements nous invitent à un temps de discernement pour découvrir à travers les événements le signe de Dieu qui regarde l'avenir. On nous porpose la Sainte Famille comme modèle. Mais si on y regarde de près, certains se posent des questions. Marie fut enceinte avant son mariage et si Jésus avait été baptisé il y a plus de 50 ans, il aurait été enregistré comme né de parents inconnus. Joseph n'étaint pas son père a pris quand même la responsabilité paternelle. A…
vendredi, 22 décembre 2017 14:56

Ma crèche de Noël 2017.

Hier, je me suis amusé à regarder la photo de mon grand-père dans son berceau et je ne l'ai pas reconnu. Ce que je retiens de lui, c'est ce qu'il m'a transmis de valeurs, de témignage de vie. C'est la même chose pour Jésus. Alors pourqui Betlhéem, pourqui la crèche. Il s'agit d'un message et non de lieux, je crois. Betlhéem est la maison du pain et la crèche est le lieu où l'on dépose la nourriture des animaux. Ces symboles viennent nous faire comprendre dès le point de départ que Jésus est nourriture de vie pour le chrétien. Il nous apporte le pain de l'amour, de la paix, du pardon, de l'accueil, du respect des personnes etc. Jésus est dans nos vies comme une force et une nourriture pour réaliser le projet de vie du Père. Sa Parole, son témoignage de vie est une nourriture pour nous. Il est du bon pain pour que nous devenions du bon pain autour de nous. Le Jeudi Saint, il nous dit de nous nourrir de son témoignage de vie, de sa parole, de nous abreuver au vin de  la tendresse du Père. Dans ma crèche, cette année, j'ai le goût de déposer…
Page 3 sur 13