Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

vendredi, 19 avril 2019 18:17

Une célébration

Écrit par

Jeudi Saint, 19h.00, Les gens s'amènent pour la célébration du jeudi saint. Les uns se posent des questions, les autres restent muets, que se pase-t-il ici ce soir? Y a-t-il une noce? De grandes tables sont disposées en U revêtues d'une belle nappe blanche, une petite assiette et une coupe devant chaque place nous adresse un sourire. Les gens s'assemblent, échangent, fraternisent en attendant de voir ce qui va se passer. Y aura-t-il un curé? Soudain surgit un vieux prêtre au cheveux blancs que le poids des années senble écraser. Il s'installe à table et invite les gens à prendre place. Les animatrices et animateurs s'ocupent que chacun ait sa place et son assiette. Au centre une petite table avec des bouteilles de vin et un petit pain attend son tour d'entrer en action. Ce soir, Jésus veut manger sa Pâque avec nous. Alors le vieux prêtre commence:

Ce soir, avec l'équipe paroissiale, nous avons voulu essayer de célébrer ou de vivre le sens de ce que Jésus a fait ce soir-là et non célébrer un rite traditionnel. Après la lecture de L'Évangile nous regarderons ensemble quand dans nos vies et notre paroisse nous nous sommes lavé les pieds les uns les autres. Ensemble nous allons découvrir les lieux où Jésus nous a aidés à nous laver les pieds.  Quand avons-nous eu assez d'humilité pour nous asseoir au niveau de l'autre pour l'écouter et l'aider à avancer. Nous avons pris conscience ensemble que si aujourd'hui il y avait tant de violence, d'agressivité, c'est que nous restons à notre auteur de pouvoir et écrasons trop souvent les autres. Notre monde a besoin de ces pasteurs, hommes ou femmes, capables d'écouter et d'aider à guérir les plaies à l'exemple de Jésus. 

A la fin de la célébration, le prêtre a dit aux gens, maintenant que nous avons communié -et chacun avait communié à son petit pain et son vin-  nous sommes devenus des tabernacles vivants porteurs du Christ ressuscité. Au lieu de l'adorer ici dans le tabernacle. allons ensemble l'adorer d'abord dans notre vie personnelle, puis dans la vie des gens à la maison, dans la rue, partout où vous passerez. Soyons des adorateurs du Christ au coeur de notre monde. Comme nous le dit notre Pape François: Soyons des contemplatifs du ressuscité au coeur du monde. Et chacun est rentré chez soi le coeur rempli de cette présence amoureuse de Jésus christ. La parole que nous avons entendu au départ: "J'ai adoré cette célébration. le vieux prêtre est reparti chez lui le coeur léger, les années lui semblaient moins pesantes, c'est bon célébrer .....

 

jeudi, 18 avril 2019 18:08

Réfléchissons.

Écrit par

Ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester mais comprendre. Spinoza. Et plus loin il ajoute: Il est aussi vain de haïr les causes d'un tremblement de terre que de haïr un criminel. Les conséquences sont terribles, mais ce sont des conséquences. Nous sommes invités à aller aux causes et ne pas rester aux conséquences. L'important est la personne derrière l'agir.  

 

mardi, 16 avril 2019 18:06

Notre-Dame du sacerdoce.

Écrit par

Notre-Dame du sacerdoce, toi, la Mère du Grand Prêtre, prie pour le puple chrétien et ses pasteurs.

Tu as accueilli à Bethléem le Grand Prêtre de l'Alliance, il est venu dans la pauvreté et la joie. O Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand vent d'incarnation.

Tu lui as parlé à Cana, au Grand «prêtre de l'Alliance intercédant pour les pauvres de la noce. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un vent de célébration.

Tu as écouté sur les chemins, le Grand Prêtre de l'Alliance proclamant à ses frères le coeur du Père. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand feu de la Parole.

Tu étais debout à la croix avec le Grand Prêtre de l'alliance, dans l'offrande tu es là à chaque messe. Ô Marie, souffle sur le peuple chrétien et ses pasteurs un grand vent d'adoration.

 

dimanche, 14 avril 2019 18:44

Prions un petit peu.

Écrit par

Seigneur, envoie-nous des fous qui s'engagent à fond. Qui aiment autrement qu«,en parole et qui se donnent pour de vrai jusqu'au bout.

Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés, capables de sauter dans l'insécurité: L'inconnu toujours plus béant que la pauvreté.

Il nous faut des fous du présent, épris de vie simple, aimant la paix, purs de compromission, décidés à ne jamais trahir, méprisant leur propre vie. Capables d'accepter n'importe qu'elle tâche, de partir n'importe ou, à la fois libres et obéissants, spontanés et tenaces, doux et forts.

Seigneur, envoie-nous des fous. Ls-Joseph Lebret, o.p.

 

dimanche, 14 avril 2019 18:31

La vie.

Écrit par

La vie toute entière est un lent processus d'enfantement à soi-même. La mort en est le couronnement qui permet cette duexième naissance appelée résurrection. Denise Badeau.

L'au-delà dont nous parlons est un au-dedans, il n'est pas après, il n'estpas derrière les nuages ou au-delà des étoiles, il est ici, maintenant." Maurice Zundel.

Il me semble impensable que la vie, une fois commencée, se termine bêtement par une triste dissolution dans la matière et que l'âme, comme une splendeur éphémère, sombre dans le néant. Doris Lussier. 

 

 

lundi, 08 avril 2019 14:54

En jasant.

Écrit par

Le deuxième texte de la création place la création  de l'homme d'abord et la femme en deuxième et tirée de l'homme. Quand on parle de la chute au paradis terrestre, c'est la femme qui mange du fruit et en donne à Adam. Pourquoi ce n'aurait pas été l'inverse?  En lisant ces textes à la lumière des études féminismes, je me rappelais des conversations entendues dnas mon jeune âge concernant les filles et même des mises en garde de certains professeurs au collège classique.. Si une fille était enceinte, c'était toujours de sa faute. Nous sommes dans une Église  de style patriarchal et de célibataires et nous sommes devenus étrangers à la vie des familles. Est-ce que le Seigneur ne nous invite pas à faire une démarche de conversion? C'est, pour moi, la joie des découvertes, d'une lecture plus rafraichissante de la parole de Dieu, puissé-je vivre encore longtemps.

 

dimanche, 31 mars 2019 15:13

Réjouissons-nous...

Écrit par

Le père de l'Évangile nous invite à nous réjouir parce que fils est revenu en santé. Réjouissons-nous parce que des frères et soeurs dans la foi posent au quotidien des gestes de bonté, de soutien, de réconfort et d'aide sous bien des formes à l'égard des autres. Réjouissons-nous et bénissons cette Église qui chaque jour sur le terrain rend présent l'Évangile de la miséricorde et de l'amour. Réjouissons-nous et festoyons avec cette Église de la route et de la vie. Comme dit l'annonce de la TÉLÉ: Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

r

mardi, 19 mars 2019 17:22

Pensée de Martin.

Écrit par

Dieu a les deux bras étendus. L'un est assez fort pour nous entourer de justice, l'autre est assez doux pour nous entourer de Grâce. Martin Luther king.

 

dimanche, 17 mars 2019 21:26

Soumission.

Écrit par

"vous tous qui craignez le Christ soumettez-vous les uns aux autres; femmes soyez soumises à vos maris comme au Seigneur."  Ces textes de soumission dans les épitres de Paul ont fait couler beaucoup d'encre et fait lever se l'agressivité. Il faut se dire que ces textes reflètent la mentalité misogyne du temps d'une part et d'autre part, cet épitre n'a pas été écrtie par Paul. Qu'en est-il de cette fameuse soumission? Soyez soumis les uns aux autres et pourtant Dieu nous a voulus libres. Les exégètes font de savantes distinctions sur le sujet.

Un bibliste P.A.C. risque une définition: "Vouloir librement créer les conditions qui rendent la communion possible en vue d'une oeuvre commune." Être soumis sera donc être en communion les uns avec les autres pour réaliser notre mission dans des projets communs soit dans les familles, les communautés chrétiennes, l'Église, la société. Qui pourrait être contre cela? Il s'agit pour nous en Église de créer des conditions de vie qui permettent la communion de vie, de travail dans le plan de la création. Encore quelques siècles et nous pourrons peut être avoir un texte plus conforme à la réalité d'aujourd'hui. Prions le Seigneur.

 

samedi, 16 mars 2019 14:29

Méditons.

Écrit par

"Plus que la faim, la soif, la souffrance, le désespoir de la défaites, le pire de tout, c'est de sentir que personne en ce monde ne s'ntéresse à nous." Paul Coelho.

 

Un peuvre me disait un jour: la pire souffrance d'être pauvre, c'est que personne n'a besoin de nous.

 

Page 7 sur 21