Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

mercredi, 15 juillet 2020 14:34

Un brasier.

Écrit par

L'ami Isaïe nous dit ce matin: Au lieu du pouvoir s'alllumera un brasier, ce brasier sera celui de l'amour. Ce brasier, Jésus est venu l'allumer et il brûle encore dans les coeurs. Des témoins le vivent et nous en donnent l'exemple autour de nojus. Le temps de confinement a fait surgir du coeur de notre monde la froce et la chaleur de ce brasier en faveur des malades et des mal gommés de la société. Une des caractéristiques d'une communauté vivante est la force de la charité sur le terrain. La charité est le poumon de la communauté. Nous devrions appendre la reconnaissance envers ces personnes. Nous mettns beaucoup l'accet sur les célébrations à l'église. Ces célébrations sont le résultat de notre agir chrétiens. Elles ne sont pas une obligation mais une poussée d'amour qui nait de notre agir au quotidien. Ce temps de confinement devrait nous permettre de réapprendre le sens profond de notre vie communataire. Ce temps devrait nous réapprnedre à prier en famille dans un geste d'amour et de reconnaissance. Il ne s'Agit pas de faire des rites ou de répéter le Prions en Église, mais d'inventer ses propres façons de prier dans la communion autour de la table familiale. Notre foi et notre amour doivent être assez fortes pour bâtir leur propre chemin.  Découvrir le brasier qui brûle en nous et l'exprimer dans la prière selon la chaleur du brasier. Bonne créativité.

 

lundi, 13 juillet 2020 14:31

Écoutons l'ami Isaïe.

Écrit par

Dans la foulée de ce qu eje vines d'écrire sur l'évangélisation, le prophète Isaïe nous invite à réfléchir sur le sens de nos actes religieux. Vos sacrifices, je n'en veux plua, Si nou slisons le texte, Is 1, 10-17, il me semlbve que l eprophète nous dit aunom du Seigneur: votre vie n'est pas ajsutée sur votre être chrétien et d'enfant de Dieu. Vous rendez un culte extérieur, mais votre coeur n'est pas là parce que votre nation commet des crimes et des malhonnêtetés.  L'important est que votre vie soit ajuster sur votre d'enfant de Dieu, je ne veux pas de sacrifices ou de prières des lèvres, je veux votre oceur dit le Seigneur. Quand nous regardons tout ce qui se vit au quotidien chez nous, nous pouvons nous dire: nous avons célébrer beaucoup de messes, fait de multitudes de prières et pourtant ... Est-ce que les bottines ont suivit les babines?  Notre critères n'est pas simplement le nombre de personnes dans l'églises, mais davantage la force du témoignage chrétien sur le  terrain au quotidien. Il ne faut pas minimiser l'importance de l'Eucharistie dans notre vie chrétienne, mais nous devons en redécouvrir la valeur et le sens profond que nous avons perdus au profit du rite. Là aussi, il y a un chemin d'évangélisation. 

 

dimanche, 12 juillet 2020 14:20

Douleurs d'enfantement.

Écrit par

"La création toute entière gémit, elle passe par les douleurs de l'emfantement." Rom. 8, 13-23. La terre veut enfanter des enfants de Dieu, des disciples du Christ, des envoyés révéler l'amour, la paix, la tendresse, la communion et le respect des autres dans les différences et nous voulons des pratiquants. Depuis 2000 ans, ces douleurs se font sentir Aujourd'hui encore notre monde a besoin de retrouver ses valeus spirituelles, redécouvrir sa réalité d'enfant de Dieu. Le temps de confinement où nous sommes privés des rites extérieurs pourraient nous faire découvrir ces valeurs profondes de notre être chrétien. Notre monde veut enfanter des enfants de Dieu, des disciples de Jésus Christ. Soyons de sages femmes qui laissent naitre des enfants du Père. Pour cela, il nous faut retrouver l'Église de Jésus Christ et sa mission.  Les drames que nous vivons dans notre société, ne serait-ce pas ces douleurs de l'enfantement d'un monde plus juste, plus respecteux, plus aimant? Prenons le temps d'entrer en nous-même pour bien cerner la question. J'y reviens souvent parce que pour moi cette question est essentielle et elle n'est pas encore passée dans les coutumes. 

 

samedi, 11 juillet 2020 14:23

Qui enverrai-je?

Écrit par

Qui enverra-ije? Et j'ai répondu: Me voici: envoie-moi! Is. 6,8. C'est le cri que nous pourirons entendre encore aujourd'hui devant la situation des communautés chrétiennes: Qui enverrai-je? C'est la question que nous nous sommes posés un jour devant une situation difficile dasn des paroisses: Qui enverrons-nous pour rassembler ces gens et refaire les liens de confiance? Dans des sirtuations de conflits, c'est toujours la question que l'on se pose. Dans la situaiton de la vie chrétienne aujourd'hui, c'est aussi la question dans nos communautés chrétiennes: Qui enverrons-nous sur le terrain rassembler dans l'amour et l'unité, qui enverrons-nous évangéliser? Dans chaque communauté, le Seigneur  dépose des femmes et des hommes capables de remplir cette mission. Dansd chaque communauté l'Esprit fait naitre des pasteurs pour animer la vie chrétienne. Le problème est de les détecter, de les accompagner parce qu'ils ne sont pas toujours à notre taille et ne répondent pas toujours `à nos critères d'évaluation. J'ai fait cette expérience souvent dans ma présence en paroisse. Ceci nous rappelle le choix de David, le peitit garçon qui gardait le troupeau et que le propète envoie chercher pour le oindre comme pasteur du peuple. Il n'avait pas fait son Grand Séminaire le pauvre. L e plus important n'est pas ce que nous avons entre les deux oreilles, mais en bas des deux épaules. C'est la qualité du coeur. Bonne journée à vous.

vendredi, 10 juillet 2020 13:25

Osez.

Écrit par

Par la bouche d'Osée, le Seigneur nous dit: Je les guérirai de leur indifélité, je les aimerai d'un amour gratuit.  Sr Catherine Aubin a écrit un magnifique livre: "Sept maladies spirituelles" où elle met l'acent moins sur le péché à corriger que sur une maladie qu'il faut guérir. C'est ce que le Seigneur nous dit aujourd'hui par la bouche d'Osée. Jésus est venu guérir nos blessures et nous établir dans une relation d'amour et de confiance avec Lui.  Nous mettons l'accent beaucoup sur le péché et oublions que l'homme est souvent un être blessé que nous devons aider à guérir. Nous avons de la difficuté à accepter l'amour gratuit de Dieu, il nous faut toujours le gagner par des bonnes actions, des sacrifices, nous devons le mériter alors que Jésus nous dit qu'il nous l'a donné. À la suite du prophète Osée, OSONS vivre l'Amour gratuit de Dieu et laissons-nous guérir de nos blessures intérieures. Magnifique journée à vous.

jeudi, 09 juillet 2020 13:59

Osée 11, 1-9.

Écrit par

Notre bon ami Monsieur Osée continue ce matin de nous interpeller. Le Seigneur met dans sa bouche une parole de foi et d'espérance. Parlant au peuple, le Seigneur dit: "C'est moi qui leur apprenais à marcher, en les souteant de mes bras, il n'a pas compris. Je les traitais comme un nourrisson qu'on soulève contre sa joue. (...) Je suis Dieu et non pas homme et je ne viens pas pour exterminer." En lisant ce texte, je pensais à notre vie en Église où nous ne savons plus où nous allons. Ne serait-ce pas la main de Dieu qui nous guide sur un autre chemin? le peuple  a l'époque des prophètes vivaient une situation difficile, l'avenir semblait boqué, mais le Seigneur guidait son peuple. Il guide encore aujourd'hui le peuple chrétien sur son propre chemin avons-nous assez de foi pour mettre nos pas dans ceux de Dieu pour avancer avec confiance.  Le Seigneur ne vient pas exterminer,  ne vient pas abolir la loi mais la conduire à sa perfection. Il vient transformer pour nous conduire à l'essentiel. Magnifique journée à vous. 

 

mercredi, 08 juillet 2020 15:00

Osée: 10, 1-12.

Écrit par

Le peuple crie au prophète Osée qu'ils n'ont plus de roi, le peuple est déemparé. Aujourd'hui nous disons: Nous n'avons plus de monde dans nos églises, nous n'avons plus de prêtres québécois, nos fabriques n'ont plus d'argent, etc ..Toute la litanie de ce que nous avons perdu comme si hier était la seule façon de vivre en Église. Le Seigneur dit par la bouche du prophèrte: Défricchez vos terres, faites des semailles. L'heure n'est pas aux lamentations, mais au défrichement. "Le Seigneur renversera ses autels, les stèles, il les détruira." Le Seigneur viendra répandre une pluie de justice. Après la pandémie, les gens reviennent à l.'essentiel, beaucoup reviennent à la campagne retrouver le calme. Dans notre vie spirituelle, le Seigneur nous invite à revenir en bas, à la terre de nos valeurs intérieures, Le Seigneur nous invite à défricher cette terre pour en recueillir les fruits de charité d'amour, de paix, de respect des personnes.   Le Royaume de Dieu est en nous, l'Église est en nous, ne cherchons pas à l'extérieur et ne comptons pas sur les autrres, défrichons nos terres, faisons les semailles et les fruits viendront. 

 

mardi, 07 juillet 2020 13:36

Assis sur une branche.

Écrit par

Un oiseau assis sur un arbre n'a jamais peur que la branche casse parce que sa confiance n'est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes. auteur anonyme. Assis dans l'arbre de ma foi est-ce que devant tout ce qui se vit en Église: les églises vides, les jeunes ne sont pas là avec nous, les gens nous disent ne plus croire,  est-ce que j'ai peur que la branche casse et que je me retoruve dans le vide? Est-ce que ma foi en l'Église et en l'Esprit du Seigneur en nous est assez forte pour me redonner confiance? Est-ce que je mets ma confiance en ma façon de faire ou de croire  ou en la puissance de l'Esprit qui m'habite et m'invite sur d'autres chemins? Laissons-nous interroger par la nature.

 

lundi, 06 juillet 2020 14:14

Intimidation?

Écrit par

L'Évangile de ce matin, me parle d'intimidation. Mth 19, 18-26. Une jeune fille est morte sous le poids d'un amour paternel étouffant. Combien de jeunes sont morts dans leur coeur, dans leur rêve, dans leur confiance en la vie, étouffés par un amour paternel mal compris. Nous avons connus des enfants qui ont claqué la porte de la maison pour respirer un peu d'air frais.  Jésus vient libérer cette fille et lui redonner sa dignité de femme. Une femme en perte de sang, événement normal mais que les hommes du temps méprisent, cette femme se sent brisée dans sa vie de femme enfermée dans une structure mortifère. Jésus la libère et lui redonne sa dignité de femme. Jésus met sous nos yeux le sort que nous réservons encore aujourd'hui aux jeunes filles objets de trafic et de la violence faite aux femme encore en 2020. Jésus nous demande  de nous réveiller de notre sommeil comme dit Paul. Jésus ne nous dit pas de guérir des femmes malades, les médecins sont là pour cela; il nous demande de guérir nos menralités. Il nous demande de libérer les femmes du joug patriarcal, de cesser de considérer les enfants et les femmes comme des objets, propriété de l'homme. Comme Église, comme chrétiens, nous devons être sur la ligne de front pour redonner à la femme sa dignité et sa place dans la société et dans l'Église. Nous devons aussi saluer avec amour la lutte entreprise par les femmes pour obtenir un statut digne d'un être humain à l'égal de l'homme..  Nous pouvons espérer que notre Église fasse ressortir le ministère spécifique de la femme, complémentaire à celui de l'homme et aussi important et nécessaire à l'Église que le mien. L'Évangile de Mathieu ce matin doit nous questionner  à ce niveau. 

 

dimanche, 05 juillet 2020 14:04

Temple de l'Esprit.

Écrit par

Vous n'êtes pas sous l'emprise de la chair puisque l'Esprit du Seigneur habite en vous,    nous dit Saint Paul dans sa lettre aux Romains. Les membres de l'Église sont temple de l'Esprit Saint et membres du Corps du Christ. Sommes-nous assez conscient de cette grande réalité que l'Esprit du Seigneur habite en nous. Nous sommes le temple de Dieu Nous sommes tatoués de l'Esprit même de Dieu.. C'est l'enseignement de Jésus et celui de Paul. Nous sommes enclins à nous considérer comme de gros pécheurs, nous sommes davantage des être en croissance, des êtres en découverte de ce qu'ils sont qui n'ont pas encore appris l'émerveillement. Le temps de confinement a fait éclater sous nos yeux ces merveilles de l'Esprit dans le travail des gens auprès des personnes malades ou en détresse. L'Esprit était à l'oeuvre dans l'Église luttant sur le terrain pour le meiux être des personnes dans tous leurs besoins. L'Église était sortie du temple pour devenir messagère de charité, d'entraide, de bonté, de défense des petits et des mal gommés. Nous sommes le temple de l'Esprit du Seigneur, c'est là qu'il veut être adoré.

 

Page 3 sur 31