Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

jeudi, 05 mars 2020 14:59

Une pierre ou un serppent.

Écrit par

Mathieu, ce matin, nous dit qu'un père ne donnerait pas une pierre à l'enfant qui demande du pain, ou un serpent à qui demande du poisson. Ce texte m'a  fortemant questionné. On parlait aux nouvelles de la situation dans les écoles où les professeurs sont à bout de nerf devant les réactions des élèves et les situations tendues et presqu'impossible qui y sont vécues. Les barrages ferrovières sont encore là aujourd'hui et les autorités sont frileuses devant les solutions du problème. Des messages me faisaient état des situations de détresse de populations entières devant la tyranie des gens du pouvoir. Notre monde a un mal de vivre inquiétant. Et je me disais: Est-ce que durant plusieurs années, nous n'avons pas donné une pierre à qui demandait du pain? La pierre du pouvoir qui dresse au lieu d'éduquer, la pierre des comportements qui a remplacé la personne et son vécu? La pierre de l'argent et du besoin de posséder qui a remplacé les relations familiales? Le venin du serpent qui se défend contre tout ce qui bouge au lieu de la douceur de l'amour, de l'accueil, de l'éducation? Nous pourrions étirer la liste.

Un garçon disait un jour à sa mère: Maman, on élève des poules et on éduque des enfants. Je me pose la question si nous n'avons pas oublié d'éduquer et nous avons dresser, maintenant nous sommes un peuple à la "nuque raide." Je n'ai pas la compétence pour faire une analyse de la situation, je ne veux réagir qu'à partir de mes questions sur les événements d'aujourd'hui. Ne sommes-nous pas aujourd'hui victime d'une situation où la vie est prisonnière d'un système et où les gens se débattent pour survivre? Ce qui se passe dans les écoles, ce qui se passe sur la voie ferrée et ailleurs dans le monde, c'est le cri d'hommes, de femmes et d'enfants qui veulent respirer un air respirable pour leur poumon et qui n'ont plus d'autres alternatives que de se battre. Si nous semons des oignons, nous ne récolterons pas des fraises. Alors revenons à notre poisson et notre pain ... Nos frères et soeurs comme nous ont soif d'amour, de respect, de liberté et d'être reconnu pour ce qu'ils sont, des êtres humains et non des machines. Ne serait-ce pas la route de l'évangélisation? 

mercredi, 04 mars 2020 15:04

Ce qui est important ...

Écrit par

Ce qu'il y a de plus grand en l'homme, c'est l'image de Dieu et non le péché, c'est la vie et non la mort. (Catherine Aubin). L'être humain est un être vivant rempli du souffle divin. Comme il n'est pas Dieu, il est un être en croissance. Il manque son coup de temps à autre et doit se reprendre. Je suis capable de me reprendre, d'améliorer mon agir parce que l'Esprit divin est en moi. Il est donc important que je travaille sur la cause de mon agir. Il est important que je sois en présence de ce que je suis: Un être rempli de l'Esprit divin et qui agit positivement en fonction de son être profond. Et Dieu me dit: "Tu as manqué ton coup, reprends-toi." Je ne suis pas un être pris en otage entre deux machoires d'un étau: Dieu d'un côté et Satan de l'autre. Je suis uniquement attiré par Dieu dans un grand amour et comme être créé, il m'est parfois difficile de faire le bon choix; à cause de mes blessures ou de mon éducation je fais aussi de mauvais choix. Alors je fais un bon "scanner" de mon agir et je pose le remède nécessaire.

Dans ma vie chrétienne, deux sciences doivent toujours se cotoyer pour établir un bon équilibre: la psychologie et la spiritualité. Aujourd'hui nous mettons un bon accent sur la psychologie, mais je crois que la spiritualité est encore trop faible et nous la remplaçons trop souvent par la religion. La psychologie me renvoie à moi-même avec mes forces, mes qualités et mes faiblesses, mes difficultés. La spiritualité me renvoie à mon être profond comme être spirituel, à mes valeurs qui m'animent et me font vivre. La spiritualité nomme ce que la psychologie me faire découvrir. Les deux sciences me relèvent, me redressent et me font avancer. Dans mon éducation on a mis l'accent plus sur l'agir et pas assez sur la personne de sorte que nous sommes restés prisonniers de nous-mêmes et c'est de cela que Jésus est venu nous sauver.  Regardons le coquelicot, il se tourne vers la lumière, garde sa tige bien droite et fleurit. Comme lui retournons-nous vers la lumière divine, redressons-nous et gardons le corps bien droit, optimiste, positif, et nous fleuriront. Voila où je m'en vais ce matin.

dimanche, 01 mars 2020 15:04

C'est beau.

Écrit par

Dans le dernier rnuméro de notre bulletin diocésain, l'Église de Gaspé, on raconte le vécu d'un dimanche de la Parole dans un secteur de notre diocèse. J'ai lu ce texte avec beaucoup d'intérêt et de joie. Je me suis rappelé qu'il y a 40 ans à Ste-Anne des Monts, nous avions vécu plusieurs journée de ce genre autour de la Parole de Dieu. Évidemment nous n'avions pas Odette Mainville à l'époque pour éclairer notre route. Nous avions cinq groupes de partage biblique à l'époque. La Parole de Dieu écrite comme celle qui s'écrit encore chaque jour a toujours été pour moi et pour les équipes paroissiales avec qui je travaillais un élément essentiel du vécu chrétien. Je me souviens aussi des beaux moments de partage de la Parole vécu dans des parroisses de la Baie des Chaleurs où j'ai travaillé.   Tout cela est tombé dans l'oubli pour un certain nombre d'années, mais l'Esprit continue de souffler. Il serait intéressant de prendre conscience comment la parole de Dieu se vit et s'écrit aujourd'hui dans nos communautés paroissiales. C'est à cela que je m'amuse aujourd'hui.  L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole inscrite au fond de son coeur parce que la loi de Dieu n'est plus inscrite sur des tables de pierres, mais dans des coeurs de chair. Ainsi la Parole ne descends pas en nous, mais elle monte de nous comme un souffle de vie. Mais n'oublions jamais que la parole a une odeur: soit de l'oignon ou de la rose. Elle a une odeur qui attire ou repousse. Elle a l'odeur de l'amour qui fait grandir ou du pouvoir qui écrase. C'est un bravo que j'exprime aujourd'hui et un chant d'action de grâce que je laisse monter ......

jeudi, 27 février 2020 16:00

Juste colère.

Écrit par

Martin Forgues: Une juste colère, Gil courtemanche, un journaliste indigné. Ed. Somme toute. J'aurais eu le goût d'intitulé ce livre Sainte Colère. C'est l'histoire d'un journaliste qui s'est indigné devant l'injustice, les abus de pouvoir, tous ces mouvements de magouille qui brisent l'homme, qui détruisent l'humanité. Ça ressemble a la colère de Jésus Christ et cette colère est sainte. Albert Londres écrivait: "Notre métier n'est pas de faire plaisir aux gens ou de faire mal, il s'agit de porter la plume dans la plaie." Il considérait le journalisme comme un puissant instrument de justice." Nous le voyons encore aujourd'hui. Là aussi il faut arrêter de juger seulement de l'extérieur ou de ce qui nous plait. Bonen lecture.

jeudi, 27 février 2020 15:20

Merci.

Écrit par

Les lectures de notre premier dimanche du carême nous invitent à découvrir que nous avons en nous les forces nécessaires pour bien vivre notre vie. Hier soir, en écoutant une émission de télé, une petite fille NIA esr venue nous le faire découvrir et ce matin, ma prière en fut une d'action de grâce.

La petite a subie un AVC  dès avant sa naissance de sorte qu'elle est née avec un sérieux handicap qui devait l'empêcher de parler et de marcher selon les médecins.   Sa mère adoptive cessa de travailler pour s'occuper de l'enfant. Ensemble, elles ont mis de l'énergie, elles ont cru en la capacité de l'enfant de devenir autonome, de sorte qu'aujourd'hui elle parle, marche, va à l'école, chante et participe à des concours de chant. Comme elle a subi de l'intimidation à l'école a cause d'un petit handicap, elle donne des conférences contre l'intimidation. Je croyais entendre Jésus dire au paralytique: Lève-toi, prends ta vie en main et va. Ce matin ce fut l'objet de ma prière et de ma méditation.

Je suis certain que cet événement, un fois l'émission terminée, tombera dans l'oubli. Et pourtant nous avons là à mes yeux une belle leçon d'Évangile. Nous avons là un témoignage de foi, foi en l'être humain qui est foi en Dieu parce que les deux sont inséparables. Jésus a dit aux siens: "Allez en Galilée, c'est là que vous me verrez." Le mère de NIA était en Galilée avec le Christ. N'avons-nous pas trop enfermé Jésus Christ au tabernacle pour adorer et pendant ce temps, les chrétiens sur le terriain vivent avec Lui souvent sans le savoir. Ce serait peut être des pistes de réflexion en vue du tournant missionnaire. 

 Nous sommes tellement habitués à juger les gens de l'extérieur comme au Paradis terrestre et à oublier la leçon de l'Évangile. La langue et les jugements tuent plus de monde que les fusils. Si nous savions le nombre de morts vivants qui se promènent sur les trottoirs tués par nos jugements, nous nous convertirions peut être. Jésus est venu nous enseigner à ne pas juger sur l'extérieur mais à partir de l'être intérieur et de comprendre les comportements à partir des blessures ou des maladies. Le père du jeune cadet dans l'Évangile de Luc accueille son fils non à partir de ce qu'il a fait mais de ce qu'il est SON FILS et il nous dit: C'est comme cela que vous devez vous accueillir les uns les autres, non au niveau de l'agir mais de l'être. Et pour moi, c'est maintenant ma façon de vivre le  sacrement du pardon au niveau de l'être, des blessures ou des souffrances des personnes pour les guérir et non d'abord au niveau des actes qui sonnt des conséquences. Je souhaite que notre carême ne soit pas seulement un vécu liturgique mais soit un VRAI CARÊME vécu en Galilée. 

mardi, 25 février 2020 15:27

Le plus grand.

Écrit par

Les apôtres discutaient entre eux à savoir qui est le plus grand. Jésus s'assoit. Jésus prend du temps avec les siens. Quand on s'assoit avec quelqu'un, c'est que nous avons du temps pour lui. C'est un très bel exemple que Jésus nous donne: s'asseoir avec les autres pour les écouter et les enseigner. Assis tu n'est pas dans une position de pouvoir mais d'accueil et de service. Ce matin, Jésus vient nous dire au creux de l'oreille: Prends le temps de t'asseoir quand je viens te visiter, prends le temps de m'écouter ensuite nous irons travailler ensemble. Passer du faire à l'être. Je crois que c'est la première attitude du chrétien, attitude du pasteur qui veut rassembler et évangéliser.  "Prends le temps, garde-le longtemps, laisse entrer le bonheur .. Alain Morissod

lundi, 24 février 2020 15:15

Un Jésus historique.

Écrit par

Un Jésus historique! Un professeur prépare une thèse sur la génération montante qu'il appelle "la génération sans religion." Il affirme que nous allons vers un Jésus historique et non un Christ ressuscité et vivant au coeur des être humains. Comment se fait-il que nous avons comme Église dominé le Québec pendant plus de 350 ans et que le Christ n'est pas connu? Un prêtre me disait un jour, les chrétiens de ma paroisse ne connaissent pas le Christ. Mais il y a dix ans que tu es curé ici, qu'est-ce que tu leur dit. À l'époque du concile, on a souvent dit "avoir jeté le bébé avec l'eau du bain." Je crois que nous pourrions mieux dire: "Nous avons jeté l'eau du bain, mais il n'y avait pas de bébé."  Aujourd'hui il nous faut mettre le bébé, mais il n'y a plus d'eau dans le bain.

Le Pape Jean-Paul 11 parlait d'une évangélisation nouvelle, nouvelle dans son contenu, son ardeur, ses méthodes. Notons qu'il ne parlait pas d'une nouvelle évangélisation -reccommencer ce que nous avions fait- mais faire autrement. Je suis là ce matin dans me réflexion et mon questionnement. Et je me dis: si je n'ai pas été capable d'évangéliser quand les gens étaient à l'église, comment  vais-je le faire aujourd'hui alors qu'ils n'y sont plus? "Il n'y a plus d'eau dans le bain."  Je crois que l'Esprit nous place devant une situation qui nous dépasse pour nous faire comprendre que la réponse ne vient pas de nous.

En continuant de réfléchir, je me pose une autre question: Est-ce que le Jésus historique ne sera pas celui que nous avons enfermer dans nos églises? Si j'écoute attentivement et avec amour ce qui se passe autour de nous dans notre monde, si je prends conscience de tous ces mouvements qui se lèvent pour la défense des pettis, des pauvres, des malades, des blessés de toutes sortes par la vie, je me dis: Jésus est là bien vivant au coeur de ce monde. Il est sorti de l'éfglise pour retrouver l'Église du terrain, l'Église du quotidien dans ses luttes pour le bien et le meilleur. Il est là qui agit avec son Esprit d'amour mais il n'est sans doute pas reconnu par tous. Alors Monsieur le curé qu'est-ce que tu vas faire??????

C'est lundi matin. Il y a une émission: Ça finit bien la semaine, est-ce que ma réflexion commence bien la semaine d'autant plus que le carême commence cette semaine.

samedi, 22 février 2020 15:08

Un mot de Pierre.

Écrit par

Ce matin, Saint Pierre vient me parler dans le blanc des yeux comme on dit chez nous. "Vous les anciens, soyez les pasteurs du peuple qui se trouve chez vous, non par cntrainte, mais de plein gré selon Dieu; non par cupidité mas par dévouement, non pas en commandant en maitres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant le modèle du peuple." 1 Pi. 5, 1-4. Ceci m'a rappelé le texte de Jean: "Je suis le Bon Pasteur, je connais mes brebis, elles me connaissent et suivront ma voix." J'ai fait aussi un clin d'oeil au chapitre 34 du prophète Ezéchiel qui vilipende les pasteurs d'Israël. Je me suis laissé questionner à savoir comment être pasteur aujourd'hui dans une Église complètement transformée. Notre société est traversée par un courant de liberté et de démocratie, comment inscrire le message du Christ dans cette société qui n'a plus peur du diable et de l'enfer. Dans l'Église, on ne bloque pas les chemins, on reste chez soi. J'ai repasés mes 50 ans de vie presbytérale, j'ai regardé nos églises vides, la soif de spirituel et de sens de la vie des femmes et des hommes d'ici, et je suis monté avec Abraham sur la montagne pour immoler Isaac (Gn 22). Ce pauvre Abraham a compris qu'il devait sacrifié sa façon d'être père pour permettre à Isaac de devenir le père d'une multitude de peuple. Il sacrifia un bouc image du père, du pouvoir qui écrase et étouffe. Je crois qu'il me faut aussi sacrifier ma vision du prêtre qui fait marcher une ou plusieurs paroisses pour devenir rassembleur d'une communauté autour de Jésus Christ. Rassembler cinq ou six communautés cela devient difficile. J'ai compris aussi que le Seigneur fait surgir dans chaque communauté les pasteurs dont elle a besoin, je n'ai qu'à regarder autour de moi. En Ézéchiel le Seigneur dit: "Je prendrai soin moi-même de mon peuple." Ma façon d'être pasteur est complètement modifiée. Alors je me mets sur la route de la conversion avec ceux et celles qui marchent avec moi dans les partages d'Évangile, et dans des moments de communion à l'occasion de célébration spéciale. Ensemble nous y parviendrons. 

mercredi, 19 février 2020 20:17

Juger ...

Écrit par

"Voir le mal, se juger soi-même ou juger autrui, culpabiliser autrui ou ressentir de la culpabilité, ce n'est rien d'autres que de croquer, ici et maintenant, dans le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal." Denis Marquet.

jeudi, 13 février 2020 15:42

Des miettes?

Écrit par

Une Dame païenne rencontre Jésus et lui demande de guérir sa fille malade. Jésus répond: Attends un peu, la mère, laissons d'abord manger les petits juifs parce que nous les juifs ne donnons pas de nourriture aux chiens. La Dame réplique: les petits chiens mangent parfois les miettes qui tombent de la table des enfants. Alors Jésus lui dit; Vas, ta fille est guérie.

Jésus ne donne pas de miettes, il donne la miche de pain toute entière.

Page 2 sur 24