Spiritualité

Homélies, réflexions et spiritualité

Spiritualité

lundi, 25 février 2019 15:08

Écoute!

Écrit par

À Rome, se termine la rencontre sur les abus sexuels. Il est demandé aux victimes de parler. Il est essentiel de parler, de dénoncer. Cependant il apparait aussi essentiel d'écouter.  Si nous voulons que les gens parlent, il nous faut présenter une oreille qui écpoute et comprend. Une jeune victime dans son témoigage a affirmé que le plus pénible n'est pas l'agression mais de vivre le sentiment que personne n'écoute et comprend et de ce fait de se sentir seul. J'entends des réactions de confrère aujourd'hui qui sont très loin de cette capacité d'écoute. Si nous devons avoir l'humilité de reconnaitre nos fautes, il est non moins nécessaire de savoir écouter à la fois les vicitmes d'abus comme les abuseurs parce que c'est avec eux que nous descendrons à la cause pour guérir la situation. Actuellement nous travaillons beaucoup sur les conséquences, les abus, mais ceci ne tombe pas du ciel comme la neige actuellement, il y a une cause qu'il faut corriger.   C'est l'objet de ma prière et de ma méditation de ce matin. Et l'Évangile du jour me propose la rencontre de Jésus avec quelqu'un possédé d'un esprit qui le rend muet; ne faudrait pas se laisser prendre par un esprit qui rend sourd. (Mc 9, 14). Que le Seigneur ouvre les oreilles de notre coeur pour nous rendre capable d'aller à la source du mal pour le guérir. Amen.

 

samedi, 23 février 2019 19:49

J'ai soif.

Écrit par

Je rencontre  souvent au cours de mes marches quotidiennes des chrétiens qui me redisent le cri de Jésus: J'ai soif!.

Ils ont soif d'une oreille qui les écoute, ils ont soif d'un coeur qui les comprend et les aime, ils ont soif d'une bouche qui leur donne  une parole qui les fait avancer.

Ceci ne se trouve pas souvent sur leur chemin. Dans notre souci d'évangélisation, dans une Église en sortie,  ce cri des nos frères et soeurs prend une importance capitale. Il est essentiel de se placer à l'école de Jésus. Dans l'Évangile de Luc qui nous accompagne dans la liturgie de notre année, Jésus rencontre d'abord deux personnes prisonnières. L'une et l'autre liée par une maladie, (Lc 4, 31, 5, 12). Jésus les accueille, les écoute, les guérit et les remet sur la route. L'homme au prise avec un esprit mauvais est sans doute le symbole du chrétien qui ne veut plus rien savoir de la religion et qui se défend. Le lépreux est le chrétien mis à l'écart de la vie communautaire parce qu'il n'est pas gentil et n'obéit pas à ce qu'on lui demande. Jésus s'arrête, les écoute et les remet sur la route libérés. Il ne les reçoit pas avec des lois, des rites mais avec un coeur qui les aime. Ce à quoi le Pape François nous invite aussi.

Ce cri, nous l'entendons tous aujourd'Hui: J'ai soif!  Ne leur donnons pas une éponge mouillée de vinaigre,( Mth 28, 47). Je viens de terminer une célébration au salon funéraire et ce cri je l'ai entendu encore. Ai-je l'oreille trop sensible? Peut-être.

mercredi, 20 février 2019 14:32

Une nouveauté.

Écrit par

Éric-Emmanuel Schmit: Félix et la source invisible. Albin Michel, 2019. Ce roman offre le chant d'amour d'un garçon de 12 ans pour sa mère. L'auteur "interroge les croyances et les rites issue de l'animisme". Dans un style poétique qui en fait une lecture très agréable, l'auteur nous conduit dans des sentiments profonds d'une culture différente de la nôtre. C'est la lire lentement. Bonne lecture.

 

vendredi, 15 février 2019 15:24

Effata! Ouvre-toi.

Écrit par

Ce matin, à mon réveil, j'ouvre mes tentures et le soleil est là présent tout souriant qui me dit bonjour. J'ouvre mon l'ectionnaire pour la célébration du jour et Marc me dit: Effata, ouvre-toi! (Mc 7, 31-37). Ouvre-toi à la vie, aux présences autour de toi et en toi. Ouvre-toi à la joie des gens, à l'accueil des souffrants, à la peine des enfants mal aimés, à la solitude des  personnes âgées. Ouvre-toi à la Parole de Dieu inscrite au fond de ton coeur, ouvre-toi au soleil qui brille dans les yeux des enfants heureux. Si je n'avais pas ouvert mes tentures, je n'aurais pas vu le soleil. Alors que dois-je ouvrir en moi pour voir le soleil de Dieu? Pour découvrir la beauté du monde? Pour répondre à la soif de bonheur du pauvre et du mal gommé? Effata, ce mot me poursuivra aujourd'hui. Si je veux entendre correctement la voix de Dieu inscrite au coeur du monde, je dois laisser le Seigneur toucher mes oreilles afin que ma parole soit parole de Dieu. Ouvre tes orielles, vieux Jos.

 

vendredi, 08 février 2019 18:09

Le vrai drame.

Écrit par

Comment ranimer l'émerveillement que devrait susciter l'eucharistie, parmi tant les baptisés qui ne la fréquentent pas comme parmi les participants eux-mêmes? Le vrai drame, en fait,  n'est pas qu'un nombre considérable de baptisés ne participent pas à la vie sarcra-mentelle, mais plutôt que cette dernière ne transforme pas la vie de ceux qui la pratiquent régulièrement." Ubaldo Montisci. Ceci peut se dire de tous les sacrements. La vie sacramentelle se refroidit de l'intérieur parce que l'extérieur ne la réchauffe plus? Réfléchissons un peu?

 

vendredi, 08 février 2019 15:57

L'amour fraternel.

Écrit par

"Que demeure l'amour fraternel. N'oubliez pas l'hospitalité: elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges. Souvenez-vous de ceux qui sont en prison comme si vous étiez prisonniers avec eux. Souvenez-vous de ceux qui sont maltraités, car vous aussi, vous avez un corps." He. 13, 1. La charité fraternelle est une des caractéristiques essentielles de la communauté chrétienne. Il ne s'agit pas seulement de donner des sous aux pauvres. Il s'agit aussi de voir derrière le pauvre, le prisonnier, la victime de torture, une personne humaine qui a besoin d'accueil et d'amour parce que trop souvent ces personnes sont victimes de systèmes qui les oppriment. Il y a toujours une personne à aider et à écouter. Nos communautés chrétiennes doivent devenir de ces oasis d'accueil, d'écoute, de pardon et d'accompagnement en vue de la guérison.

Je bénis cette journée qui commence, car elle sera remplie de l'amour du Christ..

 

vendredi, 01 février 2019 16:16

Méditons.

Écrit par

"Malheureusement, notre société de gagnants emgagés dans une course effrénée nie toute valeur à la personne qui, ralentie par l'âge, un handicap ou une souffrance moral, s'écarte du peloton. Désemparée devant la détresse, elle ne sait plu saccompagner les personnes en perte de repères ou leur donner le temps de recul nécessaire à l'intégration d'un deuil." Nicole Croteau, Heureux les pauvres? P. 146. Nous vivons dans une société où l'être humain est jugé à partir de sa performance ou de son rendement. La place se rétrécit constamment pour l'être humain en perte de vitesse. L'auteure de ce volume: Heureux les pauvres? l'a vécu de l'intérieur et nous l'explique bellement.

 

mercredi, 30 janvier 2019 17:54

Une réflexion.

Écrit par

Maurice Zundel écrivait en 1963: "Il est évident que, si l'homme de la rue est si souvent comlètement étranger à ce qui se passe dans nos églises, c'est parce qu'il ne s'y passe aucun événement susceptible de le toucher tant soit peu. Il ne s'y sent aucunement atteint et concerné au plus intime de lui-même."  Ce ne pourrait-il pas expliqué ne grande partie le vide de nos églises?

"La présence réelle dans l'Euccharistie, (...) n'est réelle pour moi , ou du moins n'a de sens, que dans la mesure où je suis moi-même une préssence réelle à toute l'Église et à tout l'univers. M.Z.  Nous avons à redécouvrir le sens de l'Eucharistie.

 

lundi, 28 janvier 2019 18:27

Bienheureux les pauvres.

Écrit par

Il est plus facile de louer la pauvreté que de la supporter. John Heywood.

 

samedi, 19 janvier 2019 17:23

Pensée.

Écrit par

Sera-t-il possible que celle qui m'a reçu, nu, dans ses bras à ma naissance, me reçoive aussi, nu, dans ses bras à ma mort. J.Y.Quellec.

Si tu ne peux pas prier. laisse-toi aiemr par Dieu. Sr Catherine-Marie de la Trinité

 

Page 2 sur 15