reflexion2

Homélies, réflexions et spiritualité

Textes de réflexion

samedi, 29 mai 2021 14:26

On déconfine.

Écrit par

Le Québec se déconfine doucement et prudemment. Qu'est-ce que cela va changer dans ma vie chrétienne? Qu'est-ce que le confinement m'aura appris? Si nous écoutons bien les gens sur les terrasses, une pensée commune est la joie de se retrouver, la joie de fraterniser entre parents et amis. Ce retour s'est fait beaucoup sur les terresse autour d'une table et d'un café ou d'une bière. On l' a vu aussi sur les terrains privés derrière les maisons familiales. Ce qui ressort est ce besoin de fraternité, de communion entre nous. 

Comme chrétiens ce besoin conduit plus loin qu'un seul rassemblement fraternel. Il y a en nous une dimension spirituelle qui conduit à une  forme de communion. Il ne faudrait pas que le retour aux célébrations plus grandes soient de simples retrouvailles ou amicales d'anciens heureux de se revoir. Le temps de confinement nous a conduit à découvrir notre besoin de fraternité et de communion. Notre retour à la célébration eucharistique devra dépasser à rafaire comme avant: un rite devant une foule passive. Quand je vais à l'église, je vais communier; communier avec les autres autour de moi et avec le Seigneur. L'église doit redevenir la maison de la famille où il fait bon se retrouver pour fraterniser et communier ensemble et avec le Christ. Nous n'allons pas à l'église pour être deant le Saint Sacrement en silence et les yeux fermés. La réserve eucharistique devrait être dans un lieu à part la salle de réunon de la communauté. C'est diffcile de changer des coutumes bien ancrées en soi. 

Un autre événement nous invite à revoir nos motifs de rassemblement est celui du regroupement des paroisses avec une seule fabrique et un seul prêtre. Ce sera le moment de retrouver nos petits rassemblements en petites communautés. Ces petits rassemblements sont la base naturelle de l'Église. Nous serons tentés d'aller chercher notre messe là où le prêtre célèbre. La messe n'est pas un servic ereligieux que l'on offre, c'est un moment de fraternité et de communion que l'on vit ensemble avec le Christ présent au milieu de nous. Les petites maisonnées demandéespas notre évêque devront devenir de ces petites communautés de fraternité, de partage et de communion. Nous devons aussi déconfiner notre vie chrétienne et nos célébrations eucharistiques pour retrouver nos communautés chrétiennes. Ce ne sera pas pour demain .... 

 

vendredi, 28 mai 2021 14:26

Jésus entre chez moi.

Écrit par

Jésus entre à Jérusalem, dans le temple.  Mc 11, 11. Ce matin, Jésus entre dans ma jérusalem et au plus profond de mon être., dans ce lieu de silence et de rencontre intérieure. Que trouvera-t-il? À Jérusalem, il trouva des marchands, des "faiseurs d'argent". Il trouvera certainement un coeur bon qui veut faire de bonnes choses mais qui parfois vit des difficultés. Ce N'est pas toujours par mauvaises volonté que j'agis mal, c'est souvent à cause de blessures non guéries, ou encore parce que je ne suis pas suffisamment maitre de mes émotions et je compte toujours sur l« miséricorde du Seigneur pour m'accompagner. Il y a aussi de très belles choses dans ma Jérusalem. On y a déposé beaucoup d'amour que je redonne autour de moi. On y a déposé de l'écoute que j'ai appris à exercer dans mes rencontres quotidiennes. On y déposé la lumière et la force de l'Esprit Saint que j'essaie de vivre au mieux dans mon quotidien. Comme prêtre, j'essaie d'être pasteur et non ces scribes ou grands prêtres de l'Ancien Testament. Laissons-nous guidés et éclairés par cet Esprit divin en nous.  L'éclairage de notre vie vient du dedans et non de théories extérieures. Aujourd'hui je vous souhaite de descendre dans  votre Jérusalem pour y rencontrer le Seigneur. Bonne journée. 

 

jeudi, 27 mai 2021 14:04

Fais que je vois.

Écrit par

Rabounni, fais que je vois. Voila le cri de l'aveugle Timée sur le bord de la route.  Marc 10, 51.Ce pourrait être mon cri ce matin: Fais Seigneur que je comprenne le message que tu nous envoie dans les événements d'aujourd'hui. Le virus qui se promène allégrement sur nos chemins, ne serait-il pas un messager dont tu te sers pour nus réveiller? Notre vie est organise rne fonction du succès, du rendement trop souvent au détriment des personnes. Les heures sontpartagées entre la course vers la garderie, le travail, le retour à la maison et la course aux choses perssantes et le lit épuisés. Le confinement nous fera comprendre qu'il y a d'autres façons de bien utiliser nos journées. Le confinement nous fera trouver le goût de savourer les heures qui passent pour y mettre plus d'humain.  Dans les librairie s'étalent aujourd'hui beaucoup d'études sur la psychologie, le stress,  les angoisses, c'est un signe d'un malaise profond au niveau du vécu. Seigneur, "fais que je vois." Quelqu'un demandait à un vieux sage; Je veux le bonheur.que faire? Le sage répondit: Dans ta phrase, enlève le "je veux" et tu auras le bonheur. Seigneur fais que je vois le bonheur en moi. Bonne journée.

 

mardi, 25 mai 2021 14:47

Nous avons tout quitté.

Écrit par

"Les disciples dfisent à Jésus: Nous avons tout quitté pour te suivre." Ils veulent une récompense pour leur suivance. Alors Jésus parle de père, mère,  maison, enfants,  Jésus utilise ces symboles pour nous faire comprendre quels sont le sliens qui entravent notre suivance du Christ. Quels sont les liens d'autorité, de pouvoir, de filiation ou de possession qui nous empêchent d'être nous-mêmes et libres. Nous pouvons suivre Jésus par peur, par obligation à cause du pouvoir que des personnes exercent sur nous. Nous pouvons le suivre par désir de possession parce que les disciples ont des faveurs ou des rôles  qui les font respecter. Une des fa^cons de suivre le Christ est bien de respecter ses parents, respecter les personnes qui travaillent dans nos communautés et familles.  Il est évident que lorsque nous voulons servir l'Évangile et le peuple chrétien, nous risquons de nous attirer des difficultés parce que l'Évangile dérange et c'est une raison pour laquelle la lecture de la Bible fut longtemps défendue aux chrétiens.  Jésus veut des gens libres comme disciples. Il veut des gens au niveau de la vie, de l'être humain. Le Pape François nous le rappele souvent. 

 

lundi, 24 mai 2021 14:46

Une vie nouvelle.

Écrit par

Près de la croix se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie. femme de Cléophas. Jn 19, 25.  Marie, mère de Jésus est là debout pour recevoir le dernier souffe de son Fils. Mais ce n'était pas le dernier, c'était le premier d'une nouvelle vie, nouvelle façon d'être présent au monde.  C'était un nouveau départ. Dans notre vie chrétienne, c'est souvent ainsi, nous croyons être au bout du rouleau alors que ce n'est qu'un arrêt pour un meilleur avenir. Si nous voulons avancer et ajuster notre agir sur la vie, il est parfois important de prendre du recul pour mieux relancer. L'Esprit nous guide là où il veut, il est patient et atteint ses fins. Il en est ainsi également dans la vie de l'Église. Nous vivons présentement des morts qui sont parfois douloureuses. Mais ces morts sont nécessaires pour un nouveau départ. Dans la mort, c'est plein de vie disait un bon vieux. Soyons positifs devant les aleas de la vie et des structures. La vie est en avant. Bonne journée. 

 

dimanche, 23 mai 2021 14:48

La liberté explose.

Écrit par

En ce dimanche de la Pentecôte, la liberté de la Parole de Dieu explose au profit de toutes les nations de la terre. Si aujourd'hui nous pouvons lire et méditer l'Évangile c'est grâce à ce mouvement de l'Esprit saint qui est venu secouer la peur et l'apathie des apôtres. Ce matin, nous célébrons le NOËL de l'Église. L'Église est sortie du sein de la pettie communauté fermée des apôtres pour aller vers Élisabeth de toutes les nations portés le Christ ressuscité. Comme pour la naissance du Christ, ceci est l'oeuvre de l'Esprit Saint. Nous fêtons aussi l'action de l'Esprit dans nos propres vies, notre propre naissance à la vie de l'Église en nous et autour de nous. Cet Esprit du Seigneur qui a fait jailir l'Église est encore à l'oeuvre dans notre monde et dans nos vies. Tout ce qui s'est vécu durant ce temps de pandémie nous en donne un bel exemple.  Prions ensemble aujourd'.hui pour que notre Église se laisse de nouveau enfanter par l'Esprit du Seigneur ressuscité.

 

samedi, 22 mai 2021 14:24

Question de sens.

Écrit par

Mgr Dumais nous a souvent rappelé l'importance de revoir le sens des ministères et spécialement du ministère presbytéral dans l'Église. Mgr Paul-Émile Charbonneau a longtemps parlé de l'Église toute entière ministérielle et de la place des divers ministères dans la vie de l'Église. L'Église vient de reconnaitre le ministère des catéchètes. Ce ministère est vécu depuis 50 ans dans l'Église et reconnu par la communauté chrétienne. La reconnaissance part toujours d'en haut et non du sacerdoce pabtismal. Comme prêtre,  je suis envoyé en mission au service des ministères des baptisés. C'est avec ma communauté  et au coeur de la communauté que je vois surgir les ministères et qu'ensemble nous les reconnaissons en communion avec l'évêque. Les ministères existent non au niveau de la fonction mais du sens. C'est ainsi qu'il est nécessaire de prendre conscience de l'importance des ministères et du ministère presbytéral et d'en être fier. Tous les ministères dans l'Église sont importants et tirent cette importance du sens du ministère et non de la fonction. Ce sera un long cheminement, il y a des changements qui demandent des siècles. 

 

vendredi, 21 mai 2021 13:52

On nous change la religion.

Écrit par

Combien de fois n'avons-nous pas entendu cette réplique: On nous change la raligion? Trop souvent nos avons confondu religion et foi. La religion est en définitive l'éceorce culturelle de la foi. Ce qui change à partir de l'évolution de la science et de la culture, c'est la religion, cette écorce culturelle qui de modifie à partir de l'évolution du monde. La foi demeure toujours la même. Quand la religion ne change pas, elle devient en dehors de la vie et de la société  et un fossé se creuse entre les deux. La religion est une façon de vivre sa foi dans un contexte donné. Les sociétés évoluent, deviennent plus démocratiques et ainsi questionnent les religions qui doivent s'ajuster sur cette évolution. Au cours d el'histoire la religion a pris des formes, des pratiques conformes à la société du temps. Le danger d el'Église est de rester figée dans ces formes alors que la société est changée. La foi est toujours cette adhésion à Jésus Christ ressuscité mais la façon de la vivre et de la célébrer doit changer en fonction de l'évolution de la société. Les pasteurs doivent être des experts pour accompagner le peuple chrétien dans cette évolution.  Le peuple chrétien attend cela de nous. Bonen journée.

 

jeudi, 20 mai 2021 16:42

Que tous soient UN.

Écrit par

Que tous soient Un, Père, comme toi Père, tu es en moi et moi en toi. Que tous soient UN afin que le monde croit que  tu m'as envoyé.  Et Jésus avait dit: afin que tous ceux qui croiront en la parole de ceux que j'ai envoyés croit aussi en moi.  Jésus nous rappelle l'importance de l'unité entre les chrétiens comme élément de la foi. La parole de Jésus et son témoignage de vie nous a démontré qu'il était venu du Père, envoyé par le Père. Il en va ainsi de la parole et du témoignage de ceux et celles que le Christ a envoyés. Une des forces du christianisme est l'unité entre les chrétiens.  La division est toujours un élément de faiblesse. Il nous appartient de donner un témoignage crédible et de présenter une parole vraie. Dans les temps où nous vivons dans nos sociétés modernes, cet élément d'unité a une force de plus en plus nécessaire et grande pour la vie chrétienne. Tant que les chrétiens seront divisés au niveau des doctrines ou de énoncés de foi, notre parole aura moins d'impact pour l'avenir de la foi. Notre prière est de faire grandir la vérité de notre parle et de notre témoignage de vie en vue de favoriser la foi au christ.

mercredi, 19 mai 2021 14:43

Se laisser conduire au désert.

Écrit par

Jésus fut conduit au désert poussé par l'Esprit. (Mth 4, 1). Si je regarde la situation actuelle de notre Église, j'ai l'impression que nous allons directement dans un désert. Nos églises ferment et sont vendues, les catéchètes se font de plus en plus rares dans les paroisses, etc... Le désert est vu comme un lieu vide, et la Bible nous le présente comme un lieu d'affrontement entre Jésus et le diable. Le désert ne serait-il pas un lieu pour un nouveau départ. Jésus au sortir du désert a commencé sa vie publique, il a annoncé l'arrivée d'un monde nouveau. Le désert que nous vivons en Église ne serait-il pas le moment de réflexion nécessaire pour repenser l'Église, repenser notre vie chrétienne et bâtir un monde nouveau, un monde plus humain et plus évangélique.   C'est une forme d'Église qui s'éteint pour laisser percer une autre vision d'Église et de vie chrétienne. L'important pour nous est d'être capable de nous laisser guider par l'Esprit du Seigneur. Cet Esprit nous parle par les chrétiens hors les murs,  ces chrétiens du dehors qui vivent  sur le terrain leur besoin de spiritualité et de Dieu. Si nous restons dans l'église avec la liturgie, nous risquons de ne jamais comprendre le besoin des chrétiens d'ici et de nous retrouver dans un vide permanent. L'Esprit du ressuscité ne serait-il pas un illustre inconnu dans nos vies et en Église?

 

Page 2 sur 66